8 et 9 décembre 1955 : De la médaille de l’Immaculée Conception au drapeau de l’Europe

samedi 10 décembre 2016.
 

Les 8 et 9 décembre 1955, le comité des ministres du Conseil de l’Europe adopte officiellement le drapeau européen :

« Sur le fond bleu du ciel, les étoiles forment un cercle en signe d’union. Elles sont au nombre invariable de douze, symbole de la perfection et de la plénitude, qui évoque aussi bien les apôtres que les fils de Jacob, les travaux d’Hercule, les mois de l’année »

Comment cet étendard du Conseil de l’Europe puis de l’Union européenne (1983) a-t-il été choisi ?

Tous les écrits sur le sujet donnent la même réponse : Il s’agit du symbole de de l’Immaculée Conception, Mère de Jésus-Christ.

Drapeau européen et Vierge Marie : pourquoi Mélenchon a raison (article de la revue La Vie, vendue à l’entrée des églises, ex Vie Catholique)

Voir aussi par exemple le texte du site historique Hérodote http://www.herodote.net/9_decembre_...).

A) 9 décembre 1955 : Le drapeau européen (Parti de Gauche)

Le 9 décembre 1955, le Conseil de l’Europe adopte le drapeau européen. « Sur le fond bleu du ciel, les étoiles forment un cercle en signe d’union. Elles sont au nombre invariable de douze, symbole de la perfection et de la plénitude, qui évoque aussi bien les apôtres que les fils de Jacob, les travaux d’Hercule, les mois de l’année ».

L’emblème a été conçu par l’Autrichien Arsène Heitz, agent du Conseil de l’Europe mais aussi peintre, et fervent catholique. Il s’est, selon ses dires, inspiré d’une médaille miraculeuse représentée dans la rue du Bac (Paris). Celle-ci représente la Vierge avec la corona stellarum duodecim ou couronne de 12 étoiles qu’évoque l’Apocalypse de Saint Jean : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles » (Apocalypse 12,1).

Ainsi sans l’avouer officiellement, le symbole place l’Europe sous la protection de la mère du Christ. Et par un singulier hasard, le texte portant adoption du drapeau est d’ailleurs signé le 8 décembre 1955, fête de l’Immaculée Conception... Car pour les dirigeants chrétiens-démocrates à l’origine de la construction européenne (Conrad Adenauer, Robert Schuman, Alcide De Gasperi...), cette inspiration mariale est bienvenue, même s’ils s’en défendent.

Le Conseil de l’Europe, qui siège à Strasbourg, au Palais de l’Europe, est une assemblée née en 1949 en vue de promouvoir les droits de l’homme sur le continent. Et bien que les membres qui la composent soient des pays « européens » elle n’a rien avoir avec les institutions européennes naissantes à l’époque. Cependant comme le Parlement européen est fixé à Strasbourg dans des locaux loués au Conseil de l’Europe, l’emblème va peu à peu s’imposer dans les institutions de l’Union Européenne.

En 1983, le Parlement européen, propose qu’il devienne le drapeau de la Communauté. En juin 1985, le drapeau est adopté par tous les chefs d’État et de gouvernement des Communautés, comme l’emblème officiel des institutions européennes. Il entre officiellement en vigueur en 1986, lors de l’adhésion de L’Espagne et du Portugal qui, heureuse coïncidence, porte à 12 le nombre d’états membre. Cela ne peut pourtant effacer la volonté de l’artiste d’affirmer des « racines chrétiennes de l’Europe » en s’opposant à toute idée de laïcité.

Aigline de Causans

B) LE DRAPEAU DE L’ EUROPE Témoignage dévôt

En 1987, j’ai rencontré par hasard à Lisieux, devant le Carmel, un Monsieur modestement vêtu qui m’a dit : « C’est à moi qu’on a demandé de dessiner le Drapeau de l’Europe. J’ai eu subitement l’idée d’y mettre les douze étoiles de la Médaille Miraculeuse de la rue du Bac, sur fond bleu, couleur de la Sainte Vierge. Et mon projet fut adopté à l’unanimité, le 8 décembre 1955, fête de l’Immaculée Conception. »

J’étais tellement pressé ce jour–là que je n’ai même pas songé à prendre le nom et l’adresse de mon interlocuteur. Et les mois ont passé.

