Avec Charlie hebdo, liberté et fraternité ! 3 700 000 manifestants le 11 janvier 2015 (51 articles)

dimanche 14 janvier 2018.
 

7 janvier 2015 Infamie contre Charlie Hebdo (Jacques Serieys)

D) Je suis Charlie : 51 articles en lien

D1) Attentat et réactions

« S’il y en a encore pour nous traiter de laïcards » (Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo)

Jean-Luc Mélenchon : Conférence de presse au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo

Lassana Bathily doit recevoir la nationalité française

Charlie Hebdo : Le monde du travail, ensemble, pour les libertés et la démocratie (CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, FSU, UNSA et Solidaires)

Être ou ne pas être Charlie – là n’est pas la question ( Union Juive pour la paix)

Charlie Hebdo, épicerie cacher : avec les victimes, contre la logique de « guerre des civilisations » (ATTAC)

Une vague populaire contre la haine  ! (L’Huma)

Horreur à Charlie Hebdo (faits, réactions)

Nous marcherons dimanche, pour Charlie, loin de toute récupération (PG)

Face à l’attentat meurtrier contre Charlie-Hebdo, une réaction démocratique et populaire s’impose !

« Nous sommes Charlie : Défendons les valeurs de la République ! » appel CFDT - CFE-CGC – CFTC - CGT - EELV - Ensemble - Fondation Copernic - Front Démocrate - FSU - Gauche Unitaire – LDH – LICRA – MDP – MODEM- MRAP – MRC - Nouvelle Donne – PCF - PG – PRG- PS- SNJ- SNJ – CGT- SOS RACISME- UDI- UMP – UNSA - USJ CFDT

D2) Manifestations des 10 et 11 janvier 2015

1500000 à Paris "unis contre les fascistes, qu’ils soient nationalistes ou religieux" (L’Huma)

Manifester avec le peuple Pour que nos réponses émancipatrices à une forme de fascisme soient audibles et crédibles (Clémentine Autain)

La gauche est la première dans le deuil. Dimanche 11 janvier, 15 h place de la République, à Paris (Gérard Filoche)

Du jamais vu depuis la Libération...

Jean-Luc Mélenchon appelle à manifester mais condamne la récupération politicienne

"Et si c’était ça la France d’aujourd’hui !" (Alexis Corbière sur BFM)

Ces manifestations sont à contre-sens" de Charlie (Luz, dessinateur à Charlie hebdo)

Le Front de Gauche appelle aux manifestations citoyennes de ce week-end

D3) Liberté d’expression. Charlie Hebdo continue !

Renforcer l’attachement inconditionnel à la liberté d’expression (J-L Mélenchon)

Luz à propos de la une de « Charlie Hebdo » : « C’était mon dernier jus »

Charlie-berté : libérons l’information ! ( SNJ / SNJ-CGT / CFDT-Journalistes)

Je suis Charlie (chanson JB Bullet)

Liberté de conscience et respect de la laïcité

Charlie Hebdo : "c’est plus qu’un journal"

« Charlie », de menaces en fatwas – Regard sur une histoire

D4) Obsèques Souvenirs des journalistes

Christophe Alévêque - Sketch en hommage aux victimes : JeSuisCharlie

L’hommage de Mélenchon à Charb : "Adieu camarade, merci camarade"

Charb, des obsèques en musique, le poing levé

Papa, t’es là ? (par Elsa Wolinski)

Charlie Hebdo – Mon ami Charb : les salauds, les cons, l’émotion ordinaire et la tendresse (Corcuff)

L’infamie – « C’est le seul mot qui peut résumer ce que nous sentons face à l’assassinat des copains de Charlie Hebdo. »

Charlie Hebdo, Bernard Maris – Nous sommes tous des neveux d’Oncle Bernard

D5) Quel bilan ? quelle suite ?

Conférence de Jean-Luc Mélenchon « Laïcité et Paix Civile »

Mélenchon : "L’élan de ce dimanche n’est pas simplement émotionnel. La fraternité républicaine est à la fois un sentiment et un concept politique"

Il n’y a pas de communauté musulmane... Appelez-nous Français... (Magyd Cherfi, chanteur de Zebda)

Après l’attentat contre Charlie hebdo : main tendue à nos compatriotes musulmans (Edwy Plenel)

Jean-Luc Mélenchon sur RTL (video) : "La marche du 11 janvier 2015 n’appartient à personne"

Je ne suis pas Charlie…L’inégalité et l’islamophobie créent les conditions du djihadisme (Saïd Bouamama)

Sécurité ou laïcité ? (PG, François Delapierre)

Après l’élan populaire historique, une République sociale pour un vrai vivre-ensemble (Martelli...)

