AMOUR (chansons, modestes réflexions, poèmes)

samedi 15 juillet 2017.
 

- A) 40 Chansons d’amour (Brel, Cabrel, Piaf, Axelle Red...)

- B) Modestes réflexions sur l’amour

- C) Poèmes d’amour (Eluard, Alfred de Musset, Gérard de Nerval, Verlaine, Ronsard, Aragon, Rimbaud, Desnos, Hugo...)

A) CHANSONS D’AMOUR

1) Carmen : "L’amour est un oiseau rebelle" (Elina Garanca)

https://www.youtube.com/watch?v=K2s...

2) Ne me quitte pas (Jacques Brel)

https://www.youtube.com/watch?v=cBM...

3) Je l’aime à mourir (Francis Cabrel)

https://www.youtube.com/watch?v=bMZ...

4) Hymne à l’amour (Edith Piaf)

https://www.youtube.com/watch?v=QvH...

5) Nights In White Satin (The Moody Blues)

https://www.youtube.com/watch?v=Qdy...

6) Angie (The Rolling Stones)

https://www.youtube.com/watch?v=RcZ...

7) L’encantada (Nadau)

https://www.youtube.com/watch?v=65F...

8) No milk today (Herman’s Hermits)

https://www.youtube.com/watch?v=AuG...

9) Te Voy a Olvidar (Malú con David Bisbal)

https://www.youtube.com/watch?v=VRa...

10) Parce que c’est toi (Axelle Red)

https://www.youtube.com/watch?v=f-L...

11) Que serais je sans toi (Jean Ferrat)

https://www.youtube.com/watch?v=I1l...

12) Redis-moi, Mallory (Rachel)

http://www.dailymotion.com/video/xd...

13) Juste pour une Nuit (Mariah Carey)

https://www.youtube.com/watch?v=D55...

14) Si demain (Bonnie Tyler)

https://www.youtube.com/watch?v=UCQ...

15) Stairway to Heaven Live (Led Zeppelin)

https://www.youtube.com/watch?v=9Q7...

16) Vertige de l’amour (Alain Bashung)

http://www.dailymotion.com/video/xi...

17) Mourir ou vivre (1966) Hervé Vilard

https://www.youtube.com/watch?v=W04...

18) She Loves You (The Beatles)

https://www.youtube.com/watch?v=QoF...

19) Les Mots Bleus (Alain Bashung)

https://www.youtube.com/watch?v=Y_8...

20) Mistral Gagnant (Renaud)

https://www.youtube.com/watch?v=Xdj...

21) Stevie Wonder - I just called to say i love you

https://www.youtube.com/watch?v=QwO...

22) Je reviens te chercher (Dalida)

https://www.youtube.com/watch?v=6kh...

23) All You Need Is Love - The Beatles

https://www.youtube.com/watch?v=EKi...

24) Que je t’aime (Johnny Hallyday)

https://www.youtube.com/watch?v=7Lg...

25) 20 Ans d’Amour (Michèle Torr)

https://www.youtube.com/watch?v=gV4...

26) Tu T`en Vas (Alain Barriere & Noelle Cordier)

https://www.youtube.com/watch?v=Mg6...

27) Only you (The platters)

https://www.youtube.com/watch?v=L0m...

28) Elle était si jolie (Alain Barrière)

https://www.youtube.com/watch?v=FLx...

29) Aimer à Perdre La Raison (Isabelle Aubret)

https://www.youtube.com/watch?v=RCy...

30) Reviens (Hervé Vilard)

https://www.youtube.com/watch?v=wKr...

31) J’y pense puis j’oublie (Claude François)

https://www.youtube.com/watch?v=tsR...

32) Mathilde (Jacques Brel )

https://www.youtube.com/watch?v=qmN...

33) "Ma plus belle histoire d’Amour c’est vous" (Barbara)

https://www.youtube.com/watch?v=xqG...

34) Gigi l’amoroso (Dalida)

https://www.youtube.com/watch?v=yfV...

35) Je viens pas te parler d’amour (Daniel Guichard)

https://www.youtube.com/watch?v=mdX...

36) Laisse moi t’aimer (Mike Brant)

https://www.youtube.com/watch?v=QK7...

37) L’Amour en Héritage (Nana Mouskouri)

https://www.youtube.com/watch?v=Uaw...

38) Ti Amo (Umberto Tozzi)

https://www.youtube.com/watch?v=ZBF...

39) L’Amour est un Bouquet de Violettes (Luis Mariano)

https://www.youtube.com/watch?v=gKb...

40) La vie en rose ( Edith Piaf )

https://www.youtube.com/watch?v=rze...

