Mormons, attention, danger !!

dimanche 24 septembre 2017.
Source : Sélection 46
 

Religion mormonne et blessures morales infligées par les dérives sectaires

A) La présence d’un prêtre mormon dans l’équipe de François Fillon fait polémique

Dominique Calmels, représentant des mormons en France et directeur financier d’Accenture, fait partie de l’équipe de campagne du candidat de la droite et du centre pour l’élection présidentielle, François Fillon, pour le secteur « fiscalité ».

Cette Église dont l’image est parfois négative compte environ 35 000 membres en France.

L’équipe de François Fillon a distribué vendredi 13 janvier à la presse la composition des groupes thématiques impliqués autour du candidat de la droite et du centre, dont de nombreux représentants de la société civile. Dans l’organigramme, dans la case « fiscalité » du « pôle projet », figure un nouveau venu : Dominique Calmels, à la fois directeur financier et prêtre mormon, chargé de la communication en France de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours.

Membre de l’équipe de Bruno Lemaire pendant deux ans, il a rejoint les rangs de François Fillon après la défaite du député de l’Eure aux primaires de la droite et du centre.

Directeur administratif et financier de l’entreprise Accenture (entreprise de conseil en management, technologies et externalisation), vice-président du think tank Fondation Concorde, Dominique Calmels fréquente l’Église mormone depuis une quinzaine d’années.

Interrogé par LCI sur sa position sur l’avortement, sujet brûlant de l’entre-deux tours de la primaire de la droite, il a déclaré que « la position de l’Église mormone – (et la sienne) – est d’encourager les jeunes femmes à garder le bébé jusqu’au bout, quitte à le confier à quelqu’un par la suite si elle ne le désire pas. Vous savez, je suis prêtre, j’ai dirigé de grandes paroisses à Paris et en Île-de-France, et je peux vous dire que c’est difficile pour une femme d’avorter ».

La présence d’un prêtre mormon dans l’équipe de François Fillon n’a pas manqué de susciter un début de polémique. La ministre aux Droits des femmes, Laurence Rossignol, s’est notamment étonnée de ce recrutement.

En France, la présence des mormons soulèvent régulièrement des questions. Pourtant, ils ne sont pas référencés dans le rapport parlementaire sur les sectes, ni par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. L’Église catholique ne les considère pas non plus comme une secte. Tout comme la Fédération protestante, même si l’Église de Jésus-Christ n’en fait pas partie.

Fin 2007, 35 000 personnes tous âges confondus étaient inscrites dans les registres de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours en France (86 % d’adultes). Parmi ceux-ci, seuls 30 % étaient considérés comme pratiquants, c’est-à-dire assistant « au moins une fois à la réunion de sainte cène dominicale dans le trimestre ».

Leur poids politique aux États-Unis, où ils sont la quatrième religion, est manifeste. Le candidat à la primaire républicaine de 2008, Mitt Romney, appartenait notamment à cette Église. Les mormons donnent par ailleurs beaucoup d’argent pour soutenir les campagnes de communication de leurs candidats et sont très influents dans les batailles éthiques.

Les origines du mormonisme se trouvent aux États-Unis. Son fondateur, Joseph Smith (1805-1844), aurait reçu à l’âge de 14 ans une mission divine : rétablir la vraie Église dans sa pureté primitive, afin de préparer le retour du Christ. Trois ans plus tard, un ange du nom de Moroni lui aurait révélé l’existence d’un livre en « égyptien réformé ». Smith aurait traduit ces tablettes d’or grâce à deux pierres magiques avant que l’ange ne les reprenne.

Ce Livre de Mormon (du nom du prophète qui l’aurait compilé) relate l’exode de tribus d’Israël en Amérique, 600 ans avant notre ère, à qui Jésus serait apparu après sa Résurrection. En 1830, Smith fonde à Fayette « l’Église de Jésus-Christ » – et plus tard « des saints des derniers jours ». Il rêve d’établir une théocratie, mais doit fuir les persécutions avec ses fidèles vers l’Ouest, avant d’être assassiné.

Marie Malzac

Source : http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orb...

B) Message de forum posté par Charles

En réponse à l’article : "L’Eglise fondamentaliste des saints des derniers jours : repère de violeurs, pédophiles, polygames, machistes, etc ... ?"

L’église mormone "officielle" ne pratique plus la polygamie.

Les Mormons sont cependant un mouvement américain coercitif, autoritaire à but lucratif.

J’ai été dans ce mouvement plus d’une dizaine d’années.

