Ne joue pas au soldat (souvenirs, paroles et video)

lundi 13 novembre 2017.
 

Cette chanson des Sunlights me rappelle beaucoup de souvenirs. Lycéens à Rodez durant l’année scolaire 1967-1968, nous avions obtenu de gérer complètement le foyer des internes. Nous avions acheté un baby-foot, une table de ping pong, un tourne-disque, des disques... Quiconque avait envie d’entendre un air, se présentait au responsable volontaire ce jour-là et en faisait profiter tous les présents. C’est ainsi que j’ai entendu des centaines de fois Ne joue pas au soldat.

Au printemps 68, une défilé militaire assez imposant ouvrait une festivité sur Rodez. Le Comité d’Action Lycéen de mon établissement se réunit, décida une petite action et la mena à bien :

- Lorsque le gros des soldats passa devant le Café du Stade au bas de l’Avenue Victor Hugo, nous lançâmes le Juke Box de la terrasse, sonorité poussée au maximum, avec comme chanson "Ne joue pas au soldat". Presque toutes les têtes portant béret, pivotèrent soudain vers nous, comme aimantées, stupéfiées. Par contre, les jambes continuèrent à remonter l’avenue.

Nous laissâmes les paroles pacifistes s’égrener jusqu’à la fin par delà les toits et les arbres. Puis, lorsque les dernières lignes de soldats eurent quitté le secteur, nous préférâmes nous aussi, changer d’air et rejoindre le foyer pour écouter à nouveau "Ne joue pas au soldat".

1) Pour accéder à la video, cliquer sur l’adresse URL ci-dessous

http://www.dailymotion.com/playlist...

2) Paroles chantées par les Sunlights dans les années 1968

1er couplet

Ne joue pas aux soldats

Mon cher petit bonhomme

Les sabres et les fusils

Ne sont pas des jouets

Plus tard tu en auras

Quand tu seras un homme

Je ne veux pas voir ces choses

Entre tes doigts fluets

Refrain

Ces joujous-là, vois-tu,

Rappellent trop la guerre

Les chagrins et les deuils

Que l’on voit ici-bas.

Ils ont trop fait pleurer

Le coeur des pauvres mères

Quand leurs enfants sont morts

En jouant aux soldats

2ème couplet

Faut-il que les parents

N’aient rien dans les méninges

Les soirs de carnaval

Pour déguiser encor leurs enfants en poilus

Comme des petits singes

Qui seraient habillés

Dans la veste d’un mort.

La cape militaire

Est le dernier emblème

Le linceul dans lequel

Vos fils dorment là-bas

Au moins respectez-les

Les soirs de carnaval

Et ne déguisez pas

Vos enfants en soldats

Refrain

Ces joujous-là, vois-tu,

Rappellent trop la guerre

Les chagrins et les deuils

Que l’on voit ici-bas.

Ils ont trop fait pleurer

Le coeur des pauvres mères

Quand leurs enfants sont morts

En jouant aux soldats

3) Texte original de la chanson

Ne jouez pas aux soldats (vers 1925)

Paroles et musique de Léo Lelièvre - Paul Dalbret

1er couplet

A mon petit garçon pour le jour de sa fête

J’ai dit : Viens avec moi acheter un joujou

Au bazar tu verras pantins et marionnettes

Un beau chemin de fer, mais l’enfant tout à coup

Répondit : Je voudrais un fusil, un beau casque

Un sabre avec un sac comme en ont les soldats

Alors tout ahuri, par ce désir fantasque

J’ai dit : Non mon petit, non tu n’auras pas ça.

Refrain :

Ne joues pas au soldat mon cher petit bonhomme

Les sabres et les fusils ne sont pas des jouets

Plus tard tu en auras quand tu seras un homme

Je n’veux pas voir ces choses entre tes doigts fluets

Ces joujoux là vois tu, rappellent trop la guerre

Les chagrins et les deuils que l’on voit ici bas

Ils ont trop fait pleurer les cœurs des pauvres mères

Dont les enfants sont morts en jouant aux soldats

2ème couplet

N’as tu pas remarqué lorque tes camarades

Font la petit guerre, comme ils deviennent méchants

Ne pensant qu’à frapper, ils rêvent d’embuscades

Leur grand sabre de bois les rend presque arrogants

Pour ceux là rien n’existe, ils en font à leur guise

Les grammaires, les calculs ne les intéressent pas

Quand vient le mardi gras, les parents les déguisent

En zouave, en cuirassiers, des galons pleins les bras

Refrain

3ème couplet

Faut il que les parents n’aient rien dans les méninges

Les soirs de carnaval pour déguiser encor

Leurs enfants en poilus comme des petits singes

Qui seraient habillés dans la veste d’un mort

La capote horizon est le dernier emblème

Le linceul dans lequel nos fils dorment là-bas

Au moins respectez les, les soirs de mi-carême

En ne déguisez pas vos enfants en soldats

4ème couplet

Pense à nos grands savants, ces héros anonymes

Passant leur existence à sauver des humains

Ceux qui se sacrifient dans un rêve sublime

Pour adoucir la vie de leurs contemporains

Curie, Péan, Pasteur tous ces rois de la science

Ont autant de mérite que nos plus grands guerriers

Ils ont chassé la mort qui rôdait sur l’enfance

Ils ne pensent qu’à guérir et non pas à tuer

Refrain

Il faut que les enfants dans leur jeunesse apprenne

A chérir leur pays, à défendr’ leur honneur

Mais n’leur inculquez pas des sentiments de haine

La guerre et les combats devraient leur faire horreur

Au nom de nos héros, morts en pleine jeunesse

Pour que ce drame affreux ne recommence pas

Et pour que la bonté sur ce monde renaisse

Il ne faut plus jamais s’amuser aux soldats


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message