41) La chanson des vieux amants (Jacques Brel)

https://www.youtube.com/watch?v=dU-...

42) Puisque tu pars (Jean-Jacques Goldman)

https://www.youtube.com/watch?v=bDX...

B) Modestes réflexions sur l’amour

Jean Zin constatait en 1999 « les similitudes entre mouvements sociaux et coups de foudre, réfutant ainsi le fait que l’amour serait un repli sur la sphère privée alors que les mouvements sociaux sont si propices à tomber amoureux. En effet, comme les mouvements révolutionnaires, l’amour est une force de transformation de la vie quotidienne, de renouveau, de renaissance, de résurrection qui nous sauve du désespoir et de la solitude. Il est donc bien ridicule que certains partis qui se croient révolutionnaires prétendent exclure l’amour de leurs rangs, sous prétexte de son supposé égoïsme à deux et son caractère incontrôlable. Nous devrions faire au contraire une nouvelle alliance entre l’amour et la révolution, redevenir libres ensemble, briser nos liens et notre isolement en affrontant sérieusement les risques de l’institutionnalisation comme fin de l’histoire d’amour ou du soulèvement populaire pour continuer l’aventure collective, pour continuer à nous aimer et à refaire le monde, pour continuer à aimer la vie. »

Dans Moi, la révolution Daniel Bensaid file aussi la métaphore de l’amour et de la Révolution lors du bicentenaire de 1789 1793 « On aimait intransitivement, pas pour soi. Et l’on se préférait le monde. On n’aimait pas étroitement, petitement,, en tête à tête. On avait le coeur grand et on embrassait vaste. On aimait les idées, les hommes et les femmes, le genre humain et la patrie. »

Jean-Paul Sartre résumait bien le sujet « Un amour, une carrière, une révolution : autant d’entreprises que l’on commence en ignorant leur issue. »

L’amour est effectivement aussi puissant, aussi intempestif, aussi difficile à construire, à prolonger, à perfectionner que la conquête révolutionnaire. A un niveau plus terre à terre, il reste encore un vecteur de bonheur et d’émancipation individuelle.

Aussi, tous les grands philosophes et poètes ont apporté leur écot dans la réflexion sur l’amour. Les écrivains du 17ème siècle ont écrit des vers et des phrases magnifiques sur le sujet

L’harmonie la plus douce est le son de la voix de celle que l’on aime (Jean de la Bruyère).

Je me limiterai ici à citer quelques vers de Pierre Corneille :

« A qui sait bien aimer, il n’est rien d’impossible. » (Médée)

"Un corps peut-il guérir, dont le coeur est malade ?" (Clitandre)

«  Aisément l’amitié jusqu’à l’amour nous mène.  » (Héraclius)

«  Heureux est celui qui de cœur et d’esprit sait goûter ce que c’est que d’aimer.  » (L’Imitation)

« L’amour est un grand maître, il instruit tout d’un coup. » Le menteur)

«  Allons où je n’aurai que vous pour souveraine,

Où vos bras amoureux seront ma seule chaîne.  » (Tite et Bérénice)

Pierre Corneille : Politique et amour

Aussi, tous les théoriciens du socialisme ont essayé de penser l’articulation entre l’idéal socialiste et l’amour

Citons :

- > "L’art d’aimer" du psychanalyste marxiste Erich Fromm pour qui la capacité d’amour demande d’avoir acquis la foi en ses propres possibilités, d’avoir surmonté la dépendance, le narcissisme, le désir d’exploiter... « L’amour consiste à prendre soin de l’autre, à s’inquiéter de lui, à le respecter et à essayer sans cesse de le connaître davantage. » « L’amour est une sollicitude active pour la vie et la croissance de ce que nous aimons. » "L’amour est une expérience personnelle qu’il nous appartient de réaliser par nous-mêmes." Il "enrichit l’autre, il en rehausse le sens de la vitalité en même temps qu’il rehausse le sien propre". « Le paradoxe de l’amour réside en ce que deux êtres deviennent un et cependant restent deux. » "Dès lors si l’on prend l’amour au sérieux en le considérant comme la seule réponse rationnelle au problème de l’existence, on est forcé de conclure que des changements importants et radicaux dans la structure de la société sont indispensables pour que l’amour devienne un phénomène social, et non plus marginal, hautement individuel."

