1984 1994 L’ordre capitaliste écrase le monde

dimanche 17 mars 2019.
 

Nous avons déjà abordé plusieurs fois sur ce site la question des cycles politiques avec leurs périodes successives, même si chaque cycle présente de grandes particularités :

- phase de montée de l’activité des masses,
- phase de combativité sociale, démocratique et révolutionnaire
- phase de retombée de l’activité des masses
- phase de recul très important du rapport de forces, de domination écrasante des puissants, des réactionnaires et des politiciens bourgeois

Les années 1984 à 1994 sont caractéristiques de ce dernier type de période.

A) Les années 1984 et 1985

L’accumulation de plusieurs évènements significatifs durant ces deux années me paraît caractéristique de l’entrée dans une période de réaction :

- en Grande-Bretagne, la privatisation de British Telecom, la "libération" du marché du travail, la défaite de la grève générale des mineurs.

3 mai 1979 : Margaret Thatcher, incarnation de la droite libérale implacable, devient première ministre britannique 2 l’attaque anti-ouvrière de 1983 à 1985

- aux Etats-Unis, l’élection de Ronald Reagan avec 58,8% des voix, suivie aussitôt par la sortie symbolique de l’UNESCO

- au niveau planétaire, la mise en place de la doctrine Reagan d’appui aux mouvements d’opposition armée dans les pays progressistes soupçonnés d’alliance avec les communistes (en particulier les contras du Nicaragua et les islamistes afghans).

- au niveau planétaire la signature des accords du Plaza à New York entre les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne de l’Ouest et le Japon, qui à la fois entérinent le rôle central du dollar et prennent des mesures pour le faire baisser (situation idéale pour les exportations américaines).

- Gorbatchev accepte les pressions américaines visant à isoler le gouvernement de gauche afghan et à renforcer les islamistes.

- se considérant en position de force, les Etats Unis acceptent le remplacement dans certains pays d’Amérique latine de militaires politiquement usés par des civils (Uruguay en particulier)

- en Amérique latine toujours, les USA décrètent un embargo économique contre le Nicaragua tout en soutenant militairement les Contras

- en France, recul du Parti Socialiste face à la droite libérale et aux défenseurs de l’enseignement privé. Cette défaite politique conforte la "pause" des réformes, la réorientation vers le projet européen libéral et social-libéral.

- au Portugal, arrestation d’Otelo Saraiva de Carvalho et d’une cinquantaine de militants d’extrême gauche, symboles de la Révolution des oeillets puis la victoire électorale des conservateurs

- en Inde, la catastrophe de Bhopal.

- en Algérie, la réintroduction de la charia dans le code civil, signe de la poussée islamiste qui déstabilisera bientôt le pays

- raid de l’armée de l’air israélienne contre le quartier-général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Hammam Chott (Tunisie).

...

Les périodes de réaction n’ont jamais empêché ici et là des victoires insuffisantes pour modifier le rapport de force mondial. Ainsi, en 1984, Thomas Sankara dirige la révolution burkinabé.

B) De 1986 à 1993

- l’URSS et les pays de l’Est sont emportés par le rapport de forces dominant du capitalisme mondial et par des mobilisations populaires opposées aux régimes bureaucratisés oppressifs

- l’effondrement du "communisme réel" laisse place seulement à des privatisations au profit de la nomenklatura et au réveil des communautarismes nationaux, y compris dans les Balkans.

- la "chute du Mur de Berlin" le 9 novembre 1989 symbolise l’aspiration du peuple allemand à sa réunification mais aussi la fin de la guerre froide par la victoire des USA

- la révolution burkinabé finit dans le sang

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara, président progressiste du Burkina Faso, est assassiné

- la Guerre du Golfe (1991) concrétise la domination mondiale (militaire, politique et économique) des USA

- Victoires électorales des conservateurs en Allemagne de l’Ouest, Grande-Bretagne, France...

- les gouvernements sociaux-démocrates s’adaptent au rapport de force international avec partout des mesures favorisant la financiarisation de l’économie, la concurrence libre et non faussée...

- les gouvernements de pays engagés dans la voie du socialisme s’adapte aussi à ce rapport de forces. Tel est le cas en particulier au Vietnam et au Nicaragua

- dans l’Union européenne, l’Acte Unique (1986) puis le Traité de Maastricht (1992) imposent un cadre libéral

- En Amérique du Nord, l’Accord de libre-échange canado-américain impose le même cadre

- En Amérique centrale, le Nicaragua comme le FMLN du Salvador subissent une pression considérable de la part des USA qui finissent par l’emporter. Mise en place du Marché Commun centre-américain.

- En Amérique du Sud, la mise en place d’une zone andine de libre-échanges et les crises de la dette relèvent du même contexte économique et politique de domination américaine et capitaliste.

- les prix Nobel de la paix attribués à Elie Wiesel, au dalaï lama... contribuent à construire par les médias un espace mental lié aux intérêts des multinationales.

- la poussée islamiste (Iran, Afghanistan, Soudan, Algérie, Egypte...) marque l’écrasement des mouvements progressistes arabo-musulmans des années 1960 et 1970.

- En Chine, l’écrasement du mouvement de la jeunesse sur la place Tien An Men symbolise l’évolution négative du rapport de forces au sein des dirigeants chinois

- Dans le Sud-Est asiatique, la zone de libre-échange des pays de l’ASEAN complète le dispositif mondial de libéralisation des échanges.

C) Indices de fin de cette période de réaction en 1994 et 1995

Les principaux indices me paraissent être :

- la grève française de novembre décembre 1995

- le début de l’insurrection zapatiste dans l’état mexicain du Chiapas

- l’élection de Nelson Mandela comme président de la République en Afrique du Sud...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message