5 décembre 1484 : Le pape Innocent 8 lance la chasse aux sorcières

lundi 20 mars 2017.
 

1484 : La Renaissance entre progrès humain et totalitarisme clérical

La fin du 15ème siècle est marquée par de grands progrès (par exemple le développement de l’imprimerie) mais aussi par la volonté farouche des forces féodales (en particulier l’Eglise) de casser les germes de sortie du Moyen Age. Elles réagissent en fonction de leur culture, c’est à dire en croyant tout régler par la dictature idéologique religieuse. Ainsi, l’année 1484 est marquée par les premiers autodafé en Espagne (Ciudad Real, Saragosse), par le pogrom d’Arles, par le Code spécial à l’usage des tribunaux de l’Inquisition espagnole (Tomas Torquemada le 29 octobre), enfin par la bulle papale du 5 décembre.

Henry Institoris, Inquisiteur de profession

L’Eglise catholique a produit un nombre élevé de persécuteurs, tueurs en série se cachant sous le manteau de la foi. Parmi ceux-ci nous pouvons classer Henry Institoris, né à Sélestat, dominicain responsable de l’Inquisition en Germanie supérieure (Rhénanie de Mayence à Cologne). Après avoir pourchassé à mort des vaudois, des hussites et autres hérétiques, il manque de braves gens à torturer et sa fonction risque de devenir inutile. Il fait donc valoir au pape que la sorcellerie se développe sur les bords du Rhin. Le pape Innocent VIII prend en compte sa demande et promulgue le 5 décembre 1484, la bulle Summis desiderantes affectibus qui donne un pouvoir étendu aux deux inquisiteurs de Germanie supérieure pour en finir avec cette oeuvre de Satan : la sorcellerie.

Innocent VIII et sa bulle Summis desiderantes affectibus

Cette bulle constitue un exemple parfait de cléricalisme bête et tyrannique.

Le pape « désire, avec l’ardeur suprême, comme la sollicitude pastorale l’exige, que la foi catholique en nos jours partout se développe et s’épanouisse autant que possible, et que toute la dépravation hérétique soit rejetée loin des territoires du fidèle ». Dans cet objectif d’imposer "la foi catholique" telle qu’il l’entend, il veut que l’Inquisition dispose du moyen d’imposer à toutes et tous les croyances moyenâgeuses réactionnaires « qu’ardeur et dévotion à cette foi puissent prendre une emprise plus profonde sur les cœurs des fidèles eux-mêmes ».

Or, l’Europe occidentale connaît alors un cycle climatique connu sous le nom de "petit âge glaciaire", particulièrement au début des années 1480 avec la grande famine de 1481 due à trop de précipitations, des hivers très froids, printemps et étés pourris. L’Eglise se considère obligée de donner une explication à cette calamité : c’est l’oeuvre de sorciers et plus particulièrement sorcières « à l’instigation de l’ennemi de l’humanité » : Satan.

« Il est récemment venu à nos oreilles, avec grande douleur, que dans quelques régions de l’Allemagne supérieure, aussi bien que dans les provinces, les villes, les territoires, les régions, et les diocèses de Mayence, de Cologne, de Trier, de Salzbourg, et de Brême, que beaucoup de personnes des deux sexes, insouciantes de leur propre salut et abandonnant la foi catholique, abusées elles-mêmes par des incantations, charmes et conjurations, et par d’autres superstitions et sortilèges abominables, offenses, crimes et méfaits, infligent la ruine et fassent périr la progéniture des femmes, les petits des animaux, les produits de la terre, les raisins des vignes et les fruits des arbres, aussi bien que des hommes et des femmes, des bétails et des bandes et des troupeaux et des animaux de chaque sorte, des vignes également et des vergers, des prés, des pâturages, des moissons, des grains et d’autres fruits de la terre ; qu’ils affligent et torturent avec de grandes douleurs et tourments, internes et externes, ces hommes, femmes, bétail, bandes, troupeaux, et animaux, et gênent les hommes pour l’engendrement et les femmes pour la conception, et empêchent toute consommation de mariage. »

Notre lecteur constatera que, à nouveau, un texte papal, mêle la sexualité à une question tout à fait autre : le climat.

Quelle solution trouve le pape aux conséquences catastrophiques du climat ? l’extension sans limite du pouvoir "des inquisiteurs" pour l« e travail de recherche et d’emprisonnement en exécution de leur mandat d’inquisition et qu’ils doivent admettre la correction, l’incarcération et la punition de personnes en raison des excès et crimes mentionnés ci-dessus ».

Le pape croit à ses bêtises

A la lecture de cette bulle, nous pouvons constater que le pape croit réellement les sorciers et sorcières responsables du refroidissement climatique. Aussi, il demande aux inquisiteurs d’enquêter sur les sorciers, les sorcières et la sorcellerie, en vue de définir les signes auxquels on peut reconnaître le pacte d’un individu avec le démon !

ce serait risible si plus de cent mille femmes n’avaient subi les ignobles tortures de l’inquisition pour leur faire avouer le secret de leurs relations avec Satan et si 30000 à 60000 d’entre elles n’en étaient mortes.

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message