- > "Eloge de l’amour" d’Alain Badiou dont nous retiendrons la réflexion articulant le thème « tout amour se déclare éternel » et celui du couple pour la vie. Il insiste sur l’importance de la déclaration d’amour car dire « je t’aime », c’est fixer l’accident dans l’éternité, « c’est passer de l’événement-rencontre au commencement d’une construction de vérité […], c’est dire  : ce qui était un hasard, je vais en tirer autre chose. Je vais en tirer une durée, une obstination, un engagement, une fidélité ».

L’amour ou la découverte 
de l’éternité

Il suffit de lire les écrits de tel ou tel auteur sur l’amour pour deviner que leur vie ne leur a rien appris d’exaltant en la matière :

- « Dans la plupart des amours, il y en a un qui joue et un autre qui est joué. Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre. » (Friedrich Nietzsche)

- « Celui qui est passionnément amoureux devient inévitablement aveugle aux défauts de l’objet aimé, bien qu’en général il recouvre la vue huit jours après le mariage. » (Emmanuel Kant)

- L’amour est un genre de suicide... Aimer, c’est essentiellement vouloir être aimé... L’amour, c’est offrir à quelqu’un qui n’en veut pas quelque chose que l’on n’a pas. (Jacques Lacan)

Comment conclure sur un sujet aussi inépuisable que l’amour ?

- peut-être que le postulat idéologique du libéralisme ("l’homme est un loup pour l’homme") tue inévitablement l’amour

- en proposant quelques liens pour poursuivre la réflexion :

Les mythes amoureux 1) Le grand amour

http://www.redpsy.com/infopsy/grand...

Les mythes amoureux 2) L’amour inconditionnel

http://www.redpsy.com/infopsy/incon...

Querelles et chicanes dans le couple

http://www.redpsy.com/infopsy/chica...

L’amour : un choix profond entre des caractères et des valeurs qui se complètent, un véritable choix de vie (Ortega y Gasset)

Jacques Serieys

C) Poèmes d’amour

L’amoureuse (Paul Eluard)

1) A Ninon (Alfred de Musset)

2) L’amour caché (Félix Arvers)

3) Mes heures perdues (Gérard de Nerval)

4) A la Saint Valentin (Paul Verlaine)

5) Soif d’un baiser (Germain Nouveau 1851-1920)

6) La Rose (Pierre de Ronsard : 1524 - 1585)

7) Il n’y a pas d’amour heureux (Louis Aragon)

8) Rêve pour l’hiver (Arthur Rimbaud) Mettre aussi à hiver, donc article avec liens

9) Je sais que je t’aime (Alfred de Musset)

10) L’on verra s’arrêter le mobile du monde

11) Complainte amoureuse

12) Où es-tu ? Auguste ANGELLIER

13) Pavane

14) Il n’est qu’un bonheur sur la terre, Celui d’aimer et d’être aimé

15) La ressemblance

16) J’ai tant rêvé de toi (Desnos)

17) Faire l’amour alors qu’il me défait...

L’amoureuse (Paul Eluard)

Elle est debout sur mes paupières

Et ses cheveux sont dans les miens,

Elle a la forme de mes mains,

Elle a la couleur de mes yeux,

Elle s’engloutit dans mon ombre

Comme une pierre sur le ciel.

*

Elle a toujours les yeux ouverts

Et ne me laisse pas dormir.

Ses rêves en pleine lumière

Font s’évaporer les soleils

Me font rire, pleurer et rire,

Parler sans avoir rien à dire.

1) A Ninon

Alfred de Musset, Poésies nouvelles

Si je vous le disais pourtant, que je vous aime,

Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?

L’amour, vous le savez, cause une peine extrême ;

C’est un mal sans pitié que vous plaignez vous-même ;

Peut-être cependant que vous m’en puniriez.


Si je vous le disais, que six mois de silence

Cachent de longs tourments et des voeux insensés :

Ninon, vous êtes fine, et votre insouciance

Se plaît, comme une fée, à deviner d’avance ;

Vous me répondriez peut-être : Je le sais.


Si je vous le disais, qu’une douce folie

A fait de moi votre ombre, et m’attache à vos pas :

Un petit air de doute et de mélancolie,

Vous le savez, Ninon, vous rend bien plus jolie ;

Peut-être diriez-vous que vous n’y croyez pas.


Si je vous le disais, que j’emporte dans l’âme

Jusques aux moindres mots de nos propos du soir :

Un regard offensé, vous le savez, madame,

Change deux yeux d’azur en deux éclairs de flamme ;

Vous me défendriez peut-être de vous voir.


Si je vous le disais, que chaque nuit je veille,

Que chaque jour je pleure et je prie à genoux ;

Ninon, quand vous riez, vous savez qu’une abeille

Prendrait pour une fleur votre bouche vermeille ;

Si je vous le disais, peut-être en ririez-vous.


