HOLLANDE, FOSSOYEUR DE LA GRECE

vendredi 11 septembre 2015.
 

Depuis le 25 janvier 2015, victoire de Syriza, jusqu’au 13 juillet, Hollande, le fossoyeur, et Sapin son croquemort ont creusé la tombe de la Grèce. Tels une araignée tueuse, ces deux-là ont tissé une toile poisseuse autour de Tsipras, Varoufakis et Tsakalotos, pour les attirer dans un véritable guet-apens.

Pour dire plus clairement les choses, je considère que Hollande et Sapin ont joué, en dépit des apparences, un rôle encore plus funeste que le couple Merkel-Schäuble.

Je m’explique. Dans ma vie de tous les jours, militante ou pas, j’ai toujours préféré avoir affaire avec un adversaire déclaré, irréductible, plutôt qu’avec un supposé ami. En ce sens, je ne suis pas différent de mes congénères. Nous en sommes tous là. Les choses sont claires avec un ennemi patenté. Tous nos sens sont éveillés. Pas avec un ami supposé.

Pendant cinq mois, Hollande et Sapin ont fait croire à nos amis grecs qu’ils étaient de leur côté, mais que pour des raisons d’efficacité, il ne fallait pas que cela se voit trop. Sauf qu’à chaque fois que Sapin, par exemple, semblait subtilement s’opposer à Schäuble, dixit Varoufakis, à la fin des fins, Sapin s’alignait systématiquement sur la position de Schäuble.

Mais le coup de pied de l’âne a été asséné par Hollande à la toute fin, quand celui-ci a mis « gracieusement » à la disposition de Tsipras ses experts pour l’ « aider » à confectionner les fameuses propositions toujours insuffisantes jusque-là, mais qui ce coup-ci, grâce au savoir-faire des experts de Hollande, pourraient être jugées crédibles par la Troïka.

Mais comment, nos amis grecs ont-ils pu imaginer une seule seconde que l’aide de Hollande pouvait être désintéressée ? Péché de jeunesse.

Que n’ont-ils écouté Manolis Glézos, unanimement reconnu comme un héros grec pendant la 2nde Guerre mondiale, encore député européen, qui, en dépit de ses 92 ans, a eu la lucidité d’alerter ses camarades de Syriza dès la fin du mois de février 2015 contre les premiers reculs de Tsipras et Varoufakis.

Il ne fallait effectivement rien céder. Et en février 2015, le système bancaire grec avait encore les moyens de résister, moyennant que le nouveau gouvernement en prenne immédiatement le contrôle absolu.

Mais voilà, Tsipras, probablement plus que Varoufakis, a naïvement cru que Hollande et Sapin pouvaient être de sérieux points d’appui. Après tout, la France est le premier pays de cette Europe, sur le plan politique, et le 2ème sur le plan démographique et économique.

Mais les deux Français ont joué le double jeu, leur faisant bonne figure, mais les poignardant dans le dos, dans le secret des rencontres bilatérales avec Merkel et Schäuble. Voilà la réalité ! Tsipras et Varoufakis s’y sont malheureusement faits prendre. En ce qui concerne Tsipras, au moins, je ne sais pas si, aujourd’hui, il a pris conscience de la duplicité de ces faux amis. Pour ce qui est de Varoufakis, je pense que maintenant il a tout compris, mais il s’en est rendu compte trop tard.

Le coup final, dont Hollande tire gloire aujourd’hui, avec malheureusement la bénédiction de Jean-Luc Mélenchon, est de très loin le pire de tous. Les fameux « experts » français ont travaillé Tsipras jusqu’à son épuisement, tels les picadors à la corrida, pour lui faire baisser la tête et, qu’ainsi, les matadors Merkel-Schäuble puissent mieux l’estocader. Ce qui s’est passé est absolument abominable.

Quoi que fassent Hollande et Sapin, dorénavant, je ne pourrais jamais effacer de ma mémoire l’infamie qu’ils ont commise contre le peuple grec. Ils l’ont laissée se perpétrer pour empêcher à tout prix que le gouvernement de Syriza réussisse là où eux ont lamentablement échoué, faute d’avoir essayé.

Pour moi, ce qu’ils ont fait est beaucoup plus grave que ce qu’on fait Merkel et Schäuble. Ces deux-là sont violemment de droite, voire plus. Ils ont donc tenu, sans surprise, leur rôle. Mais Hollande et Sapin se prétendent de gauche, soucieux du respect de la démocratie. Tout au long de ces six mois, ils n’ont pas arrêté de torpiller la Grèce. Je n’ai que du mépris pour eux.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message