Enquête américaine : la France anti-capitaliste, populaire dans un monde demandeur de régulation publique

dimanche 15 octobre 2017.
 

Les abonnés du Nouvel Obs, ont été surpris de découvrir cette semaine (15 au 21 juin) un dossier intitulé " C’est le nouveau Satan Pourquoi la France refuse le capitalisme". Il s’agit d’une attaque en règle contre les traditions progressistes françaises, utilisant toutes les armes intellectuelles possibles : moquerie, culpabilisation des "mauvais Français" schizophrènes et incultes, accusation des enseignants, appel aux bien-pensants, références historiques sans cohérence et surtout mauvaise foi.

Quelle raison donne le Nouvel Observateur à son dossier, dès le chapeau de celui-ci :

"Enquête sur un divorce inquiétant qui fait de la France une exception parmi les pays développés". "C’est un sondage qui en dit beaucoup sur notre pays. L’institut américain Globe Scan et l’université du Maryland ont posé dans 20 pays cette question apparemment anodine : le système de l’économie de marché et de la libre entreprise est-il le meilleur mode de fonctionnement pour le monde ? Pour la grande majorité des sondés, 61% en moyenne, la réponse était oui. La seule surprise provenait de... la France, qui, en queue de peloton, était la seule à ne pas être d’accord, avec seulement 36% des français adhérant à l’économie de marché".

Le Nouvel OBS déforme la réalité dès le postulat de sa démonstration. La question posée par les enquêteurs était " Le système de l’économie de marché et de la libre entreprise est le meilleur système sur lequel baser l’avenir du monde. D’accord ? Pas d’accord ?" et non "le système de l’économie de marché et de la libre entreprise est-il le meilleur mode de fonctionnement pour le monde ?" Il est vrai que ces sondages ont pour but d’amener à la conclusion désirée par les enquêteurs et non de savoir ce que pensent les sondés.

Autre déformation de la réalité par l’analyse qu’en fait le Nouvel Observateur. Son journaliste insiste sur le mot "exception" française et l’adjectif "seule" : "la seule surprise provenait de la France qui... était la seule à ne pas être d’accord". Or, les Argentins (42% d’accord), les Russes (45%), les Turcs (47%) ne donnent pas non plus de réponse majoritairement positive. L’ensemble des résultats de l’enquête prouve, non l’isolement, mais la popularité de la France dans le monde ; nous y reviendrons.

Une fois posé un postulat non fondé, le dossier du Nouvel Obs déploie sa démonstration sur un ton d’ironie narquoise désagréable : "A bas le capitalisme ! Voilà la rumeur qui semble enfler et gronder au sein de notre pays. Les Français ont trouvé leur nouveau Satan. Il s’appelle Libéralisme, Mondialisation, Economie de marché... C’est un démon qu’ils ont voulu conjurer en votant non au référendum l’année dernière. Lui encore dont le spectre planait au printemps pendant la grande révolte du CPE. Face à cet épouvantail sans visage, les Don Quichotte de tout poil sont devenus de nouveaux héros : c’est Michael Moore... c’est José Bové, désormais icône indéboulonnable grâce au démontage d’un McDonalds, ou encore le député UDF Jean Lassalle, avec ses 31 jours de grève de la faim pour empêcher la délocalisation d’une entreprise à 50 kilomètres de sa circonscription".

Ce ton d’ironie envahit tout le dossier, en particulier les deux grands dessins d’illustration dont les légendes sont les suivantes :

- "Il ne faut jamais dire qu’on est un gros capitaliste. Il faut dire qu’on a gagné au loto. Tout le monde trouve ça vachement sympa".

- "Mes deux enfants ont mal tourné. Y en a un qui flambe les voitures et l’autre c’est pire, qui flambe à la Bourse".

Sans cesse, l’article en appelle à des bien-pensants censés avoir toujours raison :

- " Cela montre vraiment notre rapport schizophrène par rapport à la mondialisation. En France, on préfère les postures rebelles et héroïques, au détriment du réformisme" ( Zaki Laidi, politologue)

- " La raison du malentendu viendrait de "l’inculture économique importante de notre pays" selon les termes mêmes de Thierry Breton".

Qui est à l’origine de cette inculture ? les enseignants. "L’anticapitalisme commence-t-il dès l’école ? Dans un manuel de SES, on pouvait lire, il y a cinq ans, que "la croissance génératrice de pauvreté et de chômage" est un moyen " pour que les plus riches puissent s’inventer de nouveaux luxes..." Radical !... Les professeurs allergiques aux entreprises ? Au MEDEF, qui organise des semaines de découverte des entreprises, on avoue avoir du mal à impliquer les enseignants du secondaire, comme si fricoter avec l’univers du capitalisme c’était déjà signer un pacte avec le diable".

