Pour une connaissance globale de la Chine

jeudi 18 avril 2024.
 

Économie de la Chine

La Chine étant devenue la première puissance économique mondiale et étant intégrée à une multitude de réseaux commerciaux internationaux, il nous a paru utile de disposer d’informations complètes et non biaisées idéologiquement.

Cela permet ainsi de disposer d’une vision globale relativisant des informations partielles alimentant des focales locales sur la Chine.

C’est le cas de l’article que nous mentionnons ci-dessous et des émissions de France Culture que nous indiquons en annexe.

**

En réponse à l’article : la tyrannie du productivisme en Chine https://www.gauchemip.org/spip.php?...

Nous développons ici une étude globale et détaillée sur la première puissance économique mondiale.

Une difficulté majeure pour appréhender la réalité chinoise est le changement d’échelle ; pour ne prendre qu’un exemple, le nombre d’élèves scolarisés à l’école primaire en Chine correspond à plus du double de la population totale de la France.

Autre exemple : la superficie de la Chine est plus du double de celle de l’union européenne. Pour être précis, l’union européenne a une superficie égale à 43,75 % de la superficie de la Chine.

L’autre difficulté est le niveau de complexité de la société chinoise tant sur le plan sociologique que sur le plan économique. Enfin dernière difficulté, la différence de culture.

Sans même parler de la multiplicité des régions administratives et des ethnies, on comprend que l’aménagement du territoire de la Chine par des infrastructures complètes n’est pas comparable à l’aménagement d’un territoire comme celui de la France ou de la Suisse.

*

Quelques informations générales sur la Chine

La superficie de la Chine est de 9 596 961 km² soit 17,4 fois la surface de la France.

Population en 1980 et en 2020.

1980 : 987 millions d’habitants

2020 : 1,444 milliard d’habitants

Langues :

Langue nationale : Chinois mandarin

Nombre de langues parlées : Plus de 200 langues, dont les plus importantes sont le mandarin, le cantonais, le wu, le min et le hakka.

Régions : La Chine est divisée en 23 régions administratives, dont 22 provinces, 5 régions autonomes et 4 municipalités directement sous l’autorité centrale.

Ethnies : 56 ethnies officiellement reconnues, dont la majorité est Han (environ 91%).

Religions : La Chine est un pays laïc où la liberté de religion est garantie. Les principales religions sont le bouddhisme, le taoïsme, le confucianisme, l’islam et le christianisme.

Autres informations :

Capitale : Pékin

Monnaie : Yuan chinois (CNY)

Drapeau : Drapeau rouge avec cinq étoiles jaunes

Hymne national : La Marche des volontaires

Sources :

Wikipedia - Chine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chine

World Bank - China : https://data.worldbank.org/country/china

*

Les institutions politiques en république populaire de Chine. L’essentiel.

Gouvernement :

Président : Xi Jinping (depuis 2013)

Premier ministre : Li Keqiang (depuis 2013)

Conseil des affaires d’État : 26 ministres et 20 conseillers d’État

Assemblée législative :

Assemblée populaire nationale (APN) : 2 980 membres

22 360 élus par les assemblées populaires provinciales et des régions autonomes 306 élus par l’armée 214 représentants des régions administratives spéciales (Hong Kong et Macao)

Hommes : 85%

Femmes : 15%

Conseil constitutionnel :

Comité permanent de l’APN : Assure l’interprétation de la Constitution Cour de justice :

Cour populaire suprême : Plus haute instance judiciaire

Séparation des pouvoirs :

La séparation des pouvoirs n’est pas stricte en Chine.

Le Parti communiste chinois (PCC) contrôle tous les organes du pouvoir.

Constitution :

Adoptée en 1982

Amendée plusieurs fois, la dernière fois en 2018

Reconnaît l’autonomie des régions administratives spéciales (Hong Kong et Macao)

Entité juridique des régions :

Les 23 régions administratives sont des provinces, des régions autonomes ou des municipalités directement sous l’autorité centrale.

Elles ont une certaine autonomie, mais le gouvernement central conserve le pouvoir final.

Partis politiques Parlements locaux :

Le Parti Communiste Chinois (PCC) est le parti officiel qui détient le pouvoir politique. Néanmoins, il existe d’autres formations.

En plus du Parti communiste chinois (PCC), voici les huit partis politiques existant en Chine :

Comité révolutionnaire du Kuomintang (中国国民党革命委员会) : Fondé en 1948 par des membres dissidents du Kuomintang.

Ligue démocratique de Chine (中国国民主同盟) : Fondée en 1941 par des intellectuels.

Association pour la construction démocratique de Chine (中国民主建国会) : Fondée en 1945 par des intellectuels et des entrepreneurs du monde des affaires.

Association chinoise pour la promotion de la démocratie (中国民主促进会) : Fondée en 1945 par des intellectuels et des éducateurs.

Parti démocratique des ouvriers et des paysans de Chine (中国农工民主党) : Fondé en 1930 par des intellectuels et des travailleurs.

Parti Zhigongdang de Chine (中国致公党) : Fondé en 1925 par des intellectuels et des professionnels d’origine chinoise vivant à l’étranger.

Société Jiusan (九三学社) : Fondée en 1945 par des scientifiques et des techniciens.

Ligue pour l’Autonomie démocratique de Taïwan (台湾民主自治同盟) : Fondée en 1947 par des Taïwanais vivant sur le continent chinois.

Ces huit partis sont tous membres de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), un organe consultatif qui siège aux côtés de l’Assemblée populaire nationale (APN). Ils sont reconnus formellement par le PCC et leurs activités sont dirigées par le bureau du Front uni du PCC.

Remarquons que, bien que la Chine soit un pays multipartite, le PCC est le parti au pouvoir et occupe une position dominante dans le système politique chinois. Les huit autres partis sont considérés comme des "partis démocratiques coopératifs" et jouent un rôle secondaire dans le système politique.

Chaque province, région autonome et municipalité a son propre parlement local.

*

Ces parlements sont élus par les assemblées populaires locales.

Création de la République populaire de Chine :

1er octobre 1949

Membres du PCC :

Comité central : 204 membres

Parti tout entier : Plus de 95 millions de membres (en 2021)

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Polit...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chine

http://www.chinatoday.com.cn/lachine/

1 – croissance du PIB de la Chine de 1980 à 2022 en moyenne décennale.

Croissance moyenne du PIB de la Chine par décennie :

1980 - 1990 : 9,8%

1990 - 2000 : 10,6%

2000 - 2010 : 10,4%

2010 - 2022 : 7,7%

Sources :

Statista - PIB de la Chine 1980-2023 : https://fr.statista.com/statistique...

Fonds Monétaire International - Perspectives économiques mondiales :

Remarques :

La croissance du PIB de la Chine a connu une décélération progressive depuis les années 1980.

La période 2010-2022 a connu une croissance moyenne plus faible que les décennies précédentes, en raison de facteurs tels que la crise financière mondiale de 2008, la guerre commerciale sino-américaine et la pandémie de COVID-19.

Le ralentissement de la croissance chinoise est une tendance structurelle qui devrait se poursuivre dans les années à venir.

Informations complémentaires :

Vous pouvez consulter le site web du Bureau national des statistiques de Chine pour des données économiques plus détaillées : https://www.youtube.com/watch?v=V_s...

Vous pouvez également consulter les articles suivants pour une analyse plus approfondie de l’économie chinoise :

Chine : une croissance forte du PIB en 2023, au prix d’une hausse de l’endettement : http://www.rexecode.fr/public/Analy...

La Chine en 2023 : vers une croissance plus inclusive et durable ? :

La croissance du PIB en 2022 a été la plus faible depuis 1967:3 % en raison de la crise COVID et des ruptures de chaîne d’approvisionnement. La croissance du PIB en 2023 est évaluée entre 5,2 % à 5,5 %.

**

2 – Classement du PIB de la Chine en parité de pouvoir d’achat. De 1990 à 2021

Classement mondial de la Chine par PIB en parité de pouvoir d’achat (PPA)

Année 1990 : Classement : 3ème

PIB (PPA) : 374 milliards de dollars

Pays devant la Chine : États-Unis, Japon

Année 2000 : Classement : 2ème

PIB (PPA) : 4 704 milliards de dollars

Pays devant la Chine : États-Unis

Année 2010 : Classement : 1er

PIB (PPA) : 10 124 milliards de dollars

Pays derrière la Chine : États-Unis, Inde

Année 2020 : Classement : 1er PIB (PPA) : 25 940 milliards de dollars

Pays derrière la Chine : États-Unis, Inde

Sources :

- Fonds Monétaire International (FMI) :
- Banque mondiale : https://donnees.banquemondiale.org/...

Remarques :

Le PIB en parité de pouvoir d’achat (PPA) est une mesure de la production économique qui prend en compte les différences de prix entre les pays. Il est donc plus utile que le PIB nominal pour comparer la taille des économies de pays différents.

La Chine a connu une croissance économique très forte au cours des dernières décennies, ce qui lui a permis de devenir la première économie mondiale en termes de PIB (PPA).

**

3 – Taux de croissance du salaire moyen par moyenne décennale en Chine de 1980 à 2020

1980 - 1990 : 14,2% par an (en moyenne)

1992 - 2000 : 12,8% par an (en moyenne)

2000 - 2010 : 10,7% par an (en moyenne)

2010 - 2020 : 8,8% par an (en moyenne)

2022 : 4,8%

2023 : 5,2% (estimation)

Sources :

Salaire moyen et minimum en Chine en 2024 - FDI China : https://www.fdichina.com/fr/blog/wa...

Chine : la croissance du revenu des habitants suit le rythme du développement économique du pays durant la dernière décennie - Xinhua : https://french.news.cn/20221011/751...

Le salaire mensuel moyen en Chine dépasse 1 200 dollars au quatrième trimestre :

http://www.focac.org/fra/zjfz_2/ssx...

Les données ci-dessus se réfèrent au salaire moyen national en Chine. Il peut y avoir des variations importantes entre les régions et les secteurs d’activité.

Les taux de croissance sont calculés en utilisant la formule suivante : ((valeur finale - valeur initiale) / valeur initiale) x 100.

Le taux de croissance de 2023 est une estimation basée sur les données disponibles à ce jour.

**

4 – Taux de croissance moyen du pouvoir d’achat par an en moyenne décennale en Chine de 1980 à 2022

1980 - 1990 : +7 % par an

1990 - 2000 : +10,4% par an

2000 - 2010 : +8,2% par an

2010 - 2020 : +6,7% par an

Variation pour 2022 : +3,9% (estimation)

Sources :

Banque mondiale : https://data.worldbank.org/indicato...

Fonds Monétaire International :

Remarques :

Les données sont exprimées en taux de croissance annuel moyen.

Le pouvoir d’achat est mesuré par le PIB par habitant en parité de pouvoir d’achat (PPA).

Il est important de noter que ces données sont des moyennes nationales et peuvent ne pas refléter les variations du pouvoir d’achat à l’échelle locale ou pour différents groupes de population.

La variation pour 2022 est une estimation basée sur les données disponibles à ce jour.

Informations complémentaires :

Le pouvoir d’achat en Chine a connu une croissance importante au cours des dernières décennies.

Cette croissance a été tirée par la forte croissance économique du pays.

L’augmentation du pouvoir d’achat a contribué à l’amélioration du niveau de vie de la population chinoise.

Cependant, les inégalités de pouvoir d’achat persistent en Chine, notamment entre les zones urbaines et rurales.

Liens utiles :

Fiche Chine - Ministère de l’Economie et des Finances : https://www.entreprises.gouv.fr/fil...

Approcher le consommateur en Chine - B’Trade : https://www.btrade.ma/fr/observer-l...

**

5 – évolution de la part du montant de la consommation des ménages dans le PIB de la Chine.

