6 juin 1936 : Signature des Accords de Matignon

mercredi 18 octobre 2017.
 

1936 Front Populaire, grève générale et conquêtes sociales

Dans la nuit du 6 au 7 juin 1936, la CGT et le patronat signent les accords de Matignon qui permettent une augmentation des salaires jusqu’à 15% et la reconnaissance du droit syndical. Orchestré par le socialiste Léon Blum, nouveau chef du gouvernement, ces accords sont les premières mesures du Front Populaire victorieux dans les urnes le 3 mai.

Le Front Populaire réunit socialistes, communistes, radicaux mais aussi syndicats et associations face à la menace fasciste qui se précise. Un programme commun est mis en place que résume sa devise : « Pain, Paix, Liberté ». Mais c’est un programme minimum flou : chaque parti a présenté son propre programme et ses candidats au premier tour des élections. Qu’est-ce qui a rendu possible les avancées aussi radicales pour les travailleurs que sont les accords de Matignon ?

Respectant la loi, Léon Blum attend un mois avant de former son gouvernement. Un mois où va se développer l’intense mobilisation des travailleurs : 2,5 millions de grévistes soutenus par de nombreux comités locaux. Parce qu’une alternative politique vient d’être validée par le suffrage universel, les travailleurs savent que le rapport de force est en leur faveur, ils savent que s’ils se mettent en grève, leur lutte sera reprise par le nouveau gouvernement.

Celui-ci utilise l’implication populaire pour obliger le patronat à négocier. Léon Blum convoque le patronat à Matignon : jamais autant d’avancées sociales n’ont été obtenues d’un seul coup. Sur cette lancée, le gouvernement fait voter la semaine de 40 heures au lieu de 48, une semaine de congé payé, la généralisation des conventions collectives. La force du Front Populaire consiste à traduire en lois les revendications portées par la mobilisation populaire rendue possible par l’unité dans les urnes.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message