Sihem Souid exclue douze mois de la police pour avoir lutté contre le racisme dans la Police de l’Air et des Frontières (8 articles)

mardi 25 juillet 2017.
 

1) De Dreyfus à Sihem Souid

Cet automne 2010, nous avons constaté sur les rayons de nos librairies l’apparition d’un ouvrage intitulé "Omerta dans la police". L’auteure en est Sihem Souid, ex fonctionnaire dans la Police de l’Air et des Frontières ; elle dénonce d’une part les abus de pouvoir et comportements brutaux vis à vis des ressortissants étrangers, d’autre part des moeurs racistes et homophobes dans ce service.

La fonctionnaire, sortie major de sa promo à l’école de police et bien notée par ses supérieurs, évoque le racisme ordinaire qui suinte quand passent les « avions de bougnoules », l’homophobie crasse de certains policiers, les humiliations répétées pendant les contrôles, les arrêtés préfectoraux de reconduite à la frontière (APRF) utilisés pour gonfler les chiffres.

Devenue adjointe administrative à la Préfecture de police, elle apprend qu’elle est suspendue de ses fonctions sans traitement durant quatre mois pour avoir manqué à ses "obligations de réserve".

La République française étant officiellement un état de droit, quelle devait être la réaction de l’agent de police Sihem Souid après avoir constaté des pratiques contraires à la loi ?

L’article 40 alinéa 2 du Code de procédure pénale oblige chaque fonctionnaire « qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit » d’en informer « sans délai » le procureur de la République compétent. Avec plusieurs autres collègues, Madame Souid avait, il y a un an et demi, saisi la Justice d’une plainte contre les comportements discriminatoires qu’ils avaient observés et subis. Ce n’est que l’inertie de certaines autorités judiciaires et de la hiérarchie qui avait motivé la fonctionnaire de révéler la réalité au public. Or, les institutions Police et Justice doivent être particulièrement irréprochables en regard de la loi ; sinon en qui les citoyens pourront-ils faire confiance ?

Dans le contexte actuel, il y va de l’honneur militant de tout anticapitaliste opposé à l’islamisme de dénoncer avec autant de vigueur toute attitude discriminatoire de citoyens français ou d’administrations vis à vis de personnes musulmanes ou d’origine nord-africaine.

De ce point de vue, la comparaison avec l’attitude de Jean Jaurès, d’Emile Zola et d’autres en défense d’Alfred Dreyfus doit nous servir d’exemple. Quiconque se réclame du progrès humain doit lutter contre l’exploitation capitaliste mais aussi contre toute oppression, toute discrimination s’il se considère partie prenante du combat pour l’intérêt général de l’humanité.

Ce 1er décembre 2010, le MRAP vient de publier un communiqué dont je partage totalement le contenu (texte 2 ci-dessous).

Par souci d’efficacité, notre mobilisation doit aujourd’hui être rapide et forte.

Annulation de la sanction contre Sihem Souid et réintégration immédiate dans ses fonctions !

Jacques Serieys le 4 décembre 2010

La défense de Sihem Souid paraît s’organiser ; un collectif de soutien s’est créé et ne cesse de s’élargir. Sur un cas de défense démocratique, recevoir l’appui de personnalités comme Elisabeth Guigou me paraît très utile. (texte 3)

Une pétition publique a été lancée (texte 4 ci-dessous).

La liste des premiers signataires est impressionnante par sa diversité et son poids médiatique. (texte 5)

Ce 24 mai 2011, Sihem Souid a été traduite en Conseil de discipline de l’institution policière. Celui-ci demande une exclusion temporaire de fonction durant 18 mois dont six avec sursis. Face à un tel mépris du droit et des principes républicains, notre mobilisation doit redoubler. (Voir communiqué du MRAP en texte 6 ci-dessous)

Jacques Serieys le 26 mai 2011

Ce 26 juillet 2011, le ministère de l’intérieur a notifié sa sanction définitive ; il confirme la proposition du Conseil de discipline avec six mois de privation de salaire. (texte 7 ci-dessous)

Contestant ces décisions, Sihem Souid a obtenu leur annulation en première instance puis devant la Cour d’appel de Paris (texte 8).

Sitographie :

http://sihemsouid.web.officelive.co...

