21 mai 1982 : Les troupes britanniques débarquent aux îles Malouines

vendredi 22 mai 2015.
 

Présentons d’abord les iles des Malouines que les Anglais appellent Falkland.

L’archipel des Malouines (Malvinas pour les Argentins) est composé de deux îles principales et d’un chapelet d’ilots, le tout situé à 500 km des côtes argentines. Les Malouines à la veille de ce conflit comptaient en tout 1830 habitants, surnommés les "Kelpers" qui en majorité habitent dans la principale ville, Port Stanley.

Le premier à découvrir ce territoire semble avoir été Amerigo Vespucci ; Esteban Gomez appartenant à l’expédition de Magellan l’aurait également aperçue quelques années plus tard. Les Anglais avancent eux que le premier découvreur serait John Davis.

Pourquoi cette guerre ?

Il est évident que l’histoire mouvementée de l’île a donné de bonnes raisons pour se disputer sa souveraineté. Successivement, elle est sous domination anglaise puis française (des marins malouins lui donneront d’ailleurs leur nom). En 1767, la France la vend au roi d’Espagne pour 610 000 livres et se charge de chasser les derniers anglais. En 1811, l’Espagne perd ses colonies d’Amérique latine et quitte la zone ainsi que les Malouines. En 1820, les Anglais s’y installent à nouveau, les Malouines étant devenues une terre sans maître. Mais entre temps, l’Argentine revendique l’île et y installe une garnison. En 1845, le RU annexe officiellement les Falklands et expulse la garnison argentine. Depuis cette date, le contentieux reste ouvert entre ces deux pays. En 1965, l’ONU tente de jouer l’intermédiaire afin de trouver un compromis autour de la souveraineté des Malouines. De longues négociations stériles aboutissent à un statu quo mais surtout une situation très tendue entre les deux pays.

L’arrivée de Reagan au pouvoir change la politique des EU à l’égard des dictatures sud américaines, qui désormais sont soutenues dans le cadre d’une politique plus agressive contre le communisme. En mars 1981, les EU lèvent l’embargo militaire imposé à l’Argentine, encourageant la junte militaire à croire que les EU les soutiendraient dans la reconquête des Malouines. Les pourparlers entre l’Argentine et le RU a propos du contentieux autour de l’île a justement repris en 1981 dans un cadre onusien.

En 1982, l’Argentine est dirigée par une junte militaire (depuis 1976) fragilisée par l’instabilité gouvernementale : le général Videla est remplacé par Viola lui-même par Galtieri (22 déc 1981). La situation économique n’est pas plus enviable, l’inflation plafonne à plus de 140 % en un an. C’est dans ce contexte économique et politique difficile que Galtieri va souhaiter faire diversion en ressoudant la fibre nationaliste autour d’un vieux conflit territorial.

Le 29 mars 1982, 14 navires argentins simulent des manoeuvres aux larges des côtes argentines et font route vers les Malouines. Le 2 avril à 4h30, l’opération "Rosario" est lancée, les troupes argentines débarquent sur l’île, les quelques 40 soldats britanniques doivent rendre les armes dans les heures qui suivent. La victoire argentine est acclamée par la population. Le 1er acte est donc une réussite de la junte militaire.

POurquoi la victoire argentine est sans lendemain ?

- La défaite argentine naît tout d’abord de l’erreur d’analyse que fait Galtieri au départ. Il pense que le RU se contentera de protester en cas d’invasion des Malouines . Cette intuition est renforcée par les coupes sombres du gouvernement Thatcher dans le budget de la défense (on retire par ex, le seul navire patrouillant en permanence dans l’Atlantique sud).

- Le RU bénéficie de l’appui unanime de ses alliés : le président Mitterrand contre toute attente est le premier dirigeant à assurer son soutien total au gouvernement anglais et quelques jours plus tard de l’ensemble de ses partenaires européens qui décrètent un embargo sur les armes vers l’Argentine. L’ONU vote à une large majorité la résolution 502 et les EU choisissent finalement de soutenir aussi le RU.

- Les Britanniques engagent une flotte impressionnante pour récupérer ce territoire : 36 navires de la Royal Navy, les matériels sont plus modernes que celui des Argentins : la France donne tous les renseignements utiles sur ses armes Exocets et les Super Etendards qui équipent les troupes argentines : elle permet même une simulation pour entraîner les troupes britanniques.

La Royal Navy arrive sur zone, le 24 avril date à laquelle débutent les combats (sur l’île de Géorgie du Sud). Les troupes anglaises débarquent le 21 mai et lancent la reconquête militaire de l’île : les combats s’intensifient autour de Port Stanley, le Gl Menendez, gouverneur de l’île signe la reddition de la garnison le 14 juin contre l’avis de la Junte.

Quelles conséquences pour l’Argentine et le RU ?

Dès le 17 juin, le Gl Galtieri démissionne et est remplacé par le GL Bignone précipitant le pays vers un retour à la démocratie : élection de Raoul Alfonsin en octobre 1983.

Incontestablement, la guerre des Malouines a rendu la Dame de fer très populaire et démontrait que le RU demeurait une puissance militaire capable de protéger l’ensemble de ses territoires d’outre-mer. La Dame de Fer se fait réélire alors triomphalement en juin 1983. Enfin, ce conflit de faible intensité perturba l’unité du bloc de l’ouest lors des derniers soubresauts de la "guerre fraîche".

JC Diedrich

Sources :
- DIEDRICH Thomas, Un conflit au sein du bloc occidental durant la guerre froide : la guerre des Malouines, Mémoire de maîtrise, Université Nancy II, 2005, 151p. (excellent mémoire !)
- MAISONNEUVE Charles, RAZOUX Pierre, La guerre des Malouines, Rennes, Ed Larivière, 2002, 175p.
- Le long article sur Wikipedia


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message