9 janvier 2011 à Berlin : Commémoration de l’assassinat de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht "J’ai été souffler sur la braise" (7 documents)

samedi 13 janvier 2018.
 

7) J’ai été souffler sur la braise pendant qu’ils se disputaient les cendres

http://www.jean-luc-melenchon.com/2...

Je suis parti vers Berlin dès vendredi soir. Mon idée était de ne pas me lever trop tôt le samedi pour les visites prévues. Peine perdue. Les amis et l’agitation du séjour m’ont cloué sur mes sept petites heures de sommeil ordinaires. J’étais invité par Die Linke, le parti frère du notre en Allemagne. Il s’agissait de participer à la célébration annuelle de la mémoire de Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg. Certaines années on y a vu jusqu’à quatre vingt mille personnes défiler du matin au soir. Je n’avais pu m’y rendre l’an passé. Les circonstances ont donné à ce déplacement un sens spécial qui m’a beaucoup remué. Vous verrez sur les photos que nous étions la main dans la main, Oscar Lafontaine et moi, au moment de déposer la gerbe du Parti de Gauche. Ce geste, et même notre présence commune pour déposer la gerbe du PG, n’avaient pas du tout été prévus. Il était question d’avancer par délégation vers le monument. J’étais donc accompagné par mon ami Lars, le président de la commission internationale du PG, organisateur méthodique de notre déplacement, dont l’allemand est la langue maternelle, et par plusieurs camarades expatriés qui nous avaient rejoints. Sur place des camarades de die linke, tous magnifiquement bilingues, nous entouraient, à la fois pour les heures « touristiques » du samedi et tous les aspects logistiques. Tous militants, tous bénévoles. Je ne sais qui a eu l’idée d’acheter une gerbe aussi importante et aussi lourde. Elle a été beaucoup photographiée et son message beaucoup reproduit par les journalistes qui se trouvaient là, fort nombreux, en raison d’une récente polémique avec la co-présidente du Die Linke dont je dirai un mot ensuite. On y lisait « Parti de Gauche. République française », sur un ruban rouge et « Fraternité socialiste » sur un ruban vert. Au dernier moment Oscar m’a demandé de venir à ses côtés, sur la ligne des dirigeants du parti qui portaient la gerbe de Die Linke. Et ainsi sommes nous montés vers le monument à mi pente du jardin où il se trouve. On marchait à très petits pas car le sol était marbré de plaques de neige gelée de grosse et glissante épaisseur. Il a fait moins vingt dans la semaine qui précédait ! Et ce fut une chose bien nouvelle pour moi de voir les plaques de glaces glisser sur le fleuve là où il n’était plus gelé.

A l’arrivée devant le monument, Oscar s’assure que je suis bien placé derrière lui tandis que sa délégation, Georg Gysi et les deux actuels co-présidents, un homme et une femme, dépose la gerbe du parti. Puis quand c’est mon tour, Oscar me montre où je dois déposer, car j’ai choisi que ce serait sur la tombe de Rosa Luxembourg. J’ai fait ce choix en pensant à tous ceux de mes camarades pour qui le nom de cette femme est un repère et dont les écrits structurent encore tant de réflexion dans notre camp.

A ce moment je lui dis « tu viens avec moi ? » Il dit « bien sur ». On dépose ensemble et naturellement on se prend par la main. Rien de calculé. Alors j’ai réalisé que c’était le geste de Mitterrand et Kohl. J’en ai été très ému, vous le devinez. Car bien sur, je savais que le même jour il y avait cette drôle de commémoration à Jarnac. En fait, tout cela, je ne l’ai pensé clairement qu’ensuite. Je me suis dit, après coup : « ils se sont disputé les cendres et moi j’ai soufflé sur la braise ». Une formule de Jean Jaurès. Mais sur le moment je n’avais la tête à rien d’autre qu’a ce que je faisais. Vous le savez, l’adage africain le dit : « il y a bien des individus dans la personne ». Là, j’étais pris, tout entier, par l’instant. Le militant que je suis, depuis si longtemps, nourri de tant de lectures et de tant d’épisodes de combats internationaliste, le militant, occupait toute ma personne. Le sens du contexte actuel tel que je le comprends me paraissait concentré dans ce que je faisais là. Maillon dans le temps, devant la tombe de Rosa Luxembourg, je me sens uni avec ce camarade et frère allemand. Car je m’efforce, tout comme lui, et si longtemps après elle, Rosa Luxembourg, de ne pas laisser rouler au néant le flambeau reçu des beaux combats du passé contre l’inhumanité du capitalisme. Puis on est revenus au point de départ du trajet, à petits pas tranquilles, bras dessus bras dessous, avec Oscar. Il guettait où poser ses pieds avec une précision de chat. Il en est ainsi, m’a-t-il dit, depuis qu’un genou l’a trahi récemment. Je m’en souviens puisque cela nous priva de sa présence à une réunion en France où l’on comptait sur lui. Une fois en bas on nous dit qu’il faut recommencer le trajet pour être avec les camarades expatriés et des jeunes de die Linke. On recommença donc. Oscar est simple. Il se plie à tous les services qu’il se sent capable de rendre. Mais la chose me repris à la gorge et ce deuxième trajet, on déposa cette fois là des œillets me mordit de nouveau à la gorge, à me mettre les larmes aux yeux.

