Football : De Pierre Deschamps à L’En Avant de Guingamp

vendredi 12 juillet 2019.
 

- La saison s’y prête, parlons football ! Et même, parlons Deschamps. Pierre Deschamps, l’autre Deschamps du football français.

- 30 juin 1873 Naissance de Pierre Deschamps

Né en 1873, dans l’Indre, sa vocation d’enseignant le mène au-delà des mers, à Tunis, à La Réunion, puis à Madagascar, où Gallieni compte sur lui pour rendre plus docile une population qui s’agite. Ce n’est peut-être pas une riche idée que de placer là un jeune homme qui ressent intensément les injustices du système colonial ! Et qui, en riposte, décide de fonder la Mission laïque française, afin de contrarier l’emprise de l’éducation religieuse. Il s’agit, dans son projet, de rejeter l’assimilation pour les populations concernées en les amenant à l’autonomie émancipatrice.

La rentrée 1912 le voit directeur de l’école primaire de garçons de Guingamp. Ici comme à Madagascar, une seule mission : éduquer, éduquer toujours. Et pour cela imaginer des structures qui soudent entre eux les adolescents. Et pour « faire équipe », quoi de plus enthousiasmant que le sport ? Une société d’éducation physique naît. On s’y frotte à l’escrime, aux agrès de gymnastique, mais aussi, mais surtout, au football. En Avant de Guingamp vient de se lever. Les matches se succèdent avant que les statuts de l’association ne soient officiels fin 1918. D’autres priorités sont passées par là, reléguant pour quatre ans le football aux vestiaires.

L’En Avant de Guingamp n’est ni plus ni moins qu’un patronage laïque, dont les encadrants sont des instituteurs. Ces fameux « hussards noirs » de la République. Le choix des maillots est une déclaration anticléricale à lui seul ! On adopte le rouge et le noir. Symbole éminemment politique, puisque l’En Avant, créé par des militants laïques, est solidement amarré à gauche. Même son nom En Avant ! claque comme un slogan révolutionnaire, qui répondrait à l’Avanti italien. Mais c’est aussi l’affirmation d’une rivalité avec l’autre équipe guingampaise, initiée celle-ci par le clergé, et qui joue en bleu et blanc, les couleurs de la vierge !

L’aventure se poursuit après la Libération. Le patron de la plus importante entreprise de la ville veut faire de l’En Avant une équipe de footballeurs ouvriers. Tous les week-ends, les garçons troquent le bleu de l’atelier contre le maillot rouge et noir ! Jusqu’à la gloire. L’En Avant de Guingamp… ou comment un « petit » club, nourri des valeurs de l’école publique et de laïcité et semblant voué à l’amateurisme régional, a soulevé par deux fois la Coupe de France !

Brigitte Blang

https://heuredupeuple.fr/le-30-juin...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message