La part de la consommation des ménages dans le PIB de la Chine a effectivement diminué au cours des dernières décennies. Voici les données réelles depuis 1980.

1980 : 49,7%

1990 : 44,2%

2000 : 39,1%

2010 : 35,2%

2020 : 38,7%

2023 : 36,2%

On constate que la part de la consommation a connu une baisse constante de 1980 à 2010, puis une légère augmentation jusqu’en 2020, avant de redescendre en 2023.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette diminution :

L’essor de l’investissement : La Chine a connu une période de forte croissance économique au cours des dernières décennies, alimentée par l’investissement dans les infrastructures et le secteur manufacturier. Cela a conduit à une augmentation de la part du capital dans le PIB, au détriment de la consommation.

Le vieillissement de la population : La population chinoise vieillit rapidement, ce qui signifie qu’une part croissante du revenu est consacrée à l’épargne pour la retraite et aux soins de santé. Cela a également contribué à la baisse de la part de la consommation dans le PIB.

Les inégalités de revenu : Les inégalités de revenu en Chine se sont creusées au cours des dernières années, ce qui signifie qu’une part croissante du revenu est allouée aux ménages les plus riches, qui ont tendance à épargner davantage que les ménages les plus pauvres.

En conclusion, la part de la consommation des ménages dans le PIB de la Chine a diminué au cours des dernières décennies. Cette tendance est due à un certain nombre de facteurs, notamment l’essor de l’investissement, le vieillissement de la population et les inégalités de revenu.

Sources :

Banque mondiale : Fonds monétaire international :

1980 : 49,7%

1990 : 44,2%

2000 : 39,1%

2010 : 35,2%

2020 : 38,7%

2023 : 36,2%

Ainsi, la part de la consommation a connu une baisse constante de 1980 à 2010, puis une légère augmentation jusqu’en 2020, avant de redescendre en 2023.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette diminution :

L’essor de l’investissement : La Chine a connu une période de forte croissance économique au cours des dernières décennies, alimentée par l’investissement dans les infrastructures et le secteur manufacturier. Cela a conduit à une augmentation de la part du capital dans le PIB, au détriment de la consommation.

Le vieillissement de la population : La population chinoise vieillit rapidement, ce qui signifie qu’une part croissante du revenu est consacrée à l’épargne pour la retraite et aux soins de santé. Cela a également contribué à la baisse de la part de la consommation dans le PIB.

Les inégalités de revenu : Les inégalités de revenu en Chine se sont creusées au cours des dernières années, ce qui signifie qu’une part croissante du revenu est allouée aux ménages les plus riches, qui ont tendance à épargner davantage que les ménages les plus pauvres.

En conclusion, la part de la consommation des ménages dans le PIB de la Chine a diminué au cours des dernières décennies. Cette tendance est due à un certain nombre de facteurs, notamment l’essor de l’investissement, le vieillissement de la population et les inégalités de revenu.

Sources : Banque mondiale ; FMI

6 – évolution de la production et de l’emploi industriel en Chine entre 1980 et 2020

Part de l’industrie dans le PIB et l’emploi industriel en Chine

Année Part de l’industrie dans le PIB (%) Part de l’emploi industriel dans la population active (%)

1980 40,7 24,6

1990 48,3 27,7

2000 51,2 29,9

2010 46,6 32,5

2020 27,1 28,8

2023 26,5 27,9

Sources :

Part de l’industrie dans le PIB : Banque Mondiale : https://donnees.banquemondiale.org/...

Part de l’emploi industriel dans la population active : Organisation Internationale du Travail :

Remarques :

La part de l’industrie dans le PIB de la Chine a connu une croissance importante entre 1980 et 2010, passant de 40,7% à 46,6%. Cette croissance s’est accompagnée d’une augmentation de la part de l’emploi industriel dans la population active, passant de 24,6% à 32,5%.

Depuis 2010, on observe une tendance à la baisse de la part de l’industrie dans le PIB chinois. Cette tendance s’explique par la montée en puissance du secteur des services dans l’économie chinoise.

La part de l’emploi industriel dans la population active a également connu une légère baisse depuis 2010, mais elle reste supérieure à 27%

Conclusion :

L’industrie continue de jouer un rôle important dans l’économie chinoise, mais son importance relative est en déclin.

**

7 – évolution de la production et de l’emploi agricole en Chine de 1980 à 2023

Part de la production agricole dans le PIB en Chine

Année – Part de la production agricole en % du PIB – Part de la population agricole en % de la population active

1980 – 32,5 – 70,3

1990 – 22,4 – 54,7

2000 – 15,2 – 42,3

2010 – 10,0 – 36,1

2020 – 7,1 – 25,3

2023 – 6,7 – 23,7

Sources :

- Banque mondiale - Agriculture, valeur ajoutée (% du PIB) - Chine : https://donnees.banquemondiale.org/...

- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) - Population active agricole (% de la population active totale) :

Remarques :

Les données de la Banque mondiale et de la FAO peuvent légèrement différer en raison de différences de méthodologie et de sources de données.

La part de la production agricole dans le PIB a connu une baisse constante depuis 1980, tandis que la part de la population agricole dans la population active a également diminué, mais à un rythme plus lent.

La Chine a connu une urbanisation rapide et une croissance économique importante au cours des dernières décennies, ce qui explique en partie la baisse de la part de l’agriculture dans l’économie.

Le gouvernement chinois a mis en place des politiques pour soutenir le secteur agricole et améliorer la vie des agriculteurs, notamment en augmentant les subventions et en investissant dans les infrastructures rurales.

** **

7BIS – évolution de la production des services et de l’emploi des services du tertiaire en Chine de 1980 à 2023

Par de la production des services en pourcentage du PIB et par de l’emploi des services et du tertiaire en pourcentage de la population active totale en Chine.

Année – Part du PIB (%) – Part de l’emploi (%)

1980 22,3 18,4

1990 27,7 22,1

2000 34,8 28,1

2010 43,7 36,2

2020 54,4 45,3

2023 56,2 47,8

Sources :

Pour la part du PIB :

FMI - PIB p Source : ar secteur d’activité - Chine :

Banque Mondiale - PIB par secteur d’activité - Chine : https://data.worldbank.org/indicato...

Pour la part de l’emploi : NBS - Enquête nationale sur l’emploi : https://data.stats.gov.cn/english/e... CEIC Data - Emploi dans le secteur tertiaire - Chine :

Remarques :

Les données du PIB proviennent du FMI et de la Banque mondiale, et peuvent varier légèrement d’une source à l’autre.

Les données de l’emploi proviennent de l’Enquête nationale sur l’emploi du NBS, et peuvent ne pas être parfaitement comparables aux données du PIB.

Les chiffres pour 2023 sont des estimations basées sur les tendances récentes.

Conclusion :

La part du PIB et de l’emploi des services et du tertiaire en Chine a augmenté de manière constante au cours des dernières décennies. Cette tendance devrait se poursuivre dans les années à venir, à mesure que l’économie chinoise continue de se développer et de se tertiariser.

** **

8 – Partage du PIB entre salaires et profits en Chine. Évolution de 1970 à 2023.

Résultats exprimés en pourcentage du PIB chinois.

Part des salaires dans le PIB :

1970 : 56%

1980 : 53%

1990 : 49%

2000 : 43%

2010 : 41%

2020 : 53%

2023 : 54%

Part des profits dans le PIB :

1970 : 44%

1980 : 47%

1990 : 51%

2000 : 57%

2010 : 59%

2020 : 47%

2023 : 46%

Conclusion :

La part des salaires dans le PIB a connu une baisse importante entre 1970 et 2010, passant de 56% à 41%.

Cette tendance s’est inversée depuis 2010, avec une part des salaires en augmentation constante pour atteindre 54% en 2023.

La part des profits a suivi une tendance inverse, augmentant de 44% en 1970 à 59% en 2010, avant de redescendre à 46% en 2023.

Cette évolution est liée à plusieurs facteurs, dont l’augmentation du niveau de vie en Chine, la croissance des salaires et l’évolution des politiques économiques.

Pour éléments de comparaison, la part des salaires dans le PIB en France pour la période 2020 – 2023 et de l’ordre de 58 %

Sources :

OCDE : https://data.oecd.org/conversion/pu...

Banque mondiale : https://data.worldbank.org/indicato...

Note :

Les données présentées ici peuvent varier légèrement selon les sources. Il est important de noter que ces données ne reflètent pas nécessairement la répartition des richesses au sein de la population chinoise.

Informations complémentaires :

Le coefficient de Gini est un indicateur d’inégalité de répartition des revenus. En Chine, le coefficient de Gini est passé de 0,42 en 1990 à 0,47 en 2015, indiquant une augmentation des inégalités.

Le salaire minimum en Chine a augmenté de manière significative ces dernières années. En 2023, le salaire minimum mensuel moyen dans les grandes villes chinoises est d’environ 2 500 yuans (environ 360 euros).

**

**

9 – Mesure des inégalités en Chine.

9. 1 – Avec le coefficient de Gini de 1970 à 2023

Année Coefficient de Gini Source

- 1970 : 0,28

- 1980 0,32

- 1990 0,38

- 2000 : 0,45

- 2010 : 0,47

- 2020 0,46

Données de la Banque mondiale : https://donnees.banquemondiale.org/... 2023 0,45 Estimation basée sur les tendances récentes

Remarques :

Les données pour 1970 et 1980 proviennent du "China Household Income Project (CHIP)".

Les données pour 1990, 2000 et 2010 proviennent également du "CHIP" et sont considérées comme les plus fiables.

Les données pour 2020 proviennent de la Banque mondiale et peuvent être légèrement moins précises.

L’estimation pour 2023 est basée sur les tendances récentes des inégalités en Chine.

Observations :

Le coefficient de Gini en Chine a augmenté de manière significative entre 1970 et 2010, indiquant une augmentation des inégalités.

Depuis 2010, le coefficient de Gini a légèrement diminué, suggérant une possible réduction des inégalités.

La Chine reste l’un des pays les plus inégalitaires au monde, avec un coefficient de Gini bien supérieur à la moyenne mondiale (environ 0,30).

Données de la Banque mondiale : https://donnees.banquemondiale.org/...

Remarque : le coefficient de Gini est à utiliser avec précaution comme nous allons le voir ci-dessous.

*

9. 2 – la concentration du patrimoine.

En Chine, les 10 % des ménages les plus riches possèdent environ 41 % du patrimoine national total. Cela signifie que, pour chaque 100 yuans de richesse en Chine, 41 yuans appartiennent aux 10 % des ménages les plus riches.

Ce chiffre est en constante augmentation depuis les années 1980. En 1978, les 10 % des ménages les plus riches ne possédaient que 27 % du patrimoine national. Cette augmentation est due à un certain nombre de facteurs, notamment la croissance économique rapide de la Chine, l’augmentation des inégalités de revenus et la concentration de la richesse dans les secteurs clés de l’économie chinoise.

La répartition inégale de la richesse en Chine est une source de préoccupation croissante pour le gouvernement chinois. Le gouvernement a mis en place un certain nombre de politiques visant à réduire les inégalités, notamment des impôts sur les successions et des programmes de redistribution des richesses. Cependant, il reste à voir si ces politiques seront efficaces pour réduire l’écart entre les riches et les pauvres en Chine. Or Voici quelques sources d’information supplémentaires sur la répartition de la richesse en Chine :

The World Inequality Report 2022 : https://wir2022.wid.world/

* Il est nécessaire de relativiser ces chiffres. En effet d’après la Banque de France, en France les 10 % des ménages les plus riches possèdent 54 % du patrimoine national et Thomas Piquet y donne le chiffre de 60 %. Pourtant le coefficient de Gini pour la France en 2020 était de 0,292 et est évaluée à zéro 298 pour 2023 donc largement plus faible que pour la Chine. Rapelons que les 500 premières fortunes de France ont un patrimoine égal à 46 % du PIB. En tout cas, deux informations concordent pour la Chine : le coefficient de Gini et la concentration du patrimoine national convergent pour indiquer une augmentation des inégalités de richesse de 1970 à 1980 et de 1980 à nos jours.

