Pour moi, c’est NON ! (Communiqué de Guilhem Serieys, Conseiller régional)

samedi 20 avril 2019.
 

Texte du 12 avril 2005 durant la campagne contre le Traité Constitutionnel Européen.

Le peuple français va se prononcer par référendum sur la Constitution européenne. Si ce texte était approuvé par les 25 États membres de l’Union, il deviendrait la règle suprême, la loi des lois pour tout le continent.

Cette Constitution consacre la dérive anti-démocratique de la construction européenne. Elle a été élaborée en catimini par une convention non élue par les citoyens. Elle ne pourra être modifiée que par l’unanimité d’une convention européenne, de tous les chefs d’État, de tous les pays. Impossible. 311 articles sur 488 fixent minutieusement le contenu de la seule politique économique et sociale qui serait dorénavant autorisée à partir du seul principe de la « concurrence libre et non faussée » auquel tout doit être soumis. Elle retire ainsi aux citoyens et aux élus la possibilité de mener une autre politique. Une Constitution devrait se limiter à énoncer les valeurs-droits fondant une communauté et organiser le fonctionnement des institutions.

Cette Constitution inscrit dans le marbre les politiques libérales. Le progrès social ne sera jamais à l’ordre du jour puisque ce texte interdit l’harmonisation sociale et rend impossible l’harmonisation fiscale. Ainsi, il favorise les délocalisations et l’alignement vers le bas des droits et des salaires. Enfin, il condamne à terme les services publics et interdit toute aide publique à une entreprise.

Cette Constitution soumet l’Union européenne à la domination des Etats-Unis. L’Europe devrait s’affirmer comme une puissance internationale porteuse de paix, de développement social et indépendante des Etats-Unis. C’est bien l’inverse qui est proposé puisque selon la Constitution la politique de sécurité et de défense européenne doit être compatible avec celle arrêtée dans le cadre de l’OTAN, organisation dirigée par les Etats-Unis.

Et c’est bien le modèle de société anglo-saxon qui est imposé par ce texte, loin de nos valeurs républicaines. D’un côté la « concurrence libre et non faussée » organise la guerre économique de chacun contre tous. De l’autre, la laïcité est martyrisée au profit des religions et des communautés incitées à structurer la société.

Définitivement, pour moi c’est NON ! Je souhaite que le peuple français rejette ce texte. Ce ne sera ni la crise ni le chaos. Le texte sera renégocié et l’Europe continuera à fonctionner quelques temps sur la base des traités actuels.

Mon parti, le parti socialiste, a pris une autre position que la mienne au terme d’un profond et beau débat. Je respecte sa position. Je m’exprime et m’exprimerai donc individuellement en défendant un NON de gauche et républicain pour une Europe démocratique et sociale. Pour moi, c’est un devoir civique de le faire.

Lisez et vous voterez NON ( PRS national)

1000 personnes mobilisées pour le NON à Rodez !

Constitution européenne : Les principes républicains en question (par JL Mélenchon)

Pour une Europe démocratique (appel PRS national)

Appel des 200 : DIRE « NON » AU TRAITE CONSTITUTIONNEL, POUR CONSTRUIRE L’EUROPE !

Traité constitutionnel européen : "Il s’agit, en fait, de constitutionnaliser un modèle économique : le principe de libre concurrence" (JL Mélenchon, octobre 2003)

Pour une Europe sociale (appel PRS national)

Le gouvernement Raffarin Fillon, la France d’"en bas" et la Constitution (par Maurice Frey

PS du Sud Aveyron : Appel pour le Non dans la presse

Lettre du Sénateur Jean-Luc Mélenchon : Numéro spécial "constitution européenne"

29 mai 2005 Référendum sur le Traité Constitutionnel Européen Résultats nationaux (David Coronat)

29 mai 2005 : Carte du vote non par département

La France a dit NON : à nous d’ouvrir la voie d’une autre gauche, d’une autre Europe, d’un autre monde (article de Jacques Serieys, 29 mai 2005)

Traité Constitutionnel Européen : La belle victoire du Non en Aveyron et ses lendemains

Nous n’avons pas le droit de décevoir les français qui ont voté NON (Alain Renaut, PRS12, le 3 juin 2005)

Réflexion d’après 29 mai : Il est temps pour nous de constituer ou reconstituer une vraie gauche (Maurice Frey)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message