Mozart : la musique du 19ème en état d’accomplissement

vendredi 10 mai 2019.
 

Faire découvrir la musique classique sur un ton décalé sans s’éloigner de la réalité historique... Inspirés de faits réels tirés de leurs correspondances, de récits biographiques ou de récits historiques, Avner nous régale en se mettant lui-même en scène pour raconter la vie de Wolfgang Amadeus Mozart.

- 9 mai 1781 Un con d’archevêque congédie Mozart traité de crétin et voyou

- 30 septembre 1791 Mozart triomphe avec La Flûte enchantée

1) 30 septembre 1791 Mozart triomphe avec La Flûte enchantée

Le 30 septembre 1791, dans un théâtre des faubourgs de Vienne, une ovation triomphale accueille La Flûte enchantée. Mais le triomphe est sans lendemain. Malade, épuisé, le compositeur meurt dans son lit deux mois plus tard, à 35 ans.

Un opéra populaire et franc-maçon !

Dans cet opéra plein de fantaisie et de mystère que Wolfgang « Amadeus » Mozart a composé en allemand pour une troupe populaire, le prince Tamino, l’oiseleur Papageno et la Reine de la Nuit se disputent les faveurs du public dans une mise en scène truffée d’effets spéciaux.

Le livret de cette oeuvre féerique, rédigé par l’acteur Schikaneder, est truffé d’allusions à la franc-maçonnerie, un mouvement ésotérique né quelques décennies plus tôt en Angleterre et auquel ont appartenu Mozart et son librettiste. C’est ainsi que l’on y voit des prêtres assemblés comme en une loge maçonnique.

Un opéra plus vivant que jamais

On peut voir La Flûte enchantée au cinéma, joliment filmée par Ingmar Bergman, et la vie de son auteur, romancée par Milos Forman, dans le film Amadeus.

Camille Vignolle.

2) Mozart, la vie d’un prodige (vidéo historique réalisée par Le Média)

Pour visionner cette vidéo du Média, cliquer sur l’adresse URL portée en source (haut de page, couleur rouge).

La vie de Mozart apporte encore aujourd’hui un sujet passionnant pour les historiens, les cinéastes, les écrivains...

Homme de progrès, il souffrit sans aucun doute de se voir détesté par la grande majorité des aristocrates autrichiens.

Homme de progrès, il souffrit aussi du caractère moyenâgeux du catholicisme de l’époque. Sinon, comment comprendre qu’il fut enterré sans messe ni musique, versé dans une fosse commune pouvant contenir seize corps dans un cimetière des faubourgs de Vienne.

Pour visionner cette vidéo du Média, cliquer sur l’adresse URL portée en source (haut de page, couleur rouge).


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message