La CIA, gang antidémocratique au service des USA et du grand capital

samedi 9 décembre 2017.
 

- 1) Les USA, dictature intelligente du monde
- 2) La CIA au coeur de la dictature US intelligente du monde
- 3) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Amérique latine
- 4) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Asie
- 5) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Afrique
- 6) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Europe
- Conclusion

1) Les USA, dictature intelligente du monde

La classe dominante des Etats-Unis se vit comme protectrice de la liberté du loup capitaliste de manger toutes les brebis du monde. Pour le cas où une brebis tenterait de se sauver et de donner le mauvais exemple, elle a créé des agences de renseignement bien plus puissantes que tout autre état jusqu’à présent :

- la NSA espionne les communications du monde entier (web, téléphone...). Grâce à Edouard Snowden, nous savons à présent à quel point, elle surveille tout, y compris les bureaux de l’Union européenne à Bruxelles, y compris tel ministère brésilien...

- la CIA dépend du Pentagone (quartier général du département de la Défense des États-Unis). Elle utilise des milliers d’espions pour compléter les informations de la NSA mais aussi pour influer sur l’évolution politique de nombreux pays en lien avec les ambassades de son pays mais aussi avec ses relais patronaux, militaires, médiatiques, diplomatiques, politiques...

- le FBI représente plutôt une police d’élite, supérieure aux polices des états fédéraux à l’intérieur des USA, jouant un rôle planétaire d’observation de la NSA et de la CIA, de contre-espionnage, de recherche de criminels...

En 2009, les agences US de renseignement disposent d’un budget annuel de 75 milliards de dollars et d’un effectif évalué à 200000 personnes.

2) La CIA au coeur de cette dictature intelligente du monde

Chaque ambassade américaine dans le monde comprend dans son personnel un chef de station de la CIA qui dirige un réseau hiérarchique clandestin comprenant des bases plus petites réparties sur le territoire.

Les fonctions essentielles de la CIA sont :

- la collecte de renseignements sur les gouvernements, les entreprises, les organisations, les individus du monde entier

- l’analyse de ces renseignements

- la conduite d’opérations clandestines à l’étranger

Placée sous l’autorité directe du président américain, la CIA s’est toujours distinguée par une action faisant fi de toute considération morale ou légale.

3) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Amérique latine

La CIA considère que tous les moyens sont bons pour défendre les intérêts des multinationales américaines. Il faut dire que ses dirigeants passent facilement de sa direction à celle d’une grande entreprise et vice versa. Le patronat américain ayant toujours considéré l’Amérique latine comme une zone d’esclaves à son service, la CIA y a joué un rôle lamentable qui fera, n’en doutons pas l’objet, un jour, d’une sorte de tribunal de Nuremberg.

De 1945 à 1947, la CIA en construction recrute un nombre important de nazis (dont criminels de guerre, Eichmann...), sous la direction du général Reinhard Gelen qui commandait les services de renseignement d’Hitler sur le Front de l’Est. En lien avec le Vatican les pires criminels de guerre se recyclent en Amérique latine comme défenseurs de la "démocratie" à l’américaine, c’est à dire la démocratie au seul service des rentiers de Wall Street et de la City.

Pour ne pas être trop longs, nous prenons ici seulement trois cas, ceux du Guatemala, de Cuba et du Chili.

- En mars 1951, Jacobo Arbenz Guzmán est élu président de la république du Guatémala avec 60% des voix lors d’une élection dont personne ne conteste la régularité. L’instauration du suffrage universel et la création d’une législation du travail entraînent de nombreuses tentatives de coups d’état militaires (une vingtaine en quelques années). Les Guatémaltèques vivent alors dans la misère parce que 2 % de la population du pays contrôle 72 % de toutes les terres arables, mais seulement 12 % de celles-ci sont utilisées. Arbenz prépare une loi agraire nationalisant (avec fort dédommagement financier les parties en friche des plus grandes plantations). Depuis 1951, la CIA prépare un coup d’état (constitution d’une armée de la Liberté, recrutement de mercenaires...). En mai 1954, la CIA fait porter au Guatémala des armes tchèques par un bateau suédois, lançant aussitôt une campagne médiatique sur la preuve ainsi donnée des liens entre Moscou et le Guatémala. L’armée rebelle de la CIA marche vers la capitale « soutenus par des avions de combat américains pilotés par des Américains » mais se heurte à une résistance populaire inattendue. Craignant une intervention militaire directe des USA, Arbenz démissionne. Noam Chomsky commentait ainsi l’intervention américaine dans une conférence prononcée en 1985 : « ... nous nous sommes arrangés pour interrompre, en 1954, une expérience démocratique. Il s’agissait pourtant d’un régime réformiste, capitaliste et démocratique, du type new deal, que notre intervention a permis d’éliminer, laissant à sa place un véritable enfer sur terre, probablement le régime de la période contemporaine le plus proche de l’Allemagne nazie. »

- en 1961, la CIA organise une armée de mercenaires et la fait débarquer à Cuba pour renverser le pouvoir castriste. L’opération échoue.

CIA : la machine à tuer

- De 1970 à 1973, la CIA se trouve au coeur de projets de coups d’état pour empêcher Allende, élu, de gouverner puis pour le renverser.

