Le 36e congrès du PCF et le Front de Gauche

vendredi 15 août 2014.
 

Grâce à la diversité, le PCF retrouve son unité.

À l’occasion de la tenue du 36e congrès du PCF voici deux extraits du texte d’orientation et un article du journal Humanité .accompagnée d’un extrait d’un deuxième article.

1) Deux extraits du texte d’orientation adopté par le 36e congrès du PCF - 10 février 2013

http://congres.pcf.fr/sites/default...

Mener la bataille des idées et de la culture

Nous voulons renverser la domination idéologique et culturelle que l’on nous impose. Une domination marquée par un grand mépris du peuple dont il s’agit defaire un troupeau d’animaux dociles, uniformes et rongés par le désir d’acheter. Dans cet esprit, nous voulons nous attaquer à l’emprise des forces d’argent sur les médias et l’information. Le formatage et la marchandisation de celle-ci, la fabrication et le matraquage d’un imaginaire conforme aux besoins du capital constituent des moyens essentiels de sa domination, et de véritables obstacles à l’expression des aspirations qui travaillent la société.

Libérer les médias et garantir le pluralisme est une exigence majeure. Dans chacun des espaces possibles, notamment dans l’audiovisuel public, nous voulons livrer notre regard sur l’actualité et la manière dont elle est présentée. L’Humanité comme l’ensemble des organes de presse dont nous animons le développement sont des outils essentiels dans cette bataille.

Nous devons également produire un nouveleffort pour investir les nouveaux moyens de communication et d’information, jusque dans leur dimension participative, avec le souci d’approfondir la réfexion et d’affronter les contradictions. Le moindre sujet est désormais prétexte à développer des visions du monde simplistes et bâties sur la réaction de l’instant.

Nous devons nous en saisir pour pousser la réfexion et ouvrir d’autres perspectives. Nous devons également combattre la dictature des experts du système, dont les savants développements estampillés du sceau de l’objectivité sont destinés à clore les débats et baliser les cheminements de pensée.

De même, l’école ne doit pas servir la reproduction des « élites » mais l’émancipation de toutes et tous. Enfn, nous voulons donner toute sa place au développement de la création et permettre une réelle appropriation des oeuvres de l’esprit en donnant un nouvel élan à l’éducation populaire. Notre expression doit y puiser les moyens de parler au coeur des femmes et des hommes, à leur intelligence, de les toucher dans ce qui fait leur vie et leur être. Ce n’est pas en professant quelque morale que l’on luttera contre celles et ceux qui veulent étiqueter les êtres humains mais en ouvrant les pistes dont on voudrait leur interdire l’accès.

Engager une nouvelle étape du Front de gauche

Le Front de gauche porte un immense espoir. Son irruption est un phénomène politique majeur. Il est la manifestation politique et électorale à laquelle nous sommes parvenus, avec nos partenaires, en mettant en oeuvre cette stratégie de fronts de rassemblement. Pour nous, il s’agit d’une dynamique durable qui n’est pas achevée. Depuis que nous l’avons initié, le Front de gauche a grandi, il s’est installé comme une forme politique nouvelle dans laquelle chaque organisation, chacune et chacun a sa place et se trouve respecté dans des espaces d’échange, d’élaboration, d’initiatives, de coopération. C’est là que réside sa force.

Avec toutes les forces disponibles, nous voulons écrire la saison deux. Nous voulons donner un nouveau souffe à la dynamique citoyenne qu’il suscite, en permettant à un très grand nombre de femmes et d’hommes de toujours mieux s’y retrouver, notamment par le développement des assemblées citoyennes, qui prennent parfois la forme d’ateliers législatifs. Notre conviction est que ces espaces doivent fortement se développer au plus près des territoires dans les formes adaptées que décident celles et ceux qui y participent. Les fronts de lutte et les fronts thématiques sont des réseaux d’action dont nous pensons qu’ilfaut pousser plus loin encore l’expérimentation.

