Poèmes pour les fleurs

lundi 24 juin 2019.
 

La rose du premier de l’an

Aragon (1897-1982)

Connaissez-vous la rose-lune

Connaissez-vous la rose-temps

L’autre ressemble autant à l’une

Que dans le miroir de l’étang

L’une à l’autre se reflétant

Connaissez-vous la rose-amère

Faite de sel et de refus

Celle qui fleurit sur la mer

Entre le flux et le reflux

Comme l’arc après qu’il a plu

La rose-songe et la rose-âme

Par bottes au marché vendues

La rose-jeu la rose-gamme

Celle des amours défendues

Et la rose des pas perdus

Connaissez-vous la rose-crainte

Connaissez-vous la rose-nuit

Toutes les deux qui semblent peintes

Comme à la lèvre est peint le bruit

Comme à l’arbre est pendu le fruit

Toutes les roses que je chante

Toutes les roses de mon choix

Toutes les roses que j’invente

Je les vante en vain de ma voix

Devant la Rose que je vois.


Romance Les lis

Paul Bourget (1852-1935)

L’âme évaporée et souffrante,

L’âme douce, l’âme odorante

Des lis divins que j’ai cueillis

Dans le jardin de ta pensée,

Où donc les vents l’ont-ils chassée,

Cette âme adorable des lis ?

N’est-il plus un parfum qui reste

De la suavité leste

Des jours où tu m’envolopais

D’une vapeur surnaturelle

Faite d’espoir, d’amour fidèle

De béatitude et de paix ?


La Pervenche

(Alphonse de Lamartine)

Pâle fleur, timide pervenche Je sais la place où tu fleuris, Au pied des monts, ton front se penche Pour mieux charmer nos yeux épris ! C’est dans un sentier qui se cache Sous ses deux bords de noisetiers Où pleut, sur l’ombre qu’elle tache La neige des blancs églantiers

Une source tout près palpite Où s’abreuve le merle noir ; Il y chante et moi je médite Souvent de l’aube jusqu’au soir. O fleur ! que tu en dis des choses A mon amour, quand je reviens, Quand tu me parles à lèvres closes, Et que mon coeur écoute le tien...

Les lilas

Aragon (1897-1982)

Je rêve et je me réveille

Dans une odeur de lilas

De quel côté du sommeil

T’ai-je ici laissé ou là

Je dormais dans ta mémoire

Et tu m’oubliais tout bas

Ou c’était l’inverse histoire

Etais-je où tu n’étais pas

Je me rendors pour t’atteindre

Au pays que tu songeas

Rien n’y fait que fuir et feindre

Toi tu l’as quitté déjà

Dans la vie ou dans le songe

Tout a cet étrange éclat

Du parfum qui se prolonge

Et d’un chant qui s’envola

O claire nuit jour obscur

Mon absente entre mes bras

Et rien d’autre en moi ne dure

Que ce que tu murmuras

53. Le langage des fleurs

Les fleurs : Elles naissent dans un mystère Et jaillissent de la terre, Avec toutes les couleurs, Elles apportent le bonheur... Les fleurs

Dans la rosée elles s’ouvrent Et le soir elles se couvrent, Sans faire le moindre bruit Pour s’endormir la nuit.

Elles cherchent le soleil Qui passe dans le ciel, Elles se gorgent de chaleur Et adorent la douceur.

Elles invitent les abeilles A boire dans leur stigmate, Pour emplir des corbeilles De pollens dans leurs pattes Travaillant de longues heures Elles emportent en leurs mains Des grandes prairies de fleurs Qui renaîtront demain...

Les fleurs ont un langage Qui parle aux gens sages, Pour leur dire en silence Tout l’amour que l’on pense ... Nobles fleurs d’élevages Qui font de longs voyages, Petites fleurs des champs Que ramassent les enfants.

Elles viennent en visite Pour montrer qu’on existe, Elles consolent ceux qui pleurent Et fleurissent ceux qui meurent ... Les fleurs

Si la vie est trop dure Va donc dans la nature. 0uvre bien grand ton coeur Pour y mettre des fleurs

Respire tous leurs parfums Sans y mettre les mains, Pour que même fanées, Elles reviennent chaque année ... Les fleurs

(Jean-Claude Brinette)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message