Ras-le-bol des inégalités fiscales !

mardi 7 mai 2019.
 

Article original : http://robertmascarell.overblog.com...

Pour François Hollande et son gouvernement, pour la droite, le MEDEF, les économistes et journalistes libéraux, au nom du poids des impôts et de la compétitivité, il n’y a aucune raison à ce que les prestations familiales soient financées par les employeurs. L’épanouissement de la vie familiale ne les concerne pas, disent-ils. C’est la raison pour laquelle, le président de la République a décidé d’exonérer les employeurs du paiement des cotisations familiales. Un cadeau de 30 milliards d’euros, que les contribuables vont devoir payer.

Il s’agit là, d’une vue de l’esprit défiant la raison la plus élémentaire.

Si l’on en croit tout ce beau monde, patrons et familles n’ont pas à faire ménage ensemble. Rien ne les lierait ? Voire ! Curieux, quand cela vient de ceux qui se sont autoproclamés les meilleurs défenseurs de la famille.

Un employeur normalement constitué a intérêt à ce que ses salariés aient un salaire qui leur permette de se nourrir suffisamment pour, au moins, reconstituer leur force de travail et ainsi garder leur efficacité au travail, le lendemain et tous les jours suivants. Il faut aussi que les salariés gagnent suffisamment pour se vêtir, se loger, se chauffer un minimum. Cela tombe sous le sens.

En outre, et malheureusement, nul n’est immortel sur notre Terre. Les ouvriers encore moins que les autres, victimes qu’ils sont des conditions de travail plus dures que celles subies par les autres catégories professionnelles.

Les entrepreneurs ont donc un intérêt évident, pour la pérennité de leur entreprise, à prévoir la relève des salariés vieillissants et usés par le travail. Est-il besoin de faire un dessin ? La relève, ce sont les enfants de ces salariés.

Qu’à cela ne tienne, et en dépit de l’évidence à l’instant démontrée, pour les belles personnes susnommées, les employeurs ne doivent prendre aucune part au financement de la politique familiale.

Ah ! J’oubliais ! Hollande et son gouvernement, tout à leur sollicitude en faveur des patrons, grands de préférence, se devaient de faire quelque chose pour sauver du ras-le-bol fiscal tous ces nantis, privilégiés et autres spéculateurs. Tant pis, si, inéluctablement, cela va porter un coup supplémentaire à la justice devant l’impôt.

Tout ce manège durera tant que le peuple n’exprimera pas haut et fort son ras-le-bol des inégalités fiscales. Là, est le vrai scandale !


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message