Mais vous ne saurez rien. - Je viens, sans rien en dire,

M’asseoir sous votre lampe et causer avec vous ;

Votre voix, je l’entends ; votre air, je le respire ;

Et vous pouvez douter, deviner et sourire,

Vos yeux ne verront pas de quoi m’être moins doux.


Je récolte en secret des fleurs mystérieuses :

Le soir, derrière vous, j’écoute au piano

Chanter sur le clavier vos mains harmonieuses,

Et, dans les tourbillons de nos valses joyeuses,

Je vous sens, dans mes bras, plier comme un roseau.


La nuit, quand de si loin le monde nous sépare,

Quand je rentre chez moi pour tirer mes verrous,

De mille souvenirs en jaloux je m’empare ;

Et là, seul devant Dieu, plein d’une joie avare,

J’ouvre, comme un trésor, mon coeur tout plein de vous.


J’aime, et je sais répondre avec indifférence ;

J’aime, et rien ne le dit ; j’aime, et seul je le sais ;

Et mon secret m’est cher, et chère ma souffrance ;

Et j’ai fait le serment d’aimer sans espérance,

Mais non pas sans bonheur ; - je vous vois, c’est assez.


Non, je n’étais pas né pour ce bonheur suprême,

De mourir dans vos bras et de vivre à vos pieds.

Tout me le prouve, hélas ! jusqu’à ma douleur même...

Si je vous le disais pourtant, que je vous aime,

Qui sait, brune aux yeux bleus, ce que vous en diriez ?

Alfred de Musset

2) L’amour caché "Un amour éternel en un moment conçu "

Félix Arvers 1806-1850

Mon âme a son secret, ma vie a son mystère

Un amour éternel en un moment conçu :

Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,

Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.


Hélas ! j’aurai passé près d’elle inaperçu,

Toujours à ses côtés et pourtant solitaire ;

Et j’aurai jusqu’au bout fait mon temps sur la terre,

N’osant rien demander et n’ayant rien reçu.


Pour elle, quoique Dieu l’ait faite douce et tendre,

Elle suit son chemin, distraite et sans entendre

Ce murmure d’amour élevé sur ses pas.


A l’austère devoir pieusement fidèle,

Elle dira, lisant ces vers tout remplis d’elle :

" Quelle est donc cette femme ? " Et ne comprendra pas !

3) Mes heures perdues

Une allée du Luxembourg (Gerard de Nerval, Labrunie 1808-1858)

Elle a passé, la jeune fille

Vive et preste comme un oiseau :

A la main une fleur qui brille

A la bouche un refrain nouveau


C’est peut-être la seule au monde

Dont le coeur au mien répondrait

Qui venant dans ma nuit profonde

D’un seul regard l’éclaircirait ?


Mais non ! Ma jeunesse est finie...

Adieu, doux rayon qui m’as lui

Parfum, jeune fille, harmonie

Le bonheur passait, - Il a fui !

(Odelettes)

4) A la Saint Valentin (Paul Verlaine)

1. J’ai peur d’un baiser

Comme d’une abeille

Je souffre et je veille

Sans me reposer :

J’ai peur d’un baiser !


2. C’est Saint Valentin !

Je dois et je n’ose

Lui dire au matin ...

La terrible chose

Que Saint Valentin


3. Elle m’est promise,

Fort heureusement !

Mais quelle entreprise

Que d’être amant

Près d’une promise !


4. J’ai peur d’un baiser

Comme d’une abeille

Je souffre et je veille

Sans me reposer :

J’ai peur d’un baiser !

(Romances sans paroles)

5) Soif d’un baiser

Germain Nouveau 1851-1920

Comme une ville qui s’allume

Et que le vent vient embraser,

Tout mon coeur brûle et se consume,

J’ai soif, oh ! j’ai soif d’un baiser.


Baiser de la bouche et des lèvres

Où notre amour vient se poser,

Pleins de délices et de fièvres,

Ah ! j’ai soif d’un baiser !


Baiser multiplié que l’homme

Ne pourra jamais épuiser,

O toi, que tout mon être nomme,

J’ai soif, oui d’un baiser.


Fruit doux où la lèvre s’amuse,

Beau fruit qui rit de s’écraser,

Qu’il se donne ou qu’il se refuse,

Je veux vivre pour ce baiser.


Baiser d’amour qui règne et sonne

Au coeur battant à se briser,

Qu’il se refuse ou qu’il donne

Je veux mourir de ce baiser.