Mormons, attention, danger !!

C) Qui sont les Mormons ?

Source : http://www.prevensectes.com/mormons...

Les Saints des derniers Jours se présentent comme la seule vraie Église, restauration de l’Église originelle du Christ et des apôtres. Malgré différents schismes, 90 % des croyants appartiennent à l’Église-mère. En 2000, il était question de plus de 11 millions de fidèles dans 164 pays (presque 5 millions aux USA).

Bref historique

Joseph Smith, né en 1805 à Sharon, Vermont (USA), reçoit de 1820 à 1829 des visions et des révélations qui lui permettent de découvrir mystérieusement et traduire "par inspiration" le Livre de Mormon. Il se proclame premier Prophète, et en 1830 organise l’Église, qu’une opposition virulente amène dans l’Ohio, le Missouri puis l’Illinois. Après sa mort (1844 ; incarcéré pour avoir détruit un journal qui le critiquait, il est abattu au cours d’une émeute), Brigham Young (1801-1877) devient le 2e Prophète et entraîne les Mormons aux limites des USA d’alors, dans la vallée désertique de Salt Lake (1847). Il y crée l’État de Deseret (" Utah " en 1894) et y organise la vie civile et l’Église (théocratie). Il y rend publique la pratique de la polygamie (1852), que le gouvernement fédéral des USA interdit. La direction des Saints prend le maquis durant plusieurs années. L’état mormon est démantelé, l’Église dissoute, ses biens confisqués, les mormons se voient menacés de perdre leur droit de vote. Wilford Woodruff, 3e Prophète, décide d’abandonner la polygamie en 1890. Vers 1900, l’Église se réorganise autour de paroisses pour faire face au nombre croissant de non-mormons en Utah.

D’où viennent leurs idées ?

Aux 18e et 19e s., la multiplicité des églises issues du protestantisme en Amérique et la lutte violente et passionnée entre elles dans le cadre des "Réveils" en inquiètent beaucoup. Dans ce contexte, Smith effectue un fort retour vers l’Ancien Testament biblique et le Judaïsme. A cette base protestante s’ajoute alors l’occultisme (magie, divination par pierres), la Franc-Maçonnerie, et le fond propre du Livre de Mormon. Ils s’affirment chrétiens quoique les Églises classiques ne les reconnaissent pas comme tels. Avec les Mormons, les USA ont leur prophète et leur courte histoire est "complétée" depuis l’époque de la Bible jusque à nos jours dans un style " biblique ".

Les missionnaires

Depuis leurs débuts, les Mormons font un énorme effort missionnaire, encore développé depuis 1945. De jeunes volontaires, reconnaissables à leur costume et une plaquette noire avec leur nom, assurent le prosélytisme... En 2000, il y aurait eu 57.853 missionnaires dans le monde dans 161 pays.

Autorité et organisation

A la tête de l’Église, il y a un "président, prophète et voyant" qui bénéficie d’une "révélation céleste continue", aidé de deux conseillers (Présidence) ; puis les Douze Apôtres (dirigent les Régions) ; et les Septante. Au niveau local, des "évêques" dirigent les paroisses. Tous les hommes sont prêtres dès 12 ans. Le quartier général se trouve à Salt Lake City (Utah) et garde la haute main. Les paroisses sont regroupées en "pieux" (diocèses) plus ou moins autonomes. Les pieux sont rassemblés en Aires ou Régions principales.

Une forte structure encadre le fidèle. Une "recommandation" est nécessaire pour participer aux "ordonnances" (rites) du temple. Elle est signée par l’évêque et le président de pieu, après avoir répondu à des questions précises : paiement de la dîme, présence régulière, port du garnment (sous-vêtement particulier qu’ils sont astreints de porter, rappelant la pudeur), respect des prescriptions alimentaires. L’excommunication peut sanctionner les personnes qui quittent l’Église en la critiquant, ceux qui n’en respectent pas la morale.

En quoi croient-ils ?

Foi au Christ mais aussi au Prophète Smith, à ses révélations et à celles qui sont faites à ses successeurs.

Écritures saintes : Livre de Mormon, Bible (en partie réécrite), Doctrines et Alliances, Perle de Grand Prix. La révélation reste ouverte. Le Livre de Mormon fait de la Bible un " second témoin " ; il aurait été écrit en "égyptien réformé" par Mormon, dernier roi d’un peuple qui aurait quitté Jérusalem pour les Amériques vers - 600, pour rejoindre deux autres tribus. Les Blancs furent exterminés par les tribus à la peau cuivrée (les Indiens).

