Les nouveaux partisans Paroles et musique de Dominique Grange

dimanche 9 novembre 2008.
 

Chant des années 1968, fréquemment entonné par le mouvement maoïste La Gauche Prolétarienne, groupée autour du journal La Cause du Peuple.

1) Liens vers des vidéos pour écouter Dominique Grange interprétant cette chanson

https://www.youtube.com/watch?v=Zov...

https://www.youtube.com/watch?v=6AG...

2) Notes sur cette chanson

Les Nouveaux Partisans est une chanson écrite et composée en 1969 par Dominique Grange pour le mouvement maoïste de la Gauche prolétarienne (GP) dont elle est alors une militante active. Au moment où Dominique Grange compose cet hymne, elle participe au mouvement des « établis », travaillant en usine. Le titre fait allusion au célèbre Chant des Partisans qui fut l’hymne de la Résistance intérieure française.

Dominique Grange représente la chanteuse la plus symbolique des années 68. "Les nouveaux partisans" ont été beaucoup entonnés en manifestation. Ce chant évoque pour moi un souvenir précis. Au printemps 1971, des maoïstes et anarchistes se retrouvaient chaque matin avant d’aller "combattre" (souvent avec des barricades pour tenir une "zone libérée") sur un quartier ou en soutien à une grève. Etant en désaccord avec eux, en particulier sur l’analyse du PCF et de la CGT, je les regardais partir, essayant d’analyser qui était là : des étudiants bien sûr parmi ceux qui refusaient d’admettre notre échec politique de 68, des lycéens en rupture de lien familial pour "faire la révolution" mais aussi une bonne moitié de jeunes des milieux populaires, des immigrés, des révoltés (contre leur vie difficile) qui chantaient ces paroles avec une fougue inouïe ; quand le rapport de forces permet l’expression de l’exaspération, la violence verbale de celle-ci exprime une potentialité de violence sociale qui devrait faire réfléchir tous les capitalistes égoïstes qui préparent aujourd’hui des millions de nouveaux partisans.

3) Paroles

Écoutez les nos voix qui montent des usines

Nos voix de prolétaires qui disent y en a marre

Marre de se lever tous les jours à cinq heures

Pour prendre un car un train parqués comme du bétail

Marre de la machine qui nous saoule la tête

Marre du chefaillon, du chrono qui nous crève

Marre de la vie d’esclave, de la vie de misère

Écoutez les nos voix elles annoncent la guerre

********

Nous sommes les nouveaux partisans

Francs-tireurs de la guerre de classe

Le camp de peuple est notre camp

Nous sommes les nouveaux partisans

********

Regardez l’exploité quand il rentre le soir

Et regardez les femmes qui triment toute leur vie

Vous qui bavez sur nous, qui dites qu’on s’embourgeoise

Descendez dans la mine à 600 mètres de fonds

C’est pas sur vos tapis qu’on meurt de silicose

Vous comptez vos profits, on compte nos mutilés

Regardez nous vieillir au rythme des cadences

Patrons regardez nous, c’est la guerre qui commence

********

Nous sommes les nouveaux partisans

Francs-tireurs de la guerre de classe

Le camp de peuple est notre camp

Nous sommes les nouveaux partisans

********

Et vous les gardes-chiourmes de la classe ouvrière

Vous sucrer sur not’e dos, ça ne vous gêne pas

Vos permanents larbins nous conseillent la belote

Et parlent en notre nom au bureau du patron

Votez, manipulez, recommencez Grenelle

Vous ne nous tromperez pas, maintenant ça marche plus

Il n’y a que deux camps, vous n’êtes plus du nôtre

À tous les collabos, nous on fera la guerre

********

Nous sommes les nouveaux partisans

Francs-tireurs de la guerre de classe

Le camp de peuple est notre camp

Nous sommes les nouveaux partisans

********

Baladez-vous un peu dans les foyers putrides

Où on dort par roulement quand on fait les trois huit

La révolte qui gronde au foyer noir d’Ivry

Annonce la vengeance des morts d’Aubervilliers

C’est la révolte aussi au cœur des bidonvilles

Où la misère s’entasse avec la maladie

Mais tous les travailleurs immigrés sont nos frères

Tous unis avec eux ont vous déclare la guerre

********

Nous sommes les nouveaux partisans

Francs-tireurs de la guerre de classe

Le camp de peuple est notre camp

Nous sommes les nouveaux partisans

********

La violence est partout, vous nous l’avez apprise

Patrons qui exploitez et flics qui matraquez

Mais à votre oppression nous crions résistance

Vous expulsez Kader, Mohamed se dresse

Car on n’expulse pas la révolte du peuple

Peuple qui se prépare à reprendre les armes

Que des traîtres lui ont volé en 45

Oui bourgeois contre vous, le peuple veut la guerre

********

Nous sommes les nouveaux partisans

Francs-tireurs de la guerre de classe

Le camp de peuple est notre camp

Nous sommes les nouveaux partisans

2) La révolution (Evariste)

Evariste était à l’époque un chanteur anti-conformiste connu. Parmi les chansons de Mai 68, celle-ci symbolise une contestation fortement générationnelle. Je ne l’ai jamais entendue en manifestation ou lors d’une mobilisation

Le père Legrand dit à son p’tit gars

- Mais enfin bon sang qu’est-ce qu’y a

Qu’est-ce que tu vas faire dans la rue fiston ?

- J’vais aller faire la révolution

********

- Mais sapristi bon sang d’bon sang

J’te donne pourtant ben assez d’argent

- Contre la société d’consommation

J’veux aller faire la révolution

********

La Révolution ! La Révolution !

********

- Mais enfin j’t’a payé l’école

C’est pourtant pas des fariboles

- On n’nous apprend qu’des insanités

Et on nous empêche de contester

********

Ah si tu travailles comme ça j’ai peur

Qu’tu passes pas dans la classe supérieure

Les différences de classe nous les supprimerons

C’est pour ça qu’on fait la révolution

********

La Révolution ! La Révolution !

********

- Enfin tu vas pas sortir maintenant

Regarde dehors c’est plein d’agents !

- Non papa c’est des CRS

Et j m’en vas leur botter les fesses

********

- Mais voyons fiston n’vois-tu pas

Que c’est les Rouges qui sont derrière tout ça

- Oh papa j’t’en prie, tu déconnes

Laisse la peur du rouge aux bêtes à cornes

********

C’est la Révolution ! La Révolution !

********

- Mais enfin explique-moi mon p’tit

Qu’est-ce qu’y raconte ce Cohn-Bendit

- Y m’a fait comprendre que t’étais con

Et moi j’veux faire la révolution

********

La Révolution ! La Révolution


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message