Alfred Stroessner, général pro-américain de culture fasciste

dimanche 30 avril 2017.
 

Mercredi 16 août 2006, un des pires dictateurs latino-américains est décédé sur son lit d’hôpital. Nous mettons en ligne un petit article à son sujet car la presse a occulté l’essentiel : il fut un chantre du nazisme pendant 20 ans puis un pilier militaro-policier pro-américain pendant 42 ans (sans renier ses idées).

1) La jeunesse d’Alfred Stroessner dans un contexte social pro-fasciste

Né en 1912,Alfred Stroessner est élevé dans la société allemande du Paraguay (son père est allemand) qui se développe dans les années 1920-1930 sur des bases à la fois communautaires et pro-nazies. Le premier parti national-socialiste d’Amérique du Sud se crée ainsi au Paraguay en 1931 ; il bénéficie de la réalité de masse des sociétés animées par ce réseau : écoles, aide sociale, santé, groupes de jeunes. Il va apporter un soutien sans faille au coup d’Etat franquiste et lui servir de relais latino-américain.

A 17 ans, Stroessner entre à l’école militaire marquée par cette émulation fasciste. A partir de 1940, le Paraguay subit la dictature pro-nazie du général Morinigo, appuyé sur une armée qui reçoit 45% du revenu national. Au sein de cette armée, Alfred Stroessner brille déjà par son exaltation hitlérienne et sa dureté contre le mouvement ouvrier et les intellectuels démocratiques.

Higinio Morinigo, président dictateur, affirme lui-même ses sympathies fascistes, son soutien à l’Allemagne nazie, à l’Italie mussolinienne, au Japon. L’armée et la police seraient prêtes à en découdre à leurs côtés s’ils n’étaient isolés au milieu du continent latino-américain. Un seul exemple : le général en chef de la police baptise son fils Adolfo Hiroito en honneur d’Hitler et de l’empereur du Japon. Les "cadetes" de police portent officiellement les insignes nazies (croix gammée) et mussoliniennes sur leur uniforme. Le grand journal du pays (El pais) popularise ouvertement le nazisme ainsi qu’un soutien à l’Allemagne et ses alliés.

En 1947, une insurrection éclate appuyée sur les Febreristas, le mouvement ouvrier, des libéraux, les communistes, une partie significative de l’armée consciente de l’évolution du monde depuis 1945. Durant une guerre civile particulièrement dure, un colonel d’artillerie va sauver le régime par sa fermeté et sa sauvagerie : Alfredo Stroessner.

Général en chef des forces armées en 1951 puis président dictateur de 1954 à 1989. , après avoir réussi son propre coup d’Etat, il va faire régner une terreur cruelle sur le Paraguay :

- environ 3000 assassinats et "disparitions" politiques

- 2 millions d’exilés

2) De 1945 à 1989, Stroessner contribua à cacher des nazis.

N’oublions pas que 60000 à 80000 criminels de guerre bénéficièrent à la fin de la Seconde Guerre mondiale de complicités (en particulier de la Croix rouge et du Vatican) pour rejoindre l’Amérique latine (dont Adolf Eichman, Ante Pavelic, Von Oven, Klaus Barbie...) Des hommes de la Gestapo aidèrent la police de Stroessner. Parmi les hiérarques fascistes présents au Paraguay, signalons 3 cas. En 1977, Eduard Roshman ("boucher" de 40000 juifs en Lettonie), est arrêté, mais bénéficie de telles complicités qu’il s’évade et rejoint directement la capitale paraguayenne Asuncion où il ne sera plus inquiété.

Détaillons le cas du " Docteur Josef Mengelé", caché au Brésil, et par périodes au Paraguay, sous le nom de Wolfgang Gerhard. Mengelé avait rejoint dès 1934 l’Institut de recherche pour la "biologie héréditaire et l’hygiène raciale". En 1943 il avait été nommé docteur en chef à Auschwitz-Birkenau, où il joua un rôle décisif d’une part dans l’extermination par les chambres à gaz, d’autre part dans un "travail" pseudoscientifique qui lui vaudra le surnom d’"ange de la mort" : recherche sur l’hérédité, en utilisant des détenus pour l’expérimentation humaine, tentatives de changer des colorations d’oeil en injectant des produits chimiques dans les yeux des enfants, diverses amputations des membres, expériences sur les jumeaux dont l’essai de coudre leurs veines, expériences sur la résistance du corps humain en submersion ( dans des chaudrons d’eau en ébullition) jusqu’à la mort, nombreuses "expériences" sur des nains et surtout des femmes...

Parmi les principaux dignitaires nazis, il est considéré comme certain par beaucoup d’historiens que Martin Borman (général SS, secrétaire personnel d’Hitler, chef de la chancellerie du parti nazi) profita de l’hospitalité du Paraguay de Stroessner.

3) La dictature militaire d’Alfred Stroessner

Président dictateur de 1954 à 1989, après avoir réussi son propre coup d’Etat, Stroessner va faire régner une terreur cruelle sur le Paraguay :

- environ 3000 assassinats et "disparitions" politiques

- 2 millions d’exilés

Les "réfugiés" nazis devinrent durant ces dizaines d’années de drôles de "Paraguayens" déterminés à prendre leur revanche contre les démocrates, syndicalistes et "rouges" divers.