8) Le MRAP salue la récente décision de la Cour d’appel de Paris, en faveur de la jeune policière Sihem Souid

La Cour d’appel de Paris, comme précédemment les juges de première instance, a relaxé la jeune femme, auteure du livre « Omerta dans la police ». Elle était poursuivie pour « violation de secret professionnel », et six mois de prison avaient été requis à son encontre. Ses avocats évoquaient un « montage » du fait que, pour certains, « on n’a pas le droit dans la fonction publique de critiquer sa hiérarchie ».

En effet, son livre paru le 14 octobre 2010 critiquait tant certains abus de pouvoir, que le climat de racisme et de discrimination homophobe dont elle avait été témoin lorsqu’ elle était en service à la Police aux frontières (PAF, ex-Police de l’air et des frontières). Elle y décrivait notamment les ravages d’une politique « du chiffre » visant à augmenter le nombre des reconduites à la frontière, citait aussi bien que les réflexions racistes de certains agents - « Je vais contrôler des bougnes » - ou encore évoquait des humiliations à l’encontre de ressortissants étrangers.

Le MRAP, qui s’est toujours affirmé solidaire de Sihem Souid, a notamment organisé avec elle des conférences de presse conjointes et participé à des rassemblements de soutien, en particulier lors de son passage en conseil de discipline, le 24 mai 2011, en présence de deux membres de la co-présidence du MRAP. Aujourd’hui, Sihem Souid demande à l’ex-ministre de l’Intérieur, Claude Guéant des « excuses publiques ». C’est en effet sous sa responsabilité ministérielle que la jeune policière avait été suspendue de sa fonction en juillet 2011 et privée de six mois de salaire.

Le MRAP demande, aujourd’hui, que soit réparée cette injustice et que des excuses lui soient présentées.

7) Sihem Souid sanctionnée

En octobre 2010, paraît un livre de Sihem Souid, ex-agent à la police aux frontières (PAF). Sous le titre d’Omerta dans la police (éditions du Cherche midi), elle dénonce un climat de racisme et d’homophobie à la PAF d’Orly chargée de lutter contre les migrants illégaux et même des manquements graves à la Loi et à l’éthique commis au sein de la police Nationale.

Face aux menaces évoquées de révocation, une importante campagne d’information et de solidarité s’était développée aussitôt ( voir ci-dessous pétition, articles 3 et 4).

Ce 26 juillet 2011, le ministère de l’Intérieur lui a notifié sa sanction : dix-huit mois d’exclusion temporaire, dont six mois avec sursis, pour « manquement au devoir de réserve ». Cette condamnation reste très lourde pour un agent de la fonction publique.

Ses avocats accusent le ministre de l’Intérieur de « bâillonner les agents publics ». Selon Mes Bourdon et Dubreuil, Claude Guéant entérine ainsi « un principe gravement antidémocratique selon lequel tout fonctionnaire qui révèle de graves illégalités au sein de son administration doit être lourdement sanctionné ». La policière va saisir la justice administrative pour faire annuler son exclusion.

6) Le MRAP exprime sa pleine solidarité avec la jeune policière Sihem Souid (24 mai 2011)

Le MRAP était présent ce matin, mardi 24 mai 2011, rue Nelaton (75015 Paris), en soutien à la jeune policière Sihem Souid qui passait en Conseil de discipline pour avoir osé dénoncer dans son livre Omerta dans la Police des manquements graves à la Loi et à l’éthique commis au sein de la police Nationale, tout particulièrement par certains membres de la Police de l’air et des frontières d’Orly.

Le MRAP a appris de ses avocats Me Bourdon et Me Dubreuil que le conseil avait proposé une exclusion temporaire de fonction de 18 mois dont 6 avec sursis. C’est au Ministre de l’Intérieur qu’il appartient maintenant de décider si il va suivre ou non cette proposition.

Le MRAP partage l’indignation des avocats de Sihem Souid face à une proposition qui méconnaît le droit à la liberté d’expression des fonctionnaires telle que reconnue par le Droit Européen.

Le MRAP en appelle au Ministre de l’Intérieur pour qu’il choisisse la solution d’« apaisement », demandée par Me Bourdon et Me Dubreuil, qui seule peut répondre au choix citoyen, courageux et exemplaire, de Sihem Souid, qui ne peut que servir la Justice et l’Etat de Droit.

Paris, le 24 mai 2011.