20 000 documents d’archives déclassifiés dont ceux de la CIA apportent la preuve du soutien des Etats-unis au coup d’Etat de Pinochet au Chili

4) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Asie

- en Iran, elle initie le coup d’état de 1953 1954 pour renverser le Premier ministre d’Iran, Mohammad Mossadegh qui veut réaliser un audit sur les profits de la compagnie pétrolière britannique dans son pays. En quoi consiste cette Opération TP/AJAX ? un projet de coup d’état par des généraux iraniens liés à la droite locale, une infiltration d’agents de la CIA, la préparation de bases de guerrilla et d’une zone de repli (accord avec des chefs de tribu Qashqai) pour le cas où le coup d’état ne réussisse pas. Le coup d’état réussit. Le 4 juin 2009, Barack Obama s’en est excusé « En pleine guerre froide, les États-Unis ont joué un rôle dans le renversement d’un gouvernement iranien démocratiquement élu. »

- en avril 1979, Zulficar Ali Bhutto, Premier ministre élu du Pakistan, est renversé par un coup d’Etat militaire préparé par l’ISI (services secrets militaires pakistanais) et la CIA.

- en 1979 encore, un gouvernement de gauche dirigé par Najibullah gouverne l’Afghanistan. En lien avec son homologue britannique, la CIA aide militairement et financièrement le lancement de guerrillas moujahidîn islamistes dès le 3 juillet 1979, provoquant l’intervention de l’URSS qui commencera six mois plus tard à la demande du gouvernement Najibullah.

Le rôle décisif de la CIA dans le soutien à Oussama Ben Laden est connu.

En 2013, un Egyptien, ancien responsable d’Al Qaida en Afghanistan, a établi un lien entre le jeu de la CIA auprès des talibans et celui qu’elle joue en Syrie par le Front Al-Nosra : « Les Américains nous ont permis de lutter pendant 15 ans en Afghanistan. Ils nous ont financés et soutenus en nous livrant des armes et des informations. Nos blessés et amputés se faisaient soigner dans les hôpitaux européens et se faisaient monter des prothèses à Londres ». Pour lui, le front Al-Nosra, qui a fait allégeance pour Ayman Al-Zawahiri, est un groupe aux ordres de la CIA… « Je dis à mes frères qui combattent en Syrie que vous êtes trompés et manipulés par un complot américain qui vise la division du monde arabe en micro-Etats en allumant des guerres religieuses et confessionnelles ».

Source : http://www.tunisie-secret.com/Un-an...

5) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Afrique

* En 1960, un grand pays paraît capable, par ses richesses minières et les qualités de son dirigeant élu Patrice Lumumba, de créer une nation viable. C’est sans compter sur les intérêts des multinationales qui veulent continuer à payer les matières premières le moins cher possible ce qui nécessite un Etat faible, à leur service. Lumumba est donc assassiné.

Du Congo belge à l’assassinat de Lumumba le 17 janvier 1961, un grand pays détruit par le colonialisme


Robert Johnson, membre du personnel de la Maison-Blanche, a expliqué que le président Eisenhower donne son accord pour l’élimination du premier ministre congolais au mois d’août car son panafricanisme paraît contradictoire avec les intérêts économiques supérieurs des USA. Le directeur de la CIA, Allen Dulles, envoie une armada d’agents en Afrique centrale. Ils tentent au moins deux tentatives d’assassinat. Après la sécession des deux provinces les plus riches du Katanga et du Kasaï, la CIA aidé des services français et belges, passent au soutien direct de mercenaires. Dans ses mémoires, le colonel Trinquier, ex-membre du Comité de salut public d’Alger en 1958, assure avoir été pressenti pour le commandement des forces katangaises et avoir consulté Pierre Messmer qui l’aurait encouragé à accepter.

Finalement, le colonel Mobutu, ancien membre de la sûreté belge, en contact avec la CIA depuis les années cinquante, prend le pouvoir. Le Congo ne s’en est pas encore relevé.

* Dans les années 1990, la CIA et le renseignement britannique ont payé à Al Qaïda l’équivalent de 160 000 dollars US pour aider à financer une tentative d’assassinat infructueuse sur la personne de Mouammar el-Kadhafi.

6) La CIA, une cellule secrète de combat anti-démocratique en Europe

- En Italie, dans les années 1960 et 1970, elle subventionne la droite chrétienne et crée des réseaux (Gladio, loge P2...) qui recrutent dans l’armée, la justice, la police, la droite parlementaire et l’extrême droite pour réaliser un coup d’état si jamais la gauche arrivait au gouvernement (PCI, PSI...). Elle fomente des attentats mis sur le compte de l’extrême gauche par des médias qu’elle influence.

Gladio : la guerre secrète des États-Unis pour subvertir la démocratie italienne

2 août 1980 La bombe de Bologne (placée par l’extrême droite), provoque un massacre dont l’Etat et tous les médias rendent responsables les Brigades rouges

12 décembre 1969 Attentat de Milan. Quand la police et la justice initient et protègent les attentats assassins néofascistes

- La CIA s’est toujours intéressé spécialement à la France considérée comme un point faible de la domination impérialiste économique, politique et idéologique. En voici deux exemples :

Comment la CIA pénètre nos médias ? L’exemple de Reporters sans frontières

Quand la CIA voulait en 1981 la tête de Régis Debray, conseiller à l’Elysée

Conclusion

Aussi surprenant que cela paraisse, la puissance planétaire de la CIA ne fait que se renforcer. Son investissement dans les réseaux sociaux en est une parfaite illustration :

Facebook appartient-il à la CIA ?


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message