Une communauté, c’est quoi ?

mercredi 4 septembre 2019.
 

Nous abordons ici un sujet qui fait l’objet de nombreuses apparitions dans les médias depuis une dizaine d’années : celui de "communauté" qui peut être complétée par des adjectifs divers : ethnique, religieuse, professionnelle, politique,etc. Ce terme est souvent lié à celui d’identité.

Par ailleurs, d’une autre manière, le concept de communauté est relié aux notions de bien commun, de commun, notions que nous avons abordées dans des articles précédents.

Nous ne mentionnons ici le problème de l’identité que d’une façon périphérique car cette notion ne constitue pas l’objet central de cet article.

[ Néanmoins, de mon point de vue, je considère que Jean-Luc Mélenchon a eu raison de ne pas éluder la question de l’identité nationale même si cette attitude lui a valu des critiques du PCF et du NPA (voir ici) On ne voit pas pourquoi il existerait des questions taboues et que la droite et l’extrême droite auraient le monopole d’en parler en laissant libre cours à leur idéologie partisane. Mais là n’est pas le sujet.]

Pour approfondir la notion de communauté et d’en préciser le sens, nous utilisons ici quelques documents écrits et sonores.

Définition du mot communauté.

Etymologie : du latin "communis", communauté, lui-même issu de "cum", avec, ensemble et de "munus", charge, dette : charges partagées, obligations mutuelles.

La communauté est le caractère de ce qui est commun à plusieurs personnes ou choses.

Au sens général, une communauté désigne un groupe social constitué de personnes partageant les mêmes caractéristiques, le même mode de vie, la même culture, la même langue, les mêmes intérêts... Elles interagissent entre elles et ont en outre un sentiment commun d’appartenance à ce groupe. Exemples : la communauté chinoise dans une grande ville, la communauté des artistes, les communautés virtuelles sur Internet…

Une communauté intentionnelle est un groupe de personnes qui décident de vivre ensemble en respectant les mêmes règles. Ex : une communauté hippie, une communauté monastique.

En matière d’organisation administrative, le terme communauté est utilisé pour désigner une association de plusieurs collectivités territoriales. Exemples : Communauté d’agglomération, communauté urbaine, communauté de communes…

En matière de droit, une communauté est un collectif de personnes qui possèdent en commun un patrimoine et en jouissent, de façon indivise.

Source : La Toupie http://www.toupie.org/Dictionnaire/...

Premier document  : une émission de France Culture : Les nouveaux chemins de la connaissance du 17/11/2016

A-t-on renoncé à la communauté ?

On peut écouter l’émission en cliquant ici Qu’est-ce qu’une communauté ? S’agit-il d’une unité à accomplir - celle que nos sociétés divisées auraient perdu ?

Avec Jean-Luc Nancy, professeur émérite de philosophie à l’université de Strasbourg.

Présentation de l’émission sur le site  

Par-delà ce fantasme de la communion, Jean-Luc Nancy propose une réflexion originale sur la communauté, qui constitue l’un des fils d’Ariane de son œuvre - de "La communauté désœuvrée" (1986) jusqu’à "La communauté affrontée" (2014). C’est comme désœuvrement qu’il faut penser la communauté - et ce désœuvrement n’est pas le renoncement à la communauté elle-même, mais le renoncement à son achèvement, à la recherche de sa clôture et de sa totalisation.

C’est ainsi que l’on peut retrouver le sens du politique, comme l’écrivait Jean-Luc Nancy en 1986 : " Politique voudrait dire une communauté s’ordonnant au désœuvrement de sa communication, ou destinée à ce désœuvrement : une communauté faisant consciemment l’expérience de son partage".

