Données personnelles et informatique : la réalité dépasse la fiction la plus folle (Cash investigation du 20 mai 2021)

jeudi 8 juillet 2021.
 

Cash investigation du 20 mai 2021 : la réalité dépasse la fiction la plus folle.

L’émission de France 2 d’Élise Lucet du 20 mai 2021 est probablement l’émission la plus explosive depuis sa création, surtout dans sa 2e partie.

Un « journalist » évoluant dans le monde merveilleux de Mickey ayant vu ce reportage pourrait s’écrier : « C’est pas du journalisme, ça ! ». Et en effet, ce n’est pas du journalisme décrivant le monde fictionnelles de Disney.

**

Le jeudi 20 mai 2021, l’émission Cash investigation de France 2 a diffusé : « Nos données personnelles valent de l’or ». la vidéo intégrale s’obtient avec le lien suivant après inscription gratuite sur le site

https://www.france.tv/france-2/cash...

Des extraits sont disponibles sur YouTube à l’adresse suivante :

https://www.youtube.com/channel/UC9...

Des informations concernant cette émission exceptionnelle sur France Info :

https://www.francetvinfo.fr/interne...

Cette émission comporte plusieurs révélations assez incroyables mais la plus incroyable est le téléchargement de vos données médicales à votre insu, vers une plate-forme privée, à partir de l’utilisation de votre carte vitale notamment dans les pharmacies.

Ces données sont exploitées par une multitude de firmes privées. Silence radio bien entendu, sur cette émission qui est sans doute la plus explosive depuis sa création.

Ce qui paraît encore incroyable : c’est qu’elle n’ait pas été censurée.

Mais il est vrai que la meilleure censure, c’est la faiblesse de l’audience, comme c’est le cas pour toute information dérangeante.

Ce jeudi soir 20 mai, la chaîne la plus écoutée a été TF1 avec 10,4 millions de téléspectateurs (43 % de l’audience) et la seconde France 2 avec Cash investigation : 2 020 000 téléspectateurs. (Entre 8 et 9 pour cent de l’audience),.

**

Pourtant la décision de Macron de créer une plate-forme nationale centralisant toutes les données médicales des 67 millions de Français, soi-disant pour favoriser la recherche médicale, sous contrôle américain est ouverte aux intérêts privés, en violation du secret médical et de la protection des données personnelles, et tout simplement inouï.

Le nom de cette plate-forme est : health data hub : un nom bien français !

Lire à ce propos, en prolongement de Cash investigation, l’article de Libération du 14/12/2020

#StopHealthDataHub : les données de santé en otage chez Microsoft . Source : Libération

https://www.liberation.fr/debats/20...

Voir la question écrite au ministre de la santé de Bastien Lachaud à l’Assemblée nationale sur le health data hub.

On constatera que les craintes émises par ce député insoumis se trouvent confirmées dans le Cash investigation.

https://questions.assemblee-nationa...

Soumis à différentes pressions s’opposant à ce que la plate-forme soit gérée par Microsoft, Olivier Véran s’est engagé dans une lettre de novembre 2020 à ce que Microsoft se retire d’ici 2 ans et que la plate-forme soit soumise au droit européen.

Mais durant ce temps, toutes les données auront pu être stockées ailleurs aux USA.

Voir article de Mediapart http://sante-secu-social.npa2009.or...

Il serait trop long d’étudier ici, ce pourrait être l’objet d’un livre, le processus de l’intention à la réalisation de la mise en œuvre d’une telle plate-forme, mais celui-ci témoigne clairement de la vision du monde des macroniste :

1) centralisation des données. Vision autoritaire permettant le contrôle de la population

2) violation de la nature intime (secret médical) des données personnelles : idéologie de la surveillance inclusive.

3) Recours à une entreprise privée pour la collecte et la centralisation des données puis de leur traitement qui devrait être du ressort d’un organisme public : vision ultralibérale.

4) La personne responsable de la mise en œuvre de la plate-forme était elle-même responsable d’une plate-forme privée de collecte d’informations médicales via les pharmacies. Puis après ce travail, cette personne redevient président de la plate-forme privée : confusion des genres ou la séparation publique/privé n’existe plus la notion de conflit d’intérêts permet de son sens.

5) Appel à une entreprise américaine dans la gestion de la plate-forme privée que de la plate-forme publique : hyper Atlantis me faisant fi de la notion d’indépendance nationale.

6) Absence de mise en place d’un contrôle fiable de la plate-forme pour assurée la protection réelle des données personnelles. Les missions montrent que la plate-forme est tout à fait accessible à une multitude de sociétés privées commerciales pour utiliser les données : tout peut être ainsi marchandisé : la vie, les données intimes. C’est l’ultralibéralisme poussé à son paroxysme.

Il est rappelé que le marché de l’achat et des ventes des données personnelles en Europe s’élèvent à 400 milliards d’euros.

**

Hervé Debonrivage

Annexe Des vidéos plus anciennes de cage investigation sur YouTube :

https://www.bing.com/videos/search?...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message