Comment les médias ont éliminé Mélenchon du 2ème tour et ont fait élire Macron.

vendredi 1er septembre 2017.
 

Après la pluie le beau temps ? Les législatives comme troisième tour électoral ou troisième temps de la campagne présidentielle

Pour accéder aux références on peut cliquer sur chaque numéro écrit entre parenthèses ou consulter la liste de ces références en fin de texte.

L’élection présidentielle de 2017 a été manipulée par les médias.

La première manipulation a d’abord consisté en une campagne de presse sans précédent en faveur de Macron : par exemple, de janvier 2015 à janvier 2017, Le Monde et l’Express ont publié plus de 8000 articles le glorifiant (1) puis un record de temps d’antenne sur l’ensemble des médias (133 heures depuis le dépôt des candidatures jusqu’à la veille de la campagne officielle). (2).

"L’homme qui vient de nulle part" (3) est en réalité, propulsé par Attali, Jouyet et Minc puis par les milieux d’affaires qui ont très largement contribué au financement de sa campagne électorale. Il s’est vu ainsi assuré d’une logistique communicationnelle exceptionnelle relativement efficace. (4)

Bien que porteur de vieilles idées économiques qui ont fait preuve de leur absurdité et de leur inefficacité, il est présenté comme l’homme du renouveau, de la "nouvelle manière de faire de la politique". Etc. (5)

L’efficacité de la com’ a tout de même ses limites car il est certes élu mais avec seulement 43, 6% des inscrits au 2ème tour (18 % au 1er tour) et 16 % de son électorat seulement adhère à son programme. (6) Un vote par défaut donc. Son mouvement "En marche", loin d’être un mouvement citoyen populaire de masse, est télécommandé par le monde de la finance. Cela n’exclut évidemment pas que quelques milliers de citoyens influencés par la propagande médiatique de "l’homme jeune et dynamique", aux "idées neuves" qui vont "faire bouger les lignes" composent aussi ce mouvement.

La deuxième manipulation médiatique a été une surexposition de Fillon pour parler de ses affaires judiciaires et tout de même de son programme (112 heures 40 de temps d’antenne sur la même période). Il ne faut donc pas être étonné avec une telle visibilité médiatique que François Fillon puisse tout de même être troisième malgré sa mise en examen et devance Mélenchon auteur du livre " La Vertu".Le CSA a même considéré, à un moment donné, que le temps de parole pour François Fillon était trop élevé. (7)

La troisième manipulation a été de neutraliser la progression de Mélenchon par une super promotion de Hamon avec notamment son "revenu universel" (8) pour empêcher tout débat sur le programme de Mélenchon "l’Avenir en commun" , les médias s’acharnant à le rendre invisible.

En même temps, les médias parlent peu de France Insoumise préférant tout concentrer sur l’individu Mélenchon lui-même pour dénaturer ce mouvement citoyen par la personnalisation. Alors que Hamon a bénéficié de 97 heures de temps d’antenne (soit donc de 230 heures au total avec Macron) Mélenchon n’a bénéficié que de 82 heures. Où est l’équité ? La moitié des électeurs de Hamon qui se serait reportée sur Mélenchon aurait permis à ce dernier d’accéder au second tour à la place de M L P.

Remarquons qu’à l’approche du second tour, alors que les sondages concernant Hamon s’ étaient effondrés, les médias ne se sont pas empressés de lui demander pourquoi il ne se désistait pas pour Mélenchon alors qu’à l’inverse, à la suite de la primaire du PS, les médias avaient quasiment mis en demeure Mélenchon de se désister pour Hamon ! Le refus de Benoît Hamon a donc permis à l’extrême droite d’arriver au second tour, d’éliminer Mélenchon et de faire élire Macron.

La quatrième manipulation est la stratégie d’effacement de Mélenchon et de France Insoumise du champ politique par les médias en gardant une façade de pluralisme. (9) Ainsi, comme déjà dit, Mélenchon sur la période indiquée ne disposait que de 82 heures de temps d’antenne sur l’ensemble des médias alors que Macron et Hamon - duo dont nous avons mis en avant la solidarité tactique à savoir celle d’un programmé vainqueur renforcé par un programmé perdant très utile par sa prise de voix de gauche et son occupation de place ont pu disposer à eux deux de 230 heures. Mais la stratégie d’effacement de Mélenchon s’est faite plus généralement au profit des principaux autres candidats. Voir le dossier sur Agora Vox de la censure à l’encontre de Mélenchon (10)