Nous voulons élargir fortement le périmètre des femmes et des hommes qui se reconnaissent dans le Front de gauche, notamment parmi celles et ceux qui ont contribué à l’avènement de la nouvelle majorité gouvernementale et veulent agir pour le changement. Au-delà des campagnes électorales, nous voulons continuer à cheminer avec un nombre toujours plus important de femmes et d’hommes,inventant les conditions d’un travail en commun. Pour franchir une nouvelle étape, le Front de gauche a besoin d’un lieu où les apports et les expériencesd’actrices et d’acteurs du mouvement social, associatif, intellectuel et culturel pourraient se croiser, chercher ensemble à produire du sens, et alimenter la recherche d’une nouvelle perspective politique. C’est ce que nous proposons d’appeler «  coopérative citoyenne  ».

Ensemble, nous sommes porteurs d’une grande ambition. En poursuivant sur le chemin où nous sommes engagés, nous voulons en faire le lieu où la politique devient, de façon de plus en plus irrésistible, l’affaire de toutes et de tous, l’affaire du peuple, contribuant à l’émergence d’un nouveau Front populaire . Du Front de gauche, nous portons l’ambition d’en faire un grand mouvement populaire capable de bousculer le rapport de force à gauche jusqu’à rendre majoritaires les options de transformation sociale. Une réorientation politique estla seule hypothèse pour laquelle notre parti serait prêt à participer à l’exercice dupouvoir afn d’apporter son concours à la construction du changement. Nous refusons les orientations social-libérales actuelles du gouvernement, qui conduiraient inévitablement à l’échec si elles étaient poursuivies. Ce serait une catastrophe pour notre peuple, qui remettrait en selle la droite et ferait encore grandir l’extrême droite. Nous voulons donc tout faire pour rassembler la gauche, et gagner un changement de cap pour réussir. Rien ne nous empêchera d’être ensemble la force agissante de la gauche. Il va falloir faire avec nous, il va falloirfaire avec le peuple !

Afn de donner force aux exigences populaires, dans la foulée de la campagne « une alternative à l’austérité, c’est possible », nous proposons au Front de gauche d’initier ensemble la grande campagne « et vous, quels changements de société voulez-vous ?  », une grande campagne visant à libérer la parole et les aspirations des entraves du renoncement. Elle pourrait par exemple connaître un moment fort à l’automne prochain avec des Assises du changement.

Fin des extraits


2) Le Front de gauche a réussi son examen de passage pour la saison 2

Source :L’Humanité, le 11 Février 2013 http://www.humanite.fr/politique/le...

Pour l’immense majorité des militants, la stratégie à l’œuvre depuis 2008 doit être développée et pérennisée. Le PCF s’est renforcé avec de nombreux nouveaux adhérents. Moins de quatre ans après avoir été expérimentée pour la première fois à l’occasion des élections européennes de juin 2008, la stratégie de Front de gauche est devenue le bien commun des militants communistes. Plusieurs scrutins et tout particulièrement la campagne de l’élection présidentielle de 2012 ont transformé ce qui apparaissait au départ comme une simple alliance électorale en une « dynamique durable », constate le texte adopté par le congrès, « une forme politique nouvelle dans laquelle chaque organisation, chacune et chacun se trouve respecté ».

De fait, les débats en ateliers et en plénières, mais aussi les conversations et les témoignages ont confirmé une volonté très largement majoritaire d’« écrire la saison 2 » du Front de gauche. C’est l’un des signaux forts que délivre ce 36e Congrès.

L’expérience parle, pour Éliane, élue dans une commune de la Haute-Vienne et qui évoque la campagne pour l’élection régionale de 2010 de la liste « Limousin terre de gauche » Des tas de gens nous ont rejoints dans la campagne, d’anciens militants sont revenus, mais aussi des jeunes qui fourbissaient leurs premières armes. » Des jeunes comme Sébastien, de l’autre côté de la France, dans le Jura, qui participait à son premier congrès après avoir adhéré au PCF en 2012. Il a mené la campagne présidentielle dans son entreprise, où « le Front de gauche intéressait beaucoup ». Aujourd’hui, il veut créer la Jeunesse communiste.

