7 janvier 2015 Infamie contre Charlie Hebdo

samedi 2 septembre 2017.
 

A) Face à l’infamie : Manifester Comprendre et Agir

Ce 7 janvier 2015, une partie de nous-mêmes est morte. Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski faisaient partie de notre univers durant les cinquante dernières années par les journaux et revues pour lesquelles ils dessinaient et dont l’humour égayait chaque jour et chaque semaine nos lieux de vie : Hara-Kiri, Action, La Gueule ouverte, L’Humanité, Le Canard enchaîné, Rouge, La Grosse Bertha, La Vie ouvrière, Les Inrockuptibles, Le Magazine littéraire, L’Événement du jeudi, Fluide glacial... et Charlie Hebdo évidemment.

Héritiers de la truculente veine anticléricale du républicanisme français, héritiers de l’antifascisme comme de l’anticolonialisme du 20ème siècle, héritiers des combats sociétaux émancipateurs des années 1968, ils étaient des nôtres, c’est à dire de la vraie gauche. Sympathisants de la cause palestinienne, illustrateurs d’un album sur la sinistre journée du 17 octobre 1961, ces cinq dessinateurs représentaient magnifiquement l’intelligence et la morale politique des internationalistes nécessairement anti-racistes.

J’associe dans cet hommage celles et ceux qui ont été abattus au fusil d’assaut dans les locaux de Charlie Hebdo et près de là : la psychanalyste Elsa Cayat et l’économiste Bernard Maris qui faisaient partie de l’équipe de rédaction, le policier Franck Brinsolaro qui assurait la protection de Charb, le correcteur Mustapha Ourrad, Michel Renaud, Frédéric Boisseau, et le gardien de la paix, Ahmed Merabet.

J’y associe également Clarissa Jean-Philippe, policière municipale tuée à Montrouge le 8 janvier ainsi que Yohav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et Francois-Michel Saada massacrés dans la supérette casher porte de Vincennes par Amedy Coulibaly.

Qui étaient ces Kouachi et Coulibaly ? des criminels aussi lâches qu’ignares, racistes porteurs de l’intolérance religieuse, pire forme du totalitarisme depuis au moins deux millénaires. Que personne n’aille chercher d’excuse politique quelconque en leur faveur. Ils voulaient mourir en martyrs ; ils ont crevé en salauds !

A1) Manifester ensemble !

Dans mon village, j’ai participé à un rassemblement le lendemain du carnage devant la mairie puis à un défilé de 450 personnes le 11 janvier. Arboraient les pancartes "Je suis Charlie", tous ces soixante-huitards de l’époque comme leurs enfants et ceux qui leur ressemblent, nombreux mais dispersés par les échecs politiques et les vies difficiles.

La réaction massive de solidarité émanant du peuple français était nécessaire ; elle s’avère magnifique. Elle présente effectivement une dimension collective républicaine autour de la devise "Liberté Egalité Fraternité". Bravo !

Je suis plus inquiet par le fait que les affidés du Front National comme ceux oscillant entre UMP et FN ont frétillé d’aise dans cette affaire. La logique de "guerre des civilisations" portée par les réactionnaires de Washington, de Jérusalem, de Paris, de Londres et de Berlin comme par Al-Qaïda, les talibans et Daesch a déjà fait plus de progrès que je ne le pensais dans les profondeurs du peuple français. Danger !

A2) Comprendre et agir

Je ne développerai ici que quatre points :

- > 1 Comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois, je considère le fondamentalisme islamique comme un fascisme clérical (théofascisme). Il me paraît aussi profondément enraciné que le fascisme catholique avant 1945. Il représente donc une réalité de notre monde pour longtemps. Croire l’endormir en voulant éviter l’accusation d’islamophobe relève de la même sottise que l’autruche cachant sa tête dans le sable en cas de danger. Aussi, il faudra continuer à dénoncer ses folies, y compris dans des pays "amis de l’OTAN" comme l’Arabie saoudite ou la Turquie.

- > 2 Dans ces conditions, il n’y a rien à reprocher aux policiers et gendarmes qui ont abattu les frères Kouachi et Coulibaly. Le déploiement de forces mis en oeuvre dans le cadre du Plan vigipirate se justifie. Les drapeaux en berne et minutes de silence dans les administrations et établissements scolaires correspondent à une véritable nécessité. Tout cela s’est réalisé dans le cadre de l’état de droit, sans dérapage.

- > 3 Notre dénonciation du fascisme islamiste, notre soutien aux mesures sécuritaires et aux manifestations de solidarité nécessitent plusieurs contreparties :

- faire très attention à tout amalgame entre les fascistes islamistes et la masse des musulmans croyants et pratiquants. Redoubler de vigilance et de combativité face aux racistes islamophobes

- être clairs sur les lourdes responsabilités des pays de l’OTAN dans la déstabilisation de l’Iran, de l’Afghanistan, de l’Irak, de tout le Moyen-Orient et ce, depuis bien longtemps (par exemple en ne créant pas un Etat kurde après la Première guerre mondiale)

- être clairs sur les lourdes responsabilités des pays de l’OTAN mais aussi globalement de la communauté internationale en laissant perpétrer sans cesse et sans réaction significative par Israël des crimes de guerre et crimes contre l’humanité nous rapprochant chaque jour un peu plus d’un génocide ou sociocide du peuple palestinien. L’assassinat à Londres par les services secrets israéliens du grand caricaturiste palestinien Naji al-Ali, dont le héros portait la mélancolie universaliste et non la haine, n’a malheureusement provoqué aucune réaction suffisante en Europe.

