Parler de la Shoah aux enfants...

lundi 20 avril 2015.
 

Monsieur le Président, qui habitez à l’Élysée, c’est encore moi pour vous faire un petit courrier.

Quand on est un petit prof de sciences tout petit petit, même au bout de la campagne lorraine, on sait moins de choses qu’un grand Président de la République, évidemment. Mais il y a un truc qu’on connait, à coup sûr, c’est la pédagogie, la fameuse « méthode d’investigation ». Là, on est des cadors. Imbattables.

Comment on fait ? C’est bien simple. Jamais on ne plaque quoi que ce soit tout cru. On suscite le questionnement, toujours. Et là, quand sont venues les interrogations, on explique, on raconte, on illustre. C’est bête comme tout, mais je vous promets, monsieur le Président, ça marche.

Pour votre histoire de passage de mémoire, cette méthode-là, elle marche bien aussi. La preuve ? Depuis des années, aux murs de ma salle (de sciences, si si...) trônent les portraits d’Anne Frank, des enfants d’Izieu, d’Hélène Berr depuis peu, mais aussi des paroles de chansons, Goldman, Chédid, Ferrat.

Jamais, savez-vous, jamais une année ne s’est passée sans que les questions fusent : c’est qui, pourquoi vous l’avez en photo, d’où ils sont, où ils habitent ? La plus jolie ? Vous voulez savoir ? Chaque année, systématiquement, il y en a au moins un pour demander, la fille-là, c’est vous quand vous étiez petite ? Non, c’est une jeune fille hollandaise... etc. etc.

Et il est prouvé, c’est scientifique, c’est l’inspecteur qui l’a dit, alors... que ce qu’on a interrogé par soi-même ne s’oublie pas, au contraire de ce qu’on nous impose. Vous voyez, monsieur le Président, vous auriez dû nous demander avant. On vous aurait expliqué aussi que Hiroshima, on le raconte mieux si on se sert du Tombeau des Lucioles, que la déportation des petits enfants, on peut l’aborder avec « Au revoir les enfants » et que le Vél d’Hiv, ça passe par une formidable BD, justement nommée « Il faut désobéir ». Mais je me doute bien qu’un titre comme celui-là, ça ne doit pas vraiment vous inspirer.

Tout ça pour vous dire qu’une fois encore, à trop vouloir dicter votre volonté, votre petite actualité du jour, vous avez gaffé. Les profs, ils connaissent leur boulot. Ils l’ont appris, ils savent faire. Et pas si mal, quoi que vous en pensiez. Bien avant que vous n’arriviez à l’Élysée, j’emmenais mes troisièmes en voyage à Paris. Et au Mémorial de la Shoah. On ne vous a pas attendu. On a fait avant vous. On continuera après vous...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message