Le Front de gauche face à la mondialisation libérale.

mardi 14 novembre 2017.
 

Le Front de gauche propose des mesures politiques et économiques pour faire face à la mondialisation actuelle fondée sur un libre-échange débridé. L’humain et la démocratie doivent revenir au centre du débat.

Cet texte fait suite à notre étude : "La France dans la toile de la mondialisation."

Partie 1 : délocalisations et commerce extérieur. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Partie 2 : mondialisation du marché du travail. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

Partie 3 : le libre échangisme. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

1 - La mondialisation au fil des pages du programme populaire partagé.

Il est assez courant d’entendre des personnalités politiques ou des journalistes libéraux ou sociaux libéraux dire, avec des nuances diverses, à des représentants du Front de gauche : "vos positions économiques ne tiennent pas la route car la France est plongée dans une économie mondialisée, très ouverte et vos propositions ne pourraient s’appliquer qu’à une économie fermée qui fait partie maintenant d’un monde révolu."

A l’inverse, Nicolas Dupont-Aignant et Marine Le Pen tiennent des propos opposés du genre : "Vous partagez le point de vue de Laurence Parisot du Medef, en laissant ouvert nos frontières aux quatre vents laissant ainsi les importations et l’immigration nous envahir. En outre, vous êtes partisans de conserver l’euro" C’est évidemment méconnaître les réelles positions du Front de gauche dont nous rendons compte ici en parcourant le programme populaire partagé.

- Les secteurs confiés au secteur public seront protégés de la libéralisation des marchés et de leur mise en concurrence. Le monopole public sera rétabli là où l’intérêt général le commande. Au plan européen et mondial, nous agirons pour le développement de la coopération publique solidaire afin d’étendre et de renforcer les services publics : leur harmonisation ne pourra se faire que par le haut. (Page 27)

- Nous modulerons l’impôt sur les sociétés et le taux des cotisations sociales afin d’inciter les entreprises à développer la valeur ajoutée, les formations, les salaires et l’emploi, en pénalisant les entreprises qui délocalisent, développent leurs placements financiers ou se servent des nouvelles technologies pour supprimer des emplois et dégrader les conditions de travail. (page 31).

- Des titres publics pour le développement social seront achetés directement par la BCE et les banques centrales nationales. Cette création monétaire, allouée via le fonds de développement, permettrait de répartir des masses volumineuses de financement, à taux d’intérêt nul ou très bas, entre les pays membres de l’euro, en fonction de leurs besoins propres et, expressément, pour le développement des services publics nationaux et de leur coopération européenne. (page 33)

- Nous créerons un pôle financier public par la mise en réseau des institutions financières publiques existantes.
- Nous combattrons la spéculation et la financiarisation de notre économie en interdisant les ventes de gré à gré, les ventes à découvert et les produits spéculatifs et en bloquant les échanges de capitaux avec les paradis fiscaux, ce qui contribuera à leur disparition. (page 34)

- La France agira pour l’institution de protections et de normes sociales et environnementales communes aux Européens, face à la pression des capitaux et des productions à bas sur les marchés mondiaux alisés avec, par exemple : • des prélèvements nationaux concertés sur les réimportations et en Europe de production délocalisée, • une taxe kilométrique de manière à réduire les transports de marchandises évitables. Les prélèvements et des taxes seront allouées à un fonds pour le codéveloppement permettant de financer des politiques de développement social et environnemental. (Page 40)

- Nous récusons le modèle d’une économie de services que nous assigne la division internationale du travail pilotée par les financiers. Nous voulons développer et rétablir le potentiel industriel de la France. Parce que l’urgence écologique implique de relocaliser l’économie et l’urgence sociale commande de lutter contre le chômage ouvrier, nous refusons de limiter votre ambition industrielle à quelques secteurs de pointe et voulons reconstruire un tissu industriel diversifié. Nous engagerons une politique d’aménagement et de développement industriel du territoire fondé sur des exigences d’emploi, de qualification, de recherche et d’environnement. Cette nouvelle façon d’entreprendre, de produire et d’échanger mènera à un nouveau type de croissance, plus humaine, social et écologique. (Page 48)

- Au niveau européen, nous agirons pour l’adoption d’une politique agricole commune (Pac) cohérente avec l’objectif de souveraineté alimentaire, centrant la production sur la réponse aux besoins du marché intérieur plutôt qu’aux échanges sur le marché international sur la base du moins-disant social et environnemental. Au niveau international, nous agirons pour une nouvelle organisation de l’agriculture dans le cadre des Nations unies, afin de soutenir le développement de marchés régionaux, de réguler les marchés mondiaux, de mettre en œuvre un plan agricole et alimentaire mondial, de promouvoir la relocalisation et la transition écologique de l’agriculture et de combattre les processus d’accaparement des terres. (Page 51)

- Nous voulons une Europe affranchie du traité de Lisbonne qui respecte la souveraineté des peuples et qui soutienne des politiques de développement social et écologique…. Nous voulons mettre un terme à la libéralisation des services publics encouragés par les directives européennes et nous engagerons la refonte du code des marchés publics qui permettent l’action publique… Une Europe qui agisse pour mettre fin aux ingérences impérialistes et néocolonialistes…. Nous nous engagerons dans la mise en chantier d’un nouveau traité qui sera adopté en France par référendum après un grand débat plus populaire. Nous agirons pour l’adoption d’une clause de non régression social et environnemental. (Page 68)