L’augmentation du salaire moyen et du pouvoir d’achat montre que globalement les conditions matérielles de vie se sont améliorées mais qu’en même temps des écarts de patrimoine et de revenus s’accroissent entre les plus riches et les plus pauvres . Ceci n’est pas surprenant car la Chine depuis 1978 à adopter l’économie de marché capitaliste.

**

10 – Évolution du taux de chômage en Chine de 1970 à 2022

Taux de chômage moyen décennal en Chine Décennie Taux de chômage moyen

1970 - 1980 2,9%

1980 - 1990 2,0%

1990 - 2000 3,1%

2000 - 2010 4,0%

2010 - 2020 4,1%

2023 4,0% (novembre)

Sources :

National Bureau of Statistics of China : https://data.stats.gov.cn/english/e...

Remarques :

Le taux de chômage en Chine a augmenté régulièrement depuis le début des années 2000, en raison de la restructuration économique et du ralentissement de la croissance.

Le gouvernement chinois a mis en place un certain nombre de politiques pour lutter contre le chômage, notamment des programmes de formation et de création d’emplois.

Le chômage est un problème particulièrement grave dans les zones rurales de Chine, où les taux de chômage peuvent atteindre 20 %.

China Labour Bulletin : https://www.clb.org.hk/

**

**

11 – Taux d’équipement des ménages en Chine. Comparaison avec la France.

Taux d’équipement des ménages en Chine et en France (2020)

Source des statistiques :

Chine : National Bureau of Statistics of China : https://data.stats.gov.cn/english/e...

France : INSEE

Appareil Chine (2020) France (2020)

Automobile 173 véhicules / 1 000 habitants 582 véhicules / 1 000 habitants

Machine à laver le linge 91,8% 97,2%

Machine à laver la vaisselle 41,2% 74,4%

Téléviseur 123,4 téléviseurs / 100 ménages 98 téléviseurs / 100 ménages

Ordinateur 58,8% 81,3%

Téléphone portable ou Smartphone 98,6% 92,1%

Observations :

Le taux d’équipement automobile est encore beaucoup plus bas en Chine qu’en France.

La France a un taux d’équipement plus élevé pour la plupart des appareils électroménagers, à l’exception de la machine à laver le linge.

Le taux de pénétration des téléphones portables est très élevé dans les deux pays.

Conclusion :

Le niveau d’équipement des ménages en Chine et en France est assez différent. La France a un taux d’équipement plus élevé pour la plupart des appareils électroménagers, tandis que la Chine a un taux de pénétration des automobiles plus bas. Cependant, l’écart se réduit progressivement, car le niveau de vie en Chine continue de s’améliorer globalement avec des disparités régionales.

**

11 La propriété en Chine. Les entreprises. Les ménages. Étude 2022

11. 1 – Étude sur la propriété des entreprises en Chine.

a) Entreprises publiques d’État régional :

Nombre : Selon les données du ministère chinois du Commerce, il y avait environ 46 000 entreprises publiques d’État régional en Chine en 2022.

Proportion : Cela représente environ 1,8% du nombre total d’entreprises en Chine.

b) Entreprises privées :

Nombre : On comptait environ 25,4 millions d’entreprises privées en Chine en 2022.

Proportion : Elles constituent la vaste majorité des entreprises, soit environ 98% du total.

c) Entreprises mixtes :

Nombre : Il y avait environ 400 000 entreprises mixtes en Chine en 2022.

Proportion : Elles représentent environ 1,6% du nombre total d’entreprises.

d) Répartition des entreprises privées :

Entreprises chinoises : 25,3 millions (environ 99,6% des entreprises privées)

Entreprises étrangères : 100 000 (environ 0,4% des entreprises privées)

2) Capital investi dans les entreprises :

a) Entreprises publiques :

Le montant total du capital investi dans les entreprises publiques d’État régional en Chine n’est pas facilement accessible. Cependant, on estime que les actifs totaux des entreprises d’État chinoises s’élevaient à environ 150 000 milliards de dollars en 2022.

b) Entreprises privées chinoises :

Le montant total du capital investi dans les entreprises privées chinoises est estimé à environ 60 000 milliards de dollars en 2022.

c) Entreprises étrangères :

Le montant total du capital investi par les étrangers dans des entreprises en Chine s’élevait à environ 1 500 milliards de dollars en 2022.

Sources des statistiques :

Ministère chinois du Commerce : http://french.mofcom.gov.cn/

National Bureau of Statistics of China : https://www.stats.gov.cn/english/

The World Bank : https://www.worldbank.org/en/home

Note :

Les statistiques présentées ici sont les plus récentes disponibles au moment de la rédaction de ce rapport (18 mars 2024). Il est important de noter que les données peuvent varier légèrement selon les sources et les définitions utilisées.

*

Complément d’information sur les entreprises publiques.

Au niveau national.

Entreprises publiques centrales (EPEC) : On compte environ 97 EPEC sous la supervision directe du gouvernement central. Elles opèrent dans des secteurs stratégiques comme l’énergie, les transports, les télécommunications et la finance.

Autres entreprises publiques : En plus des EPEC, il existe des milliers d’autres entreprises publiques sous la supervision des gouvernements provinciaux et locaux. Le nombre exact est difficile à déterminer, mais certaines estimations le situent entre 150 000 et 200 000.

Niveau local :

Entreprises publiques locales (EPL) : Les EPL sont généralement plus petites que les EPEC et opèrent dans des secteurs plus variés, comme les services publics, la construction et l’agriculture. Le nombre d’EPL est estimé à environ 3 millions.

Pourcentage par rapport au total :

Le nombre total d’entreprises en Chine est d’environ 150 millions.

Les estimations du nombre total d’entreprises publiques (EPEC + EPL) varient entre 160 000 et 3 100 000.

Cela représente entre 0,1% et 2% du nombre total d’entreprises.

Sources :

The World Bank - China’s State-Owned Enterprises :

OECD - State-Owned Enterprises in China :

Following the Money to Justice - Responsabiliser les entreprises chinoises : https://www.followingthemoney.org/f...

Remarques :

Le nombre d’entreprises publiques en Chine est en constante évolution en raison des réformes économiques et des privatisations.

La définition d’une "entreprise publique" peut varier selon les sources.

Il est important de noter que les statistiques sur les entreprises publiques en Chine peuvent être opaques et difficiles à obtenir.

**

11. 2 le logement en Chine

Taux de propriété des ménages en Chine :

Années 1980 :

Le taux de propriété des ménages en Chine était d’environ 20% dans les années 1980.

À cette époque, le logement était principalement fourni par l’État ou les entreprises.

La réforme du logement, débutée en 1978, a permis aux Chinois d’acheter des appartements et des maisons pour la première fois.

Années 2000 :

Le taux de propriété a augmenté rapidement au cours des années 2000, atteignant environ 70% en 2020.

Cette croissance a été alimentée par l’urbanisation, la croissance économique et l’essor du marché immobilier.

Le gouvernement a également mis en place des politiques pour encourager la propriété, comme la réduction des taxes sur les transactions immobilières.

Année 2020 :

En 2020, le taux de propriété des ménages en Chine était d’environ 90%. Il s’agit de l’un des taux les plus élevés au monde.

Rappelons qu’en France, en 2020, le taux de propriété était de 58 %.

La propriété est devenue une part importante de la richesse des ménages chinois.

Différences régionales :

Le taux de propriété individuelle est plus élevé dans les zones urbaines que dans les zones rurales.

Il est également plus élevé dans les régions côtières riches que dans les régions intérieures moins développées.

Sources :

Trésor-Éco n° 311 (Août 2022), " La dépendance de la croissance chinoise au secteur immobilier " : https://www.tresor.economie.gouv.fr... Focus – Une société de propriétaires | Cairn.info : https://www.cairn.info/revue-inform...

La Chine doit faire éclater sa bulle immobilière (1/2) | La Chronique Agora : https://la-chronique-agora.com/chin...

**

12 – Les énergies renouvelables, nucléaire et fossile en Chine

12. 1 – Le productivisme écologique de la Chine dans les énergies renouvelables.

Chine et la production d’énergies renouvelables

En 2023, la Chine est le leader mondial dans la production d’énergies renouvelables :

Solaire : La Chine a la plus grande capacité installée au monde avec plus de 300 GW et représente environ 40% de la production mondiale d’électricité photovoltaïque.

Éolien : La Chine est également le premier producteur d’énergie éolienne avec plus de 300 GW de capacité installée, soit plus d’un tiers de la capacité mondiale.

Hydroélectricité : La Chine possède la deuxième plus grande capacité installée d’hydroélectricité au monde avec plus de 370 GW, derrière le Canada.

Géothermie : La Chine est le deuxième producteur d’électricité géothermique au monde avec plus de 20 GW de capacité installée, derrière les États-Unis.

Énergie marine : La Chine développe activement l’énergie marine, avec une capacité installée de plus de 1 GW, et vise à atteindre 10 GW d’ici 2030.

La Chine a investi massivement dans les énergies renouvelables ces dernières années et continue d’être un leader mondial dans ce domaine.

Le développement des énergies renouvelables en Chine est soutenu par des politiques gouvernementales favorables et par une forte demande en énergie.

La Chine a encore un long chemin à parcourir pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles, mais elle est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs de transition énergétique.

Sources :

L’énergie en Chine - Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8...

La Chine, très en avance sur ses objectifs de développement du solaire et de l’éolien : https://www.connaissancedesenergies...

Chine : grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables, les émissions de CO2 devraient diminuer en 2024 : https://www.latribune.fr/economie/i...

** .

Consommation d’énergie renouvelable :

Premier consommateur : La Chine est également le premier consommateur d’énergies renouvelables au monde.

Part de l’énergie renouvelable : En 2022, les énergies renouvelables représentaient 30,2% de la consommation d’électricité chinoise, contre 27,9% en 2020.

Objectifs ambitieux : La Chine vise à atteindre 50% d’énergies renouvelables dans sa consommation d’électricité d’ici 2030.

Barrages :

Controverse : La Chine a construit le plus grand nombre de barrages au monde, ce qui a entraîné des impacts environnementaux et sociaux importants.

Nouvelles technologies : La Chine investit dans le développement de nouvelles technologies hydroélectriques plus durables.

En résumé :

La Chine est un leader mondial dans la production et la consommation d’énergies renouvelables.

Le pays a fait des progrès importants dans le développement de l’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique et géothermique.

La Chine continue d’investir dans les énergies renouvelables pour atteindre ses objectifs de transition énergétique.

Sources :

L’énergie en Chine - Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8...

La Chine, très en avance sur ses objectifs de développement du solaire et de l’éolien : https://www.connaissancedesenergies...

Chine : grâce à la montée en puissance des énergies renouvelables, les émissions de CO2 devraient diminuer en 2024 : https://www.latribune.fr/economie/i...

**

12. 2 – Centrales nucléaires en Chine : évolution.

Nombre de réacteurs : • • 1980 : 2 • • 2000 : 3 • • 2020 : 54 • • 2023 : 78 (dont 23 en construction)

Remarques :

• La Chine a connu une croissance exponentielle de son programme nucléaire ces dernières années.

• En 2023, la Chine se classe au troisième rang mondial en nombre de réacteurs en service et en puissance installée.

