Investie par Macron aux législatives, elle était encore rémunérée par Fillon la semaine dernière...

lundi 22 mai 2017.
 

Marie Guévenoux a été rémunérée par l’équipe de campagne de François Fillon jusqu’au second tour de la présidentielle. Elle a été investie ce jeudi par le mouvement d’Emmanuel Macron pour les législatives dans l’Essonne...

Elle a été payée par la campagne de François Fillon... à préparer sa candidature aux législatives sous les couleurs d’Emmanuel Macron ! Ce jeudi 11 mai, Marie Guévenoux a été investie candidate du mouvement La République en marche dans la 9e circonscription de l’Essonne. Or, cette ancienne collaboratrice d’Alain Juppé fait partie de la dizaine de permanents de l’équipe Fillon qui ont été rémunérés par le parti Les Républicains jusqu’au second tour de la présidentielle... alors qu’ils avaient claqué la porte début mars en raison de l’affaire Penelope. Une information révélée par Marianne mardi 9 mai.

Pendant la primaire de la droite, Marie Guévenoux était responsable des levées de fonds dans l’équipe d’Alain Juppé. Après la défaite du maire de Bordeaux, elle se recase chez le vainqueur François Fillon, où elle prend à nouveau en charge les ressources financières. Mais début mars, en apprenant que le candidat de la droite va être mis en examen dans le cadre de l’affaire Penelope, elle se retire de l’équipe de campagne avec une dizaine d’autres permanents - des juppéistes pour la plupart.

"Une solution transactionnelle"

Ces permanents trouvent alors un accord confidentiel avec LR. Pour éviter d’être licenciés (et comme le droit du travail leur interdit de démissionner d’un CDD), une dispense d’activité leur est accordée jusqu’à la fin de leur contrat, qui court jusqu’au second tour de la présidentielle. Marie Guévenoux continue donc à toucher son salaire - autour de 4.000 euros nets par mois - sur le budget de la campagne de Fillon.

« J’ai eu un conflit avec mon employeur pour des raisons évidentes, explique Marie Guévenoux à Marianne. J’ai demandé à être affectée à une autre mission chez LR. Ils ont refusé et m’ont proposé, comme aux autres salariés concernés, une solution transactionnelle, qu’à ma connaissance nous avons tous acceptée. » En réalité, comme nous l’écrivions mardi, tous les permanents qui ont quitté l’équipe Fillon n’ont pas bénéficié de ce dispositif, puisque certains ont été tout simplement licenciés.

Ex-patronne des jeunes de l’UMP

Marie Guévenoux confirme qu’elle a ensuite postulé à l’investiture aux élections législatives sur la plateforme internet du mouvement En Marche. Dans l’Essonne, elle affrontera notamment le socialiste Romain Colas, suppléant du secrétaire d’Etat Thierry Mandon, qui ne se représente pas.

A 40 ans, la candidate présente un profil expérimenté : celle qui a débuté en politique aux côtés d’Alain Madelin a été la patronne des jeunes de l’UMP, avant de passer par plusieurs cabinets ministériels, notamment auprès de Jean-Louis Borloo et Xavier Darcos. Elle n’a toutefois jamais exercé de mandat politique, gage du « renouvellement » tant vanté par le camp Macron. Alors que le nouveau président espère attirer des ténors juppéistes dans sa future coalition, il a déjà débauché une ex-petite main du maire de Bordeaux. Mais était-il au courant que les feuilles de paie de sa nouvelle recrue étaient signées par le camp adverse jusqu’à dimanche dernier ?

Une autre ancienne de l’équipe Juppé, Aurore Bergé, passée avec armes et bagages chez Emmanuel Macron, a également été investie par La République en marche. Elue conseillère municipale de Magny-les-Hameaux, dans les Yvelines, sous les couleurs de l’UMP en 2014, elle sera candidate dans la 10e circonscription du même département, dont le député sortant est Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate... et ancien candidat à la primaire de la droite.

Louis Hausalter


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message