Handicap et nazisme

vendredi 29 juillet 2011.
 

48000 malades mentaux sont morts de faim, de froid et de maltraitance entre 1940 et 1944 dans les hôpitaux psychiatriques en France.

Ce drame a touché la quasi-totalité des hôpitaux psychiatriques. Dans la même logique dès 1933 Adolf Hitler avait mis en place une politique qui instaurait la stérilisation systématique sans anesthésie et de façon barbare par un corps médical (qui avait déjà exclu les médecins juifs) des personnes ayant un handicap d’origine congénitale : surdité, cécité, maladies mentales, malformations physiques, épilepsie…

Le gouvernement français, lui, avait fixé des règles pour calculer une alimentation allouée à chaque malade et qui ne pouvait qu’entraîner la mort. Cette politique consciente retrouvée dans un document d’archive disait : « les médecins devront sélectionner les patients récupérables - c’est-à-dire ceux qui pourront retravailler assez rapidement et les patients irrécupérables, et ne nourrissez correctement que les premiers. »

Au même moment une extermination organisée des personnes handicapées avait lieu en Allemagne à partir de 1941.

Le régime Hitlérien a commencé par exterminer 250000 handicapés. Les handicapés étaient considérés comme des improductifs coutant cher à la société et devant être pris en charge par l’Allemagne qui « croyait alors dominer le Monde ». On proposait aux écoliers allemands ce type d’exercice pour les endoctriner comme problème d’arithmétique : “Un malade mental coûte quotidiennement environ 4 Reichsmarks, un infirme 5,5 RM, un criminel 3,5 RM, un apprenti 2 R Faites un graphique avec ces chiffres. D’après de prudentes estimations, il y aurait en Allemagne 300.000 malades mentaux, épileptiques… qui reçoivent des soins permanents. Calculez combien coûtent annuellement ces 300.000 malades mentaux et épileptiques. Combien de prêts non remboursables aux jeunes ménages à 1.000 RM pourrait-on faire si cet argent pouvait être économisé ?”. Ce qu’Adolf Hitler traduira dans “Mein Kampf” : “La nature ne destine à vivre que les meilleurs et anéantit les faibles”.

Le fondement va se retrouver dans la philosophie de l’eugénisme qui a pris naissance en Angleterre, en France et en Allemagne dans les années 1930 qui détourna des travaux scientifiques basés sur la sélection animale pour l’appliquer à l’homme. Des médecins avaient préconisé dès 1935 l’élimination physique des malades mentaux (et aussi des indigents) pour raffermir la société

Durant cette période sombre on compte des handicapés résistants notamment des aveugles résistants.

Cette philosophie a été nommée “l’hygiène raciale” elle alla conduire à la Shoah après avoir testé sur les handicapés des mesures d’extermination : La solution finale élaborée par les nazis afin de rayer le peuple juif de la surface de la planète a emporté la vie de 6 millions de Juifs en six ans de guerre.

Pour que l’horreur de cette époque et de cette société ne se renouvelle pas

Exigeons un devoir de mémoire

Martine Lozano militante associative.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message