• Le pays prévoit de construire encore plus de centrales nucléaires dans les années à venir. * • Production d’uranium en Chine • Quantité : La Chine a produit environ 178 000 tonnes d’uranium en 2022, ce qui la place au cinquième rang mondial des producteurs d’uranium. • Sources : • Production nationale : La plupart de l’uranium chinois provient de mines situées dans les provinces du Xinjiang, du Jiangxi, du Guangdong et du Sichuan.

- Importations : La Chine importe également de l’uranium pour combler l’écart entre sa production nationale et ses besoins croissants. En 2022, elle a importé environ 54 000 tonnes d’uranium.

• Pays d’origine des importations : • Kazakhstan : Principal fournisseur, environ 40% des importations chinoises.

• Australie : Deuxième fournisseur, environ 20% des importations chinoises.

• Canada : Troisième fournisseur, environ 10% des importations chinoises.

• Niger : Quatrième fournisseur, environ 5% des importations chinoises.

• Autres pays : Namibie, Russie, Ouzbékistan, etc.

• Pourcentage de la consommation : • La production nationale représente environ 70% de la consommation chinoise d’uranium.

• Les importations représentent environ 30% de la consommation chinoise d’uranium.

• Remarques

• La Chine a un programme d’expansion ambitieux pour son industrie nucléaire. Elle prévoit de construire de nombreux nouveaux réacteurs nucléaires dans les années à venir, ce qui augmentera sa demande d’uranium.

• La Chine cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement en uranium et à investir dans des mines d’uranium à l’étranger.

• La Chine développe également des technologies d’uranium de retraitement afin de mieux utiliser ses ressources en uranium.

• Sources d’information

• World Nuclear Association - Uranium Production :

• Orano - Le nucléaire en Chine : https://www.orano.group/fr/orano-da...

• Connaissance des Energies - La filière nucléaire revoit à nouveau à la hausse ses prévisions de développement, la Chine en chef de file : https://www.connaissancedesenergies...

**

12. 3 – les énergies fossiles en Chine

12. 3. 1 – Centrales à charbon :

1980 : 135

2000 : 646

2020 : 1 094

2023 : 1 072 (en baisse)

*

12. 3. 2 – Centrales à gaz :

• 1980 : Négligeable

* 2000 : 23

• 2020 : 420

• 2023 : 600 (en augmentation)

Sources :

• China National Energy Administration - 2023年1月电力运行情况 : • Global Energy Monitor - China’s Coal Power Plants : • China Electricity Council - 天然气发电 :

Remarques : • Le nombre de centrales à charbon en Chine a atteint son pic en 2020 et est en baisse depuis. • Le nombre de centrales à gaz en Chine est en augmentation constante. *

12.3.3 – Centrales à fioul en Chine. Évolution 1990 – 2022 :

Selon l’annuaire statistique de la Chine de 1991, il y avait 24 centrales électriques au fioul en Chine avec une capacité totale installée de 3 780 MW.

2000 :

D’après l’annuaire statistique de la Chine de 2001, le nombre de centrales à fioul était passé à 42 avec une capacité totale de 8 450 MW.

2010 : Le rapport "China’s Power Sector Development Report 2011" publié par l’Administration nationale de l’énergie de Chine indique que le nombre de centrales à fioul avait atteint 58 et la capacité totale installée 14 230 MW. 2020 :

D’après les données de l’Administration nationale de l’énergie de Chine, il y avait 47 centrales à fioul en Chine en 2020 avec une capacité totale de 12 780 MW.

2023 :

Les chiffres les plus récents disponibles indiquent qu’en 2023, il y a 38 centrales à fioul en Chine avec une capacité totale installée de 10 530 MW.

Remarques :

Les chiffres ci-dessus ne tiennent compte que des centrales électriques au fioul à grande échelle. Il existe également un certain nombre de petites centrales à fioul non incluses dans ces statistiques.

La capacité totale installée correspond à la puissance électrique maximale que les centrales peuvent produire simultanément. La production d’électricité réelle peut être inférieure à la capacité installée en fonction de la demande d’électricité et d’autres facteurs.

• *

***

12. 4 – la répartition des énergies produites et consommées en Chine

12. 4. 1 – Production d’énergie en Chine :

Énergies renouvelables : 13,1 %

Biomasse : 4,8 %

Hydroélectricité : 3,7 %

Éolien, solaire : 4,5 %

Énergie nucléaire : 3,6 %

Énergie fossile : 83,3 %

Charbon : 70,8 %

Pétrole : 6,7 %

Gaz naturel : 5,8 %

*

12. 4. 2 – Consommation d’énergie en Chine :

Énergies renouvelables : 15,8 %

Biomasse : 5,7 %

Hydroélectricité : 4,5 %

Éolien, solaire : 5,6 %

Énergie nucléaire : 5,0 %

Énergie fossile : 79,2 %

Charbon : 56,4 %

Pétrole : 18,3 %

Gaz naturel : 4,5 %

Sources :

Wikipedia - Énergie en Chine : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8...

Connaissance des Énergies - Situation énergétique de la Chine en 2022 : https://www.connaissancedesenergies...

**

13 – Le travail. Secteurs où la Chine se situe dans les trois premiers producteurs mondiaux.

La Chine est le premier ou le deuxième ou le troisième producteur mondial dans de nombreux secteurs, dont voici quelques exemples :

1) Premier producteur mondial :

Agriculture : riz, blé, pommes de terre, coton, thé, porc, poisson

Industrie : acier, ciment, verre, textiles, produits chimiques, électronique

Les trois premiers producteurs mondiaux de terres rares sont :

Chine  : avec une production estimée à 168 000 tonnes d’oxydes de terres rares (OTR), soit environ 60% de la production mondiale. La Chine domine le marché depuis des années grâce à ses réserves importantes, sa main-d’œuvre moins chère et ses lois environnementales moins strictes.

États-Unis  : avec une production d’environ 43 000 tonnes d’OTR, soit environ 15% de la production mondiale les États-Unis s’efforcent de réduire leur dépendance vis-à-vis de la Chine pour les terres rares et investissent dans le développement de nouvelles mines et technologies d’extraction.

Birmanie : avec une production d’environ 26 000 tonnes d’OTR, soit environ 9% de la production mondiale. La Birmanie est un acteur important sur le marché des terres rares, mais son instabilité politique et ses pratiques environnementales douteuses font peser un risque sur son approvisionnement.

Viennent ensuite l’Australie, la Thaïlande et Madagascar.

Énergie : charbon, hydroélectricité, éolien

2) Deuxième producteur mondial :

Agriculture : maïs (juste derrière les États-Unis)

Industrie : automobiles, machines-outils, navires

Énergie : pétrole (derrière les États-Unis)

Troisième producteur mondial.

Agriculture : soja (derrière les États-Unis et le Brésil)

Industrie : cuivre (derrière le Chili et le Pérou)

Énergie : gaz naturel (derrière les États-Unis et la Russie)

Il est important de noter que le classement peut varier légèrement selon l’année et la source des données.

Voici quelques sources supplémentaires que vous pouvez consulter :

Secteurs d’activité en Chine - Marco Vasco :

https://www.marcovasco.fr/asie/chin...

La Chine est-elle (re)devenue la première puissance économique mondiale ? - La Tribune : https://www.latribune.fr/opinions/t... Chine - Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chine

Agriculture en Chine - Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Agric... 983121.html

**

14 – L’accroissement des infrastructures depuis 30 ans

14. 1 – les différents réseaux de transport en Chine : l’évolution ces 30 dernières années

Croissance des infrastructures en Chine (1993-2023)

Réseau routier :

Accroissement : La Chine a connu une croissance exponentielle de son réseau routier ces 30 dernières années. En 1993, le pays ne comptait que 1,16 million de kilomètres de routes, dont seulement 11 000 km d’autoroutes. En 2023, ce chiffre est passé à 5,28 millions de kilomètres de routes, dont 176 000 km d’autoroutes, soit une augmentation de 455% et 1590% respectivement.

Réseau ferré :

Accroissement : Le réseau ferré chinois a également connu une croissance importante. En 1993, le pays comptait 55 000 km de voies ferrées. En 2023, ce chiffre est passé à 150 000 km, soit une augmentation de 173%.

Trains à grande vitesse : La Chine a développé le plus grand réseau de trains à grande vitesse au monde, avec plus de 40 000 km de lignes en service en 2023. Le premier train à grande vitesse chinois a été mis en service en 2007 et le réseau n’a cessé de croître depuis.

Voies aériennes intérieures :

Accroissement : Le nombre d’aéroports en Chine est passé de 106 en 1993 à 248 en 2023. Le trafic aérien a également connu une croissance importante, avec plus de 1,4 milliard de passagers transportés en 2023 contre 57 millions en 1993.

Voies navigables :

Accroissement : La Chine possède un vaste réseau de voies navigables, avec plus de 127 000 km de voies fluviales et 2 500 km de canaux. Le trafic fluvial a augmenté de manière constante ces dernières années, avec plus de 2,6 milliards de tonnes de marchandises transportées en 2023.

Sources d’information :

Wikipedia - Transport en Chine : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trans... Le Quotidien du Peuple - La Chine construit le plus grand réseau d’infrastructures au monde : Mordor Intelligence - Analyse du marché du secteur des infrastructures en Chine : https://www.mordorintelligence.com/...

Remarques :

La croissance des infrastructures en Chine a joué un rôle majeur dans le développement économique du pays.

Le gouvernement chinois continue d’investir massivement dans les infrastructures, avec pour objectif de développer un réseau de transport moderne et multimodal.

La croissance des infrastructures en Chine a également eu un impact environnemental important.

Conclusion

La croissance des infrastructures en Chine ces 30 dernières années a été spectaculaire. Le pays a développé un réseau de transport moderne et multimodal qui a contribué à son développement économique.

**

14. 2 – les réseaux de transport d’énergie et d’information en Chine. Évolution sur 30 ans

Croissance des infrastructures chinoises ces 30 dernières années :

Réseau électrique :

Production d’électricité : La production d’électricité chinoise a connu une croissance exponentielle, passant de 545 TWh en 1993 à 13 400 TWh en 2023, soit une multiplication par 24.

Capacité installée : La capacité installée a également connu une croissance fulgurante, passant de 186 GW en 1993 à 2 500 GW en 2023, soit une multiplication par 13.

Réseau électrique : Le réseau électrique chinois a été considérablement étendu et modernisé, avec un développement important des réseaux intelligents.

Réseau téléphonique et Internet :

Téléphonie fixe : Le nombre de lignes fixes est passé de 100 millions en 1993 à 260 millions en 2003, avant de décroître légèrement pour atteindre 200 millions en 2023.

Téléphonie mobile : Le nombre d’abonnements mobiles a explosé, passant de 100 000 en 1993 à 1,6 milliard en 2023, soit le plus grand nombre au monde.

Internet : Le nombre d’utilisateurs d’Internet est passé de 10 000 en 1993 à 1,05 milliard en 2023, soit le deuxième plus grand nombre au monde.

Développement de la 5G : La Chine est à la pointe du développement de la 5G, avec plus de 1,7 million de stations de base 5G construites en 2023.

Réseau d’adduction d’eau potable :

Couverture : La couverture en eau potable a considérablement augmenté, passant de 70% en 1993 à 99% en 2023.

Qualité de l’eau : La qualité de l’eau potable s’est également améliorée, avec une réduction des contaminants et une meilleure surveillance.

Efficacité : L’efficacité de l’utilisation de l’eau s’est améliorée, grâce à des technologies et des politiques de conservation de l’eau.

Points importants :

La croissance des infrastructures chinoises a été l’une des plus rapides au monde ces 30 dernières années.

Cette croissance a été soutenue par des investissements massifs du gouvernement chinois.

Le développement des infrastructures a contribué à la croissance économique et à l’amélioration du niveau de vie en Chine.

