Toussaint- Louverture, de l’esclavage à l’immortalité (5 articles)

samedi 11 novembre 2017.
 

1) Biographie de Toussaint-Louverture

Baptisé François Dominique TOUSSAINT à sa naissance dans l’esclavage, le 20 mai 1743, il sera affranchi vraisemblablement à 33 ans. Il apprit ensuite à lire et à écrire, puis réussit à se tailler une place relativement confortable dans le système sans faire parler de lui jusqu’à l’âge de 48 ans. En 1791, alors qu’il lui restait seulement 12 ans à vivre, il débuta une carrière politique. Il choisit d’abord de suivre Biassou.

Mal à l’aise dans son allégeance à Biassou, lui-même allié des espagnols, Toussaint LOUVERTURE découvrit l’erreur stratégique de conforter les intérêts espagnols qui le contraignaient lui et ses hommes à donner la chasse aux nègres marrons, pour les livrer ensuite aux colons espagnols esclavagistes. Il décida finalement de rompre avec Biassou et de se donner une période de réserve où il cessait de combattre les Français et d’entamer des contacts épistolaires avec Laveaux, le Gouverneur français de l’époque (1793 - 1794).

Il s’attribua alors le surnom de L’ouverture sous lequel il est mieux connu à cette étape décisive de sa carrière politique, d’abord pour marquer la rupture avec son chef hiérarchique Biassou et aussi son engagement dans un compromis historique avec d’anciens adversaires qu’il combattait résolument jusque là, (les colons français).

Le 29 août 1793, le commissaire civil Sonthonax publia une proclamation, par laquelle il abolissait l’esclavage dans la province du Nord de Saint Domingue. Cette décision allait s’appliquer également dans l’Ouest et le Sud en septembre et octobre de la même année. Le pouvoir en Métropole était à l’époque détenu par les Montagnards. Sonthonax et Polvérel avaient milité au sein de la Société des Amis des Noirs.

4 février 1794 Abolition de l’esclavage par la Révolution française (par Jacques Serieys

On retiendra qu’à la même date (29 août 1793), Toussaint rendit publique une note rédigée comme suit :

Au camp de Turel, le 29 août 1793

Frères et amis,

Je suis Toussaint Louverture, mon nom s’est peut-être fait connaître jusqu’à vous. J’ai entrepris la vengeance. Je veux que la liberté et l’égalité règnent à Saint Domingue. Je travaille à les faire exister.

Unissez-vous à nous, frères, et combattez avec nous pour la même cause...

Votre très humble et obéissant serviteur

Toussaint LOUVERTURE

Son génie indiscutable l’amena à consolider la révolution sociale à Saint-Domingue qui deviendra Haïti au profit des anciens esclaves, à réaliser une révolution politique qui amènerait au faîte du pouvoir les sans-grades d’antan. La révolution nationale dont il fut le précurseur était en gestation quand se produisit son kidnapping en juin 1802 et sa déportation consécutive vers la France pour se voir incarcérer (8 mois durant) en tant que prisonnier politique dans une cellule du Fort de Joux.

Toussaint LOUVERTURE avait 60 ans quand, accablé par le froid, les privations, le diabète et la cécité, il rendit le dernier soupir.

Napoléon Bonaparte, Toussaint Louverture et Saint Domingue (par Jacques Serieys)

La sève de l’arbre de la liberté des noirs, pour paraphraser un de ses propos célèbres, fit surgir Jean-Jacques DESSALINES, un officier du sérail, déjà bras droit du leader éliminé. Il s’imposera comme nouveau chef pour conduire l’armée des nouveaux et anciens libres vers la proclamation de l’indépendance le 1er janvier 1804.

Le signal fut ainsi donné pour les mouvements anticolonialistes d’Amérique Latine de passer à l’action. Bolivar (1783 - 1830) n’avait que 20 ans en 1803. Lui, comme d’autres se sont historiquement et stratégiquement inspirés de l’expérience haïtienne.

Source : http://www.haiticulture.ch/Toussain...

2) La révolution haïtienne de 1791, trop longtemps occultée

Cliquer sur ce titre 2 pour accéder à l’article

3) Haïti  : entre colonialisme et dictatures, une perle à l’histoire tumultueuse

Cliquer sur ce titre 3 pour accéder à l’article

4) Abolition de l’esclavage par la Révolution française et révolte de Toussaint Louverture

Cliquer sur ce titre 1 pour accéder à l’article

5) D’Haïti aux Lacs de l’Essonne, le credo de la solidarité et de l’émancipation par Gabriel Amard, président de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne

Samedi 10 avril, un peu partout en France, des citoyens vont faire vivre la solidarité internationale et l’émancipation. En effet, à l’occasion de la journée en mémoire de Toussaint- Louverture, premier Noir à avoir mené la révolte des esclaves à Haïti, pendant la Révolution française de 1789, des actions de solidarité sont organisées en faveur des victimes du séisme qui a ravagé l’île caraïbe le 12 janvier dernier.

Je veux pouvoir revenir ici sur ce personnage que nous avons célébré nous-mêmes en donnant son nom à la rue qui relie la route de Fleury à l’avenue de la Grande-Borne, à Viry-Chatillon. Une décision d’autant plus importante pour les élus de la majorité de gauche castelviroise, élue en 1995, que la Grande Borne avait été oubliée, pour ne pas dire délaissée, par la municipalité de droite que nous avions battue à l’époque.

Toussaint- Louverture donc, que l’on pourrait presque qualifier de militant anticolonial à sa manière ; assurément leader Noir qui a oeuvré à la libération et à l’émancipation des esclaves déportés d’Afrique en Haïti, ce, dès 1791 lorsque le mouvement initié à Paris se répercute dans tout l’espace dominé par la France. En 1793, Toussaint- Louverture déclare : « Frères et amis. Je suis Toussaint Louverture ; mon nom s’est peut-être fait connaître jusqu’à vous. Je veux que la liberté et l’égalité règnent à Saint-Domingue (ancien nom d’Haïti). Je travaille à les faire exister. Unissez-vous, frères, et combattez avec moi pour la même cause. Déracinez avec moi l’arbre de l’esclavage. » Il réussit à rassembler Noirs, mulâtres et même "petits blancs" dans son armée qui rejoint le camp de la République.

En baptisant du nom de Toussaint- Louverture une rue qui relie Viry-Chatillon et Grigny, nous avons voulu célébrer un homme qui acceptait les différences pour ce qu’elles ont d’enrichissant, un homme qui refusait d’accepter les inégalités provoquées par la naissance (esclave ou homme libre, pauvre ou riche, noir ou blanc), un homme qui s’est battu pour un monde meilleur en établissant des ponts entre les différentes composantes de la société haïtienne de l’époque.

Chaque mot ayant son importance, et parlant du poste d’élu-militant où le mandat des citoyens m’a placé, je ne peux voir dans ce portrait rapide que des échos à l’action que nous menons au sein de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne. Oeuvrer pour l’émancipation, bâtir des traits d’union entre les différentes parties de notre territoire commun, créer des ponts entre les habitants. Ce sont bien là les maitres mots de notre politique.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message