Echo planétaire de la Révolution française

mardi 29 août 2017.
 

Le retentissement extraordinaire de la Révolution française s’explique :

- par son caractère de révolution démocratique bourgeoise radicale correspondant à une forte attente dans l’Europe de la fin du 18ème. François Furet a raison d’affirmer que "la Déclaration des droits de l’homme fut le coup de clairon de la pensée des Lumières".

- par son caractère de révolution populaire victorieuse après plusieurs insurrections sociales violentes durement réprimées

- parce qu’elle éclate durant une phase révolutionnaire mondiale dans un des deux pays les plus puissants (économiquement, démographiquement, militairement...) de la planète.

De 1773 à 1802, la plus longue période de poussée populaire, démocratique et révolutionnaire qu’ait connue l’histoire humaine

- parce que la Convention nationale "déclare au nom de la Nation française qu’elle accordera fraternité et secours à tous les peuples qui veulent recouvrer la liberté." Elle appelle même tous les peuples à s’affranchir eux-mêmes..., se donner en légitimes souverains un gouvernement libre..., se régénérer par un changement universel, conforme aux principes de liberté et d’égalité

Plusieurs révolutions ont précédé les évènements de l’hexagone (Corse, Genève, Hollande, Irlande, sans compter la guerre d’Indépendance des Etats Unis). Plusieurs explosions sociales violentes ont précédé les soulèvements de 1789 dont le 14 juillet marque l’apothéose (Russie, Grande-Bretagne...). Plusieurs révolutions éclatent aussi dans les années 1790 (Pays Bas, Rhénanie, Italie, Suisse...).

Pour l’essentiel, l’Europe méditerranéenne, centrale et orientale est peuplée de paysans ne sachant pas lire, maintenus par des seigneurs et des religieux dans une oppression noire. Aussi, les écrits favorables à la Révolution émanent surtout du milieu intellectuel.

Ne sous-estimons pas cependant le fait que nombre de ces intellectuels ont permis une large diffusion des idées de 1789 et 1793 dans leurs pays, par exemple en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Amérique du Sud...

1) La Révolution française vue par un témoin allemand de la bataille de Valmy, le philosophe Goethe

« Le matin encore, il n’était question que de manger tous les Français à la broche. Moi-même, j’avais été entraîné dans cette périlleuse aventure par ma confiance dans notre belle armée et dans le duc de Brunswick. Chacun maintenant était rêveur. on me pressa de dire ce que je pensais des évènements de la journée. Je répondis simplement : "De ce jour et de ce lieu date une ère nouvelle dans l’histoire du monde. Plus tard, vous pourrez dire : j’y étais". »

Johann Wolfgang von Goethe

2 La Révolution française vue de Russie

« En 1789, le monde entier a été si violemment ébranlé qu’on a assisté un peu partout à l’éclosion de mouvements sans précédent et l’Europe a vu le début d’une ère nouvelle pour le genre humain... L’esprit de liberté s’est fait militant à la fin du XVIIIème siècle... La passion de la liberté a d’abord troublé les esprits de Paris ; ensuite, elle a gagné l’Est, le Sud et l’Ouest... De ce fait, la destinée politique de cinq pays monarchiques (Suède, France, Liège, Pologne, Genève) a pris l’an passé un cours nouveau et le mode de gouvernement en a été modifié. Cinq pays englobant des territoires nombreux et étendus, ont été politiquement transformés ou, pour reprendre l’expression française, ont été régénérés. Dans de nombreux autres pays, dans de nombreuses républiques, dans de nombreux territoires et villes d’Allemagne, le peuple a obligé ses maîtres à lui donner des droits importants... l’équilibre politique qui subsistait jusqu’à ce jour en Europe a été rompu. »

P. A. Sechachli, professeur de philosophie à l’Université de Moscou (Revue politique, Moscou, 1790)

3) La révolution française vue du Danemark

« J’avais seize ans. Mon père rentre à la maison, hors de lui ; il appelle ses fils. "Mes enfants, vous avez de la chance ! S’écrie-t-il. Quels jours heureux et brillants se lèvent pour vous ! Maintenant, si vous ne vous créez pas chacun une position indépendante, ne vous en prenez qu’à vous-mêmes. Toutes les barrières de la naissance et de la pauvreté vont tomber ; désormais, le dernier d’entre vous va pouvoir lutter contre le plus puissant à armes égales et sur le même terrain !" Il s’arrêta, vaincu par son émotion, et se mit à sangloter pendant quelque temps. Puis il nous raconta comment la Bastille avait été prise. Ce n’était pas seulement en France qu’une révolution commençait, c’était dans toute l’Europe. Elle poussait ses racines dans des millions d’âmes. »

Henrik Steffens, philosophe danois.