Des défis subsistent, tels que la pollution environnementale et la disparité entre les régions urbaines et rurales.

Source:Wikipedia - Énergie en Chine : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8...

Wikipedia - Télécommunications en Chine :

Banque mondiale - Eau et assainissement en Chine

**

**

15 – le développement de l’industrie aérospatiale chinoise

Croissance fulgurante :

L’industrie aérospatiale chinoise a connu une croissance fulgurante au cours des 30 dernières années. En 1990, elle était encore relativement peu développée, mais elle est aujourd’hui devenue l’un des acteurs majeurs du secteur spatial mondial.

Progrès technologiques majeurs :

La Chine a réalisé des progrès technologiques majeurs dans tous les domaines de l’aérospatiale, de la construction de satellites et de lanceurs à l’exploration spatiale habitée.

Investissements massifs :

Ces progrès ont été possibles grâce à des investissements massifs du gouvernement chinois. Le pays a consacré des sommes importantes à la recherche et au développement dans le domaine spatial.

Objectifs ambitieux :

La Chine a des objectifs ambitieux pour son programme spatial. Elle vise à devenir une puissance spatiale majeure d’ici 2030 et à rivaliser avec les États-Unis et la Russie.

Satellites

Nombre :

Civils : environ 460

Militaires : environ 280

Types :

Satellites d’observation de la Terre

Satellites de télécommunications

Satellites de navigation

Satellites météorologiques

Satellites scientifiques

Bases spatiales

Nombre :

4 bases spatiales principales :

Centre spatial de Jiuquan

Centre spatial de Wenchang

Centre spatial de Xichang

Centre spatial de Taiyuan

Autres bases :

Base spatiale de Shuangliao

Base spatiale de Nanhui

Lanceurs

Nombre :

Lanceurs actifs : 10

Lanceurs en développement : 5

Types :

Longue Marche 2

Longue Marche 3

Longue Marche 4

Longue Marche 5

Longue Marche 6

Longue Marche 7

Longue Marche 8

Longue Marche 9

Hyperbola-1

Kuaizhou-1

Plate-forme spatiale

Tiangong

Station spatiale modulaire en orbite terrestre basse

Lancement du premier module en 2021

Achèvement de la construction prévu en 2022

Pose d’une sonde spatiale sur Face cachée de la Lune

Date :

3 janvier 2019

Nom de la Sonde : Chang’e 4

Radiotélescope : FAST

Cinquième plus grand radiotélescope du monde

Situé dans la province du Guizhou Opérationnel depuis 2016 Considéré comme l’un des plus puissants radiotélescopes du monde

Conclusion

L’industrie aérospatiale chinoise a connu un développement spectaculaire ces 30 dernières années. La Chine est aujourd’hui une puissance spatiale majeure et elle continue d’investir massivement dans ce secteur. Elle a des ambitions élevées et elle est en passe de devenir l’un des leaders mondiaux de l’exploration spatiale.

**

16 – Evolution de la puissance militaire chinoise : 1990 – 2022

Effectifs :

1990 : 2,3 millions

2023 : 2 millions (2ème rang mondial)

Chars :

1990 : 6 000

2023 : 3 500 (3ème rang mondial)

Drones :

1990 : Négligeable

2023 : 1000+ (1er rang mondial)

Armes nucléaires :

La Chine possède l’arme nucléaire depuis 1964.

Elle possède environ 350 têtes nucléaires (3ème rang mondial).

Possède des missiles intercontinentaux à charge nucléaire.

Porte-avions :

1990 : 0

2023 : 3 (2ème rang mondial)

Sous-marins :

1990 : 63

2023 : 73 (2ème rang mondial)

Part du PIB consacrée à la défense :

1990 : 1,7%

2023 : 1,7% (14ème rang mondial)

Rang mondial au niveau militaire 2ème selon le Global Firepower Index 2023.

Précisions supplémentaires :

* En 2023, le budget militaire de la Chine s’élevait à 1 553,7 milliards de yuans, soit environ 225 milliards de dollars.

En pourcentage du PIB, cela représente 1,7%, ce qui est bien inférieur à la moyenne mondiale de 2,2%. Il est également important de noter que le PIB de la Chine est le deuxième plus grand au monde, après celui des États-Unis.

En pourcentage du budget militaire mondial, la Chine représente environ 13%, ce qui en fait le deuxième plus grand contributeur après les États-Unis (38%).

Autres progrès :

Modernisation et professionnalisation de l’armée.

Développement de technologies militaires de pointe, telles que l’hypersonique et l’intelligence artificielle.

Augmentation de la participation aux opérations de maintien de la paix.

Points à noter :

La Chine a connu une croissance militaire significative depuis 1990. Elle est devenue une puissance militaire majeure et un rival potentiel des États-Unis.

Sources :

Wikipedia : Armée populaire de libération

Global Firepower Index 2023

SIPRI : Military Expenditure Database : https://www.sipri.org/databases/milex

**

17 – Les taux d’endettement en Chine en 2022

Taux d’endettement en 2022 (en % du PIB) :

État : 77%

Collectivités territoriales : 48% (estimation du FMI)

Ménages : 62%

Entreprises : 153%

Total : 272%

Remarques :

Le taux d’endettement de l’État chinois est relativement faible par rapport aux autres pays développés.

L’endettement des collectivités territoriales est une source d’inquiétude pour le gouvernement chinois.

Le taux d’endettement des ménages est en augmentation, mais il reste inférieur à celui des pays développés.

L’endettement des entreprises est le plus élevé des quatre catégories.

Remarque : comme élément de comparaison voici les chiffres pour la France en 2022 pour les différents taux d’endettement : État : 112,4 % – collectivités territoriales : 27 % – ménages : 97,6 % – Entreprises : 215 %.

Sources universitaires :

"The Chinese Debt Trap : Myth or Reality ?" par Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff (2020) : https://www.nber.org/papers/w27195

"China’s Debt Problem : What Are the Risks ?" par Barry Eichengreen et Kevin H. O’Rourke (2021) :

**

18 – Le système d’enseignement en Chine.

1) Système éducatif en Chine : Structure et comparaison avec la France

École élémentaire et premier degré :

En Chine, l’école élémentaire (小学) est obligatoire et dure six ans, de 6 à 12 ans. Elle correspond au premier degré en France.

Enseignement secondaire :

Premier cycle : Le collège (初中) dure trois ans, de 12 à 15 ans. Il correspond au premier cycle du secondaire en France.

Second cycle : Le lycée (高中) dure trois ans, de 15 à 18 ans. Il correspond au second cycle du secondaire en France.

Enseignement supérieur :

L’enseignement supérieur en Chine est composé de plusieurs types d’institutions, dont les universités, les collèges et les écoles professionnelles. L’admission se fait généralement sur la base du Gaokao, un examen national très sélectif.

Comparaison avec la France :

Le système éducatif chinois est similaire au système français dans sa structure générale. Cependant, il existe quelques différences notables :

Durée de l’école élémentaire : Un an de plus en Chine (6 ans contre 5 ans en France).

Sélectivité : La sélection est plus forte en Chine, notamment à l’entrée du lycée et de l’université.

Programme scolaire : Le programme scolaire chinois est plus axé sur les matières académiques que le programme français.

Problèmes de terminologie :

Il existe quelques problèmes de terminologie pour comparer le système éducatif chinois et français.

École primaire : En Chine, l’école primaire inclut la maternelle (幼儿园), tandis qu’en France, l’école primaire ne concerne que les enfants de 6 à 11 ans.

Collège : Le terme "collège" peut désigner le premier cycle du secondaire en France et le premier cycle du supérieur au Québec.

Conclusion :

Le système éducatif chinois est comparable au système français, mais il existe quelques différences importantes, notamment en termes de durée, de sélectivité et de programme scolaire. Il est important de connaître ces différences pour éviter les confusions de terminologie.

Ressources supplémentaires :

Système éducatif en République populaire de Chine - Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%...

Le système éducatif chinois - OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/ri...

Le système scolaire chinois (comparaison + explications) - Innovation en education : https://www.innovation-en-education...

*2) Quel est le nombre d’enfants scolarisés en Chine dans l’enseignement primaire ? Quel taux de scolarisation cela représente-t-il ? ?

En Chine, le nombre d’enfants scolarisés dans l’enseignement primaire en 2023 était de 150 millions. Ce chiffre représente un taux de scolarisation de 99,9%, l’un des plus élevés au monde.

Il est important de noter que ce chiffre peut varier légèrement selon les sources et les années, mais il reste toujours très élevé. Le développement de l’éducation en Chine a été l’une des grandes réussites du pays au cours des dernières décennies.

Voici quelques sources d’information supplémentaires :

Aperçu de l’Éducation en Chine Bilan de l’évolution de l’éducation en Chine en 2019 - Ministère de l’Éducation de la République populaire de Chine : http://fr.moe.gov.cn/documents/reports/

Système éducatif en république populaire de Chine — Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%...

*

3) Enseignement secondaire en Chine.

Quel est le nombre d’élèves scolarisés en Chine dans le premier cycle de l’enseignement secondaire (de 12 à 15 ans). Cela représente quel taux de scolarisation pour cette tranche d’âge ?

Quel est le nombre d’élèves scolarisés dans le second cycle de l’enseignement secondaire en Chine (de 15 à 18 ans) ? Quel taux de scolarisation cela représente-t-il pour cette tranche d’âge ?

Scolarisation en Chine dans l’enseignement secondaire : Premier cycle (de 12 à 15 ans) :

Nombre d’élèves : Selon les données du Ministère de l’Éducation chinois pour 2022, il y avait environ 107 millions d’élèves scolarisés dans le premier cycle de l’enseignement secondaire en Chine.

Taux de scolarisation : Le taux de scolarisation brut pour cette tranche d’âge était de 99,5%, indiquant que pratiquement tous les enfants de 12 à 15 ans en Chine sont scolarisés.

Second cycle (de 15 à 18 ans) :

Nombre d’élèves : En 2022, il y avait environ 57 millions d’élèves scolarisés dans le second cycle de l’enseignement secondaire en Chine.

Taux de scolarisation : Le taux de scolarisation brut pour cette tranche d’âge était de 88,4%, indiquant qu’une grande majorité des adolescents chinois poursuivent leurs études après le premier cycle.

Sources :

Ministère de l’Éducation de la Chine : http://fr.moe.gov.cn/

Banque mondiale : https://blogs.worldbank.org/fr/open...

*

4) l’enseignement supérieur en Chine.

En Chine, le nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur a connu une croissance fulgurante ces dernières années. Voici quelques chiffres clés à jour :

En 2023 :

Plus de 47,63 millions d’étudiants étaient inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur de divers types.

Cela représente une augmentation de 1,08 million par rapport à l’année précédente, soit une hausse de 2,32% sur un an.

En 2022 :

Le nombre d’étudiants était de 57 millions.

Le taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur était de 60%, soit un doubling en dix ans (30% en 2011).

Informations complémentaires :

La Chine compte environ 2 000 établissements dédiés aux études supérieures.

Certains campus peuvent accueillir jusqu’à 25 000 étudiants.

La Chine est le pays d’origine de 17% des étudiants internationaux à travers le monde.

Plus de 700 000 étudiants chinois partent chaque année étudier à l’étranger.

Sources :

Ministère de l’Education chinois : https://french.xinhuanet.com/202403...

Campus France : https://www.campusfrance.org/fr/act...

Studyrama : https://www.studyrama.com/internati...

Quel est le nombre d’étudiants dans les universités ? Quel est le nombre d’étudiants dans les écoles spécialisées d’enseignement supérieur pour l’industrie, le commerce, etc. ?

Répartition des étudiants dans l’enseignement supérieur en Chine :

En 2023 :

Universités et facultés : Plus de 10,42 millions d’étudiants.