Le texte du jour

« Le politique, si ce mot peut désigner l’ordonnance de la communauté en tant que telle, dans la destination de son partage, et non l’organisation de la société, ne doit pas être l’assomption ou l’œuvre de l’amour ni de la mort. Il ne doit ni trouver, ni retrouver, ni opérer une communion qui aurait été perdue, ou qui serait à venir. Si le politique ne se dissout pas dans l’élément socio-technologique des forces et des besoins (dans lequel, en effet, il semble se dissoudre sous nos yeux), il doit inscrire le partage de la communauté. Politique serait le tracé de la singularité, de sa communication, de son extase. « Politique » voudrait dire une communauté s’ordonnant au désoeuvrement de sa communication, ou destinée à ce désoeuvrement : une communauté faisant consciemment l’expérience de son partage. Atteindre à une telle signification du « politique » ne dépend pas, ou pas simplement en tout cas, de ce qu’on appelle une « volonté politique ». Cela implique d’être déjà engagé dans la communauté, c’est-à-dire d’en faire, en quelque manière que ce soit, l’expérience en tant que communication : cela implique d’écrire. Il ne faut pas cesser d’écrire, de laisser s’exposer le tracé singulier de notre être-en-commun. »

Jean-Luc Nancy a écrit : La communauté désoeuvrée, (Christian Bourgeois Editeur, 1986) , pp.99-1

Deuxième document : une émission de France Culture dans "L’atelier du pouvoir" (19/11/2016) Existe-t-il une communauté musulmane ? (19/11/2016

On peut écouter l’émission en utilisant le lien suivant https://www.franceculture.fr/emissi...

Émission intéressante mais pas toujours claire : il faut attendre la 32ème minute de l’émission pour qu’un intervenant se décide à essayer de définir une communauté.

Troisième document  : Une autre émission de France Culture dans "La grande table. 2ème partie" (01/0 6/2016)

Comment éviter la guerre des identités ?

http://www.franceculture.fr/emissio...

Quatrième document  : conférence de l’Université de Tous Les Savoirs (UTLS)

Identités et communautarisme - Yves Michaud

https://www.canal-u.tv/video/univer...

Une conférence de l’UTLS au lycée avec Yves Michaud (philosophe) Lycée de La Viste (13 Marseille)

Louable démarche pédagogique de l’ITLS qui s’adresse à des adolescents pour faire comprendre des questions politiquement sensibles et complexes.

Cinquième document Petit complément : l’identité républicaine telle que la rappelle Jean-Luc Mélenchon https://www.youtube.com/watch?v=9pL...

(mettre le curseur vidéo à la 44ème minute. durée environ trois minutes)

Sixième document  : Émission de France Culture. La conversation scientifique du 05/11/2016 La notion d’identité culturelle a-t-elle un sens ?

https://www.franceculture.fr/emissi...

Septième document  : La question de la communauté abordée par Jacques Généreux.

Jacques Généreux, dans son ouvrage"L’Autre société" aborde la question de la nature des communautés humaines. Cette question est traitée de la page 263 à 278 de son livre. (À partir de la page 261 dans l’édition précédente : "Le socialisme néomoderne") Nous en extrayons ici le début du paragraphe situé dans le chapitre : "Comment se constituent les sociétés humaines ?"

"3-d.Communauté et société

Une communauté est constituée par des liens spécifiques et des similitudes entre un ensemble de personnes qui, de ce fait, se perçoit et est perçu comme un groupe distinct au sein de la société. Parce que le développement de la société ne peut éradiquer l’aspiration naturelle des humains à se regrouper entre semblables il n’entraîne pas mécaniquement la disparition d’appartenances sociales singulières au sein d’une même société’. Ce développement ne peut donc être pensé comme la substitution d’une société à des communautés, mais doit l’être comme la coexistence de diverses communautés et l’intégration de celles-ci dans une communauté politique.

En distinguant communauté et société, Tönnies a attiré l’attention sur une différence réelle entre deux types de relations humaines (relation d’attachement et relation d’échange), différence qui constitue la source d’une difficulté majeure dans la constitution d’une grande société.

