19 août 1944 : Libération de l’Hôtel de Ville de Paris

mercredi 22 août 2018.
 

La Libération de l’Hôtel de Ville, par les personnels, des élus et le Peuple de Paris a été une lutte victorieuse contre l’occupant, le nazisme et le fascisme, le racisme et la xénophobie, pour la Liberté, la Démocratie, la Fraternité, la Souveraineté et le mieux vivre pour l’Homme dans un monde de Paix.

Les travailleuses et travailleurs, français(es) et immigré(e)s dans leur grande masse ont refusé de se résigner et de se soumettre à l’occupant et à ceux qui collaboraient (Gouvernement de Pétain, patronat en général).

De longue date, l’insurrection d’août 1944 était préparée dans l’ombre par la Résistance de la région parisienne. Un travail de tous les jours, militant, dangereux, pour certain(e) de ces femmes et de ces hommes qui finissaient fusillé(e)s, assassiné(e)s, déporté(e)s, tué(e)s pendant l’insurrection et qui ont libéré Paris entre le 18 et le 25 août 1944.

OUI, NOUS DEVONS LEUR RENDRE HOMMAGE

La Résistance, en libérant Paris et la France, a imposé par cette lutte, le programme du Conseil National de la Résistance, programme conçu dans la clandestinité, mais programme porteur de grandes conquêtes sociales réalisées à partir de 1945 :

Confirmation des acquis de 1936,

Les Nationalisations,

Les Services Publics,

La Sécurité Sociale,

Des augmentations de salaires,

Notre Statut...

Tout cela dans une France en ruines qui a pourtant trouvé les moyens de satisfaire ces revendications et a privilégié l’Homme et son travail plutôt que les taux de profit pour redresser l’économie nationale.

Depuis 63 ans, le grand Capital, le patronat, avec l’aide des gouvernements successifs, imaginent comment reprendre ces acquis.

Ces dernières années les choses s’accélèrent, le grand patronat et le capital prennent leur revanche et jettent en pâture ces Grandes Conquêtes Sociales aux noms de l’Europe de la Mondialisation, en vérité, au nom du capitalisme et des pouvoirs financiers.

Pendant ce temps là, le gouvernement de M. SARKOZY en redonne aux riches, pendant qu’il bloque les salaires et que les augmentations pleuvent.....

Les premières mesures prises ne font aucun doute, les riches seront toujours plus riches.

Comment défendre l’idée du travail pour tous avec un salaire décent alors que parallèlement le parlement adopte pour première mesure, le bouclier fiscal à 60 % ce qui permettra pour simple exemple, à Mme MEYER Léone, petite fille du fondateur des galeries Lafayette, d’empocher un chèque de 7 millions d’euros, correspondant au trop versé en 2006, soit 580 années de SMIC, à 1 005 euros net en 2007 !

Combien de Mmes MEYER sont concernées ? 518 000 personnes sont assujetties à l’impôt sur les grandes fortunes en 2007. En 1945 après guerre, le partage des richesses a permis à la France de se relever et dynamiser son économie !

A Paris, nous demandons :

le retour au service public de certains services concédés au privé, comme le secteur de l’eau. le renforcement du personnel dans toutes les directions de la Ville de Paris, le remplacement des départs en retraite, en ne s’inscrivant pas dans la volonté du gouvernement d’affaiblir les missions du service public, que toutes les directions disposent des moyens humains, matériels et financiers pour accomplir leurs missions.

OUI LE MAIRE DE PARIS A LES MOYENS DE FAIRE D’AUTRES CHOIX POLITIQUES, ENCORE FAUT-IL AVOIR LE COURAGE DE RESISTER !!!

Les circonstances d’hier et d’aujourd’hui ne sont pas comparables !... Mais les reculs sociaux et les attaques envers ceux qui luttent et qui résistent aujourd’hui ne sont pas plus acceptables.

En ce 63ème anniversaire, les luttes menées par les salarié(e)s de nos services, démontrent qu’ils n’ont pas oublié ceux qui ont sacrifié leur vie, pour sauver l’humanité, défendre les libertés et permettre que de Grands Fondements Progressistes se mettent en place.

Nous n’avons pas le droit d’oublier ceux qui sont morts pour la France, et, pour ce qui nous concerne nos collègues de l’époque Egoutier, Cantonnier du Nettoiement, Ouvrier du service des Eaux, Commis, Sous-brigadiers, Adjoint Technique, Chef de Bureau, Ingénieur....qui se sont fait tués pour Libérer l’Hôtel de Ville de Paris, ainsi que tous les autres bâtiments publics.

C’EST POURQUOI, NOUS APPELONS L’ENSEMBLE DES PERSONNELS DE LA VILLE ET DU DEPARTEMENT A VENIR

LE 24 AOUT 2007 A 11 H 00 A L’HOTEL DE VILLE SALLE DES PREVOTS

LEUR RENDRE HOMMAGE ET POUR QUE, PAR NOTRE PRESENCE MASSIVE, NOUS AMENIONS LE MAIRE DE PARIS, A REPONDRE POSITIVEMENT A NOS REVENDICATIONS AUTORISATION D’ABSENCE ACCORDEE PAR LE MAIRE

Union Syndicale des Fonctionnaires et des Salariés des Services Publics Territoriaux Parisiens (actifs et retraités)

3 Rue du Château d’Eau 75010 Paris (01.44.52.77.05 Fax 01.44.52.77.29

cgt.syndicat@paris.fr Site Internet :


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message