Moyen Age : De 1378 à 1385, une période de luttes, révoltes et soulèvements

mercredi 26 avril 2017.
 

Le Moyen Age a connu un grand nombre de luttes sociales, de révoltes, et même de soulèvements. Du point de vue social, il s’agit surtout de luttes de classe entre bourgeoisie et féodalité, entre paysans et féodaux, d’explosions populaires contre la misère et une fiscalité écrasante. Du point de vue idéologique, deux aspirations me paraissent importantes : l’aspiration millénariste (règne terrestre du messie, paradis sur terre) et l’aspiration démocratique émanant des Communes.

Parmi les mouvements de masse du XIV siècle qui concerne cet article, signalons :

- les révoltes de Flandre en particulier de 1302 à 1304 ;

- la révolution bourgeoise de Paris dirigée par Etienne Marcel

- la révolte de Rome en 1347*

Moyen Age : Développement économique, Communes, soulèvements populaires et millénarisme

A) Sur l’analyse générale des luttes sociales au Moyen Age

Avant de rédiger ce petit article, j’ai jeté un coup d’oeil sur quelques pages d’ouvrages traitant des luttes populaires au Moyen age.

J’ai découvert des critiques générales du marxisme qui m’auraient fort intéressé si elles avaient été convaincantes.

Le sociologue Ralf Dahrendorf, par exemple, considère que Marx a commis trois erreurs :

- avoir ramené tous les grands conflits sociaux à des conflits de classe

- lier tout conflit de classe à une révolution inéluctable.

- l’origine des conflits est abusivement située par lui dans la propriété des moyens de production

Sur le premier point, il se trompe ; la structure fondamentale de la société repose sur la structure en classes mais par exemple dans le mode de production féodal, le monopole idéologique de l’Eglise a fait partie des causes de luttes importantes (croisades contre les cathares, croisades contre les hussites...)

Sur le deuxième point, il se trompe encore. Marx n’a pas considéré la Révolution comme terme inéluctable des conflits sociaux, même au Moyen Age. Ceci dit, il est intéressant de noter comment la révolte londonienne de Wat Tyler évolue d’elle-même vers un programme de révolution sociale.

Guy Fourquin, soutenant Dahrendorf sur ce 2ème point, écrit "La solution violente est au Moyen Age comme en d’autres temps l’exception et le compromis la règle". Il s’attaque là à un point de vue qui n’a jamais existé. Marx a insisté sur les compromis passés au sein des Communes, entre Communes et féodalité. Il a même analysé la construction lente des monarchies absolutistes comme un compromis né des rapports de force sociaux entre d’une part la noblesse, d’autre part la bourgeoisie montante.

Sur le troisième point, je constate quant à moi, que la majorité des conflits au Moyen Age sont bien liés à la propriété des moyens de production.

B) Quelques luttes sociales significatives de la période 1378 à 1385

Nous listons seulement ci-dessous les principaux mouvements de la période de combativité s’étendant de 1378 à 1385 qui apparaissent comme caractéristiques d’une première période révolutionnaire européenne.

Au fur et à mesure des articles sur chacun de ces évènements, nous établirons des liens de cette liste vers ces articles :

1378

- Pâques 1378 : révoltes anti-fiscales au Puy, Nîmes, Alès.

- Révolte des Ciompi à Florence

Florence au 14ème siècle : république bourgeoise et révolte des ciompi

1379

- Révolte des Chaperons blancs à Gand contre le comte de Flandre

- Octobre 1379 : émeutes anti-fiscales à Montpellier.

- Mobilisations populaires dans d’autres villes du Languedoc : Aubenas, Alès

1380

- Révolte de Lübeck

- Octobre – novembre 1380 : agitation anti-fiscale dans la vallée de l’Oise, à Rouen et à Chartres. Agression d’agents fiscaux à Paris.

1381

- Février 1381 : émeutes anti-fiscales à Saint-Quentin et en Languedoc.

- Soulèvement populaire massif en Angleterre

15 juin 1381 : Wat Tyler est assassiné. La révolution populaire de Londres échoue

8 au 24 septembre 1381 Soulèvement des "Bons amis" à Béziers

lien vers l’article

- Début de la révolte des Tuchins en Languedoc

1382

- 24 février 1382 à Rouen Révolte populaire de la Harelle

- Nouvelle révolution à Florence

- En Flandre, sous la conduite de Philip Van Artevelde, les tisserands de Gand se soulèvent en 1382 contre le comte de Flandre et ses soutiens français.

- 1er mars 1382 Révolte des Maillotins à Paris

- Révolte à Laon, Reims, Orléans et à nouveau en Languedoc (Tuchins).

- Printemps-été 1382 : révolte générale dans le Nord de la France au cri de « vive Gand ! vive Paris ! »

1383

11 janvier 1383 : reprise en main par le duc Jean sans Peur de Bourgogne : exécution des meneurs de la Harelle et des Maillotins, occupation de Paris et Rouen par l’armée royale. Les institutions municipales sont supprimées dans de nombreuses cités jusqu’en 1389. A Paris, la prévôté des marchands est supprimée. Le roi n’accorde son pardon que contre d’énormes amendes (800 000 francs en Auvergne).

- Soulèvement réussi des Gênois

1384

- Révolution de Lisbonne

- Mobilisation en Bohême contre le roi Venceslas de Luxembourg, dit ’L’Ivrogne". En 1384, il fait appel à des troupes allemandes « pour maintenir ses sujets dans l’obéissance, et fait périr les mécontents sur la place publique » (George Sand, Zizka). Cette lutte présente une grande importance car elle annonce et prépare le soulèvement hussite.

Hussites et taborites tchèques : plus importante révolution du Moyen Age européen

1385

- Victoire des confédérés suisses sur l’empereur à Sempach

Ces mouvements des années 1378-1385 auront des répercussions sur ceux qui suivront. C’est par exemple le cas de la révolte anglaise de 1381 sur les hussites.

Signalons au 15ème siècle :

- les nombreuses luttes qui éclatent en Aragon

- la révolte des Cabochiens à Paris en 1413

- le puissant mouvement des Hussites en Bohême de 1415 à 1434

- la Praguerie en 1440

- la révolte populaire dirigée par J de Cade dans le Kent en 1450

- la révolte et sécession de Barcelone de 1462 à 1472

Jacques Serieys

* Note en cours de rédaction sur 1347

En 1347, la Grande Peste réduit tellement la population des campagnes, des bourgs et des villes que la main d’oeuvre manque. En milieu rural, les paysans en profitent pour sortir du servage. Les artisans et commerçants des bourgs obtiennent de nouvelles avancées démocratiques, améliorant fréquemment les chartes communales. Partout, les salaires augmentent.

Cependant, la guerre de cent Ans coûte cher à la royauté et aux féodaux qui augmentent les taxes provoquant des révoltes importantes.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message