- La France s’engagera pour de nouvelles relations internationales fondées sur le respect des souverainetés populaires, sur des coopérations mutuellement profitables entre les peuples, sur la primauté des normes sociales et environnementales sur celle de la finance et du commerce. Nous annulerons la dette des pays pauvres et mettront en place, comme au niveau européen, un fonds de coopération solidaire sous l’égide de l’ONU financé par une taxe de type Tobin. Nous mettront un terme à une politique étrangère de la France basée sur les relations néo coloniale et la Centrafrique. (page 74)

- Pour l’enseignement supérieur et la recherche, nous engagerons rapidement la reconstruction du service public, dans ses missions prioritaires, pour l’égal accès au savoir de tous les jeunes quel que soit leur lieu d’habitation, les revenus et les milieux socioculturels de leur famille ainsi que pour l’accueil des étudiants étrangers qui le souhaitent dans une vision non-marchande de contribution au développement et à la coopération entre les peuples…. La marchandisation du savoir prônée par la stratégie de Lisbonne sera combattue et la coopération entre les services publics de l’enseignement supérieur au niveau européen sera défendue et élargie. La France agira pour soustraire les services publics de recherche et d’enseignement supérieur aux champs de négociation de l’OMC. (Page 80).

- Cette liste ne fait pas le tour de toutes les questions possibles. Pour des compléments on peut se reporter au livre de Jacques Généreux : "Nous on peut !" (éditions du Seuil). Par exemple sur la question de l’exode des "talents", on peut se reporter de la page 102 à la page 104 ; sur la question de l’exode des capitaux , on peut se reporter de la page 104 à la page 106, etc. Jacques Généreux dans le chapitre 4 (p. 113 et suivantes) de ce même livre, répond aux questions : Faut-il sortir de l’euro ? Comment s’affranchir de l’euro libéralisme sans sortir de l’union européenne ? On constatera ici que le Front de gauche n’adopte pas une stratégie de capitulation, comme le font les partis qui préconisent une sortie de l’union européenne et un abandon de l’euro. La stratégie du Front de gauche est offensive et sa démarche est dialectique.

Il n’est pas possible de séparer la mondialisation actuelle de la financiarisation de l’économie. On peut donc se reporter à un très bon exposé – vidéo de Jacques Généreux : "Dé-financiariser l’économie" http://www.dailymotion.com/video/xf...

2 - Le Front de gauche et les relations internationales.

Rappelons quelques points forts concernant la politique internationale du Front de gauche :
- Retrait des troupes françaises d’Afghanistan
- Retrait de la France de l’OTAN
- Reconnaissance de l’État de Palestine par la France et par l’UE
- Réformes de l’ONU et établissement d’une nouvelle hiérarchie des normes internationales, fondée sur la primauté des normes sociales et environnementales
- Création d’un Tribunal international de justice climatique sous l’égide de l’ONU Source : http://www.placeaupeuple2012.fr/la-...

3 – Quelques web -ressources sur la mondialisation.

La mondialisation dans Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Mondia...

Petite vidéo sur la "mondialisation Hayek" http://www.dailymotion.com/video/xk...

La dynamique du système mondial (inventaire du XXIe siècle) de Robert Fossaert. Livre numérisé en ligne téléchargeable gratuitement (comme d’autres de cet auteur hors normes par l’ampleur et la profondeur de son travail) http://www.macrosociologie.com/macr...

Sur ce site, un article avec de nombreux liens sur la mondialisation : mondialisation, demondialisations , 20 quatre textes pour un débat. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

À l’adresse : http://www.gauchemip.org/spip.php?p... , on trouve 10 articles de ce site sur la mondialisation.

Géopolitique de la mondialisation. Revue Hérodote. http://www.herodote.org/spip.php?ar...

Qu’est-ce que la mondialisation et la démondialisation ? Jacques Sapir http://euro-synergies.hautetfort.co... Site de cet auteur : http://cemi.ehess.fr/document.php?id=414

Critique de Jacques Sapir par Michel Husson sur la démondialisation : http://hussonet.free.fr/rdl1.pdf

De Jean-Marie Harribey :

La mondialisation http://harribey.u-bordeaux4.fr/trav... Les malentendus de la mondialisation http://1libertaire.free.fr/JMHarrib... Démondialisation ou altermondialisme ? Sur ce site : http://www.gauchemip.org/spip.php?a... Site de cet auteur : http://harribey.u-bordeaux4.fr elle met

De Frédéric Lordon :

La démondialisations et ses ennemis : http://www.monde-diplomatique.fr/20... Le prix Nobel, l’économie politique et la mondialisation. http://www.monde-diplomatique.fr/20... site de cet auteur : http://www.fredericlordon.fr

De Pierre Kafka, sur ce site : les impasses de la démondialisation, réponse à quelques contradicteurs http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

De Pierre Verluise sur le site Diploweb quelle mondialisation construire ? http://www.diploweb.com/france/5.htm site Diploweb - La revue géopolitique : http://www.diploweb.com

De Stéphane Just (921 – 1997) :

A propos de la mondialisation du capital. Notamment troisième partie : critique du livre de François Chesnais : la mondialisation du capital. http://www.cps-presse.com/archives/... http://www.cps-presse.com/archives/... mon

La mondialisation dans l’enseignement secondaire. http://www.inrp.fr/biennale/8bienna... http://geoconfluences.ens-lyon.fr/C...

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message