La cinquième manipulation a été une campagne de presse et médiatique mensongère contre Mélenchon. Voir le dossier d’Acrimed . (11) On se souvient de sa supposée complaisance ou admiration à l’égard de Poutine, de sa "dangereuse rhétorique", de son programme économique qualifié de communiste , de son supposé nationalisme, de son extrémisme, de son colbertisme, de la mise au pas de "ses députés" par "sa" charte autoritaire, etc. Mais ce qui est remarquable, c’est que cette manipulation orchestrée par les médias au service du Capital se trouve relayée par quelques personnalités communistes ou écologistes et quelques éléments de l’extrême gauche. Il faut trouver ici l’une des raisons d’un report de voix sur Hamon ou encore de votes blancs ou d’abstentions d’une frange de l’électorat qui aurait é tentée ar le vote Mélenchon.

Il est donc normal que France Insoumise présente des candidats face à des candidats qui ont perdu leur dignité en s’abaissant à de misérables manœuvres politiciennes colportant de telles calomnies.

La sixième manipulation a été le chantage à la peur  qui a très bien fonctionné : 27 % de l’électorat de Macron qui a voté pour lui au premier tour et 43 % au deuxième tour l’ont fait pour faire barrage au FN. (12).

Remarquons qu’un média comme Europe 1 a fait publicité pour un "vote utile" pour Macron dès le premier tour pour éviter le danger d’un gouvernement FN. (13)

Là encore, si la moitié de ce "vote utile" s’était porté sur Mélenchon au premier tour, celui-ci aurait accédé au second. Les médias ont offert sur la période indiquée 111 heures de temps d’antenne à M LP.

Depuis longtemps les médias règlent le curseur du temps d’antenne du FN de manière à neutraliser l’ascension de Mélenchon (des idées qu’il porte) et d’autre part, provoquer "le vote utile" par crainte d’une prise du pouvoir par le FN.

Dans un cadre médiatique réellement pluraliste et neutre, Mélenchon aurait probablement gagné les élections présidentielles.

Contraint par le règlement de campagne, deux chaînes de télévision ont été obligées d’inviter Mélenchon à deux débats nationaux. Celui-ci a réalisé le meilleurs score d’avis favorables. Nombreux électeurs à l’occasion de ces débats ont pu enfin connaître Mélenchon avec on programme ce qui a affaibli la stratégie ordinaire d’effacement décrite ci-dessus.. Il est clair que si Mélenchon avait eu un temps de parole comparable à ceux de ses adversaires , il aurait probablement été présent au deuxième tour. (14)

Un débat qui aurait dû permettre de choisir entre deux choix de société : celui de Macron soumis aux lois du Capital et celui de Mélenchon insoumis à ces lois (en remettant en cause l’inégal partage des richesses produites par les Français) n’a donc pas pu avoir lieu et ce, conformément aux souhaits plus qu’explicites des forces économiques dominantes relayées par leurs médias.

Le défi de France Insoumise : vaincre l’armée médiatique pour gagner les élections législatives de 2017.

Emmanuel Macron a donc pris le pouvoir par un "coup d’état médiatique". Expliquons cette image. Son armée : les soldats de l’information et de la désinformation, des conseillers en communication opérant dans une multitude d’agences et instituts .

Ses armes : des milliers d’antennes émettrices et réceptrices, des satellites de communication, des millions d’écrans , des millions de kilomètres de papier couvert de textes et d’images, des dizaines de stations de radio et de télévision.

Ses états-majors : les comités directeurs des chaînes de radio, de télévision et des salles de rédaction, des think tanks libéraux .

Espace d’occupation : l’esprit des lecteurs, auditeurs, téléspectateurs. Champ de bataille idéologique : l’esprit des électeurs. Appui financier et logistique : les milieux d’affaires (banques, groupes du CAC 40 et des investisseurs étrangers.

Adversaire à vaincre : Mélenchon et France Insoumise

Stratégie utilisée : voir tout ce qui a été rappelé ci-dessus.

Cette élection manque donc d’assise populaire et démocratique, ce qui se traduit d’ailleurs dans e pourcentage des voix obtenues hors peur, Le pourcentage par rapport aux inscrits(18 % au premier tour, 43, 6 % au deuxième tour), le taux d’adhésion faible à son programme. Dans cette logique on peut donc maintenant s’attendre à un coup de force politique pour imposer des lois rès importantes qui n’ont pas l’assentiment de la majorité des français notamment en rapport avec le droit du travail.

Une seule solution pour stopper un tel processus autoritaire et une telle entreprise de manipulation : voter massivement aux élections législatives 2017 pour les candidats (es) de France Insoumise.