Doctrine : " un seul Dieu ", mais le Père (" marié " à une Mère céleste) et Jésus (fils physique du Père) ont un corps de chair ; avec l’Esprit Saint et les Mormons devenus dieux (cf. infra), ils forment autant de dieux. Selon certaines sources de qualité, les Mormons reconnaissent ainsi plusieurs dieux. Origine et avenir de l’homme : à l’origine, l’homme existe sous forme d’esprit dans un monde immatériel où il mène une existence comme la nôtre. Toutes les âmes de l’humanité à venir sont réunies dans cet espace où elles côtoient déjà le Christ. C’est pour devenir un être de chair comme Dieu que l’homme doit naître. Le retour du Christ aura lieu aux USA : après une grande bataille, la destruction de la moitié de Jérusalem et un gigantesque tremblement de terre, le Christ se manifestera. Après mille ans de paix, les plus méchants iront en enfer ; ceux qui n’auront pas accepté l’Évangile iront dans un enfer intermédiaire ("gloire téleste" 1) ; les hommes honorables non mormons auront une gloire moindre, "terrestre" ; seuls les bons Mormons mariés connaîtront la gloire "céleste" et deviendront des dieux, recevant leurs propres planètes à peupler (capacité de procréer dans l’éternité) et à gouverner avec leurs ancêtres baptisés.

Principaux rites : baptême par immersion pour les convertis, à 8 ans pour les enfants mormons ; Sainte-Cène, principal culte : célébration avec du pain et de l’eau, lectures, chants ; ordinations des garçons entre 12 et 19 ans, à différents degrés de prêtrise ; le mariage (scellement) pour l’éternité ; l’administration des malades. Un rituel secret du temple (qui est réservé aux seuls Mormons) consiste en l’engagement de respecter des critères rigoureux de moralité et en une suite de représentations sur le sens de la vie (la dotation). Enfin, le baptême des morts non mormons (travail par procuration pour les morts ou ordonnance de salut).

Comment vivent-ils ?

Valeurs : de manière générale, mêmes valeurs que les Chrétiens conservateurs des USA et éthique puritaine : importance du travail, de la famille, division sexuelle traditionnelle du travail, obéissance des enfants, fidélité conjugale ; opposition très forte à l’avortement, à la contraception, à l’homosexualité affichée (cause d’excommunication) car il faut des corps pour les " esprits prémortels ". Vue optimiste de l’humanité, rejet de la violence (même dans l’éducation). La dîme (10% des revenus) est versée à l’Église. Consommation : abstinence de tabac et de boissons alcoolisées ou excitantes (thé, café, coca-cola), de toute drogue, " économie " dans la consommation de viande.

Activités : nombreuses, ponctuant la semaine d’un Mormon : activités de son groupe de sacerdoce, école du dimanche, réunion sacramentelle, activités sociales, soirée familiale à domicile, éventuellement formations.

Qui les rejoint ?

Recrutement : porte-à-porte, invitations dans un foyer, publicités (journaux), distribution du Livre de Mormon, cours d’Anglais gratuits, récitals, voyages de tourisme en Utah,… Les familles mormones sont invitées à développer un processus précis pour convertir voisins, connaissances,…

Public : les Mormons sont constitués d’un public en général hautement qualifié mais qui adhère à une lecture fondamentaliste des textes religieux ; qui éventuellement a trouvé de l’aide chez eux, mais aussi qui y voit parfois une occasion de s’inscrire dans une "élite" d’élus (tous peuvent y devenir prêtre, recevoir une responsabilité ; rituel secret et promesse d’une gloire céleste particulière).

Problèmes, controverses ?

Rapport au monde : il y a les Mormons et les autres (les "Gentils"). Le 10e "Article de foi" dit que les USA sont la Terre promise. Le rapport aux sciences est difficile à cause de la lecture fondamentaliste des textes (refus de la critique historique). La science est soumise à la foi. Ils combattent souvent l’évolutionnisme darwinien. Mais le créationnisme n’est pas le propre des Mormons aux USA.

Rôle de la femme : son travail peut s’étendre à des tâches "sociales", mais idéalement elle élève et éduque ses enfants, soumise à son mari (appelé de son côté à la modération) dont elle a besoin pour accéder à l’éternité. Le travail à l’extérieur serait dangereux pour sa fidélité à l’enseignement et à la morale.

