22 mai 1795 Les martyrs de prairial

vendredi 26 mai 2017.
 

Des députés ont marqué l’histoire du mouvement républicain en France. C’est le cas par exemple des "martyrs de prairial" à propos desquels vient d’être publié un ouvrage (Françoise Brunel et Sylvain Goujon, Les martyrs de prairial, Georg Editeur).

Nous avons déjà décrit dans un autre article le processus inéluctable et souvent impitoyable de contre révolution qui se développe après la chute de Robespierre (9 thermidor),. De jeunes royalistes assassinent des Jacobins. La Bourse est rétablie. Des émigrés reprennent le haut du pavé. Des acquis sociaux disparaissent au moment où un hiver terrible écrase la population.

Les 20, 21 et 22 mai 1795, le milieu populaire parisien qui vient de porter la Révolution depuis 1789, se mobilise contre la misère et pour l’application de la Constitution de l’an I.

Cette lutte est anéantie par l’intervention de l’armée (1200 arrestations).

Les députés qui ont soutenu la mobilisation populaire sont arrêtés sur ordre de la Convention, passent devant une commission militaire, sont condamnés à mort.

Parmi eux, Jean-Marie Goujon choisit de se suicider. Il écrit préalablement à sa famille une lettre sous forme de voeu qui ne manque ni de panache, ni de perspicacité :

« Que le peuple français conserve la constitution de l’égalité (constitution de l’an 1) qu’il a acceptée dans ses assemblées primaires. J’avais juré de la défendre et de périr pour elle. Je meurs content de n’avoir point trahi mon serment ; je mourrais plus content si j’étais certain qu’après moi elle ne sera pas détruite et remplacée par une autre constitution, où l’égalité sera méconnue, les droits de l’homme violés, et par laquelle la masse du peuple se verra totalement asservie à une caste plus riche, seule maîtresse du gouvernement et de l’Etat. »


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message