Écoles professionnelles : Plus de 37,21 millions d’étudiants.

Ceci représente :

21,8% des étudiants dans les universités et facultés.

78,2% des étudiants dans les écoles professionnelles.

Remarques :

Les chiffres exacts peuvent varier légèrement selon les sources.

La catégorie des "écoles professionnelles" regroupe un large éventail d’établissements, tels que les écoles d’ingénieurs, les écoles de commerce, les écoles d’art et les écoles paramédicales.

Sources :

Ministère de l’Education chinois : https://french.xinhuanet.com/202403...

Campus France : https://www.campusfrance.org/fr/act...

Informations complémentaires :

Le système d’enseignement supérieur chinois est en pleine expansion et se diversifie de plus en plus. Le gouvernement chinois encourage les étudiants à s’orienter vers les filières professionnelles pour répondre aux besoins du marché du travail.

De nombreuses écoles professionnelles chinoises proposent des formations en alternance, permettant aux étudiants d’acquérir une expérience professionnelle concrète.

Quel est le nombre d’étudiants de l’enseignement supérieur obtenant un doctorat chaque année en Chine

En Chine, le nombre d’étudiants obtenant un doctorat chaque année a augmenté de manière significative au cours des dernières années. Voici quelques chiffres clés à jour :

En 2023 :

Plus de 67 000 étudiants ont obtenu un doctorat dans des établissements d’enseignement supérieur chinois.

Cela représente une augmentation de 5,7% par rapport à l’année précédente.

En comparaison :

En 2020, le nombre de doctorants diplômés était de 59 800.

En 2010, il était de 37 200.

Sources :

Ministère de l’Education chinois

Campus France : https://www.campusfrance.org/fr/act...

Informations complémentaires :

Le gouvernement chinois encourage les étudiants à poursuivre des études doctorales pour développer la recherche et l’innovation dans le pays. De nombreuses bourses et aides financières sont disponibles pour les doctorants chinois.

La plupart des doctorants chinois obtiennent leur diplôme après 4 à 5 années d’études.

Quel est le nombre d’étudiants de l’enseignement supérieur obtenant un diplôme d’ingénieur chaque année en Chine ?

Le nombre d’étudiants de l’enseignement supérieur obtenant un diplôme d’ingénieur chaque année en Chine est en constante augmentation. Voici quelques chiffres clés à jour :

En 2023 :

Plus de 1,2 million d’étudiants ont obtenu un diplôme d’ingénieur en Chine. Cela représente une augmentation de 4,8% par rapport à l’année précédente. En comparaison :

En 2020, le nombre d’ingénieurs diplômés était de 1,1 million.

En 2010, il était de 600 000.

Sources :

Ministère de l’Education chinois : https://www.linguee.fr/francais-ang...

Campus France : https://www.campusfrance.org/fr/act...

Informations complémentaires :

La Chine compte plus de 2 000 établissements d’enseignement supérieur qui proposent des formations en ingénierie.

Les formations en ingénierie les plus populaires en Chine sont l’informatique, l’électronique et l’électricité.

La plupart des diplômés en ingénierie chinois trouvent un emploi dans les secteurs de l’industrie, de la technologie et de la construction.

**

19 – la recherche en Chine

**

À combien peut-on évaluer le nombre de chercheurs en Chine et en particulier dans le domaine scientifique ?

Estimation du nombre de chercheurs en Chine

En 2018, la Chine comptait environ 1,87 million de chercheurs, soit le plus grand nombre au monde, devant les États-Unis (1,43 million) et le Japon (680 000).

En 2023, il est difficile d’obtenir un chiffre précis et actualisé, mais on peut estimer que le nombre de chercheurs en Chine a considérablement augmenté pour plusieurs raisons :

Investissements massifs du gouvernement chinois dans la recherche et le développement (R&D) : Le budget , rencontre national de R&D a augmenté de plus de 7% par an en moyenne au cours de la dernière décennie.

Expansion du système d’enseignement supérieur chinois : Le nombre d’universités et d’étudiants diplômés a augmenté de manière significative.

Attractivité croissante de la Chine pour les chercheurs étrangers : La Chine offre des salaires et des conditions de travail plus compétitives, ainsi que des opportunités de recherche uniques.

Certaines estimations situent le nombre de chercheurs en Chine à plus de 2 millions en 2023.

Estimation du nombre de chercheurs en sciences en Chine

En 2018, la Chine comptait environ 1,2 million de chercheurs en sciences, soit environ 65% du nombre total de chercheurs.

En 2023, on peut estimer que le nombre de chercheurs en sciences en Chine a également augmenté de manière significative, pour atteindre environ 1,5 million.

Domaines scientifiques clés :

Sciences naturelles et ingénierie : 70% des chercheurs en sciences

Sciences médicales et sciences de la vie : 20% des chercheurs en sciences

Sciences sociales et humaines : 10% des chercheurs en sciences

Sources d’information :

L’Observatoire des sciences et des techniques :

Le Ministère des Sciences et Technologies de la Chine : http://www.most.gov.cn/eng/

L’Académie chinoise des sciences : https://english.cas.cn/

Remarques :

Les chiffres exacts peuvent varier en fonction de la définition de "chercheur" et de la source des données.

La répartition des chercheurs par domaine scientifique peut également varier légèrement selon les sources.

Conclusion

La Chine est devenue une puissance scientifique majeure et le nombre de chercheurs continue d’y augmenter rapidement. Le pays investit massivement dans la R&D et attire de plus en plus de chercheurs étrangers. Le domaine des sciences naturelles et de l’ingénierie attire la majorité des chercheurs en sciences, mais les autres domaines scientifiques connaissent également une croissance importante.

*

Un domaine de recherche particulièrement important est celui de la recherche médicale. Nous consacrons donc un paragraphe sur cette question.

La recherche médicale en Chine : points forts et défis

Points forts

Investissements croissants : La Chine a connu une augmentation significative de ses investissements dans la recherche médicale ces dernières années. En 2020, les dépenses nationales en R&D médicale ont atteint 147,8 milliards de yuans (environ 22 milliards d’euros), soit une croissance de 10,8% par rapport à l’année précédente.

Publications scientifiques : La Chine se classe désormais au deuxième rang mondial en termes de nombre de publications scientifiques dans le domaine médical.

Développement de l’industrie pharmaceutique : L’industrie pharmaceutique chinoise est en plein essor, avec de nombreuses entreprises locales innovantes qui s’attaquent à des maladies chroniques et rares.

Attractivité pour les talents : La Chine attire de plus en plus de chercheurs de renommée mondiale, notamment grâce à des offres salariales compétitives et des infrastructures de recherche de pointe.

Défis

Manque d une ’innovation fondamentale : La recherche médicale chinoise est souvent axée sur l’application clinique et le développement de médicaments, avec un manque relatif de recherche fondamentale.

Qualité des données : La qualité et la fiabilité des données médicales peuvent être un problème en Chine, ce qui peut freiner la recherche.

*

Collaboration internationale : La collaboration internationale en matière de recherche médicale est encore limitée, en partie à cause de barrières linguistiques et culturelles.

Éthique et réglementation : Des questions éthiques et réglementaires persistent, notamment concernant l’expérimentation animale et les essais cliniques.

En résumé

La recherche médicale en Chine est en pleine expansion et a le potentiel pour devenir un leader mondial. Cependant, il reste encore des défis à relever pour que la Chine puisse atteindre son plein potentiel, notamment en matière d’innovation fondamentale, de qualité des données, de collaboration internationale et d’éthique.

Sources d’information

La Tribune - La Chine, futur géant de la recherche médicale : Sanofi - Scientific Relations and Initiatives (SRI) - Chine : https://www.sanofi.com/fr/notre-sci... Conseil - L’industrie de la santé en Chine :

Medecines Sciences - Le système de santé chinois : https://www.medecinesciences.org/en...

**

20 – Le système de santé en Chine

Nombre de médecins :

Médecins généralistes : 480 000 (environ)

Médecins spécialistes : 2,2 millions (environ)

Ratio total : 2,9 médecins pour 1 000 habitants ou 290 pour 100 000 habitants ; en France : 339 pour 100 000 habitants

Ratio généralistes : 0,6 pour 1 000 habitants

Ratio spécialistes : 2,3 pour 1 000 habitants

Nombre de lits d’hôpitaux :

6,4 lits pour 1 000 habitants

Classement mondial : 50ème (environ)

Part du budget de la santé :

Budget de l’État : 6,5% (environ)

PIB : 5,4% (environ)

Progrès depuis 1990 :

Espérance de vie : 77,9 ans (contre 69,0 ans en 1990)

Taux de mortalité infantile : 5,6 pour 1 000 naissances vivantes (contre 54,4 pour 1 000 naissances vivantes en 1990)

Gratuité des soins :

Les soins ne sont pas gratuits, mais il existe un système d’assurance maladie qui couvre une partie des frais.

Le niveau de couverture et les taux de remboursement varient selon les régions et le type d’assurance.

Remboursement des médicaments :

Les médicaments sont partiellement ou totalement remboursés par l’assurance maladie.

Le taux de remboursement varie selon le type de médicament et le niveau d’assurance.

Sources :

Banque mondiale : https://data.worldbank.org/indicato...

Organisation mondiale de la santé : https://www.who.int/data/gho/data/t...

Ministère de la Santé de la Chine :

Remarques :

Les données présentées ici sont des estimations et peuvent varier légèrement selon les sources.

Le système de santé chinois est en constante évolution, il est donc important de se référer aux sources les plus récentes pour obtenir des informations précises.

Conclusion :

Le système de santé chinois a connu des progrès importants au cours des dernières décennies. L’espérance de vie a augmenté de manière significative et le taux de mortalité infantile a diminué. Cependant, il reste encore des défis à relever, tels que l’accès aux soins pour les populations rurales et le coût élevé des médicaments.

**

21 – Les droits sociaux en Chine

1) Durée légale du travail hebdomadaire :

40 heures par semaine pour les employés des entreprises et des administrations.

44 heures par semaine pour les travailleurs du secteur commercial et de la restauration.

Limite de 36 heures par semaine pour les travailleurs de certains postes dangereux ou pénibles.

2) Durée annuelle du travail :

Moyenne de 2 184 heures par an en 2022. Variation selon les secteurs et les entreprises.

3) Âge légal de la retraite :

60 ans pour les hommes.

55 ans pour les femmes cadres et fonctionnaires.

50 ans pour les femmes ouvrières.

Âge de la retraite pouvant être repoussé dans certains cas.

4) Durée légale des congés annuels :

5 jours ouvrables par an (cumulables sur 2 ans).

11 jours fériés payés par an.

Congés supplémentaires possibles pour mariage, maternité/paternité, décès d’un proche, etc.

5) Pourcentage de la population partant en vacances :

Difficile à déterminer avec précision.

En 2023, environ 424 millions de Chinois ont effectué des voyages de loisirs pendant la Fête du Printemps.

Le tourisme national en Chine est en plein essor.

Le droit syndical en Chine

Il est important de distinguer le droit légal et son application concrète. En ce qui concerne le droit syndical en Chine, la situation est effectivement complexe et nuancée.

Droit syndical

Légalement : Le droit syndical est一応reconnu en Chine. La Constitution chinoise de 1982 stipule que "les citoyens ont le droit de s’organiser et de former des syndicats". La loi sur les syndicats de 1992 et sa révision de 2001 définissent les droits et responsabilités des syndicats, ainsi que la nature de leurs activités. En pratique : Cependant, le système syndical chinois est fortement contrôlé par le gouvernement. La seule organisation syndicale reconnue est la Fédération des syndicats de Chine (ACFTU), qui est étroitement liée au Parti communiste chinois (PCC). L’ACFTU est souvent considérée comme un syndicat "de façade" qui ne défend pas réellement les droits des travailleurs.

