2 décembre 1823 Les USA affirment leur suprématie sur le continent américain par la "doctrine Monroe"

vendredi 8 décembre 2017.
 

Le 2 décembre 1823, lors de son septième message annuel au Congrès, le président américain républicain James Monroe déclare « Aux Européens, le vieux continent, aux Américains le Nouveau Monde ».

Juste 40 ans après la reconnaissance de l’indépendance des États-Unis par les Britanniques, les états-unien entendent affirmer que toute intervention européenne dans les affaires du continent sera perçue comme une menace pour la sécurité et la paix. En revanche les États-Unis se chargent de défendre leurs intérêts sur les terres américaines. Par « américaines », le président Monroe entend, en effet, l’ensemble du continent américain de l’Alaska à la Terre de feu, comprenant ainsi l’Amérique du Sud partiellement décolonisée à l’époque. Ainsi tout en théorisant l’isolationnisme envers l’Europe, ils annoncent leur suprématie sur l’ensemble du continent américain.

En effet cette posture de politique étrangère d’affichage neutre cache une volonté de contrôle et c’est au nom de la « doctrine Monroe » que les États-Unis s’immiscent dans la vie politique des jeunes Etats d’Amérique du Sud et jettent les bases de l’impérialisme Américain. Cette politique de surveillance prend le nom de « Dollar diplomacy », en 1843 exprimant ainsi la « souveraineté de fait » des États-Unis sur le continent américain dans son ensemble. Cette évolution de la doctrine justifie les interventions dans son espace proche : Mexique (1846), Panama (1889), Cuba (1898)…

Complétée en 1904 par le « corollaire Roosevelt », la doctrine Monroe se poursuit par un interventionnisme militaire de plus en plus intense dans la zone latino-américaine afin d’y défendre les intérêts américains : Nicaragua (1909), Haïti (1915)…

Durant la guerre froide c’est cette doctrine qui justifie les manipulations politiques afin d’éviter l’apparition de gouvernements progressistes et pro-communistes dans « l’aire d’influence » états-unienne. Elle autorise les États-Unis à renverser les gouvernements en place et à soutenir l’installation de dictatures : Guatemala (1954), Brésil (1964), Chili (1973)…

Aujourd’hui, les effets de la doctrine Monroe sont encore perceptibles à travers les accords de libre-échanges imposés par les USA aux états sud-américains pour affirmer leur domination sur ce qu’ils considèrent encore comme leur « arrière cour ».

Aigline de Causans


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message