(Valentines)

6) La Rose

Pierre de Ronsard : 1524 - 1585 (Odes 1,17)

— Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait éclose

Sa robe de pourpre au soleil

A point perdu cette vêprée

Les plis de sa robe pourprée

Et son teint au vôtre pareil.


— Las ! voyez comme en peu d’espace,

Mignonne, elle a dessus la place,

Las, las ! ses beautés laissé choir !

O vraiment marâtre Nature

Puisqu’une telle fleur ne dure

Que du matin jusque au soir !


— Donc si vous me croyez, mignonne,

Tandis que votre âge fleuronne

En sa plus verte nouveauté,

Cueillez, cueillez votre jeunesse :

Comme à cette fleur la vieillesse

Fera ternir votre beauté.

7) Il n’y a pas d’amour heureux

Louis Aragon 1897-1982 (La Diane française)

Rien n’est jamais acquis à l’homme, ni sa force

Ni sa faiblesse, ni son coeur. Et quand il croit

Ouvrir ses bras, son ombre est celle d’une croix

Et quand il croit serrer son bonheur, il le broie

Sa vie est un étrange et douloureux divorce


Il n’y a pas d’amour heureux

********

Sa vie, elle ressemble à ces soldats sans armes

Qu’on avait habillés pour un autre destin

A quoi peut leur servir de se lever matin

Eux qui ’on retrouve au soir désoeuvrés incertains

Dites ces mots " Ma vie " et retenez vos larmes


Il n’y a pas d’amour heureux

********

Mon bel amour, mon cher amour, ma déchirure

Je te porte dans moi comme un oiseau blessé

Et ceux-là sans savoir nous regardent passer

Répétant après moi les mots que j’ai tressés

Et qui, pour tes grands yeux, tout aussitôt moururent


Il n’y a pas d’amour heureux.

********

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard

Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson

Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson

Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson

Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare


Il n’y a pas d’amour heureux

********

Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur

Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri

Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri

Et pas plus que de toi l’amour de la patrie

Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs


Il n’y a pas d’amour heureux Mais c’est notre amour à tous deux

8) Rêve pour l’hiver

Arthur Rimbaud

L’hiver, nous irons dans un petit wagon rose

Avec des coussins bleus.

Nous serons bien. Un nid de baisers fous repose

Dans chaque coin moelleux.

********

Tu fermeras l’oeil, pour ne point voir, par la glace,

Grimacer les ombres des soirs,

Ces monstruosités hargneuses, populace

De démons noirs et de loups noirs.

********

Puis tu te sentiras la joue égratignée...

Un petit baiser, comme une folle araignée,

Te courra par le cou...

********

Et tu me diras : "Cherche !" en inclinant la tête,

Et nous prendrons du temps à trouver cette bête

Qui voyage beaucoup...

9) Je sais que je t’aime (Alfred de Musset)

Je suis perdu, vois-tu,

je suis noyé,

inondé d’amour ;

je ne sais plus si je vis,

si je mange,

si je respire,

si je parle ;

je sais que je t’aime.

- Alfred de Musset

10) L’on verra s’arrêter le mobile du monde

Madeleine de l’ AUBESPINE (1546-1596)

L’on verra s’arrêter le mobile du monde,

Les étoiles marcher parmi le firmament,

Saturne infortuné luire bénignement,

Jupiter commander dedans le creux de l’onde.

********

L’on verra Mars paisible et la clarté féconde

Du Soleil s’obscurcir sans force et mouvement,

Vénus sans amitié, Stilbon sans changement,

Et la Lune en carré changer sa forme ronde,

********

Le feu sera pesant et légère la terre,

L’eau sera chaude et sèche et dans l’air qui l’enserre,

On verra les poissons voler et se nourrir,

********

Plutôt que mon amour, à vous seul destinée,

Se tourne en autre part, car pour vous je fus née,

Je ne vis que pour vous, pour vous je veux mourir.

11) Complainte amoureuse

Alphonse ALLAIS (1854-1905)

Oui dès l’instant que je vous vis

Beauté féroce, vous me plûtes

De l’amour qu’en vos yeux je pris

Sur-le-champ vous vous aperçûtes

Ah ! Fallait-il que je vous visse

Fallait-il que vous me plussiez

Qu’ingénument je vous le disse

Qu’avec orgueil vous vous tussiez

Fallait-il que je vous aimasse

Que vous me désespérassiez

Et qu’enfin je m’opiniâtrasse

Et que je vous idolâtrasse

Pour que vous m’assassinassiez

12) Où es-tu ?

