Historique ! 2 millions 700 000 manifestants aujourd’hui 28 mars 2006 (article écrit ce soir-là)

jeudi 28 mars 2019.
 

Jusqu’à aujourd’hui, les militants et les historiens citaient 3 grandes journées de manifestations dans l’histoire de notre république : les 13 et 29 mai 1968 ( à cette époque les manifestations étaient moins nombreuses pour diverses raisons), le 12 décembre 1995 (950000 d’après la police, 2 millions selon les organisateurs). Une quatrième vient s’y ajouter aujourd’hui, et c’est peut-être la plus forte en nombre de manifestants : le 28 mars 2006. Sur ce point, la comparaison des estimations ministérielles ( 1million 50000) comme syndicales (3 millions)concordent.

La région de l’Ouest de la France (Bretagne...), longtemps considérée comme la plus conservatrice du pays, est en pointe depuis le début du mouvement. Elle vient de connaître une journée surprenante avec 40000 manifestants à Saint Brieuc, 66500 à Brest Finistère, 60000 à Rennes, 43500 pour Vannes Morbihan, 101200 sur Nantes Saint Nazaire, 20800 à Angers, 18000 à laval, 40000 au Mans, 12000 en Vendée, 16100 à Cherbourg, 20000 à Tours, 15250 à Blois, 11200 dans les Deux Sèvres, 36200 à Caen, 5500 à Alençon, 25000 à Poitiers, 20000 dans les Charentes, 16500 dans les Charentes Maritimes.

Après l’Ouest, c’est le Sud-Est qui a fourni les cortèges les plus énormes ( en comparaison de la population) : Marseille (250000), Nice (30000), Toulon (24400), Avignon (28000), Digne (5000), Romans (20000), Nîmes (20000)

Par rapport aux moyennes habituelles, quelques manifestations locales impressionnent particulièrement : Nancy (53000), Metz (20000), Annecy (18000), Chambéry (17000) Pyrénées Atlantiques (Pau Bayonne 52000), Brive (17000), Mâcon (15000), Le Puy (15000), Châlons (19300)

Parmi les grandes villes, signalons Paris ( 700000), Grenoble (60400), Saint Etienne (50000), Lyon (40000), Seine Maritime (Rouen Le Havre : 73400), Bordeaux (100000), Clermont Ferrand (48000), Toulouse (90000), Montpellier (43200), Limoges (33000),

Nous avons suffisamment connu de défaites pour ne pas nous délecter d’une telle journée en reprenant les estimations syndicales précises, département par département, pour celles connues à cette heure : Cahors (6000), Tarbes (17000), Tarn (Albi Castres 5500), Aveyron (Rodez, Millau... 10000), Montauban (16000), Nord Pas de Calais (80 000), Evreux (12000), Privas (7500), Laon (8200), Beauvais Oise (15000), Amiens (22000), Strabourg (17000), Périgueux ( 10700), mont de Marsan (10000), Dijon (12300), Nevers (7000), Auxerre (5300), Auch (5000), bourges (11800), Chartres (11500), orléans (24000), Bastia (5000), Besançon (13500), lons le Saunier (7250), belfort (6000), Carcassonne (15000), Perpignan (17000), Epinal (5600), Foix Ariège (6000)

Ces estimations sont corroborées par celles de l’AFP qui donnent plus du double de manifestants que le 16 mars.

La puissance de la journée s’exprime aussi par le grand nombre d’arrêts de travail dans le secteur privé ( 740 dans la seule métallurgie) et dans le public (SNCF, EDF, Enseignement, Poste, Equipement, 30% de grévistes dans les ministères, un tiers des vols aériens supprimés)...

Si le gouvernement de Villepin ne retire pas le CPE d’ici demain soir, nous pouvons encore largement accroître le rejet du CPA et la mobilisation, en organisant par exemple des réunions d’information dans tous les cantons aveyronnais.

La victoire est à portée d’un dernier effort, chacun sur son lieu de travail et son lieu de vie. Nous savons tous qu’après d’innombrables reculs, nous pouvons prolonger la victoire du NON de 2005 et prouver que nous avons la force de défendre les intérêts des jeunes, des salariés, du peuple. A nous comte Villepin, deux mots.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message