5) Quelques premiers signataires de la pétition en défense de Sihem Souid

Arnaud Montebourg, Député et Président du Conseil général de Saône et Loire

Elisabeth Guigou, Députée de la Seine-Saint-Denis et ancienne Garde des sceaux

Azouz Begag, Ancien Ministre délégué à la promotion de l’égalité des chances

Patrick Braouzec, Député de la Seine-Saint-Denis

Anne Hidalgo, Première adjointe au Maire de Paris

Jean Christophe Rufin, Diplomate, Médecin et écrivain

La LICRA, présidée par Alain Jakubowicz

Le CRAN, présidé par Patrick Lauzes

Le MRAP, présidé par Mouloud Aounit

SOS Racisme, présidé par Dominique Sopo

Fabienne Servan Schreiber, Productrice

François Bennaceur, Homme d’affaires

Samia Maktouf, Avocate

Beatrice Dubreuil, Avocate

Guillaume Gloaguen, Avocat

Rodolphe Oppenheimer, Maire-adjoint de Clichy, Chevalier des Arts et Lettres,petit-fils d’Edgar Faure

Guillaume Lefèvre, Vice-président Roissy Entreprises

Philippe Heracles, PDG du Cherche Midi

Pierre Drachline, Directeur d’édition

Arash Derambash, Directeur d’édition

Georges Mazella, colonel retraité de la gendarmerie

Jamila Guizani, Fonctionnaire chargé des relations internationales à la Mairie de Paris

Reda Didi, Enseignant universitaire

Samia Essabaa, Professeur d’anglais

Khadija David, Délégué du préfet

Fatima Sbih, Fille de l’Ambassadeur d’Algérie en France

Rachid Bouchareb, Réalisateur et producteur

Tarak Ben Ammar, Producteur et homme d’affaires

Abdellatif Kechiche, Réalisateur

Ali Ghanem, Réalisateur

Sihem Boukadida, Médecin

Slama Kais, Médecin

Sihem Khouadria, Médecin pédiatre

Jean-Marie Montali, Journaliste et auteur

Christophe Jiquel, Journaliste

Moustapha Kessous, Journaliste

Mourad Zeghidi, Journaliste

Taoukik Habaieb, Journaliste

Lounes Guemache, Journaliste

Aziz Zemouri, Journaliste

Patrick Jacquet, Brigadier chef de police

Evelyne Coulanges, Brigadier chef de police

Nadia Sanchez, ancienne Adjointe de sécurité

Ymed Akrout, Lieutenant de Police

Samia Akrout, Comptable

Cathy Godin, Brigadier de police

Miguel Da Costa, Chef d’entreprise

Tony Tavares, Chef d’entreprise

Kerim Chaibi, Artiste

Jaber Abdallah, Courtier en assurance

Ridha Abbes, Musicien

Hedi Chadli, Chef d’entreprise

Nabil Karoui, Directeur de Nessma Tv

Claude et Mado Le Duff, Retraités

Pierre-André Bernard, Expert en énergie prés la Cour de Cassation

Farid Khider, Champion du monde de boxe française

Fadila Khider, Aide soignante

Rachid Mokran, ancien du Ministère de l’intérieur

Lana Hollo, Consultante en Droits de l’Homme

André Vantomme, Sénateur de l’Oise, 1er. Vice-président du Conseil général de l’Oise

Philippe Hatin, Employé Aéroports de Paris (ADP)

Lahloo Khoufache, Agent de quittancement

Nabil Benchrifa, Auditeur

Smaïn Fairouze (dit "Smaïn"), Acteur

Najat Belkacem, Adjointe au Maire de Lyon, Conseillère générale du Rhône

Michael Flier, Ouvrier

Detlef Solga, Responsable expéditions Opel

Hervé Hebert, citoyen français

Roger Bouiller, Commandant de Police en retraite, ancien Responsable syndical

Fatiha Laaouej, Gérante de société

M. Coulanges, Fonctionnaire de Police

Melle. Arhab, Etudiante

Michel Pousseur, Invalide (Andenne/Namur, Belgique)

Patrice Messinguiral, Animateur

Pierre Moscovici, Député, Président de la Comunauté d’agglomération du Pays de Montbéliard

André Galtier, ancien Major de Sapeurs-Pompiers professionnels

Marie-José Castillo, Présidente de l’association "Espace pour entreprendre"