Rapport avec les autres religions : les Mormons ont récemment éliminé leurs allusions les plus agressives envers d’autres religions. Ils ne prennent aucune part à l’œcuménisme, se considérant comme la seule vraie église chrétienne " restaurée " ; depuis avril 2001, l’Église tente de se faire appeler simplement "l’Église de Jésus-Christ".

Le baptême des morts et l’archivage généalogique : les défunts non Mormons sont recherchés et baptisés, d’où un grand effort généalogique. En Belgique, l’archivage sous forme de microfilms des registres paroissiaux et de l’état civil a démarré au début des années 60. Le film original est envoyé à Salt Lake City. Ces renseignements sont aujourd’hui sur Internet.

Quitter l’Eglise ? C’est toujours possible, mais au risque d’être coupé de sa famille, ses amis (cf. importance de l’investissement dans le milieu mormon).

La polygamie n’est plus acceptée dans l’Église mormone. Les branches fondamentalistes polygames sont excommuniées.

D) Les mormons, une entreprise américaine prospère

Source : http://geopolis.francetvinfo.fr/les...

Mitt Romney, candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, est mormon. Une première ! Cette religion, qui croît de manière importante, compterait 14 millions d’adeptes dans le monde. Fervents prosélytes, ceux que l’on appelle aussi les membres de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours sont astreints à de strictes règles de vie. Tour d’horizon de leurs singularités.

Signe caractéristique qui frappe l’observateur, tout mormon doit partir deux ans en mission à l’étranger (dix-huit mois pour les femmes), afin de recruter de nouveaux adeptes. Ils sont ainsi 51.000 à sillonner le monde entier, deux par deux, pour apporter la bonne parole de John Smith (1805-1844). L’homme aurait eu la révélation d’établir une nouvelle religion basée sur la pureté biblique. Une foi foncièrement américaine puisque « la grande mission de l’Amérique est de porter la lumière de la vérité et la démocratie au reste du monde ».

Deux milliards de noms dans un coffre

La polygamie, un sujet qui pouvait prêter à controverse, a été abolie en 1890, sauf en ce qui concerne quelques groupes dissidents.

Quant aux recherches de généalogie, autre domaine qui retient souvent l’attention, elles ont pour but de baptiser les disparus afin de pouvoir les sauver. A Salt Lake City, dans l’Utah, la ville du siège de l’église, deux milliards de noms seraient ainsi conservés dans des bases données.

Afin de pas laisser le chemin libre à l’oisiveté, qui pourrait permettre la « contestation de la société par les enfants », les mormons ont créé toute une série d’activités pour occuper ses membres, quelle que soit leur place dans la famille. Les femmes font partie de sociétés de secours, les enfants bénéficient de cours d‘instruction religieuse, de travaux manuels. Les projets d’entraide sont nombreux.

Les mormons se signalent également par un régime sans excitant, pas d’alcool, de tabac, de thé ou de café et par une alimentation à base de céréales et de fruits.

L’église mormone a cependant des détracteurs. Ceux-ci lui reprochent, entre autres, le fait que jusqu’en 1978, les mormons refusaient d’accorder la prêtrise aux Noirs et aux femmes.

L’argent et les profits ne sont pas des ennemis

Attendant la venue du Christ aux Etats-Unis, les adeptes de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours se retrouvent sans complexe dans le credo de la société américaine : faire de l’argent. « Ils ne font pas de différence entre le spirituel et les choses matérielles. Un bon investissement est un moyen de travailler pour Dieu », explique l’historien Michael Quinn. Arrivés dans l’Utah en 1847, un territoire vierge sous administration mexicaine, ils ont bâti la ville de Salt Lake City.

Les sept millions d’Américains de religion mormone sont fiers de leur réussite financière, dont celle de l’entreprise mormone DMC, qui réalise 1,2 milliard de revenus annuels en investissant notamment dans les médias et les assurances. Quant à J.W.Marriott, ami personnel de Romney, lui aussi mormon, il est propriétaire de la chaîne d’hôtels éponyme.

Et dans l’Hexagone...

Leur particularismes, leur mode de fonctionnement les placeraient–ils dans la catégorie des sectes ? Rien de la sorte n’a été prouvé. En France, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) n’a pas classé cette église comme telle dans le rapport parlementaire sur le sujet. Toutefois, d’anciens membres de l’église mormone ont fait état de pressions auprès du Centre d’accueil, d’étude et de documentation sur les mouvements sectaires (Unadfi ).

Quoi qu’il en soit, l’église dispose d’un véritable trésor de guerre évalué à trente milliards de dollars.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message