Contrairement aux craintes exprimées au début de l’expérience du Front de gauche par des militants, l’image du PCF ne s’est pas effacée. L’engagement du Parti communiste a donné l’envie d’adhérer à des milliers de personnes (23 000 depuis 2008). Patrick, infirmier dans l’Aube, lui aussi est devenu communiste l’an dernier  : « Les réunions du Front de gauche se tenaient dans le local de la section du PCF, j’ai vu de près les militants et j’ai eu envie de lutter avec eux. » Un constat largement partagé  : la dynamique de la campagne est pour une part retombée. « Il y a eu un grand espoir, témoigne Catherine, de Chartres, aujourd’hui des gens sont rentrés chez eux, déçus. Nous cherchons à relancer des assemblées citoyennes. »

La campagne lancée nationalement par le Front de gauche contre l’austérité peut permettre de relancer la dynamique  ; Jacques Maréchal, secrétaire du PCF de Moselle, en est convaincu, à l’expérience du meeting de lancement de la campagne, le 23 janvier dernier, à Metz.

Mais dans le débat, toutes les inquiétudes ne sont pas totalement disparues d’une dilution du PCF au sein d’un Front de gauche, qui serait devenu un « super-parti chapeautant les organisations ». Les craintes se focalisent, pour une minorité d’orateurs, sur les «  adhésions directes » de citoyens non membres d’un parti au Front de gauche. « Arrêtons de nous faire peur ! » a lancé la déléguée du Vaucluse, Fabienne Halaoui, traduisant l’opinion générale d’un congrès qui a intégré le Front de gauche comme une dimension de la stratégie du PCF. Et qui s’est retrouvé dans les propos de Pierre Laurent, invitant les communistes à mesurer des enjeux profondément inédits, qui réclament «  de l’audace ».,« être, ensemble, la force agissante de la gauche »

Dans leur résolution adoptée ce week-end, les délégués affirment leur « ambition » de faire du Front de gauche « un grand mouvement populaire capable de bousculer le rapport de forces à gauche jusqu’à rendre majoritaires les options de transformation sociale ». Refusant « les orientations sociales-libérales actuelles du gouvernement, qui conduiraient inévitablement à l’échec si elles étaient poursuivies », ils veulent « tout faire pour rassembler la gauche, et gagner un changement de cap pour réussir. Rien ne nous empêchera d’être, ensemble, la force agissante de la gauche. Il va falloir faire avec nous », affirment-ils.

Jean-Paul Piérot

3) Extrait. De l’article : Une direction du PCF rassemblée et ambitieuse Source : l’Humanité 11/02/2013 http://www.humanite.fr/sports/une-d...

Collectif de travail

C’est avec la volonté «  d’aller de l’avant  », souligne Jacques Chabalier, en charge de la commission des candidatures au congrès, que «  nous avons, avec douze propositions, intégré toutes les sensibilités  » dans le Conseil national. Conseil qui sera paritaire et resserré, puisqu’il ne comptera plus que 166 membres, contre 233 jusqu’à présent. C’est, explique le responsable communiste, «  pour gagner en efficacité  ». Le Conseil national «  ne devant pas être un Parlement où les positions sont figées mais un collectif de travail  », l’objectif affirmé est de gagner à une meilleure «  qualité du travail d’élaboration  » de la politique du PCF sur tous les dossiers, ainsi qu’une plus grande «  efficacité dans la mise en œuvre  » des décisions. De ce point de vue, les liens avec les départements et les régions devraient être améliorés.

50% de nouveaux

Enfin, le renouvellement du Conseil national, dont la moyenne d’âge des membres est de 49 ans, est important, puisque 50 % des membres sortants (soit 116) le quittent. Dans ce cadre, les congressistes ont rendu un hommage particulier à des responsables comme Nicole Borvo Cohen-Seat, ancienne présidente du groupe communiste au Sénat, ou Francis Wurtz, député européen honoraire, qui ont marqué de leur empreinte le travail de la direction du PCF et contribué à son rayonnement. Au final, sur 766 délégués, 716 ont voté, 92 ont déposé un bulletin blanc ou nul et 624 ont approuvé la liste, soit… 100 % des suffrages exprimés


Morceaux choisis par Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message