Chantal Folgoas, professeur en retraite

Michel Folgoas, Professeur en retraite

Madeleine Richard, Institutrice en retraite

Edmonde Quemener, Professeur de lettres

Abdelhamid Berkane El Berkani, Journaliste-Rédacteur en chef retraité, descendant de Sidi El Berkani

Jamil Boughattas, Chef d’entreprise

Refka Ben Ali, Journaliste

Abdelali Bouamama, Journaliste

Fatima Afif, Educatrice de jeunes enfants

M. Derocles, Brigadier-chef de Police motocycliste à Drancy

Monique Japiot, Retraitée

Daniel Japiot, Major de Gendarmerie retraité

Murielle Novac, Educatrice

Garau Feki, Educateur

Philippe Cottet, Citoyen

Yasmina Belkeda, Fonctionnaire

Diallo Rokhaya, Présidente de l’Association "Les Indivisibles" et Chroniqueuse

M. Sari, Agent de sécurité

Joëlle Le Beon, Retraitée

Gonvel Conq, Retraité

Sid Ahmed Gasmi, Retraité

M. Bakhri, Demandeur d’emploi

Christiane Rannou, retraitée

Félix Fouquet, Docteur en sociologie et anthropologie

M. Lhostis, Ingénieur fonctionnaire

Maxime Gremetz, Député de la Somme

M. El Hani, Citoyen

Jean-Paul Roué, Retraité

Margo Roué, Retraitée

Anne-Gaëlle Richard, Psychomotricienne

Jamila Berdan, Employée

Olivia Cattan, Présidentde de l’Association "Parole de Femmes"

Bernard Henry, Vice-président du Comité de Seine-Maritime du Mouvement "Ni Putes Ni Soumises"

Agnès Fontaine, Citoyenne (Belgique)

Alain Quennet, Attaché parlementaire de Christian Hutin, Député

Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine

Renaud Lagrave, Vice-président du Conseil Régional d’Aquitaine, Conseiller mpal. de Mt-de-Marsan

Arielle Haro, Etudiante

Aurélie Ambos, Chargée de communication, Association Sportif Solidaire

Philippe Doucet, Maire d’Argenteuil, Président d’Agglomération Argenteuil-Bezons

Selene de Condat, Directrice Decondat Productions

Béatrice Lejeune, Première fédérale Parti Socialiste - Fédération de l’Oise

Jean-Pierre Blazy, Maire de Gonesse

Jean-Marc Ayrault, Député de Loire-Atlantique, maire de Nantes

Jean-Luc Malbranc, Adjoint au Maire de Mouy

Carole Dumon, Conseillère municipale de Gonesse

Clémentine Autain, Adjointe au Maire de Paris, Co-directrice du mensuel Regards

Jean Glavany, Député des Hautes-Pyrénées, ancien Ministre de l’Agriculture et de la Pêche

Daniel Goldberg, Député de Seine-Saint-Denis, Conseiller municipal de La Courneuve

Marylise Lebranchu, Députée du Finistère

Laurent Cathala, Député du Val-de-Marne, Maire de Créteil, ancien Secrétaire d’Etat

Feriel Berraies Guigny, Directrice de rédaction New African Woman

Joseph Gourmelon, Retraité

Anne-Marie Engler, Créatrice et productrice Les Cafés d’Annecom

Jean-Paul Legrand, Adjoint au Maire de Creil

Nejib Bencheikh, Employé

Hannan Stambouli, Professeur d’anglais

Aïcha Malki, Chef d’entreprise

Imène Bencheikh, Conseillère municipale d’Orly

Yves Rome, Président du Conseil général de l’Oise

Yves Contassot, Conseiller de Paris et Conseiller municipal de Paris 13

Vincent Eblé, Président du Conseil général de Seine-et-Marne

Yannick Le Guern, Directeur de Golden Brain / International Investement Art Fund

Emmanuel Petit, Ancien International de l’Equipe de France de Football, Consultant pour France 24