Auguste ANGELLIER (1848-1911)

" Où es-tu ? ", disait-elle, errant sur le rivage

Où des saules trempaient leurs feuillages tremblants ;

Et des larmes d’argent coulaient dans ses doigts blancs

Quand elle s’arrêtait, les mains sur son visage.


Et lui, errant aussi sur un sable sauvage

Où des joncs exhalaient de longs soupirs dolents,

Sous la mort du soleil, au bord des flots sanglants,

S’écriait : " Où es-tu ? ", tordant ses mains de rage.


Les échos qui portaient leurs appels douloureux

Se rencontraient en l’air, et les mêlaient entre eux

En une plainte unique à la fois grave et tendre ;


Mais eux, que séparait un seul pli de terrain,

Plus désespérément se cherchèrent en vain,

Sans jamais s’entrevoir et sans jamais s’entendre.

13) Pavane "Belle qui tiens ma vie"

Jehan Tabourot, dit Thoinot ARBEAU (1520-1595)

Belle qui tiens ma vie

Captive dans tes yeux,

Qui m’as l’âme ravie

D’un souris gracieux.

Viens tôt me secourir,

Ou me faudra mourir.


Pourquoi fuis-tu, mignarde,

Si je suis près de toi ?

Quand tes yeux je regarde,

Je me perds dedans moi !

Car tes perfections

Changent mes actions.


Tes beautés et ta grâce

Et tes divins propos

Ont échauffé la glace

Qui me gelait les os.

Ils ont rempli mon coeur

D’une amoureuse ardeur !


Approche donc ma belle,

Approche-toi mon bien !

Ne me sois plus rebelle

Puisque mon coeur est tien...

Pour mon mal apaiser

Donne-moi un baiser !

14) Il n’est qu’un bonheur sur la terre,

Celui d’aimer et d’être aimé

Félix ARVERS (1806-1850)

Tu sais l’amour et son ivresse

Tu sais l’amour et ses combats ;

Tu sais une voix qui t’adresse

Ces mots d’ineffable tendresse

Qui ne se disent que tout bas.


Sur un beau sein, ta bouche errante

Enfin a pu se reposer,

Et sur une lèvre mourante

Sentir la douceur enivrante

Que recèle un premier baiser…


Maître de ces biens qu’on envie

Ton cœur est pur, tes jours sont pleins !

Esclave à tes vœux asservie,

La fortune embellit ta vie

Tu sais qu’on t’aime, et tu te plains !


Et tu te plains ! et t’exagères

Ces vagues ennuis d’un moment,

Ces chagrins, ces douleurs légères,

Et ces peines si passagères

Qu’on ne peut souffrir qu’en aimant !


Et tu pleures ! et tu regrettes

Cet épanchement amoureux !

Pourquoi ces maux que tu t’apprêtes ?

Garde ces plaintes indiscrètes

Et ces pleurs pour les malheureux !


Pour moi, de qui l’âme flétrie

N’a jamais reçu de serment,

Comme un exilé sans patrie,

Pour moi, qu’une voix attendrie

N’a jamais nommé doucement,


Personne qui daigne m’entendre,

A mon sort qui saigne s’unir,

Et m’interroge d’un air tendre,

Pourquoi je me suis fait attendre

Un jour tout entier sans venir.


Personne qui me recommande

De ne rester que peu d’instants

Hors du logis ; qui me gourmande

Lorsque je rentre et me demande

Où je suis allé si longtemps.


Jamais d’haleine caressante

Qui, la nuit, vienne m’embaumer ;

Personne dont la main pressante

Cherche la mienne, et dont je sente

Sur mon cœur les bras se fermer !


Une fois pourtant – quatre années

Auraient-elles donc effacé

Ce que ces heures fortunées

D’illusions environnées

Au fond de mon âme ont laissé ?


Oh ! c’est qu’elle était si jolie !

Soit qu’elle ouvrit ses yeux si grands,

Soit que sa paupière affaiblie

Comme un voile qui se déplie

Éteignit ses regards mourants !


- J’osai concevoir l’espérance

Que les destins moins ennemis,

Prenant pitié de ma souffrance,

Viendraient me donner l’assurance

D’un bonheur qu’ils auraient permis :


L’heure que j’avais attendue,

Le bonheur que j’avais rêvé

A fui de mon âme éperdue,

Comme une note suspendue,

Comme un sourire inachevé !


Elle ne s’est point souvenue

Du monde qui ne la vit pas ;

Rien n’a signalé sa venue,

Elle est passée, humble, inconnue,

Sans laisser trace de ses pas.


Depuis lors, triste et monotone,

Chaque jour commence et finit :

Rien ne m’émeut, rien ne m’étonne,

Comme un dernier rayon d’automne

J’aperçois mon front qui jaunit.