Pierre Laurent et moi nous avons pris la parole au meeting qui a suivi, l’après midi. Lui parlait au nom du Parti de la gauche Européenne (PGE) dont il est dorénavant le président. Nos interventions ont été très bien accueillies. Elles sonnaient comme un renfort au moment où la polémique fait rage contre Die Linke dans la presse de droite. Cette presse recommence sur le thème « die linke est nostalgique du communisme » à partir d’une phrase tirée de son contexte prononcée par la co-présidente du parti. En Allemagne c’est un angle très vif, l’anti communisme. Oscar a fait un magnifique discours sur le thème. Sans reculer d’un pouce, ni se livrer aux repentances que la cléricature médiatique de droite exige, il a fait le bilan comparé sur le, thème qui sont les démocrates « aujourd’hui » ? Ceux qui respectent les votes populaires ou ceux qui les contournent, ceux qui appliquent la politique conforme à l’intérêt du grand nombre ou ceux qui défendent les privilèges d’une minorité. Le discours vaudra en France quand nous devront subir une nouvelle fois la répétition en boucle des argumentaires de Jean Christophe Cambadélis et de Benoit Hamon qui veulent faire de nous des « néo-communistes » selon une appellation concoctée par des imaginatifs un peu en panne. Vous verrez que l’idée va faire son chemin. La réplique vaudra son poids, cela va de soi.

6) Un « non » au capitalisme depuis Berlin

Charlotte Noblet, L’Humanité

Devant une salle pleine à craquer, les représentants de formations communistes et de gauche européennes se sont prononcés, dimanche, à Berlin, sur l’état de l’Europe et de ses démocraties.

Gesine Lötzsch a ouvert la discussion, dimanche soir à Berlin, en revenant sur son manifeste du 3 janvier « les chemins vers le communisme ». Bien qu’elle n’y réclamait rien de révolutionnaire, la coprésidente du parti de gauche allemand Die Linke s’était vu reprocher une « scandaleuse nostalgie communiste ». Prenant une nouvelle fois ses distances avec les « crimes commis au nom du communisme », Gesine Lötzsch a rappelé son objectif, rallier les forces de gauche autour d’une «  realpolitik radicale ».

Dernier orateur, Oskar Lafontaine a insisté sur la nécessité de surmonter les divergences au sein du parti : « Die Linke doit faire respecter l’intérêt de la majorité dans une démocratie qui se laisse acheter par les banques ! » Le chef de Die Linke en Sarre a également mis l’accent sur l’absence honteuse de régulation des marchés financiers.

Le manque de légitimité démocratique des politiques menées dans les États-membres et l’Union européenne (UE) a été montré du doigt par tous les intervenants venus rendre hommage à Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, figures incontournables du socialisme de l’entre-deux-guerres assassinées en 1919. « L’engagement de Rosa Luxemburg pour l’égalité sociale et pour la démocratie est pleinement d’actualité », déclarait Pierre Laurent à l’Humanité. « Nous sommes à nouveau dans une période de guerre économique qui, comme dans l’entre-deux-guerres, peut réveiller les nationalismes. Il y a beaucoup de luttes sociales en Europe, mais la parole politique européenne est actuellement confisquée par les forces de droite, les forces libérales réactionnaires et les forces social-démocrates. Il faut faire émerger une parole de rupture avec le modèle actuel de l’UE qui redonne courage et espoir à ceux qui luttent dans toute l’Europe. »

Le président du parti de la Gauche européenne (PGE) a pris l’exemple des retraites : « Les dirigeants européens passent quasi systématiquement par-dessus la parole des peuples et des organisations syndicales pour faire avancer leur politique libérale. Il y a une rupture démocratique très grave. Le PGE lance une pétition visant à créer un espace de mobilisation démocratique. Il faut remplacer le "on est bien obligé de le faire, puisque tous les autres le font" par un "il nous faut résister puisque d’autres ont résisté."

Jean-Luc Mélenchon a appelé pour sa part à l’« audace politique » : « Les peuples européens montrent qu’ils sont disponibles pour la lutte contre le capitalisme. Il nous faut les appeler à l’action et non à la résignation ! » Le président du Parti de gauche envisage un plan écologique pour mettre fin à la catastrophe écologique issue du productivisme capitaliste. Et de conclure, tout comme son collègue allemand Lafontaine, en citant Jaurès : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage. »

5) Photo de la commémoration

Cliquer sur la vignette pour agrandir le document

JPEG - 60.6 ko

4) A Jarnac et Berlin, il faut commémorer ce qui est un point d’appui

Par Jean-Luc Mélenchon

Je vais embarquer pour Berlin. Je vais aux côtés des dirigeants de Die linke et en présence de Pierre Laurent président du PGE participer à la commémoration de l’assassinat de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht en 1919 par les sociaux démocrates qui s’opposaient à la révolution allemande au moment où elle venait desserrer l’étau autour de la révolution en Russie.

