La censure larvée remplace les armes d’une dictature militaire pour empêcher le Front de gauche d’arriver au pouvoir (6 mars 2012)

vendredi 23 mars 2018.
 

Sans grande surprise, le scandale de la censure rampante à l’encontre du Front de gauche continue. Mais une telle situation donne raison aux analystes marxistes les plus radicaux : globalement, les médias sont des instruments idéologiques d’asservissement des esprits au service de la grande bourgeoisie, au service de l’oligarchie financière.

Le manque de volonté ou l’impuissance du CSA à faire respecter l’équité des temps de parole, ce qui est un minimum, et tout simplement à faire respecter la liberté d’expression, conduit naturellement à se poser la question de son indépendance par rapport au pouvoir économique et politique dominant.

La démonstration de l’instrumentalisation des médias par les puissances de l’argent est donc faite par l’attitude des médias eux-mêmes, par leur persévérance dans leur censure sournoise.

Si l’on écoutait la bande-son de l’enregistrement de la totalité des débats et commentaires politiques et économiques des chaînes de radio et de télévision, il faudrait mettre en œuvre des détecteurs vocaux sophistiqués ultrarapides pour pouvoir identifier les voix de Gérard Duménil, Michel Husson ou de tout autre économiste marxien ou proche du Front de gauche. Percevoir la voix d’un Jacques Généreux relèverait d’une entreprise analogue au projet SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) dont la mission est d’identifier tout message en provenance d’une civilisation extraterrestre..

Et de facto, les 42 économistes qui soutiennent le Front de gauche sont considérés comme des extraterrestres. (Voir la liste : http://onsbouge.unblog.fr/files/201... )

Oui, on sait qu’ils existent : par exemple, en provenance de la micro-planète France Culture, le samedi matin entre 10h00 et11h00 GMT, un pic apparaît sur le spectromètre indiquant la présence vocale d’un extraterrestre : Dominique Pihon. Le pic est difficilement identifiable, car il est noyé dans le bruit de fond ambiant (rayonnement fossile). Oui, ils sont parmi nous, ils nous ressemblent : on ne peut les distinguer par leur apparence physique de l’Homo Libéralus commun. Mais leur manière de percevoir et de comprendre le monde leur est particulière. Leur horizon civilisationnel est très différent de celui de l’Homo Libéralus. Ces êtres font peur car ils conçoivent un monde différent et ne croient pas au pouvoir auto créateur de l’Argent qui constitue un dieu pour l’Homo Libéralus. Ils ne croient pas à La Main Invisible qui régule les les échanges entre les hommes. Pour eux, c’est l’Humain d’abord . L’humain, non pour le dominer ou le dévorer mais pour le développer.

Bref, un auditeur qui écouterait en cours de route, au hasard, une telle bande-son, aurait une chance sur 1000 de tomber sur la voix d’un commentateur parlant des positions du Front de gauche.

Résultat : faites cette expérience autour de vous, auprès de personnes qui ne sont pas particulièrement politisées, en leur posant la question : que pensez-vous des positions de Jean-Luc Mélenchon ? On vous répondra, dans la majorité des cas : "je ne le connais pas", ou bien : "je l’ai entendu une ou deux fois, et il m’est difficile de juger" ; ou encore :" je l’ai entendu une fois, il parle bien, dommage qu’on l’entende si peu". Il ne s’agit ici que d’une simple application des lois de la statistique ou des probabilités.

Maintenant, imaginons un instant, que le Front de gauche soit au pouvoir et fasse de telle sorte que les temps de parole accordés à l’UMP et au PS soient les mêmes que ceux actuellement accordés au Front de gauche. Imaginons que la quasi-totalité des commentateurs soient des anti libéraux et que les journalistes n’inviteraient qu’à dose homéopathique les libéraux. Apparaîtraient alors, organisés par la droite, des cortèges dans les rues accusant Mélenchon de bâillonner l’information. Dans l’hémicycle, les élus de droite hurleraient : "la France est devenue une dictature ! L’information est prise en otage !" Et probablement que les socialistes accuseraient le Front de gauche d’utiliser des méthodes dignes de l’Union soviétique stalinienne ou du système de propagande de Goebbels.

Essayons d’être lucide : seule une minorité des forces syndicales serait décidée à descendre dans la rue pour défendre le programme populaire partagé du Front de gauche (environ 20- 25 %) auprès de nos concitoyens (même si le FDG reprend à son compte bon nombre des revendications de la CES). D’autre part, les forces militantes disponibles pour faire du porte-à-porte et de la distribution de tracts sont relativement réduites. Certes il ne s’agit pas de nier ici l’utilité des assemblées citoyennes et des meetings de Jean-Luc Mélenchon qui font progresser la diffusion des idées du front de gauche, mais leur portée reste limitée.

Un tel déséquilibre antidémocratique dans les médias conduit donc à provoquer un échec électoral du Front de gauche (au sens où il serait devancé par le PS), la contre-propagande n’ayant pas un niveau de force suffisant pour neutraliser le processus de désinformation. La droite le sait. Le PS le sait.

Et ils savent aussi, compte tenu de la fiabilité des arguments du FDG, que si ces arguments étaient connus et compris par une grande partie de la population, grâce à un temps de parole équitable, Mélenchon obtiendrait à lui seul plus de 50 % des voix et le FDG obtiendrait la majorité absolue à l’assemblée nationale. Ici, la censure larvée remplace les armes d’une dictature militaire pour empêcher le Front de gauche d’arriver au pouvoir. Reconnaissons que c’est moins brutal, moins sanglant, moins douloureux mais tout aussi efficace.

En fait il s’agit ici non seulement d’un problème politique mais aussi d’un problème de droit : la défense de la liberté d’expression et d’information.

La marginalisation extrême d’Eva Joly, par les médias donne encore un argument supplémentaire à l’interprétation marxiste radicale : la haute finance a toutes les raisons de craindre cette femme qui a consacré une bonne partie de sa vie à la lutte contre la corruption, contre les paradis fiscaux et qui n’a pas abandonné le combat malgré les attaques et pressions multiples dont elle a été l’objet.

Il serait donc tout à fait normal que le Front de gauche organise avec les Verts Europe Ecologie des manifestations, non pour demander aux gens de défendre leur programme, mais tout simplement pour que la liberté d’expression et d’information soit respectée et que le jeu de la démocratie ne soit pas pipé.

D’autre part, il faudrait que les représentants du Front de gauche, lorsqu’ils sont invités à des émissions, informent systématiquement les téléspectateurs et auditeurs de cette situation scandaleuse lorsqu’on l’examine au niveau global.

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message