J’ai voulu rechercher le dessinateur du Drapeau. Je suis donc allé à Strasbourg au début de janvier 1989 pour essayer de retrouver ce dessinateur. Je suis monté au Bureau de Presse du Conseil de l’Europe, où j’ai été accueilli par 2 secrétaires expérimentées, d’une soixantaine d’années, qui savent tout de fond en comble. Là, le dessinateur du Drapeau est connu comme le loup blanc. Il s’appelle Arsène Heitz. Il habite 24 rue de l’Yser. Je suis allé chez lui. Il était là. Il m’a reconnu. Il est mort maintenant, mais tant qu’il a vécu, il aimait raconter son exploit : avoir dessiné le Drapeau de l’Europe et en avoir fait le Drapeau de la Sainte Vierge !

Le travail de M. Arsène Heitz a duré 5 ans : de 1950 à 1955. Pourquoi 5 ans ? Parce qu’il y a eu 101 projets... M. Heitz lui – même a travaillé sur 20 projets.

En 1950, c’était M. Paul M.G Lévy qui était le premier Directeur au Service de Presse du Conseil de l’Europe. C’est donc lui qui fut chargé de faire aboutir le projet de Drapeau. Cet homme très cultivé ne savait pas dessiner. Mais il connaissait M. Arsène Heitz, homme très simple, employé au service du courrier, mais très artiste pour peindre et dessiner. Tous deux étaient de bons catholiques.

Evidemment, il fallait éviter d’évoquer la signification religieuse des douze étoiles et du fond bleu, en vertu de la sacro–sainte laïcité. Mais les Catholiques ont le droit de connaître le fond des choses.

Les douze étoiles ne correspondaient pas, à ce moment–là, au nombre des nations. Le Parlement Européen était « conçu pour » 12 nations, mais le Drapeau de l’Europe est le drapeau du « Conseil de l’Europe », et ce Conseil n’a jamais comporté 12 nations : il en a comporté successivement 6,9, puis 15,... et actuellement 32.

Les discussions, réunions, commissions et sous – commissions furent innombrables, pendant plus de 5 ans, de 1949 à 1955. Finalement, c’est le 8 décembre 1955 que le dessin de M. Heitz fut retenu... à l’unanimité !

M. Paul M.G. Lévy avait une réunion de 3 jours, fixée aux 7, 8 et 9 décembre, pour faire adopter tout un ensemble de projets. Tous les documents sont datés du 9 décembre, puisqu’on signe l’ensemble à la fin de la réunion. Mais tout alla si vite et si bien que cette assemblée termina son travail le 8 décembre, jour où furent apposées les signatures particulières. Et en sortant de la salle, le gendre de Paul Claudel poussa du coude M. Lévy en murmurant : « Mais c’est aujourd’hui la fête de L’immaculée Conception ! » Et tous deux ont retrouvé sans le vouloir le fameux introït du 15 août : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles. » (Apocalypse XII, 1). Arsène Heitz, lui, homme simple, parlait des 12 étoiles de la Médaille Miraculeuse. M. Lévy, professeur d’économie politique, parlait du chapitre12 de l’Apocalypse.

M. Lévy était secrètement d’accord pour faire aboutir discrètement le projet de M. Heitz en sauvant les apparences, afin de respecter la neutralité la plus absolue. Et malgré plus de 100 projets qui furent en concurrence, c’est le Drapeau de la Sainte Vierge qui triompha au dernier moment. Et ce triomphe se produisit fortuitement le 8 décembre, sans que personne ait pu chercher cette divine coïncidence.

Le Drapeau de l’Europe est bien le Drapeau de Notre–Dame, Reine de la Paix !

Pierre CAILLON Centre St Jean 61500 Sées (Orne)

Texte écrit en août 1995, à la demande et avec la collaboration de Ch. SAUTEUR, aumônier de l’Hôpital, 71250 Cluny, et imprimé par ses soins.

Histoire étonnante mais qui met à la Vierge à sa place, patronne de la Pologne et Mère des chrétiens que nous sommes.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message