Mme. Bouabdellah, Opératrice

Frédéric Ocqueteau, Directeur de recherche au CNRS

Alima Boumediene-Thiery, Sénatrice de Paris, ancienne Députée européenne

Sylvette Cerisey, Informaticienne

M. Malki, Responsable d’entreprises de services à la personne

Janine Borel, Retraitée

Jamal Chatraoui, Retraité

Fouad Zouania, Journaliste

Maadi Reda, Technico-commercial

Sofi Benattia, Directrice de gestion

Cécile Debrun, Employée

Gérard Gatineau, Policier à la retraite

Jean-Michel Glize, Fonctionnaire de Police, Conseiller municipal de Persan

Bruno Wolkowitch, Acteur-réalisateur

M. Zaffini, Retraité

M. Le Crom, Musicien

Jacques Molinié, Retraité

Pierre Platon, Capitaine de Police honoraire

M. Bouriche, Enseignante retraitée

M. Amel, Enseignant

M. Olmos, Demandeur d’emploi

Georges Brian, Retraité de la Police Nationale

Hubert Teyssedou, Retraité

Louis Gerent, Cadre hors classe honoraire de la SNCF

Jean Sainty, Retraité

Jean-Pierre Daudet, Retraité de La Poste

Pascal Martini, Retraité de la Police Nationale, Ancien Secrétaire général de la CGT Police (95)

Pierre Magallon, Retraité de la Sécurité Sociale

M. Olmos, Demandeur d’emploi

M. Zaffini, Retraité

Christian Gueudet, Fonctionnaire territorial

Annie Rocuet, Fonctionnaire à La Poste

Bernard Halliez, Demandeur d’emploi

M. Nicolas, Retraitée

Fodé Zylla, ancien Député européen, ancien président de SOS Racisme

Frédéric Capelle, Conseiller commercial

Thomas Gründler, Dirigeant d’entreprise (Allemagne)

Olivier Gerbaud, Ouvrier

M. Nouger, Retraité de la Police Nationale

Kaoutar Boustani, Directrice d’entreprise

André Berbie, Professeur (Brésil)

Dominique Barbier, Praticien hospitalier en anesthésie-réanimation

Bernard Tolentin, Retraité

Robert Vittoz, Technicien

M. Fayez, Agent de maintenance

Lahouari Tires, Agent immobilier

Bénédicte Desforges, Lieutenant de Police

M. Pannier, Retraité

Abdelsalem Gasmi, Coordonnateur de sécurité et de protection de la santé

M. Clero, Agent territorial

Sondes Trabelsi, Etudiante

Halil Hanafi, Etudiant

Remy Cavallucci, Intendant de lycée

Catherine Albersdorfer, Archiviste dans la fonction publique hospitalière

Kenza Braiga, Auteure et journaliste

Rachid Hicham, Retraité

M. Chagraoui, Conseiller municipal de Rouen

Dalinda Ben Djemaa, Journaliste

Didier Roussillhe, Commercial sédentaire

Med Ali Radhouani, Superviseur de travaux dans le bâtiment

Vincent Marcelle, Fonctionnaire territorial

Catherine Lapierre, Infirmière

Brice Ducruix, Aide-soignant

Thierry Lajoie,Directeur gal. des Entreprises publiques d’aménagement de l’Agglomération dijonnaise

Nisrine Zaïbi, Vice-présidente du Conseil régional de Bourgogne

Fabienne Le Duff, Enseignante

Mme. Aarab, Etudiante

Marius Legrand, Citoyen

Claude Lonqueu, Retraité

Ghislaine Janssen, Conseillère municipale de Beaumont-sur-Oise

Lionnel Grewis, Boulanger

Ridha Ben Slama, Conseiller (Koweit)

M. Robinet, Retraité

Marie-Eve Calves, Infirmière diplômée d’Etat

Laurence Guba, Etudiante en formation d’hôtellerie

Michel Françaix, Député de l’Oise, Maire de Chambly

Constant Jacovides, Convoyeur de fonds

Charlotte Guérin, Etudiante en droit

Chabbi Mohamed Najib, Assistant d’éducation

M. Mollard, Retraité

Samuel Thomas, Vice-président de Sos Racisme, Président Fédération Nationale Maison des Potes

Catherine Sayous, Artiste peintre

Stanislas Gall, Magistrat honoraire

Claire Derveaux, Chef de projet

Eric Brihaye, Professeur d’Histoire

Manuel Devillers, Journaliste et Conseiller municipal de Nanterre

M. Taharmat, Chauffeur de taxi

M. Dantan, Fonctionnaire

Guillaume d’Enfert, Libraire

M. Jouany, Infirmier

Anne-Marie Beneix, Retraitée

M. Zerga, Demandeur d’emploi

Ian Brossat, Conseiller de Paris, Président de groupe au Conseil de Paris

Valérie Fourmeyron, Députée de Seine-Maritime, Maire de Rouen

Alexandre Marcel, Correspondant national de l’Association IDAHO de lutte contre l’homophobie