Le dossier du Nouvel Obs s’en prend de façon systématique à tous le socles de la tradition politique et culturelle française, dans l’interview de Daniel Cohen, comme dans l’article central :

- "La France est possédée par la question de l’Etat... Du coup, on observe une prééminence du politique sur l’économique".

- " En France, on fait la révolution, mais c’est pour installer un autre absolutisme. Celui de Robespierre ou celui de Napoléon".

- "L’argent reste chez nous encore tabou. Héritage de notre culture catholique ?"...

L’arme principale de la démonstration du nouvel Obs, c’est la mauvaise foi. En effet, son dossier fait dire à l’enquête américaine, l’inverse des conclusions tirées par les enquêteurs américains eux-mêmes.

1) La France progressiste plébiscitée dans le monde

Le Centre d’Etudes de l’Université américaine du Maryland ainsi que l’Institut Globe Scan ont cherché à connaître le degré de popularité dans le monde de 23 pays dont les Etats Unis et la France. Voici quelques extraits des conclusions :

"Le pays bénéficiant de la meilleure réputation est la France, perçue comme exerçant une influence positive dans 21 pays sur 23, avec une majorité de 58% d’opinions positives en moyenne contre 20% d’opinions négatives". Il n’y a qu’aux Etats Unis qu’une majorité de l’opinion a une perception négative de la France.

Les soutiens les plus nombreux à la France se rencontrent en Allemagne (77% d’opinions positives), en Italie (73%), en Chine (72%), en Corée du sud ( 72%), en Afrique du Sud et au Liban (69%).

Les peuples les plus hostiles aux Etats Unis seraient les Argentins ( 65%), les Allemands (64%), les Russes (62%), les Turcs (62%), les Canadiens (60%), les Mexicains (57%) et les Français (54%). Un seul peuple "sondé" soutient les Etats Unis : les Philippins. J’aimerais bien connaître le détail de ce "sondage" aux Philippines. En moyenne, au niveau mondial, les Etats Unis recueillent 47% d’opinions négatives et seulement 38% d’opinions positives.

Steven Kull, directeur du PIPA (Program on International Policy Attitudes), initiateur de l’enquête, commente : "Certains ont fait valoir que la puissance militaire américaine mérite gratitude pour avoir rendu possible l’ordre économique mondial, mais avec le souvenir de la guerre froide qui s’efface, ce point de vue semble aussi s’effacer".

" Notre enquête montre que la réputation de l’Europe s’est améliorée et celle de l’Amérique a décliné sous l’administration Bush" ajoute le président de Globe Scan Doug Miller.

En effet, une grosse majorité de l’opinion mondiale souhaite que l’Europe joue un plus grand rôle que les Etats Unis dans les affaires du monde. Ce sont les deux peuples limitrophes de l’hyperpuissance américaine qui appellent le plus de leurs voeux un rôle majeur de l’Europe au détriment des Etats Unis ( 66% des Mexicains et 63% des Canadiens).

2) les peuples du monde veulent plus de régulation publique

75% des humains jugent nécessaire d’imposer plus de règles de respect de l’environnement aux grandes entreprises.

74% jugent nécessaire l’établissement de nouvelles règles de droit pour protéger les travailleurs.

73% jugent nécessaire d’imposer le respect des droits du consommateur.

Nous allons détailler les réponses à la question : "Les grandes entreprises ont une trop grande influence sur leur gouvernement. D’accord ? Pas d’accord ?"

Répondent d’accord :

88% des Mexicains

86% des Français

85% des Américains

84% des Espagnols

82% des Canadiens

80% des Britanniques

80 % des Brésiliens

80% des Coréens du Sud

77% des Allemands

76% des Argentins

76% des Italiens

74% des Indonésiens

74% des Polonais

73% des Hindoux

72% des Philippins

66% des Russes

64% des Kényans

59% des Turcs

47% des Chinois

41% des Nigérians

Merci à l’outil Internet grâce auquel nous nous sommes procuré les résultats de cette enquête, au lieu de nous suffire des éléments partiels, partialement exploités par le Nouvel Obs.

Notons pour finir que d’autres sondages ont donné les mêmes résultats concernant le rapport des Français au capitalisme.

Selon un sondage pour le Figaro : 59 % des Français estiment qu’« il faut changer profondément le système capitaliste » (commentaire de Claude Cabanes dans L’Humanité)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message