1983 Marche pour l’égalité et contre le racisme

samedi 5 décembre 2015.
 

1) Video de la manifestation aux infos télévisées du soir

http://www.ina.fr/economie-et-socie...

2) En 1983, la France post coloniale n’est pas morte

Dans les années 1950 à 1962, une partie importante du peuple français fut bien plus raciste qu’elle ne l’est aujourd’hui. Sur la seule question de la torture en Algérie, j’ai cru voir mon grand père pourtant très âgé, se faire casser la figure dans un café. Je me rappelle de sermons lors de messes dominicales, d’articles dans La Dépêche du Midi, de discussions en classe de 6ème au lycée Foch de Rodez. Ce racisme était latent dans une administration comme celle de l’Education nationale ; il était ouvert parmi des policiers qui avaient souvent vécu des situations difficiles pendant la guerre d’Algérie.

Massacre d’Algériens immigrés par la police le 17 octobre 1961

Oui, une partie importante du peuple français fut bien plus raciste qu’elle ne l’est aujourd’hui.

En 1983, il reste des traces significatives de l’univers mental colonialiste dans la population française.

3) Années 1980 Une période politique conservatrice

Le contexte international glisse rapidement de la phase progressiste des années 1968 à celle réactionnaire et de domination capitaliste des années 1980.

Les Etats-Unis vivent l’euphorie conservatrice du reaganisme, la relance de la guerre froide (missiles en Europe, intervention en Afghanistan...), les dictatures latino-américaines et interventions armées contre des pays souverains (Grenade...), le licenciement de tous les contrôleurs aériens (11345) pour fait de grève...

Margaret Thatcher vomit son offensive anti-ouvrière. Victorieuse des législatives en juin 1983, son gouvernement des banquiers et du grand patronat privatisait en quelques mois les ports, les entreprises automobiles Jaguar et Rolls Royce, les télécommunications, British Airways, les aéroports, le gaz… cassait le droit du travail et beaucoup d’acquis sociaux.

La France aussi subit le glissement à droite de la conjoncture internationale. En janvier 1983, Pierre Mauroy, premier ministre de François Mitterrand et Gaston Deferre (ministre de l’intérieur) cassent la lutte des ouvriers de l’automobile (Poissy, Aulnay) en dénonçant des grévistes "agités par des groupes religieux". Au printemps 1983, Mauroy et Delors annoncent le "tournant de la rigueur". La droite lance une grande campagne au relent raciste pour les municipales de mars. En septembre 1983, la liste FN - RPR prend la mairie de Dreux.

Ce changement de période induit une recrudescence du racisme. La France a connu en moyenne 4 crimes racistes par an dans les années 1970 ; en 1983, ce nombre explose jusqu’à 21 et va se maintenir durant toutes les années 1980 (157 tués).

4) SOS Avenir Minguettes à la source de la marche

La ZUP (Zone à Urbaniser en Priorité) des Minguettes (Vénissieux, dans la banlieue de Lyon) connaît des difficultés sociales considérables aggravées par une présence policière peu républicaine. Suite à une intervention policière musclée, une dizaine de jeunes entament une grève de la faim le 21 mars 1983 avec l’appui d’un prêtre et d’un pasteur. Ayant obtenu du gouvernement quelques assurances, ils cessent ce mouvement pour créer SOS Avenir Minguettes autour d’un animateur charismatique Toumi Djaïda. Dans la nuit du 19 au 20 juin 1983, celui-ci est grièvement blessé par balle par un policier dont le chien venait d’attaquer un adolescent pour une raison futile.

Un bon film de 20 minutes a été réalisé à l’époque pour analyser ces difficultés sociales aux Minguettes en 1983 :

Paix sociale ou pacification ?

http://www.youtube.com/watch?v=zw1v...

Autour du lit d’hôpital de Toumi, les jeunes décident de lancer un appel pour que "la vie ensemble des communautés d’origines différentes soit possible dans la paix et la justice pour le bonheur de tous."

5) Longue marche de Marseille à Paris

Le trajet part de la cité de la Cayolle (Marseille) où en début d’année deux enfants ont été blessés par une bombe posée par le groupe Charles Martel.

Les marcheurs, partis à trente, remontent la vallée du Rhône puis obliquent vers Grenoble, la Savoie, la Bourgogne, l’Alsace, la Lorraine, le Nord, la Picardie. Souvent, ils sont accueillis par de grosses équipes militantes qui ont préparé la logistique (repas, coucher...) mais aussi la rentabilité idéologique avec des réunions publiques. Des municipalités de gauche les reçoivent officiellement. Syndicats, associations, partis fournissent des centaines de manifestants sur chaque étape même si le nombre de marcheurs permanents ne dépasse pas la centaine.

Le 14 novembre, un touriste algérien nommé Habib Grimzi est assassiné par des racistes dans le train Bordeaux Vintimille. Le discours des marcheurs se voit tragiquement confirmé par ce meurtre gratuit. Des dirigeants syndicaux et politiques de gauche marquent un soutien plus direct jusqu’à la fin.

Le 3 décembre, l’arrivée sur Paris prend la forme d’une énorme démonstration de force avec 100000 personnes dans la rue terminée par une réception à l’Elysée, le président de la république François Mitterrand annonçant dans la foulée l’instauration d’une carte de séjour de dix ans pour les travailleurs étrangers.

CONCLUSION

L’impact de la marche et des actions réalisées autour (y compris la création de SOS racisme et l’émission télé avec Harlem Désir) ont été positifs et ont momentanément marqué des points face racisme de masse. La Justice a sanctionné plus durement les délits racistes.

Acteur du film en cours de tournage, Jamel Debouzze se veut positif « En 30 ans, les choses ont considérablement changé. On ne meurt plus, on ne nous tire plus dessus, ce n’est pas rien. »

Ceci dit, la ghettoïsation dans les banlieues, le chômage dans celles-ci (40 à 50%), les délits de faciès... n’ont guère diminué d’où les grandes révoltes, en particulier de Vaux en Velin, Villiers le Bel, Clichy...

Jacques Serieys

Bibliographie :

* "La marche pour l’égalité et contre le racisme", Abdellali Hajjat, Editions Amsterdam, 2013


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message