Et loin de tous, quand le mystère

De l’avenir s’est refermé,

Je fuis, exilé volontaire !

- Il n’est qu’un bonheur sur la terre,

Celui d’aimer et d’être aimé.

15) La ressemblance

Félix ARVERS (1806-1850)

Sur tes riches tapis, sur ton divan qui laisse

Au milieu des parfums respirer la mollesse,

En ce voluptueux séjour,

Où loin de tous les yeux, loin des bruits de la terre,

Les voiles enlacés semblent, pour un mystère,

Eteindre les rayons du jour,


Ne t’enorgueillis pas, courtisane rieuse,

Si, pour toutes tes soeurs ma bouche sérieuse

Te sourit aussi doucement,

Si, pour toi seule ici, moins glacée et moins lente,

Ma main sur ton sein nu s’égare, si brûlante

Qu’on me prendrait pour un amant.


Ce n’est point que mon coeur soumis à ton empire,

Au charme décevant que ton regard inspire

Incapable de résister,

A cet appât trompeur se soit laissé surprendre

Et ressente un amour que tu ne peux comprendre,

Mon pauvre enfant ! ni mériter.


Non : ces rires, ces pleurs, ces baisers, ces morsures,

Ce cou, ces bras meurtris d’amoureuses blessures,

Ces transports, cet oeil enflammé ;

Ce n’est point un aveu, ce n’est point un hommage

Au moins : c’est que tes traits me rappellent l’image

D’une autre femme que j’aimai.


Elle avait ton parler, elle avait ton sourire,

Cet air doux et rêveur qui ne peut se décrire.

Et semble implorer un soutien ;

Et de l’illusion comprends-tu la puissance ?

On dirait que son oeil, tout voilé d’innocence,

Lançait des feux comme le tien.


Allons : regarde-moi de ce regard si tendre,

Parle-moi, touche-moi, qu’il me semble l’entendre

Et la sentir à mes côtés.

Prolonge mon erreur : que cette voix touchante

Me rende des accents si connus et me chante

Tous les airs q’elle m’a chantés !


Hâtons-nous, hâtons-nous ! Insensé qui d’un songe

Quand le jour a chassé le rapide mensonge,

Espère encor le ressaisir !

Qu’à mes baisers de feu ta bouche s’abandonne,

Viens, que chacun de nous trompe l’autre et lui donne

Toi le bonheur, moi le plaisir !

16) J’ai tant rêvé de toi (poème de Robert Desnos)

Cliquer sur le titre ci-dessus pour accéder au poème 16

17) Faire l’amour alors qu’il me défait

Vital d’ AUDIGUIER DE LA MENOR (1569-1624)

Faire l’amour alors qu’il me défait,

Et tout défait, l’amour même défaire,

Le défaisant, le rendre plus parfait,

Le parfaisant, l’éprouver plus contraire.


Se délecter aux plaies qu’il me fait,

Chanter l’honneur de mon fier adversaire ;

Et de cent maux endurés en effet

Ne rapporter qu’un bien imaginaire.


Cacher son mal de crainte de le voir,

Crier merci de faire son devoir,

En même temps se louer et se plaindre,


Se détester et se faire la cour

Se mépriser et soi-même se craindre,

C’est en deux mots la défaite d’amour.

18) Aimons toujours ! Aimons encore ! (Victor Hugo)

19) La jalousie

Jean AUVRAY (1590-1630)

Poètes, peintres parlants, que vous sert de nous feindre,

Peintres, poètes muets, que vous sert de nous peindre

Des feux, des fouets, des fers, des vaisseaux pleins de trous,

Des rages, des fureurs, des lieux épouvantables :

Pour exprimer l’horreur des enfers effroyables,

Est-il enfer semblable à celui des jaloux ?


L’aigle de Prométhée, les fouets des Euménides,

Les vaisseaux défoncés des folles Danaïdes,

D’Ixion abusé les roues et les clous,

Les peines de Tantal, de Sisyph, de Phlégie

Ne sont que jeux au prix de l’âpre jalousie,

Il n’est enfer semblable à celui des jaloux.


Si la nuit le jaloux tient sa femme embrassée,

Il croit tenant le corps qu’un autre a sa pensée ;

Fût-elle à prier Dieu dans l’église à genoux,

Si du temps qu’il lui donne elle passe les bornes,

Ce Vulcain pense avoir le front tout plein de cornes

Et se plonge insensé dans l’enfer des jaloux.