J’en dis un mot très bref. Tout sera très bref cette fois-ci car l’année à peine commencée me donne à peine le temps de respirer. Quelques lignes donc pour vous dire que tout va bien et avance comme il faut de tous côtés alors que la grosse castagne a commencé si fort à l’initiative de Valls et des autres passeurs de plats de la droite dure. Comme toujours la Commission européenne n’est pas en reste. Elle a fait de nouvelles propositions de dérèglementation du temps de travail. J’en dis aussi un mot.

Foule autour du cercueil de François Mitterrand

A Berlin, la commémoration prend un autre sens. D’abord celui de notre union au sein du Parti de la gauche européenne avec nos camarades allemands. Pour nous depuis la fondation du Parti de gauche c’est une question de fond compte tenu de la montée des périls dans la crise du capitalisme actuelle. Cette fois-ci j’y vois encore autre chose. Liebknecht et Luxembourg ont rompu avec la social-démocratie faillie qui avait accompagné la guerre de 1914-1918 et dont les députés portaient la responsabilité morale en ayant les premiers voté les crédits de guerre. Et quand, la grande révolution de 1917 a mis un terme à la guerre et à la boucherie sans fin, la social démocratie a de nouveau frappé d’abord ses dissidents. En les assassinant. C’est en rupture avec cette histoire honteuse que s’était constitué le nouveau PS français. Tout cela est fini. Aujourd’hui le visage du retournement de veste tragique ce n’est pas celui dérisoire des Besson et Kouchner, c’est celui de Papandréou, président de l’internationale socialiste, qui assomme le peuple grec sous le diktat des banques et tout le reste de la social démocratie qui applaudit et salue son prétendu courage !

Source : http://www.jean-luc-melenchon.com/2...

3) L’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht

15 janvier 1919 : assassinat de Rosa Luxembourg, social-démocrate, autogestionnaire, révolutionnaire (Texte extrait de Critique Sociale)

Du 10 au 16 janvier 1919, la social-démocratie et les corps francs paramilitaires écrasent la gauche berlinoise et le mouvement ouvrier

2) Liens vers des articles du site Gauchemip concernant Rosa Luxembourg

Rosa Luxemburg. Repères chronologiques

Textes de Rosa Luxembourg :

Droit de vote des femmes et lutte des classes (Rosa Luxembourg 1912)

Rosa Luxembourg Lettres de prison

En l’an 1793, le peuple de Paris a réussi à détenir le pouvoir entre ses mains pour une courte durée

Racines de l’Etat-nation, intérêt de classe de la bourgeoisie et du prolétariat

Quelles sont les origines du 1° mai ?

Peut-on réaliser progressivement le socialisme par la lutte syndicale, les réformes sociales et la démocratisation politique de l’Etat ?

Extension du système des sociétés par actions, socialisation croissante de la production et socialisme

"Un Devoir d’honneur" Rosa Luxembourg, les prisons et la peine de mort

Textes concernant Rosa Luxembourg :

« Rosa Luxemburg une femme totale » (entretien avec Anouk Grinberg)

L’apport de Rosa Luxemburg (Daniel Bensaïd)

1) Appel par le Parti de la Gauche Européenne

Le Parti de la Gauche Européenne se réunira ce dimanche 9 janvier, à Berlin, pour la commémoration traditionnelle de l’assassinat de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht au cimetière de Berlin-Friedrichsfelde.

L’hommage silencieux commencera à 9 heures et sera suivi par le Comité Fédéral du Parti de la Gauche Die Linke, les membres du conseil du PGE et les membres du Parlement européen et national.

L’après-midi, un événement culturel et politique "la Colère Contre la Machine Capitaliste" aura lieu, comptant avec les contributions de Pierre Laurent, le président nouvellement élu du PGE, Oskar Lafontaine et, Jean Luc Mélenchon, avec la modération de Diether Dehm. L’événement aura lieu dans la salle KOSMOS (Karl-Marx-Allee) 13h00 à 15h00

Les discours de bienvenue seront faits par Gesine Lö Tzsch et Klaus Ernst.

Pendant l’après-midi, il y aura des contributions musicales de plusieurs musiciens européens comme Kostas Papanastasiou ("TerzoMondo"), Diether Dehm, Andrea Rivera, Aurora Lacasa, Geier Sturzflug et Gebruder Engel.

Traduction Jacques Serieys (non spécialiste)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message