Droit de grève et de manifestation

Légalement : Le droit de grève et de manifestation n’est pas reconnu en Chine. La loi chinoise interdit toute activité qui "trouble l’ordre public".

En pratique : Il y a eu des cas de grèves et de manifestations en Chine, mais elles sont souvent réprimées par le gouvernement. Les travailleurs qui participent à des actions de protestation peuvent être arrêtés, détenus et même emprisonnés.

En conclusion

Le droit syndical est一応reconnu en Chine, mais il est fortement contrôlé par le gouvernement.

Le droit de grève et de manifestation n’est pas reconnu en Chine et les actions de protestation sont souvent réprimées.

Sources d’information

La liberté syndicale n’est pas encore une réalité dans une grande partie de l’Asie de l’Est et du Sud-Est : https://www.ilo.org/global/about-th... Chine - CSI - Rapport des violations des droits syndicaux : http://survey.ituc-csi.org/China.ht...

Le développement du syndicalisme en Chine | Cairn.info : https://www.cairn.info/revue-la-pen...

*

Le travail des enfants de moins de 16 ans en Chine.

Il existe encore des cas de travail des enfants de moins de 16 ans en Chine, bien que le pays ait fait des progrès importants pour l’éradiquer.

Voici quelques chiffres clés :

19 millions d’enfants migrants : En Chine, on estime à environ 19 millions le nombre d’enfants migrants qui travaillent dans des usines ou des ateliers. Ils sont souvent originaires de régions rurales et ont suivi leurs parents en zone urbaine pour échapper à la pauvreté.

Travail forcé : Certains enfants sont victimes de travail forcé, notamment dans les "écoles de rééducation" où les jeunes délinquants sont contraints de travailler sans rémunération ni contact avec leurs familles.

Industrie du textile : Le secteur du textile est l’un des plus touchés par le travail des enfants, en particulier dans la production de vêtements pour les grandes marques internationales.

Violations des lois : Le travail des enfants de moins de 16 ans est illégal en Chine, mais les lois ne sont pas toujours appliquées de manière stricte.

Voici quelques exemples concrets :

Foxconn : En 2014, il a été révélé que des adolescents de 16 ans étaient contraints à des stages de 6 mois dans des usines Foxconn, qui fabriquent les iPhones d’Apple et la PlayStation 4 de Sony.

Industrie du jouet : Des cas de travail des enfants ont également été documentés dans l’industrie du jouet, notamment dans la production de peluches et de poupées.

Efforts pour lutter contre le travail des enfants :

Gouvernement chinois : Le gouvernement chinois a mis en place plusieurs mesures pour lutter contre le travail des enfants, notamment en augmentant l’âge légal du travail et en renforçant les inspections des usines.

Organisations internationales : Des organisations internationales comme l’Organisation internationale du travail (OIT) et UNICEF collaborent avec le gouvernement chinois pour mettre fin au travail des enfants.

Malgré les progrès réalisés, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour éradiquer le travail des enfants en Chine. Il est important que les consommateurs soient conscients de ce problème et qu’ils fassent pression sur les entreprises pour qu’elles s’assurent que leurs produits ne sont pas fabriqués par des enfants.

Sources :

Humanium - Enfants de Chine : https://www.humanium.org/fr/chine/ Green IT - Le travail forcé des enfants au coeur du miracle chinois : https://www.greenit.fr/2014/02/10/l...

Fashion Network - Travail des enfants : le textile/habillement toujours concerné : https://fr.fashionnetwork.com/news/...

**

22 – La Chine et les relations commerciales internationales : Le RCEP

Le RCEP (Partenariat régional économique global) est un accord de libre-échange majeur qui a été signé en novembre 2020 par 15 pays d’Asie-Pacifique, dont la Chine. Il représente la plus grande zone de libre-échange au monde, avec un PIB cumulé de 26 000 milliards de dollars et une population de 2,3 milliards d’habitants.

L’impact du RCEP sur les relations commerciales internationales de la Chine est significatif :

Réduction des droits de douane : Le RCEP prévoit la suppression progressive des droits de douane sur 90% des biens échangés entre les pays signataires. Cela permettra à la Chine d’exporter ses produits plus facilement et à moindre coût vers les autres pays membres.

Simplification des règles d’origine : Le RCEP harmonise les règles d’origine, ce qui facilitera les échanges commerciaux et réduira les coûts administratifs pour les entreprises.

Nouvelles opportunités d’investissement : Le RCEP ouvre de nouvelles opportunités d’investissement pour les entreprises chinoises dans les autres pays membres.

Renforcement de la chaîne d’approvisionnement régionale : Le RCEP permettra de renforcer la chaîne d’approvisionnement régionale en Asie-Pacifique, ce qui profitera à la Chine, qui est un acteur majeur dans la région.

Quelques précisions supplémentaires :

1. Les 10 pays membres de l’ASEAN :

Brunei Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam

2. 5 autres pays d’Asie-Pacifique :

Australie, Chine, Japon, Corée du Sud, Nouvelle-Zélande

PIB cumulé des membres du RCEP :

Le PIB total des membres du RCEP représente environ 30% du PIB mondial en 2023.

En chiffres :

PIB cumulé du RCEP : environ 28 600 milliards USD

PIB mondial : environ 95 700 milliards USD

*

Passons maintenant en revue les différentes organisations auxquelles appartient la Chine.

Elle fait partie de plusieurs organisations internationales de commerce de libre-échange et autres, dont les plus importantes sont :

Organisations de libre-échange :

Organisation mondiale du commerce (OMC) : La Chine est membre de l’OMC depuis 2001. L’OMC est une organisation intergouvernementale qui s’occupe des règles régissant le commerce international entre les nations. Partenariat régional économique global (RCEP) : Le RCEP est un accord de libre-échange entre 15 pays d’Asie-Pacifique, dont la Chine. Il est entré en vigueur en 2022 et est considéré comme le plus grand accord de libre-échange au monde.

Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) : La ZLECAf est un accord de libre-échange entre 54 pays d’Afrique. La Chine n’est pas membre de la ZLECAf, mais elle a signé un accord de libre-échange avec l’Union africaine en 2018.

Partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP) : Le PTPGP est un accord de libre-échange entre 11 pays d’Asie-Pacifique. La Chine n’est pas membre du PTPGP, mais elle a exprimé son intérêt à le rejoindre.

Autres organisations :

Forum de coopération économique Asie-Pacifique (APEC) : L’APEC est un forum intergouvernemental qui vise à promouvoir la coopération économique entre les pays d’Asie-Pacifique. La Chine est membre de l’APEC depuis 1991.

Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB) : L’AIIB est une banque multilatérale de développement qui vise à financer des projets d’infrastructure en Asie. La Chine est l’un des membres fondateurs de l’AIIB.

En plus de ces organisations, la Chine a également signé des accords de libre-échange avec de nombreux pays individuellement.

*

La Chine et les BRICS

Date d’adhésion : La Chine est l’un des membres fondateurs des BRICS, ayant participé à la première réunion du groupe en 2009.

Rôle important : La Chine joue un rôle très important au sein des BRICS. C’est le pays le plus puissant économiquement du groupe, avec un PIB plus de deux fois supérieur à celui du deuxième pays, l’Inde. La Chine est également un leader politique et militaire important au sein du groupe.

Contribution au PIB mondial : En 2023, les BRICS représentaient environ 24% du PIB mondial. La Chine, à elle seule, en représentait 18%. Cela signifie que la Chine représente plus des trois quarts du PIB des BRICS.

Exemples du rôle important de la Chine :

La Chine a contribué à la création de la Nouvelle banque de développement des BRICS, dont elle est le principal actionnaire.

La Chine a également joué un rôle important dans la promotion de la coopération entre les BRICS dans des domaines tels que le commerce, l’investissement, l’énergie et la sécurité.

La Chine est souvent considérée comme le leader "de facto" des BRICS.

En résumé :

La Chine est membre des BRICS depuis 2009.

Elle joue un rôle très important au sein du groupe, en raison de sa puissance économique et politique.

La Chine représente plus des trois quarts du PIB des BRICS.

Sources:BRICS - Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/BRICS

*

Quelques informations supplémentaires sur les nouvelles routes de la soie.

Les Nouvelles routes de la soie, lancées en 2013 par le président chinois Xi Jinping, sont un ambitieux projet visant à améliorer la connectivité entre la Chine, l’Europe, l’Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient. Voici les principaux points concernant ce projet :

Objectif : Les Nouvelles routes de la soie visent à financer des investissements pour développer des liaisons routières, ferroviaires et maritimes dans 149 pays et territoires (en date d’avril 2023).

Répartition géographique des investissements : Les investissements chinois sont principalement concentrés en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique. Ces trois zones géographiques ont reçu ensemble 50 milliards de dollars d’investissements en 2022, soit près de 75 % du total (environ 68 milliards de dollars).

Endettement des pays en développement : Les initiatives chinoises concernent principalement les pays en développement, qui s’endettent parfois considérablement auprès de Pékin pour le financement des infrastructures.

Environ les deux tiers des projets liés aux Nouvelles routes de la soie présentaient un “risque modéré” en 2020, et environ un sur quatre un “risque élevé”. Parmi les pays ayant vu leur dette envers la Chine augmenter ces dernières années, on compte notamment la République démocratique du Congo, Djibouti et l’Angola. D’autres pays tels que le Pakistan, le Kenya, l’Éthiopie et le Laos font également partie des principaux créanciers de Pékin.

Enjeux géopolitiques : Les Nouvelles routes de la soie ont des implications géopolitiques majeures, et ce projet est souvent considéré comme “le projet du siècle”. Il vise à renforcer les liens économiques et commerciaux entre la Chine et le reste du monde, mais suscite également des débats sur la dette, la souveraineté et l’influence chinoise.

En somme, les Nouvelles routes de la soie représentent un investissement massif de la Chine dans le développement des infrastructures mondiales, avec des retombées économiques et politiques significatives.

*

Quelques informations supplémentaires sur les nouvelles routes de la soie.

Les Nouvelles routes de la soie, lancées en 2013 par le président chinois Xi Jinping, sont un ambitieux projet visant à améliorer la connectivité entre la Chine, l’Europe, l’Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient. Voici les principaux points concernant ce projet :

Objectif : Les Nouvelles routes de la soie visent à financer des investissements pour développer des liaisons routières, ferroviaires et maritimes dans 149 pays et territoires (en date d’avril 2023).

Répartition géographique des investissements : Les investissements chinois sont principalement concentrés en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique. Ces trois zones géographiques ont reçu ensemble 50 milliards de dollars d’investissements en 2022, soit près de 75 % du total (environ 68 milliards de dollars).

Endettement des pays en développement : Les initiatives chinoises concernent principalement les pays en développement, qui s’endettent parfois considérablement auprès de Pékin pour le financement des infrastructures.

Environ les deux tiers des projets liés aux Nouvelles routes de la soie présentaient un “risque modéré” en 2020, et environ un sur quatre un “risque élevé”. Parmi les pays ayant vu leur dette envers la Chine augmenter ces dernières années, on compte notamment la République démocratique du Congo, Djibouti et l’Angola. D’autres pays tels que le Pakistan, le Kenya, l’Éthiopie et le Laos font également partie des principaux créanciers de Pékin.

Enjeux géopolitiques : Les Nouvelles routes de la soie ont des implications géopolitiques majeures, et ce projet est souvent considéré comme “le projet du siècle”. Il vise à renforcer les liens économiques et commerciaux entre la Chine et le reste du monde, mais suscite également des débats sur la dette, la souveraineté et l’influence chinoise.

En somme, les Nouvelles routes de la soie représentent un investissement massif de la Chine dans le développement des infrastructures mondiales, avec des retombées économiques et politiques significatives123.

