30 octobre 1918 Révolution des Asters en Hongrie Les Conseils d’ouvriers et de soldats renversent le pouvoir impérial

mercredi 11 octobre 2017.
 

Après plus de quatre ans de tueries effroyables, la Première Guerre mondiale est en train de se terminer par une victoire des pays de l’Entente (France, Royaume-Uni, Etats-Unis, Italie, Serbie…). L’Etat Ottoman reconnaît sa défaite ; l’Armistice de Mûdros entre en vigueur.

Depuis la Révolution démocratique et nationale de 1848 écrasée dans le sang, la Hongrie est marquée par des caractéristiques féodales encore plus fortes que l’Autriche. L’aristocratie monopolise les pouvoirs ; un tiers des terres appartient à moins de 9000 familles.

La société hongroise a conservé au sein de l’Empire des Habsbourg des caractéristiques nationales fortes. Au moment où le pouvoir de Vienne vacille, des tendances séparatistes apparaissent parmi toutes les minorités (proclamation de la république tchèque le 28 octobre). Les conservateurs hongrois, aussi détestables historiquement que les conservateurs espagnols, réclament l’indépendance vis à vis de Vienne mais refusent toute évolution démocratique pour la Croatie Slavonie, pour la Transylvanie, pour la Slovaquie. Lorsque Vienne accepte la transformation de l’Empire bipède (Autriche, Hongrie) en Empire à trois Etats avec formation d’un Etat slave, le chef du gouvernement hongrois ( Sándor Wekerle) démissionne (30 septembre).

Trois partis hongrois d’opposition (Parti Social-démocrate hongrois, Parti radical hongrois, Parti d’indépendance hongrois) s’allient pour former le 23 octobre un Comité national qui revendique la paix séparée, l’indépendance, un droit de vote très large, et une réforme agraire. Dans ce contexte de vide politique que connaît le pays, cette structure occupe rapidement une fonction de contre gouvernement évoluant vers un statut de seul pouvoir politique réel. Le 27, l’empereur Charles 1er d’Autriche donne le titre d’« Homo regius » (littéralement « Homme du roi ») à l’archiduc Joseph de Habsbourg pour maintenir un lien entre Vienne et Budapest.

En cette fin octobre, les populations exténuées, affamées, décimées par plus de quatre ans de guerre, lasses du pouvoir des oligarchies, prennent leurs affaires en main. Même dans l’armée, des conseils se forment, chassent les officiers et se fédèrent.

Le 30 octobre 1918, à Budapest, capitale hongroise, une grande manifestation se transforme en révolution (appelée plus tard Révolution des Asters, Révolution des chrysanthèmes ou Révolution des reines-marguerites). L’ancien pouvoir perd très vite toute réalité ; l’ex premier ministre, comte Istvan Tisza, est assassiné le lendemain par un groupe de soldats.

Ce 30 octobre 1918, Mihaly Karolyi, dirigeant du Parti d’indépendance hongrois prend la tête d’un nouveau gouvernement comprenant également le Parti Social-démocrate et le Parti radical.

Le lendemain 31 octobre 1918, le comte Károlyi prête serment à l’archiduc Joseph, représentant l’Empereur, venu à Budapest.

L’archiduc Joseph reconnaît donc ce pouvoir né de la révolution des conseils ouvriers et de soldats.

Le 1er novembre 1918, le nouveau chef de gouvernement prête serment, devant le Conseil national hongrois agissant comme pouvoir politique indépendant. On peut donc considérer que la Hongrie devient un État souverain ce jour-là.

Le processus révolutionnaire hongrois va continuer à se radicaliser avec

• la proclamation de la République démocratique hongroise le 16 novembre 1918 puis surtout,

• la République des conseils de Hongrie, proclamée le 21 mars 1919

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message