La coexistence harmonieuse est évidemment plus aisée entre des êtres déjà liés (par l’affection, le travail, les croyances, le voisinage,etc.) qu’entre des individus parfaitement déliés qui n’échangent ou ne se disputent que des objets et des places. Chaque automobiliste en fait l’expérience quotidienne. …"

Une typologie claire est établie dans le courant de cette étude.

Huitième document : communauté et société de Ferdinand Tönnies,

Le livre est téléchargeable gratuitement sur le site de l’UQAC http://classiques.uqac.ca/classique...

Neuvième document. En complément de ce livre, on peut lire l’article suivant : Communauté et société : un ré-examen du modèle de Tönnies par Ingeburg Lachaussée professeur en CPGE à Paris. Maître de conférences à l’IEP. Auteur de :Le "communautarisme" : vrai concept et faux problèmes

Source : site Sens Public http://www.sens-public.org/article9...

Annexe

1) Communauté : définition de Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Commu...

2) Définition du Trésor de la Langue Française Informatisée (T L F I)

COMMUNAUTÉ, subst. fém.

A. [Concerne des biens matériels, des notions abstr.] État, caractère de ce qui est commun à plusieurs personnes. Communauté d’intérêts, de sentiments, de vues :

1. Il est malheureusement trop vrai que dans les temps de crise et de dissolution les âmes vulgaires ne s’entendent que par une communauté d’intérêts grossiers ou par une même croyance aveugle dans des doctrines métaphysiques, ... BARRÈS, Mes cahiers, t. 12, 1919-20, p. 243.

Posséder qqc. en communauté avec qqn. En commun avec lui :

2. Occupés de défricher ensemble le vaste champ de la nature, ils sont, pour ainsi dire, en communauté de travaux et de succès ; ... CUVIER, Leçons d’anat. comp., t. 1, 1805, p. XX.

Spéc., DR. CIVIL. Régime de la communauté. ,,Régime matrimonial en vertu duquel une partie des biens dont disposent les époux sont communs et partagés après la dissolution du régime`` (Jur. 1971) :

3. LÉON. ... c’est de votre femme que je veux me venger. DE VERTPRÉ. Prenez garde, monsieur l’avocat, que nous sommes mariés sous le régime de la communauté. A. DUMAS Père, Le Mari de la veuve, 1832, 13, p. 276.

Communauté réduite aux acquêts. Régime conventionnel dans lequel la communauté est réduite aux acquêts. P. métonymie L’ensemble des biens communs (p. oppos. aux biens propres).

B. [Concerne les pers.] Ensemble de personnes vivant en collectivité ou formant une association d’ordre politique, économique ou culturel :

4. Et si c’est ton voisin, pourquoi le maudis-tu ? C’est la communauté qui fait la force humaine. MUSSET, La Coupe et les lèvres, 1832, I, 1, p. 270.

En partic.

1. Communauté religieuse. Groupe de religieux, de religieuses vivant dans un cloître ou un couvent et partageant le même mode de vie et le même idéal codifiés dans une règle :

5. La société chrétienne me paraît avoir admirablement compris ces nécessités en créant les communautés religieuses. G. SAND, Lélia, 1839, p. 410. P. méton. La maison où vit cette communauté religieuse :

6. ... il venait assez souvent à Saint-Nicolas pour y dire la messe et y visiter la communauté. SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 1, 1840, p. 419.

2. Communauté nationale. Ensemble des habitants d’un même État :

7. La démocratie socialiste garantit la liberté de tous en protégeant les faibles, l’égalité en assurant à tous au moins l’égalité des chances, et le gouvernement démocratique de l’économie qui devient réellement la chose de tous puisque l’État dispose des leviers de commande et qu’il représente la communauté nationale. G. VEDEL, Manuel élémentaire de dr. constitutionnel, 1949, p. 202.