Etienne Callerot, Employé

M. Moussaoui, Formateur

Henri Fort, Retraité

Hamid Hadjadj, Informaticien

Bernard Pfeiffer, Chef de service éducatif

David Davant, Employé

Stéphanie Pironneau, Demandeuse d’emploi

M. Leroy, Infirmier libéral à la retraite

Nathalie Burdairon, Conductrice de bus

Anne-Marie Engler, Productrice et directrice de Annecom

Hamila Papichulo, Collaborateur comptable

François Pupponi, Député du Val d’Oise, Maire de Sarcelles

Aurélie Filippeti, Députée de la Moselle

Sylvain Buffeteau, Ingénieur conseil en développement durable

M.Chagneau, Ingénieur en retraite

Rumii Meghraoui, Employé

M. El Mesaoudi, Ingénieur spécialisé eaux

Julien Guibert, Citoyen

A. Lefranc, Retraité

Philippe Vincent, Ingénieur

Anne Gruand, Animatrice

Philippe Pichon, Commandant de Police

Neila Hamadache, Conseillère municipale déléguée au droit et à la citoyenneté de Clichy

Nadia Brahimi, Conseillère régionale d’Ile-de-France

Marietta Karamanli, Députée de la Sarthe, Adjointe au Maire de Le Mans

André Bourre, Retraité de la gendarmerie

Mme. Ravisse, Psychomotricienne

M. Rigaut, Retraité

Christelle Rigal Meyer, Avocate, ancienne Lieutenante de Police stagiaire

Catherine Vieu-Charier, Adjointe au Maire de Paris

Patrice Bessac, Responsable national et porte parole du PCF

Henri Malberg, Ancien président de groupe au Conseil de Paris

Sadek Zineb, Avocate

Mme. Milcamps, Enseignante

Christophe Teisseire, Agent SNCF, Syndicaliste

Laurent Chaumont, Informaticien

Patricia Marion, Cadre de santé

Paul Jacmic, Instituteur à la retraite

Mme. Peltier, Retraitée

Alexia Allaire, Logisticienne

Nadia Depoid, Responsable de projet

Josiane Augier, Retraitée

Salah Bourouis, Etudiant

M. Wolff, Fonctionnaire

Alexis Martin, Webmaster

Kamal Aghzere, Agent de production

Boudjema Chettouh, Médiateur socio-culturel

Valérie Petit, Chargée de mission

Mme. Agathe, Brigadier-chef de Police

Alain Dugnach, Retraité

Karima Zaïdi, Consultante

Nathalie Dominik, Fonctionnaire

Louis-Georges Tin, Président pour la France de l’Association IDAHO de lutte contre l’homophobie

Nicolas Simon, Editeur

4) Texte de la pétition

Bavures, homophobie, racisme, sexisme, politique du chiffre et même abus de pouvoir et pressions : c’est aussi le quotidien de certains fonctionnaires de police, garants de l’ordre public comme des valeurs de notre République.

Sihem Souid a vécu cela de l’intérieur, et a recueilli témoignages, documents, comptes-rendus, rapports, procès-verbaux et ne fait que décrire des vérités.

Le collectif de soutien à Sihem Souid est un collectif citoyen, humain, qui défend les valeurs de la République et de notre Démocratie, dans une société ou chacun a des droits, comme des devoirs et des obligations.

Le combat mené par Sihem Souid est juste et courageux, un combat d’honneur et de droit, un combat digne et responsable, un combat citoyen, un combat réellement humain et exemplaire, celui de défendre une police républicaine et légitime, c’est ce que défend également le Collectif.

Mais c’est aussi celui d’avoir le courage d’alerter l’opinion comme les politiques sur des faits condamnables et inacceptables qui mérite un aménagement nécessaire afin d’éviter que de tels faits, décrits précisémment dans son ouvrage "Omerta dans la Police", ne se reproduisent, par ce que cette Police, notre Police nationale que nous aimons, faite d’hommes et de femmes, qui servent au quotidien, et une Police qui se doit d’être exemplaire et de servir la collectivité comme le citoyen.