- être clairs enfin sur le danger que fait courir la mondialisation capitaliste actuelle à tous ceux qui en font les frais, à tous les territoires auxquels les multinationales volent les richesses tout en accroissant le dénuement étatique et social, à toute la planète menacée par d’innombrables pollutions.

Dans les locaux de Charlie Hebdo comme ailleurs, nous revoilà dans un contexte qui rappelle les années 1930 par certains aspects.

Socialisme ou barbarie ! Notre choix est fait !

Jacques Serieys

B) Tous avec Charlie (liens)

Avec Charlie hebdo, liberté et fraternité ! 3 700 000 manifestants le 11 janvier 2015 (51 articles)

Mélenchon : "L’élan de ce dimanche n’est pas simplement émotionnel. La fraternité républicaine est à la fois un sentiment et un concept politique"

Charlie : La gauche est la première dans le deuil (Gérard Filoche)

11 janvier 2015 Manifester avec le peuple Pour que nos réponses émancipatrices à une forme de fascisme soient audibles et crédibles (Clémentine Autain)

Je suis Charlie : Du jamais vu depuis la Libération...

Il n’y a pas de communauté musulmane... Appelez-nous Français... (Magyd Cherfi, chanteur de Zebda)

Face à l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo, une réaction démocratique et populaire s’impose ! (réaction du Front de Gauche le 7 janvier 2015)

Charlie Hebdo – Mon ami Charb : les salauds, les cons, l’émotion ordinaire et la tendresse (Philippe Corcuff)

Charlie : ce qui vient de se passer (Vincent Présumey)

Que faire ? Après Charlie, éléments de réflexion stratégique (Samy Joshua)

Pour lutter contre le fanatisme, la laïcité plus que jamais nécessaire (Henri Pena-Ruiz)

C) L’infamie – « C’est le seul mot qui peut résumer ce que nous sentons face à l’assassinat des copains de Charlie Hebdo » (Michael Löwy)

Source : http://www.europe-solidaire.org/spi...

Infamie. C’est le seul mot qui peut résumer ce que nous sentons face à l’assassinat des copains de Charlie Hebdo. Un crime d’autant plus odieux que ces camarades artistes étaient des gens de gauche, anti-racistes, anti-fascistes, anti-colonialistes, sympathisants du communisme ou de l’anarchisme. Il y a peu ils avaient participé à un album en hommage à la mémoire des centaines d’Algériens assassinés par la police française à Paris le 17 octobre 1961. Leur unique arme était la plume, l’humour, l’irrévérence, l’insolence. Aussi contre les religions, selon la vieille tradition anti-cléricale de la gauche française. Mais dans le dernier numéro de la revue, la couverture était une caricature contre l’islamophobie d’Houellebeck, et on trouvait à l’intérieur une page de caricatures contre la religion…catholique. Rappelons que Charb, le rédacteur en chef, était un dessinateur de sensibilité révolutionnaire, qui a illustré le livre de Daniel Bensaïd, Marx, mode d’emploi. Il était aussi présent dans la soirée en hommage à Bensaïd, où il croquait des dessins tendres et ironiques, qui étaient projetés au fur et à la mesure.

L’acte de ces fanatiques et intolérants djihadistes est un crime contre la liberté de la presse, la libre pensée, la liberté artistique. Mais il est aussi un crime contre l’Islam, et contre les musulmans de France, qui courent le risque de payer l’addition d’une infamie dans laquelle ils ne portent aucune responsabilité.

La vague d’islamophobie qui s’est développée en France ces derniers temps, avec le soutien de journalistes racistes comme Eric Zemmour, ou des écrivains « consacrés » comme Houellebeck, confond musulmans avec intégristes, et intégristes avec djihadistes, dans un amalgame sournois et manipulateur. Ce climat déletère favorise les divers courants racistes, « identitaires » et fascistes, et surtout l’entreprise de la famille Le Pen, qui a fait du racisme et de l’islamophobie son fonds de commerce. Ils essayeront naturellement d’utiliser le crime des djihadistes pour diffuser leur poison.

Les uns et les autres essayent d’instaurer un climat de « guerre des civilisations », selon la sinistre proposition de Samuel Huntington (un des architectes de la guerre du Vietnam). Il est urgent de rappeler que le vrai conflit de notre époque n’est pas entre « l’Islam » et « l’Occident », mais entre exploiteurs et exploités, oppresseurs et opprimés, et, en dernière analyse, entre les intérêts du capitalisme et ceux de l’humanité.

Michael Löwy


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message