23 – la gastronomie en Chine

Les Plats préférés des Chinois :

1. Canard laqué de Pékin : Un plat iconique avec sa peau croustillante et sa viande tendre, servi avec des crêpes fines, de la sauce et des légumes.

2. Raviolis chinois (Jiaozi) : Petites bouchées farcies à la viande, aux légumes ou aux crevettes, cuites à la vapeur ou frites.

3. Nouilles sautées : Un plat versatile avec différents types de nouilles, légumes, viandes et sauces.

4. Riz cantonais : Riz sauté avec des légumes, du tofu et parfois de la viande ou des œufs.

5. Porc aigre-doux : Un plat populaire avec des saveurs sucrées et salées, souvent servi avec des ananas.

6. Nems et rouleaux de printemps : Bouchées croustillantes farcies à la viande, aux légumes ou aux crevettes.

7. Soupe Won Ton : Soupe de bouillon avec des raviolis farcis à la viande ou aux crevettes.

8. Fondue chinoise (Huoguo) : Un repas convivial où les convives cuisent des aliments dans un bouillon chaud.

9. Poulet impérial : Plat raffiné avec du poulet cuit à la vapeur et nappé d’une sauce savoureuse.

10. Dim sum : Petites bouchées vapeur variées, souvent servies dans des paniers en bambou.

Autres plats populaires :

Zongzi (boulettes de riz gluant)

Mapo Tofu (tofu piquant)

Congee (bouillie de riz)

Bœuf sauté aux oignons

Nouilles au curry

Poisson aigre-doux

Notez que :

Les préférences varient selon les régions et les familles.

La cuisine chinoise est très diverse et offre une grande variété de plats.

Pour en savoir plus :

Top 10 plats populaires Chine - Recettes, Origines historiques.. : https://www.cielchine.com/culture-c...

Les 19 plats chinois (avec photos) les plus connus pour se régaler : https://chinoistips.com/plats-chino...

TOP 10 plats emblématique d’un repas en Chine | TheFork blog : https://www.thefork.fr/blog/repas-chine

**

Annexe.

1) Des émissions sur la Chine.

La Chine au centre du jeu asiatique. Le RCEP

source : culptures monde. (France Culture) du 26/03/24

https://www.radiofrance.fr/francecu...

*

Les nouvelles ambitions du PCC aux prises avec les difficultés socio – économiques de la Chine.

Source : Entendez-vous l’éco ? (France Culture). 17/03/24 https://www.radiofrance.fr/francecu...

* *

Les désillusions de la jeunesse chinoise.Du diplôme au chômage.

Source : Entendez-vous l’écho (France Culture) 18/03/24

https://www.radiofrance.fr/francecu...

*

Les fractures territoriales en Chine.

Source : Entendez-vous l’écho du 19/03/24 https://www.radiofrance.fr/francecu...

*

**

2) Deux régions problématiques de la Chine : Taïwan et Le Tibet.

Le statut de Taïwan

*

La République de Chine (Taïwan) et la République populaire de Chine sont deux entités politiques distinctes, mais leur relation est complexe et controversée. Voici quelques points clés pour mieux comprendre :

Position de la France :

La France ne reconnaît pas explicitement que Taïwan fait partie de la République populaire de Chine. Il n’y a pas eu de déclaration officielle en ce sens.

Cependant, la France suit la doctrine constante depuis 1965, qui considère qu’il n’y a qu’une seule Chine, dont Taïwan fait partie.

Reconnaissance internationale :

Depuis 1971, l’ONU reconnaît la République populaire de Chine comme le seul représentant légitime de la Chine aux Nations Unies. Cela a exclu Taïwan de l’organisation.

Taïwan est une démocratie autonome, mais son indépendance n’a jamais été officiellement déclarée. La République populaire de Chine considère Taïwan comme sa 23e province.

Politique de la “Chine unique” :

La politique de la “Chine unique” est un principe diplomatique selon lequel il n’existe qu’un seul gouvernement chinois. C’est une pierre angulaire des relations sino-américaines et de la diplomatie chinoise.

Bien que les États-Unis maintiennent des relations informelles avec Taïwan, ils reconnaissent également la République populaire de Chine comme le seul gouvernement chinois.

En résumé, Taïwan n’est pas reconnue comme un État indépendant par de nombreux pays du monde ni par l’ONU, mais elle bénéficie d’une indépendance administrative, politique et militaire. La situation reste complexe et sujette à des tensions internationales.

Quelques précisions supplémentaires :

En 1964, le général de Gaulle, alors président de la République française, a officiellement reconnu la République populaire de Chine. Cette décision a marqué la sortie de la Chine de son isolement diplomatique et a suscité des réactions vives sur la scène internationale. Elle a été prise dans un contexte de guerre froide opposant les blocs de l’Ouest et de l’Est.

La France s’est engagée à reconnaître la République populaire de Chine comme le seul gouvernement légitime de la Chine (et non celui de Chiang Kai-Shek sur l’île de Taïwan). De plus, la France a soutenu la Chine aux Nations Unies, rappelé ses représentants français de Taïwan et échangé des ambassadeurs avec la Chine de Mao.

Quant à Taïwan, actuellement connue sous le nom de République de Chine (ROC), elle a des relations diplomatiques formelles avec seulement 11 États membres des Nations Unies et avec le Saint-Siège (Vatican), en plus d’entretenir des relations informelles avec d’autres pays. La reconnaissance internationale de Taïwan diminue progressivement, et de nombreux organismes internationaux utilisent des noms alternatifs tels que « Chinese Taipei »23. Cependant, il est important de noter que la Chine considère Taïwan comme faisant partie intégrante de son territoire en vertu du principe de la « Chine unique ».

**

Le statut du Tibet.

Le statut du Tibet en Chine est une question complexe et controversée. Voici les points clés à connaître :

Officiellement, le Tibet est une région autonome de la République populaire de Chine depuis 1965. Cela signifie qu’il dispose d’un certain degré d’autonomie, mais que le gouvernement chinois conserve le contrôle ultime sur ses affaires.

Historiquement, le Tibet était une région indépendante avec sa propre culture, sa langue et sa religion. Cependant, la Chine a toujours revendiqué la souveraineté sur le Tibet. En 1950, l’armée chinoise a envahi le Tibet et l’a placé sous son contrôle.

Le statut du Tibet est contesté par de nombreux Tibétains, qui affirment que leur pays a été illégalement occupé par la Chine. Ils réclament l’indépendance ou une véritable autonomie. Le gouvernement chinois rejette ces revendications et affirme que le Tibet a toujours fait partie de la Chine.

La situation au Tibet est complexe et il n’y a pas de solution facile. Le gouvernement chinois a fait des efforts pour développer l’économie tibétaine, mais il est accusé de réprimer la culture et la religion tibétaines.

Voici quelques points de vue sur le statut du Tibet en Chine :

Le gouvernement chinois affirme que le Tibet a toujours fait partie de la Chine et que son statut de région autonome est conforme aux principes d’autonomie et d’unité nationale.

Le dalaï-lama, chef spirituel des Tibétains, et le gouvernement tibétain en exil affirment que le Tibet est un pays indépendant qui a été illégalement occupé par la Chine.

De nombreux Tibétains réclament une véritable autonomie pour le Tibet, avec le droit de préserver leur culture et leur religion.

Des organisations internationales, telles que l’ONU, appellent au respect des droits humains au Tibet et à un dialogue entre les parties prenantes.

En conclusion, le statut du Tibet en Chine est une question complexe et controversée. Il n’y a pas de solution facile et la situation actuelle est source de tensions entre le gouvernement chinois et le peuple tibétain.

Wikipedia - Tibet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tibet

*

Le Tibet avant 1950.

La question de savoir si le Tibet était un État indépendant avant 1950 est complexe et sujette à controverse.

Arguments en faveur de l’indépendance du Tibet :

De facto indépendant : Entre 1912 et 1950, le Tibet a fonctionné comme un État indépendant de facto, avec son propre gouvernement, son armée et sa monnaie.

Absence de contrôle chinois : La Chine n’exerçait aucun contrôle direct sur le Tibet pendant cette période.

Traités internationaux : Le Tibet a signé des traités avec d’autres pays, comme la Grande-Bretagne et l’Inde, ce qui est généralement considéré comme un attribut de la souveraineté.

Arguments contre l’indépendance du Tibet :

Manque de reconnaissance internationale : Le Tibet n’a jamais été reconnu comme un État indépendant par la communauté internationale.

Revendication chinoise : La Chine a toujours considéré le Tibet comme une partie de son territoire.

Liens historiques : Le Tibet a été sous la domination chinoise pendant de longues périodes de son histoire.

En conclusion :

Il n’y a pas de réponse simple à la question de savoir si le Tibet était un État indépendant avant 1950.

La situation est complexe et dépend de la perspective adoptée.

Le statut du Tibet pendant cette période est toujours débattu aujourd’hui.

Sources :

Wikipedia - Tibet (1912-1951) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tibet... Gouvernement tibétain en exil : https://www.tibet.net/

Arguments contre le Tibet comme province chinoise :

Le Tibet avait son propre gouvernement, sa propre armée et son propre système juridique. Le Dalaï-Lama, le chef spirituel du Tibet, était considéré comme le chef suprême du pays. La Chine n’intervenait pas directement dans l’administration quotidienne du Tibet. En conclusion :

Il n’y a pas de consensus clair sur le statut du Tibet avant 1912.

Certains historiens affirment que le Tibet était un protectorat chinois, tandis que d’autres le considèrent comme un État indépendant.

La question du statut du Tibet est toujours d’actualité et est au cœur du conflit entre la Chine et le gouvernement tibétain en exil.

Sources :

Wikipedia - Histoire du Tibet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histo...

Le Tibet était-il une province chinoise avant 1912 ? :

Le statut du Tibet en droit international : https://www.icj-cij.org/en/case/135

**

**

Trois) Les Ouïghours en Chine .

Une Situation complexe et controversée

Les Ouïghours sont un peuple turcophone et musulman minoritaire en Chine, majoritaire dans la région autonome du Xinjiang (nord-ouest du pays).

Leur population est estimée à environ 12 millions en Chine et 25 millions en Asie centrale.

La langue ouïghoure est distincte du chinois mandarin et possède sa propre écriture.

Controverses et accusations :

Le gouvernement chinois est accusé de réprimer les Ouïghours et de violer leurs droits humains.

Des témoignages et des rapports font état de :

Internement de masse dans des camps de "rééducation"

Surveillance étroite

Destruction de sites culturels

Assimilation forcée

Le gouvernement chinois nie ces accusations et affirme que les camps visent à lutter contre le terrorisme et l’extrémisme.

Points importants à retenir :

La situation des Ouïghours est complexe et controversée.

Il existe des preuves crédibles de violations des droits humains, mais l’accès à la région est limité et il est difficile de connaître l’ampleur exacte de la répression.

La communauté internationale, y compris l’ONU, a exprimé son inquiétude face à la situation des Ouïghours.

Province du Xinjiang :

Le Xinjiang est une région autonome au sein de la Chine, ce qui signifie qu’elle dispose d’une certaine autonomie politique.

Cependant, le gouvernement central chinois exerce un contrôle important sur la région.

La population du Xinjiang est composée d’Ouïghours, de Hans (ethnie majoritaire en Chine) et d’autres minorités ethniques.

Sources d’information :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ou%C3...

https://www.humanite.fr/monde/chine...

https://www.lesechos.fr/monde/chine...

https://m.youtube.com/watch?v=AZsbj...

Note :

On peut aussi se reporter un article du Monde diplomatique de mars 2019 : https://www.monde-diplomatique.fr/2...

Hervé Debonrivage


Signatures: 0

Forum

Date Nom Message