3. Communauté linguistique. ,,Ensemble humain dont les membres utilisent un même idiome`` (Lang. 1973) :

8. Si par rapport à l’idée qu’il représente, le signifiant apparaît comme librement choisi, en revanche, par rapport à la communauté linguistique qui l’emploie, il n’est pas libre, il est imposé. SAUSSURE, Cours de ling. gén., 1916, p. 104.

4. Communauté économique européenne ou Marché commun. Institution européenne visant à l’harmonie des politiques économiques des États membres.

Rem. On rencontre ds la docum. le subst. masc. communitarisme. Système de vie en communauté.

Il n’est rien de plus profond que cette souffrance de la solitude morale, violée par le communitarisme généreux et grossier d’aujourd’hui (R. ROLLAND, Jean-Christophe, Antoinette, 1908, p. 901).

Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Av. 1280 [date du ms.] comunalte « ensemble de personnes » (Destruction Rome, 800 ds T.-L.) ;

2. 1344 estre en communalté « (d’un bien) être en commun » (Vend. apr. l’asc., Barb. de Lescoet, A. Finist. ds GDF. Compl.) ; av. 1508 dr. communaulté « biens qui sont la propriété commune des deux époux » (Coutumes de Bourges VIII, 4 ds Nouv. Coutumier général, éd. Ch. A. Bourdot de Richebourg, t. 3, p. 912) ;

3. 1538 communaulté « ensemble de religieux vivant ensemble et observant une règle commune » (EST.) ;

4. 1580 « état, caractère de ce qui est commun » (MONTAIGNE, Essais, éd. A. Thibaudet, I, 38, p. 271). Prob. réfection de l’a. fr. communité, ca 1130 « participation en commun » (WACE, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 56), « groupe de personnes ayant un lien en commun » (début XIIIe s. Sermons St Bernard, éd. W. Fœrster, 104, 8), empr. au lat. class. communitas « communauté », d’apr. l’adj. communal*. Fréq. abs. littér. : 1 661. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 451, b) 2 167 ; XXe s. : a) 1 456, b) 2 935. Bbg. Chron. des mots nouveaux. Actual terminol. 1973, t. 6, no 5, pp. 2-3. DUB. Dér. 1962, p. 34. LEW. 1960, p. 183. PUCHEU (R.). Gloss. ou les mots de l’amén. Fr. Monde. 1972, no 93, p. 107. Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 103.

Pseudo-comité, subst. masc.

Sans doute dans ces entreprises où, la grève étant sur le point d’éclater, ils [les prolétaires polonais] se sont constitués en pseudo-« comités de solidarité » pressés de négocier avec la direction des augmentations de salaire et des livraisons de viande (Le Nouvel Observateur, 6 sept. 1980, p. 34, col. 2).

Pseudo-communauté, subst. fém. Le schizoïde (...) aime les sectes, les pseudo-communautés (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 481).

3) Notion de communauté nationale.. (sur le site du conseil constitutionnel)

Source : Le contrôle de constitutionnalité, l’expérience espagnole Maria Emilia CASAS BAAMONDE - Cahiers du Conseil constitutionnel, hors série - Colloque du Cinquantenaire, 3 novembre 2009

http://www.conseil-constitutionnel....

Cette approche est intéressante car la nation espagnole contient des "communautés autonomes" et et et l’Espagne fait partie de la "communauté européenne", expression qui apparaissent plusieurs fois dans le texte. "… En premier lieu, les droits fondamentaux sont les droits subjectifs, droits des individus non seulement en tant que droits des citoyens au sens strict, mais également dans la mesure où ils garantissent un status juridique ou la liberté d’un domaine de l’existence. Ils sont par ailleurs des éléments essentiels d’un ordonnancement objectif de la communauté nationale, dans la mesure où celle-ci se présente comme le cadre d’une cohabitation humaine juste et pacifique, concrétisée··· dans l’État social et démocratique de Droit, d’après la formule consacrée dans notre Constitution »… (article 1.1)".

Fin de la citation

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message