Journal gratuit Métro : Censure photographique et photo Mélenchon/Al Assad reflètent bien la domination symbolique du groupe dominant

mercredi 10 juillet 2019.
 

Le quotidien gratuit Métro (4 millions d’exemplaires) a publié ce vendredi 20 avril 2012 une photo de Jean-Luc Mélenchon aux côtés de Bachar Al-Assad. Prise hors contexte, cette photo participe d’une volonté de manipulation de l’électorat, à quelques heures du scrutin, et à un moment où aucune rectification ou droit de réponse ne peut être publié. D’une part, Métro n’est pas publié le samedi et d’autre part la fin de la campagne électorale officielle lui aurait de toute façon interdit de donner la parole au candidat. Le dommage dans toute son ampleur, est donc irréparable.

En conséquence, Jean-Luc Mélenchon a donné instruction à son Avocat, Maître Garrido, de saisir la justice.

Il est rappelé que le contexte de cette photo qui date du 21 juin 2001 est le suivant : à cette époque, Bachar Al Assad a rendu une visite d’Etat au président Jacques Chirac et au Premier Ministre Lionel Jospin. En conformité avec les obligations protocolaires en vigueur, c’est un ministre qui a raccompagné Bachar Al Assad à son avion à Orly. M. Mélenchon était à l’époque le 21e ministre dans le tableau, c’est à lui qu’incombait ce jour-là la tâche protocolaire.

La photo n’a donc aucune signification politique autre que l’intention de nuire à M. Mélenchon à quelques heures du scrutin.

François Delapierre, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon

La censure photographique de Jean-Luc Mélenchon dans le journal gratuit Métro reflète bien la domination symbolique du groupe dominant

Le journal Metro présente un sondage sur les "opinions positives" recueillies par les candidats aux présidentielles, illustré par 4 photos (Hollande, Sarkozy, Le Pen 30%, Joly 30%). Jean-Luc Mélenchon n’est pas présent alors que son score d’opinions positives atteint 37% dans ce même sondage. Pourquoi ? D’après la journaliste, sa photo a été coupée lors du montage.

Jean-Luc Mélenchon a eu une excellente idée en rédigeant cet article car il a donné un bon coup de ciseaux dans le rideau de la censure dont il est plus ou moins sournoisement victime.

Message en réponse au texte de Jean-Luc Mélenchon La négation sondagière et médiatique de notre existence

En outre cette censure photographique de Jean-Luc Mélenchon dans le journal gratuit Métro est très emblématique du jeu politique des Forces de l’Argent à l’égard du Front de Gauche. Examinons e donc de plus près cette extraction de la photographie de Jean-Luc Mélenchon, sachant que bien entendu, il ne s’agit pas essentiellement ici de la personnalité de l’homme politique mais du courant politique qu’il incarne ou qu’il porte.

1 - Avec les médias, ne pas oublier cet adage : dis-moi à qui tu appartiens, je te dirai qui tu es et pour qui tu roules

"Metro est un journal d’information quotidien et gratuit du groupe de presse suédois Metro International, groupe spécialisé dans la publication de quotidiens locaux gratuits à travers le monde et qui a été créé par Modern Times Group, propriété du fonds d’investissement suédois Kinnevik. Un autre quotidien gratuit nommé Metro (Associated Metro Limited) est publié au Royaume-Uni par le groupe Associated Newspapers ; celui-ci n’appartient pas au groupe Metro International. En France, il appartient au groupe Bouygues. Le quotidien gratuit local Metro est présent dans le monde avec 84 éditions, dans 23 pays et en 18 langues. La première édition est créée à Stockholm en Suède". Sa première édition française apparaît en 2002.Depuis "2003, le Groupe TF1possédait 34 % de Métro." Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Metro_...) Mais cette information de Wikipédia doit être maintenant actualisée .

Métro est maintenant contrôlé à 100 % par le groupe TF1. Source :http://www.ozap.com/actu/tf1-a-pris... Et le groupe TF1 a nommé Edouard BOCCON-GIBOD comme directeur général de Métro. Qui est-il ? Qui est-il ? "Cette nomination intervient après le rachat par le Groupe TF1 de la part complémentaire du capital de la société METRO France. Né en 1965, Édouard BOCCON-GIBOD est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris en 1987 (section Service Public). Édouard BOCCON-GIBOD débute sa carrière professionnelle en 1990 en qualité de Chargé de mission au service juridique du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Il intègre le groupe TF1 en 1992 où il assurera successivement les fonctions de Conseiller juridique de TF1 Publicité, Chargé de mission auprès du Secrétaire général de TF1, puis Directeur adjoint à la Direction générale de l’Antenne de TF1 en charge des Relations contractuelles de l’Antenne, jusqu’à sa fonction de Secrétaire général de l’Antenne. En septembre 2004, il est nommé Directeur de la Communication et des Relations Extérieures de TF1, puis en novembre 2006, Directeur délégué à l’Information du groupe TF1. En 2007, Édouard BOCCON-GIBOD est nommé Directeur général de TF1 Production. Depuis mars 2008, Edouard BOCCON-GIBOD était Président de TF1 Production. " Source : http://www.jeanmarcmorandini.com/ar... Voir aussi : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/20...