Faire République de tout bois (PG)

Charlie Hebdo – Et maintenant ? L’événement, sa portée, ses enjeux

Un dimanche (chômé) du peuple

Après Charlie... Liberté Egalité Fraternité

Abroger le délit de blasphème, obsolète et liberticide

C) La bataille contre le terrorisme est aussi affaire des forces de l’esprit (Claude Cabannes)

La trajectoire funeste d’un terroriste donne sans fin le vertige  : comment cet homme, que nous avons peut-être aperçu dans le métro, a-t-il sombré, par une sorte d’anéantissement de la raison, au pied de son idole, la reine de l’empire des ténèbres, la mort  ? Oh certes, il faudrait mobiliser tout un monde pour le comprendre. Mais enfin, cet homme, il ne tombe pas armé de pied en cap du ciel du fanatisme djihadiste absolu  : il est bien de chez nous, parmi nous, n’est-ce pas  ?

On le sait  : avant la haine, avant la tentation de l’extrême, avant la fascination du terrorisme, avant la terreur, avant la rafale, avant le sang, il y a parfois la misère, les misères, les chaînes du désespoir, le carcan de l’ignorance. Parfois seulement, car le destin de terroriste peut naître aussi dans le cercle des familles huppées des beaux quartiers cossus. Mais pour celui qui a entendu, au fond du fossé de sa vie, cette sentence implacable du monde qui l’a abandonné  : «  Tu n’as rien, tu n’es rien, tu ne vaux rien  », le danger est grand. Les professionnels de l’intoxication et de la manipulation savent y faire. Le terreau où vivent des jeunes gens éperdus leur est favorable…

Dieu soit loué, tous ne basculent pas. Ils sont même fort peu nombreux. Mais un seul est toujours un de trop, parce qu’il porte en lui le tragique le plus effroyable. Donc, en amont, il faut travailler le terreau  : que la société soit plus accueillante pour tous… Il y a du boulot… On connaît la formule célèbre  : «  L’homme ne vit pas seulement de pain.  » En effet, il a aussi besoin d’un horizon qui le transcende, d’un idéal qui le hisse au-delà de lui-même… Notre société est incapable de proposer le moindre élan de générosité collective, le moindre dessein humain à atteindre ensemble, le moindre souffle spirituel collectif… Chacun est réduit à lui-même, sous le regard froid des apôtres de la rentabilité. Noyé dans «  les eaux glacées du calcul égoïste  », comme l’écrivait Marx. La bataille contre le terrorisme est aussi affaire des forces de l’esprit.

Source : L’Humanité du 14 janvier 2015

B) Combattre le terrorisme, ce n’est pas restreindre les libertés (Ligue des Droits de l’Homme)

Le peuple de France est descendu dans la rue pour dire non au terrorisme et défendre les libertés. L’un et l’autre. Dans ce qui est devenu une sorte de réflexe pavlovien, la classe politique française souhaite ajouter encore à l’arsenal législatif de nouvelles mesures contre le terrorisme. Alors même que quinze lois ont été adoptées depuis 1986 et que les décrets d’application de la dernière ne sont pas publiés, notre sécurité serait, en effet, mieux assurée par de nouveaux pouvoirs confiés aux forces de l’ordre. Il n’en est rien. C’est un mensonge de prétendre que les dramatiques événements que nous venons de vivre seraient la conséquence d’une insuffisance législative. Il est exact en revanche que la déficience de moyens, les erreurs d’analyse, même si le travail des forces de sécurité française reste remarquable, méritent débat ; mais rien ne justifie les nouvelles dispositions envisagées.

La LDH regrette qu’après l’élan du 11 janvier, ces réponses sécuritaires restent la seule voie empruntée par les pouvoirs publics.

C’est d’une autre ambition dont nous avons besoin : de réponses de fond qui permettent de comprendre comment notre société a pu faire que de tels actes soient commis ; pas pour excuser, encore moins pour absoudre, mais pour éviter réellement qu’ils ne se reproduisent. Nous avons besoin surtout de réponses préventives. Toutes doivent renforcer l’esprit et la lettre de notre démocratie.

La LDH appelle les citoyens à ne pas se laisser enfermer dans le cercle de la peur. Elle les invite à rappeler aux pouvoirs publics, à la représentation politique française qu’à chaque fois que nous avons concédé de nos libertés, il s’en est suivi moins de démocratie, sans pour autant nous assurer plus de sécurité.

La fraternité qui s’est exprimée le 11 janvier exige un autre horizon que celui que l’on nous propose.