Nous soutenons pleinement Sihem Souid et nous en appelons à une mobilisation importante et réellement citoyenne, dans chaque ville, département et région, pour relayer l’information sur son combat, lui apporter un soutien moral et médiatique, politique et associatif.

Nous avons besoin de vous !

Oui j’adhère, et je signe cette pétition en ligne et marque ainsi mon soutien public à Sihem Souid dans ce combat responsable, digne, et républicain.

Merci de votre engagement.

http://petitionpublique.fr/PeticaoV...

3) La justice enquête sur le racisme à la PAF

Un juge d’instruction de Créteil est chargé d’enquêter sur des accusations de discrimination 
à la police aux frontières d’Orly. Parmi les plaignants, Sihem Souid, l’auteure d’Omerta dans la police.

La police aux frontières (PAF) est dans le collimateur de la justice. À la veille du procès pour violation du secret professionnel de Sihem Souid, adjointe de sécurité et auteure d’un livre plaidoyer contre la PAF, on a appris mardi qu’une procédure judiciaire contre X a été ouverte fin décembre, à la suite de la plainte déposée par la jeune femme et six autres policiers et anciens fonctionnaires.

Le collectif de soutien ne cesse de s’élargir

Dans le livre de Sihem Souid, Omerta dans la police (Éditions Le Cherche Midi), la police aux frontières d’Orly en prend pour son grade... Les syndicats de policiers se disent « prudents » sur les affirmations de Sihem Souid. Mais le collectif de soutien qui entoure la jeune femme ne cesse de s’élargir. Le Mrap, la Licra, Arnaud Montebourg, Élisabeth Guigou, Patrick Braouezec  : la liste publiée sur le site du collectif est longue.

La plainte déposée par les sept agents est un condensé de ces discriminations. Un lieutenant d’origine tunisienne assure avoir découvert la mention manuscrite « arabe », inscrite en rouge dans son dossier. Deux fonctionnaires pacsées se plaignent d’avoir été la cible de propos homophobes. L’une d’elles, adjointe de sécurité, a depuis été licenciée.

Une première plainte avait été classée sans suite. « On nous avait répondu que les décisions prises s’inscrivent dans un fonctionnement qui ne paraît pas anormal. Certaines personnes, dont un commissaire, ont témoigné en faveur de Sihem Souid et n’ont même pas été entendues par la justice. Cette fois-ci, on espère que le juge d’instruction mènera son enquête de manière impartiale », raconte maître Béatrice Dubreuil, avocate de Sihem Souid. Actuellement suspendue de ses fonctions, cette dernière se dit confiante  : « Ce n’est pas à moi de partir. »

Mehdi Fikri

2) La fonctionnaire ayant dénoncé des comportements discriminatoires au sein de la police, ne doit pas être sanctionnée (MRAP)

Le MRAP vient d’apprendre aujourd’hui que Sihem SOUID, adjointe administrative de première classe à la Préfecture de police de Paris, a été suspendue de ses fonctions pour une durée de quatre mois. Cette information vient d’être confirmée par l’Agence France Presse (AFP).

Auteure d’un livre paru le 14 octobre 2010, « Omerta dans la police », Madame Souid avait dénoncé des comportements discriminatoires et autres dérives dans la Police aux frontières (PAF), au sein de laquelle la fonctionnaire avait travaillé auparavant. L’auteure avait pointé des abus de pouvoir et comportements violents vis-à-vis de ressortissants étrangers, pratiqués afin d’augmenter « le chiffre » en matière de reconduites à la frontière. Elle avait également décrit des pratiques de harcèlement et de discrimination à l’encontre de fonctionnaires en raison de leur origine ou de leur orientation sexuelle.

Ses supérieurs hiérarchiques reprochent à Madame Souid d’avoir manqué à son obligation de réserve. Or, dans la mesure où la fonctionnaire avait eu connaissance de comportements eux-mêmes clairement contraires à la loi républicaine, elle avait non seulement le droit mais même une obligation légale de dénoncer ces comportements aux autorités judicaires.

Pour le MRAP, la sanction prononcée contre elle est donc inacceptable et incompréhensible, puisque la fonctionnaire n’a fait qu’honneur à la République en n’acceptant pas de taire des comportements et des pratiques eux-mêmes inacceptables, en défendant une police exemplaire et républicaine.

Paris, le 1er décembre 2010.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message