8 avril 1782 Les révolutions de Genève, levain de la Révolution française

jeudi 3 août 2017.
 

A) Genève, cité bourgeoise progressiste, de la Renaissance au 18ème siècle

La Cité-Etat de Genève, fondée en 1541, fait partie des premières institutions bourgeoises significatives en Europe. Les institutions de cette république comprennent en principe :

- le "Conseil général" large dans lequel siègent les membres de la bourgeoisie de Genève

- le Conseil des Deux-Cents et le Conseil des Soixante (Petit Conseil) faisant fonction d’exécutifs

Ce fonctionnement politique est évidemment démocratique en comparaison de secteurs qui restent alors plongés dans la nuit féodale.

Par rapport aux territoires proches d’Allemagne, de France ou d’Italie, Genève fait figure de cité bourgeoise en avance sur son temps par sa vie économique (imprimerie, horlogerie, soierie, dorure...), le rôle de ses citoyens, son niveau de scolarisation, son rôle dans l’élaboration et la diffusion des idées des Lumières (Jean-Jacques Rousseau, Jean-Robert Chouet, Jean-Alphonse Turrettini, Jean-Antoine Gautier...).

La ville bénéficie d’un apport de population et d’argent avec l’arrivée de nombreux Français protestants chassés par les intégristes fanatiques catholiques durant les Guerres de religion puis après la Révocation de l’Edit de Nantes.

12 décembre 1602 République Protestantisme et révolutions à Genève

B) Genève, cité bourgeoise à la démocratie largement fictive

Plusieurs facteurs vont provoquer des révolutions à répétition au cours du 18ème siècle. Institutions bourgeoises typiques, la démocratie n’est qu’apparente.

- Grands bourgeois et aristocrates monopolisent le pouvoir par le Conseil des Deux-Cents et le Petit Conseil, en cooptant les membres sans rendre compte devant le Conseil général.

- Le rôle des 3000 citoyens dans le choix des dirigeants et dans les décisions s’avère donc très limité dans la réalité. Surtout, un grand nombre d’habitants ne sont pas citoyens.

- Environ 4000 genevois nés dans la ville (d’où leur appellation de "natifs") mais enfants d’étrangers ne bénéficient pas des droits politiques et subissent diverses discriminations.

- Environ 4500 étrangers sont seulement "tolérés" dans la Cité.

- La vitalité économique et commerciale de Genève provient pour une bonne part d’une productivité supérieure aux pays catholiques voisins en raison de conditions de travail plus astreignantes. Ces salariés à la source de la prospérité de la ville font presque tous partie des natifs et des étrangers.

C) Les révolutions de Genève au 18ème siècle

Ces mouvements révolutionnaires présentent un grand intérêt historique.

Comme nous venons de le voir, depuis 1541, cette Cité-Etat constitue une république dirigée de fait par le Conseil des Deux-Cents et le Conseil des Soixante (Petit Conseil) faisant fonction d’exécutifs, influencés par les grands bourgeois et l’aristocratie.

La première grande révolte éclate en 1707 pour des raisons essentiellement économiques et sociales. Les armées de Berne et Zurich permettent de mater le mouvement et de fusiller son chef en prison.

En 1737, nouvelle révolution qui prend le pouvoir. L’oligarchie fait appel à la France comme médiatrice. Le Règlement de la Médiation, adopté en 1738, donne un rôle central au Conseil général en matière législative (pour toute nouvelle loi) et fiscale (pour tout nouvel impôt).

En 1762, nouvel affrontement entre d’une part un mouvement citoyen, d’autre part le Petit Conseil qui a condamné deux ouvrages de Rousseau — Émile ou De l’éducation et Du Contrat social — à être brûlés parce que « tendant à détruire la religion chrétienne et tous les gouvernements ». Le courant favorable aux idées de Rousseau se formalise dans le mouvement des Représentants (nom donné suite aux "représentions" adressées au Petit Conseil).

- Nouveaux mouvements révolutionnaires en 1766 et 1768

- Surtout réussite d’une dernière révolution en 1781 qui accorde l’égalité civile à une grande partie des habitants de la ville comme de la campagne.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message