Ainsi, dans les années 60, les "Paraguayens" et leurs « conseillers » américains réprimèrent dans la région de Misiones des opposants réfugiés en Argentine. Ils les écorchèrent vifs puis les jetèrent dans les eaux du fleuve Parana, cloués sur des croix.

Le Paraguay de Stroessner fut également au coeur du Plan Condor élaboré par les Etats Unis et les dictatures d’Amérique du Sud pour exécuter massivement leurs opposants dans les années 1970-1980 : 50000 assassinés, 35000 disparus, 400000 prisonniers.

Cette opération "Condor" prit forme essentiellement lors des obsèques de Franco en Espagne et mêla tortionnaires chiliens, militaires paraguayens, spécialiste américain des assassinats politiques ( Michael Townley), dirigeant italien d’extrême-droite. Le rôle du Paraguay dans l’opération Condor dépassait l’horizon de l’Amérique du Sud, en particulier en matière de livraison d’armes vers les réseaux d’extrême droite au Nicaragua, en Afrique du Sud, en Iran...

4) La dictature de Stroessner présente des caractéristiques des régimes fascistes.

Notons le génocide presque total des populations indiennes autochtones, surtout entre 1968 et 1972 par des "chasses", mais aussi jusqu’en 1989 ( Elie Wiesel a employé ce terme de génocide pour la pratique du gouvernement paraguayen vis à vis des Indiens). Quelques "survivants des chasses" ont été concentrés aux mains de missionnaires religieux fondamentalistes dans la "réserve nationale de Guayakí". En plus d’une totale interdiction de leurs rituels, chansons, coutumes, activités de groupe, langue, et noms originaux, ils subirent la faim, l’absence de soins médicaux, l’humiliation, le viol, et la torture.

Cet emploi de la torture fut également fréquent à l’encontre des opposants politiques. " A travers les dossiers conservés à Asuncion, on suit le chemin de croix des détenus de salles de tortures en commissariats clandestins, d’une prison à une autre, pour finir « emballés » dans des sacs en plastique et enterrés dans les cours des casernes, des prisons ou autres fosses communes, ouvertes grâce aux notes découvertes dans les archives. Le chef de la police politique paraguayenne d’Alfredo Stroessner, le très puissant Pastor Coronel, assistait en personne aux interrogatoires et aux tortures. Lors d’une opération contre des paysans, il a fait arrêter entre 1.500 et 3.000 personnes. Quarante-cinq ont été « jugées ». Les autres ont allongé les listes des disparus" (extrait d’un article de L’Humanité).

Le culte religieux du chef fonctionna également à plein. Des historiens attribuent à Stroessner la création d’une secte politico-religieuse appelée Pueblo de Dios (Peuple de Dieu, encore en activité), catholique, apostolique et paraguayenne où il était présenté comme un envoyé de Dieu.

Marqué par la détermination de toute sa vie contre la démocratie et le mouvement ouvrier, pour le droit des élites à diriger le peuple, Stroessner va logiquement devenir le fidèle pilier des Etats Unis au coeur de l’Amérique latine durant la guerre froide. Il sera vanté comme un modèle par la Banque mondiale. Il sera reçu avec tous les honneurs au Japon (par l’empereur Hiro Hito), aux Etats Unis, en France (par Charles de Gaulle)...

5) Stroessner, un pilier de la politique internationale des USA

Ne nous y trompons pas, Stroessner fut un pilier de la "guerre froide". Cette "guerre froide" fut marquée par l’opposition entre les Etats Unis et l’URSS mais elle fut aussi une vraie guerre menée par les Etats Unis contre les peuples du monde qui essayaient de sortir du colonialisme par le haut, qui essayaient de prendre en compte réellement leurs propres intérêts. Cette guerre pour éliminer les forces progressistes du Tiers Monde impliquait de faire peur à l’URSS pour qu’elle n’intervienne pas et cela marcha.

Pour prendre seulement un exemple : l’Indonésie faisait à l’époque partie des grands pays "non-alignés", pesant sur la vie politique du monde, essayant avec des succès de sortir du sous-développement. Les militaires au service des USA exterminèrent un million de personnes pour installer la dictature de Suharto. On pourrait écrire à peu près la même chose en Afrique pour le Congo, aujourd’hui explosé.

Parmi les dictateurs ayant joué ce rôle, citons : Marcos (Philippines), Zia Ul-Haq (Pakistan), le Shah (Iran), Mobutu (Congo), Videla (Argentine), Geisel et autres (Brésil), Batista (Cuba), Somoza (Nicaragua), Pinochet (Chili), Duvallier (Haîti)...

Dans cette litanie de dictatures sanglantes pro-américaines, Stroessner représente seulement un prototype. En 1989, il fut renversé par un coup d’Etat militaire et se réfugia au Brésil. Mais l’actuel président du Paraguay, Andres Rodriguès est un de ses anciens collaborateurs ; son nom fleurit fréquemment les dossiers des salles de torture et des disparitions de l’époque Stroessner.

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message