Une rare beauté, un accoutrement brave,

Une charmante voix, une démarche grave,

Un oeil rempli d’attraits, un sourire trop doux,

Une gaillarde humeur, une larme aperçue,

Un doux accord de luth, une oeillade conçue,

Sont les plus grands tourments de l’enfer des jaloux.


Ils sont pâles, chagrins, songeards, mélancoliques,

Noisifs, capricieux, maussades, fantastiques,

Difficiles, hargneux, sauvages, loups-garous,

L’esprit toujours porté à quelque horrible songe,

Un vautour sans cesser les entrailles leur ronge,

Bref, il n’est tel enfer que celui des jaloux.


Donc vieillards refroidis, cherchez quelques Médées

Pour faire rajeunir vos vieillesses ridées,

Et au tripot d’amour mieux assener vos coups,

Ou bien, dagues de plomb, votre horoscope preuve

Que vous serez bientôt des cocus à l’épreuve

Et que vous entrerez dans l’enfer des jaloux.


Et vous cabas moisis, vieilles tapissières,

Tétins mous, fronds ridés, culs plats, fesses flétries,

Yeux pleureux, cheveux gras, pourquoi épousez-vous

Ces volages poulains qu’un jeune amour enflamme ?

Vous n’êtes que de glace, ils ne sont que de flamme.

Entrez, vieilles, entrez dans l’enfer des jaloux.

20) Ma belle un jour dessus son lit j’approche

Jean AUVRAY (1590-1630)

Ma belle un jour dessus son lit j’approche

Qui me baisant là sous moi frétillait

Et de ses bras mon col entortillait

Comme un Lierre une penchante Roche.


Au fort de l’aise et la pâmoison proche

Il me sembla que son oeil se fermait,

Qu’elle était froide et qu’elle s’endormait

Dont courroucé je lui fis ce reproche :


Vous dormez donc ! Quoi Madame êtes-vous

Si peu sensible à des plaisirs si doux ?

Lors me jetant une oeillade lascive


Elle me dit : Non non mon cher désir

Je ne dors pas mais j’ai si grand plaisir

Que je ne sais si je suis morte ou vive.

21) Synonymes (Jean Bernard Etienne)

- Regard doux.
- Corps de femme
- Qui rend fou
- Qui enflamme...

- Peau de velours
- Beauté naturelle
- Image du jour
- Reflet du ciel...

- Lèvres brillantes ;
- Pétales de charme
- Qui hantent
- Qui désarment

- Sourire merveilleux
- Simple, ravageur
- Douceur de feu
- Langage du coeur...

- Glacier, volcan
- De l’Olympe déesse
- Fleur de printemps
- Infinie tendresse...

- Ange, fée,
- Génie de l’au-delà
- Mythe, réalité...
- Simplement Toi...

- Jean Bernard Etienne -

22) L’Éternelle Chanson

- Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
- Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
- Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
- Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

- Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
- Nous nous croirons encor de jeunes amoureux ;
- Et je te sourirai tout en branlant la tête,
- Et nous ferons un couple adorable de vieux.

- Nous nous regarderons assis sous notre treille,
- Avec de petits yeux attendris et brillants,
- Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
- Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

- Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
- Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.
- Nous aurons une joie attendrie et très douce,
- La phrase finissant souvent par un baiser.

- Combien de fois jadis j’ai pu dire : "Je t’aime !"
- Alors avec grand soin nous le recompterons :
- Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
- De petits riens exquis dont nous radoterons.

- Un rayon descendra, d’une caresse douce,
- Parmi nos cheveux blancs, tout rose se poser,
- Quand sur notre vieux banc, tout verdâtre de mousse,
- Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer.

- Et comme chaque jour je t’aime davantage,
- Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
- Qu’importeront alors les rides du visage ?
- Mon amour se fera plus grave et plus serein.

- Songe que tous les jours des souvenirs s’entassent ;
- Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens :
- Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
- Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens.

- C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l’âge,
- Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,
- Car vois-tu, chaque jour je t’aime davantage,
- Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain.

- Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
- Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur :
- Retenir, s’il se peut, l’impression trop brève
- Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.

- J’enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
- Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours :
- Je serai riche alors d’une richesse rare :
- J’aurai gardé tout l’or de mes jeunes amours !

- Ainsi de ce passé de bonheur qui s’achève
- Ma mémoire parfois me rendra la douceur ;
- Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
- J’aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

- Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
- Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
- Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,
- Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

- Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
- Nous nous croirons encore aux jours heureux d’antan,
- Et je te sourirai tout en branlant la tête,
- Et tu me parleras d’amour en chevrotant.

- Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
- Avec de petits yeux attendris et brillants,
- Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
- Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

- Rosemonde Gérard –


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message