Maïakowski : vers relevés en juin 68 dans les facs occupées

jeudi 19 juillet 2018.
 

Mi-juin 68, le mouvement est pratiquement terminé en Aveyron. Je "monte" sur Paris pour 3 jours avec René Duran, Danielle Misrahi et sa mère, Madame Salvan. Je dors dans l’appartement du ruthénois Jean François Marion. La Sorbonne est occupée par les CRS. Censier et la Halle aux Vins (sciences) restent d’accès libre ; on peut lire des slogans sur les murs mais aussi des textes affichés ici et là. C’est ainsi que je découvre le poète Maïakowski (1893-1930, né d’une famille russe caucasienne d’origine cosaque)sur quelques feuillets placardés dans le hall de Censier. Je vous livre ci-dessous tous les extraits que j’ai pu relever sur une petite feuille bien salie que je n’ai pas perdue. Le choix n’étant pas de moi, je préfère ne rien supprimer.

Chez les autres je connais la place du coeur.

Il est dans la poitrine. Tout le monde sait cela.

Chez moi

L’anatomie a perdu l’esprit,

Je ne suis tout entier qu’un coeur

Qui gronde partout.

********************************************************

Que le ciseau et le rasoir révèlent des cheveux gris

que tinte en masse l’argent des années

J’ai l’espérance, la foi qu’au grand jamais

ne me viendra la honte de m’assagir.

********************************************************

En finir avec cette rime

Et sur un vers


grimper vers une vie étonnante

********************************************************

Dans les vers suivants, il s’attaque aux bureaucrates considérés comme héritiers des puissants d’avant la Révolution d’Octobre :

Vous feriez un oreiller


de la volonté


de la pierre,

La Commune elle-même


Vous la rouleriez en boule molle.

Pendant des siècles,


Vous avez vécu dans des maisons

Et maintenant vous vous installez dans vos comités de maison

Octobre a grondé


Vengeur


Justicier

Et derrière son aile au plumage de feu

Vous avez déposé vos ustensiles de cuisine.

**********************************************************

Donner à la révolution


les mêmes noms

Qu’à la bien-aimée


le premier jour...

Des cieux de la poésie


je me précipite vers le communisme

parce que


sans lui


il n’est pas pour moi d’amour

**********************************************************

Camarade Lénine

Beaucoup sans vous ont perdu la tête

Toutes sortes de canailles foulent notre sol et l’entourent

Un long ruban de gredins qui s’étire

Des koulaks, des bureaucrates, lèches-bottes, sextaires, ivrognes...

Bien sûr que nous les materons tous

Mais ce sera effroyablement difficile.

**********************************************************

Les pensées sortent du crâne

Comme des caillots de sang douloureux

**********************************************************

La mort est terrible

Il est terrifiant de ne plus oser, terrifiant de ne plus aimer

Je hais tout ce qui est mort. J’aime tout ce qui vit

**********************************************************

Je veux l’avenir tout de suite

**********************************************************

Ecoutez, monsieur Dieu

est-ce que cela ne vous ennuie pas

de tremper chaque jour dans la gelée fade des nuages

vos yeux attendris

***********************************************************

Mon dernier cri

Hurle au moins que je brûle

à la face des siècles

***********************************************************

Je sais la force des mots et leur tocsin

**********************************************************

Rassembler des éclairs...

Et tout faire sauter.

Mais est-ce possible ?

Et les lois historiques ?

Je suis marxiste,

Bien sûr je n’en ferai rien,

Mais si vous saviez

Combien je souffre

De m’en tenir au rôle de témoin

**********************************************************

En quelque trou que l’on m’enterre je sais

que je suis digne d’être couché

avec ceux qui reposent sous le drapeau rouge


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message