4) Echo de la Révolution française en Angleterre

Les écrits de Blake, Shelley, Colerodge, Wordworth ("en cette aube, se sentir vivre était bonheur suprême") puis Carlyle, Dickens sur ce sujet sont excellents. Shelley écrivit que le génie des romantiques anglais tenait "moins à leur esprit propre qu’à celui de l’époque". Dans son livre intitulé Révolution française et littérature anglaise, Matthew O. Grenby affirme « Il est largement admis que la Révolution française a eu un impact énorme sur la littérature anglaise et que pratiquement tous les poètes, romanciers et auteurs dramatiques de cette époque ont écrit des textes influencés par les principes et les remarquables évènements français... » En fait, cet auteur reprend intelligemment les analyses sur une crise révolutionnaire générale tant en France par la Révolution qu’en Grande-Bretagne sous d’autres formes (par exemple dans l’évolution des familles et en particulier de la place des femmes). L’enthousiasme pour les évènements de l’autre rive de la Manche touche également des scientifiques comme Joseph Priestley, des politiques comme Thomas Paine et surtout des militants ouvriers :

Angleterre : le premier mouvement ouvrier et socialiste de masse

5) Echo de la Révolution française en Hollande

Il faudrait ici raconter la vie de Johan Valckenaer pour montrer le lien direct entre :

- le mouvement intellectuel des Lumières dont il est un représentant intéressant

- les mouvements et révolutions de la période 1773 à 1802 dont il est un acteur important (révolution batave)

- l’implication de nombreux progressistes d’autres pays (dont lui) dans la Révolution française elle-même

- l’aide de la révolution française aux progressistes d’autres pays et la victoire de ceux-ci aux côtés des armées de la Convention

6) Echo de la Révolution française dans la péninsule italienne

Un exemple : Buonarotti

Buonarotti, héritier des Lumières, robespierriste, pré-socialiste, au directoire de la Conjuration des Egaux 30 mars 1796

7) Echo de la Révolution française en Amérique latine : l’exemple du Vénézuéla

« Les « négros francés » sont la hantise des possédants et des autorités de toute la région. Rien ne vint à bout de leur indomptable énergie, pas même la honte du rétablissement de l’esclavage par Napoléon. Non seulement les tenants locaux de l’Ancien Régime les exècrent et les massacrent sitôt qu’ils le peuvent, mais les bourgeoisies locales nationalistes ne leur sont guère plus favorables que les bourgeois de Paris a l’égard de la sans-culotterie des faubourgs. Il y avait de quoi. Un exemple parmi nombre d’autres : en 1795, sous le commandement de Victor Hugues qui avait été l’envoyé de la Convention pour promulguer l’abolition dans les colonies françaises des Caraïbes, une troupe guerrière de « négros francés » lance une attaque sur le Vénézuéla pour y établir la « loi des Français », c’est-à-dire : l’abolition et la République ! De sorte que ces hommes et leurs idées furent de toutes les luttes de leur temps au cours desquelles se fonda une identité latino américaine distincte de ses racines espagnoles et portugaises. Longtemps encore après, « l’afrancesado » a désigné là-bas comme en Espagne, de manière pas toujours flatteuse, le raisonneur athée sous influence des Lumières. »

Extrait d’un texte de Jean-Luc Mélenchon publié au printemps 2007 Leçons d’Amérique latine pour la gauche française 1) Histoire commune 2) Ouragan du libéralisme 3) La social-démocratie dans l’impasse 4) La réinvention de la gauche

Conclusion

Si la Révolution française aida des progressistes d’autres pays à faire sauter l’oppression féodale ou nationale qu’ils subissaient, elle ne sut pas toujours loin de là conserver la sympathie des peuples où ses armées ont séjourné, en particulier après le 9 thermidor.

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message