France insoumise devra faire face à de nouvelles techniques de neutralisation : être placé sur le même plan que le FN en extrémiste, promotion de groupe s socialistes pour un "renouveau socialiste" humaniste, tantôt contestant ou tantôt accompagnant avec vigilance la politique de Macron, etc. ; utilisation et instrumentalisation des dissensions entre France Insoumise et les communistes ou les Vers, etc.

C’est en quelque sorte le troisième tour.

Références :

1) Comment les médias ont fabriqué le candidat Macron Source : site Le vent se lève http://lvsl.fr/medias-ont-fabrique-...

(2) CSA : Temps de parole et temps d’antenne http://www.csa.fr/Television/Le-sui...

(3) Les vieux habits de l’homme neuf. Le monde diplomatique . Mars 2017 http://www.monde-diplomatique.fr/20...

(4) Campagne Macron : les dessous de l’incroyable machination financière Source : Mediapart http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

(5) . (Macron), le candidat des médias. Le Monde diplomatique . Mai 2017 https://www.monde-diplomatique.fr/2...

(6) Site de Public Sénat. https://www.publicsenat.fr/article/...

(7) CSA : un temps de parole anormalement élevé pour François Fillon Source : journal 20 minutes du 0 8/03/2017 http://www.20minutes.fr/medias/2027...

(8) Revenu de base 2017 : la grande manipulation politico –médiatique. http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

(9) La campagne électorale de Mélenchon étouffée par les médias http://www.gauchemip.org/spip.php?a...

(10) Mélenchon censuré : les médias font la campagne de Macron Fillon, Hamon et Le Pen. Source : Agora Vox http://www.agoravox.fr/actualites/m...

(11) Les éditocraques contre Jean-Luc Mélenchon. Source : Acrimed http://www.acrimed.org/Les-editocra...

(12) Source : France info http://www.francetvinfo.fr/election... et source précédente (6).

(13) Le vote utile : un puissant levier . Europe 1 http://www.europe1.fr/politique/le-...

(14) Présidentielle : à temps de parole égale le second tour aurait pu opposer Mélenchon à Macron. Source : Marianne https://www.marianne.net/politique/...

Concernant les résultats de l’élection présidentielle 2017, on peut se reporter sur le site du ministère de l’intérieur :

Premier tour http://www.interieur.gouv.fr/Electi...

Deuxième tour http://www.interieur.gouv.fr/Electi...

Annexe  : un exemple de journalisme guerrier anti France insoumise

« Le Parisien » enchaîné par Pierre Rimbert

Source : Le Monde diplomatique de mai 2017 http://www.monde-diplomatique.fr/20...

Début 2016, peu après son rachat par le groupe LVMH de M. Bernard Arnault, Le Parisien avait interdit la publication d’articles sur le film de François Ruffin Merci patron !, qui tournait en ridicule le nouveau propriétaire.

Au printemps 2017, la nouvelle cible se nomme Jean-Luc Mélenchon, qualifié de « marchand de rêves » dans un éditorial (16 avril 2017). À l’avant-veille du premier tour (21 avril 2017), une double page assimilait son mouvement,

La France insoumise, au Front national : « Ils appartiennent à une droite et à une gauche pour le moins radicales, allergiques l’une et l’autre à l’Allemagne, à l’Europe, au monde qui, tout autour de nous, bouge et avance. Quoi qu’on en dise, les populismes quels qu’ils soient sont un rabougrissement des idées et des ambitions qui pourrait mettre la France en état de congélation. » Contrairement au courant d’air vivifiant qu’insuffle le journalisme de faits divers.

Pour préciser le fond de sa pensée, le quotidien a sollicité un expert impeccablement neutre, présenté comme « directeur de la Fondapol » : Dominique Reynié, en réalité candidat Les Républicains aux régionales de 2015 dans le Languedoc-Roussillon. « Ces deux extrémismes sont-ils identiques ? », interroge la journaliste. « Quelle est la force qu’a cherché à mobiliser Mélenchon la semaine dernière lors de son meeting à Marseille lorsqu’il a fait huer l’État d’Israël ?, rétorque le militant grimé en politologue. Il y a toujours eu dans l’extrême gauche un vieux fond antisémite contre lequel elle se défend en insistant sur la différence, qui n’est qu’un leurre, entre “antisémitisme” et “antisionisme”. » On attend désormais que Le Parisien fasse commenter la politique étrangère américaine par Élizabeth Teissier, présentée comme géopoliticienne.

Fin de l’article du Monde diplomatique.

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message