L’Opus dei et Ictus, structures de l’extrême droite catholique, avaient de bons amis dans le gouvernement Fillon

samedi 7 janvier 2017.
Source : UFAL
 

De 2007 à 2012, François Fillon, premier ministre, a donné une place démesurée à des conservateurs cléricaux, fréquemment liés à des structures comme l’Opus Dei, flirtant avec des intégristes.

On connaît l’influence de l’Opus dei et de ses structures amies dans la radicalisation de l’Eglise catholique dans le monde.

On a vu leur influence dans la régression polonaise où après avoir supprimé le droit à l’IVG, on voulait interdire l’IVG y compris pour les femmes violées.

On a vu leur influence dans la régression espagnole sous Aznar.

On a vu leur influence dans la décision de créer la Commission Machelon instituée par Nicolas Sarkozy, alors ministre des Cultes.

On a vu leur influence dans leur peu d’empressement de lutter contre la propagation du sida en Afrique.

Aujourd’hui, ils travaillent directement au sein du gouvernement par l’intermédiaire du ministère Boutin :

* Avec Christine Boutin ministre, qui est toujours consultant auprès du Conseil pontifical pour la famille (elle est donc, en sorte, consultante d’un ministère d’un autre Etat que la France, le Vatican, ce qui est incroyable !).

* Avec Jean-Paul Bolufer, son directeur de cabinet, proche de l’Opus dei et d’Ictus.

* Avec Christine de Chefdebien, pasionaria des commandos anti-IVG violents.

L’extrême droite à l’Elysée avec Sarkozy (et Fillon)... Mignon, Longuet, Buisson, Hortefeux, Peltier, Tandonnet...

Quand on a pu lire le discours de Ratisbonne du Pape Ratzinger-Benoît XVI qui est principalement un texte contre la laïcité, l’athéisme et le droit des femmes, quand on lit les déclarations du cardinal Tauran (ancien ministre des Affaires étrangères du Vatican sous JP II, actuellement ministre du dialogue interreligieux) et du cardinal Bertone (actuellement n°2 du Vatican, Secrétaire d’Etat du Vatican, donc 1er ministre du Vatican), disant en substance qu’il salue le nouveau président de la République française car ils sont sûrs que le gouvernement rompra avec "la lecture de la laïcité à la française", quand on sait que dans la nouvelle mouture du nouveau traité constitutionnel européen souhaité par Nicolas Sarkozy, tous les articles anti-laïques sont toujours là (comme les articles anti-sociaux d’ailleurs) mais qu’en plus, l’héritage chrétien est de retour dans le texte, on peut être inquiet.

L’UFAL restera donc très vigilant dans les semaines et les mois qui viennent.

par L’UFAL

Union des FAmilles Laïques

contacts presse

Bernard Teper

Président de l’UFAL


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message