Qui est la directrice générale adjointe de Métro ? Sophie Sachnine " Les clés de la filiale française de Metro Publications International, elle les a prises fin août 2008, quand Lehman Brothers a mis la sienne sous la porte. À l’aube d’une crise économique et financière sans précédent, pas de quoi désarçonner Sophie Sachnine qui, en tant qu’ancienne directrice de la publicité chez Prisma Presse, sait décrocher in extremis des contrats publicitaires en or. Avec le gratuit Metro, dont les seules recettes proviennent de la publicité, le défi est plus qu’honorable…." Voici d’après cette revue stratégie un résumé de sa carrière : 1990. Responsable média presse chez Nestlé France. 1994. Directrice de la publicité de Géo et de Ça m’intéresse chez Prisma Presse. 2000. Directrice d’édition du pôle féminin. 2006. Éditrice déléguée du pôle économique. 2008. Directrice générale des Publications Metro France Source : http://www.strategies.fr/emploi-for... http://www.metrofrance.com/x/metro/...

Donc tout s’éclaire : Jean-Luc Mélenchon qui est quasi interdit d’écran à TF1 ne peut être qu’ interdit de photo ou d’image à Métro, dépendant du groupe Bouygues TF1. Rappelons que la famille Bouygues est classée 22ème fortune de France en 2011 (17e en 2010) d’après le palmarès annuel de la revue Challenge. Et pour ces gens là, comme le dit si bien Jean-Luc Mélenchon, il est considéré comme hors système pour ne pas dire hors course ! Voire même comme un extraterrestre ! Il est si loin, si loin, si loin … !

2- Une censure photographique riche de symboles

a) Les trois photos - affiches du journal Métro : 1- François Hollande ; 2- Nicolas Sarkozy ; 3- Marine Le Pen, constituent très probablement le reflet fidèle du choix préférentiel de la grande bourgeoisie en cette période de tourmente et des tensions sociales. Peu importe si le résultat d’un sondage peut contrevenir au classement de ce tiercé supposé gagnant dans la course présidentielle. Tel est le placard publicitaire exposé à la vue du "petit peuple" du métro, mais Métro ne roule pas pour lui !

b) Autre chose : il faut que Jean-Luc Mélenchon reste invisible, ou du moins, le moins visible possible. C’est une stratégie globale de l’ensemble des médias. Cela évidemment n’exclut pas des interventions essentiellement sur des médias minoritaires en audience, comme nous l’avons déjà maintes fois indiqué. Les médias doivent préserver une apparence de pluralisme. L’intervention sur des chaînes à grande audience a lieu lorsque lorsqu’elle est inévitable , du fait que les chaînes s’engagent alors à inviter tous les candidats à la présidentielle. Ne pas le faire pour l’un d’eux serait alors la marque d’une censure trop visible. Donc l’absence de photo de Jean-Luc Mélenchon met bien en évidence cette stratégie de l’invisibilité.

Ce qui devrait inquiéter tous les démocrates de ce pays et notamment les journalistes qui prétendent l’être, c’est cette préférence médiatique, ici manifeste, accordée à Marine Le Pen par rapport à Jean-Luc Mélenchon, ou pour être plus précis, la préférence accordée au Front National par rapport au Front de Gauche. On peut comprendre cette préférence de la part d’une grande bourgeoisie qui a moins à craindre du Front National que du Front de gauche dans la remise en cause de ses privilèges, mais on la comprend beaucoup moins de la part de journalistes dont la majorité se réclame des principes républicains et démocratiques et qui sont souvent eux-mêmes victimes d’une précarité impitoyable. Jean-Luc Mélenchon serait-il pour eux plus dangereux pour la démocratie ou l’exercice de leurs fonctions que Marine Le Pen ? Ils devraient tous réfléchir à ces questions pendant qu’il est encore temps, car pour l’instant ils ont un métro de retard !

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message