A) Restons Charlie : refusons le racisme et la haine (MRAP)

Selon des chiffres qui émanent du ministère de l’Intérieur à la date du 12 janvier 2015, 54 actes antimusulmans ont été comptabilisés, depuis l’attaque terroriste perpétrée contre Charlie Hebdo. Parmi ces actes, 21 « actions » (tirs de pistolet à grenaille, grenades à plâtre...) et 33 « menaces » ou insultes.

Le MRAP dénonce cette vague intolérable d’islamophobie et de violences anti-musulmans. Il appelle à refuser l’amalgame et la haine à l’encontre des musulmans en France ou ailleurs dans le monde où ils sont d’ailleurs eux-mêmes les premières victimes de l’intégrisme et du fascisme religieux.

Le MRAP réaffirme sa solidarité avec toutes les victimes de racisme, de discriminations et de violences, qu’ils soient journalistes, policiers, citoyens d’origine juive, musulmane ou Rroms... Il rappelle son refus absolu de toute logique de « guerres des civilisations », telle que définie par Bush depuis le 11 septembre 2001 et qui, depuis lors, n’a que trop servi de "justification" à la stigmatisation de l’ "Autre" différent, partout sur la Terre.

Le MRAP refuse avec force, ici en France, toutes mentions intolérables de « l’ennemi de l’intérieur » d’où qu’elles viennent - et plus particulièrement des responsables politiques dont la responsabilité est engagée ; cela ne peut que conduire au pire. En effet, comme le dit Pascal Boniface, directeur de l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques : « Ceux qui affirment que c’est l’Islam en tant que tel qui est la matrice de ces meurtres — et donc tous les musulmans - nourrissent le fléau qu’ils prétendent combattre en contribuant à la radicalisation par un jeu d’exclusion. On rejette les musulmans de la communauté nationale, on les stigmatise et on s’étonne des problèmes d’intégration »

Nous avons été, le 11 janvier dernier, des millions à être "Charlie" : restons "Charlie" !

Rester "Charlie", c’est refuser le racisme et le rejet de l’Autre, c’est refuser les politiques de boucs-émissaires, c’est refuser un « Patriot Act » contraire aux valeurs de la République. Aux crimes odieux commis contre Charlie et le magasin casher nous devons répondre, bien sûr, par l’application du Droit mais, avec plus d’urgence encore, par plus de « vivre ensemble », plus de solidarité. Cela nous impose de faire en sorte que la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » ne se limite pas à être des mots creux mais devienne enfin, de jour en jour davantage par notre volonté partagée, la réalité de tous les jours dans nos villes et nos quartiers. Ceux qui sèment les germes de la relégation, de l’exclusion, du racisme sèment les germes de la violence. Faisons nôtres les mots de Zahia Ziouani, directrice de l’orchestre symphonique « Divertimento » : « L’obscurantisme, l’ignorance et la misère intellectuelle qui ont été à l’origine des drames que nous avons vécus, se combattent avec l’éducation et la culture".

Depuis le 11 septembre 2001, la "guerre contre le terrorisme" n’a fait qu’amplifier le chaos et conduit le monde à une dangereuse impasse. Le MRAP réitère ce qu’il disait il y a 13 ans : la guerre contre le terrorisme n’est gagnable par personne, c’est aux causes qu’il faut s’attaquer. Contre la « guerre des civilisations » qui conduit le monde à une catastrophe irrémédiable, il est urgent d’agir pour un monde de justice, de paix et de démocratie !

Restons Charlie ! Commençons par construire ce monde en France.

Conférence « Laïcité et Paix Civile » ce 12 janvier par Jean-Luc Mélenchon

Le lundi 12 janvier à 20h00 au théâtre Déjazet à Paris, j’organise une conférence pour montrer le lien entre la laïcité et la paix civile.

La conférence sera retransmise en direct en cliquant sur l’adresse URL portée en source (haut de page, couleur rouge)

Dignes et déterminés, les Français sont descendus en masse dans la rue (L’Humanité)

On assiste aujourd’hui à une véritable démonstration de force et de solidarité de l’ensemble du peuple français pour défendre sa liberté et les valeurs de la République. La mobilisation a pris une ampleur inédite puisque les premières estimations font état d’un million et demi de personnes dans les rues de Paris pour la grande "marche républicaine" contre le terrorisme. D’autres rassemblements dans l’ensemble de la France ont mobilisé environ plus d’un million de personnes.

Une ampleur sans précédent (Libération)

La marche contre le terrorisme à Paris a pris une ampleur « sans précédent » dimanche, qui rend « impossible un comptage » des manifestants, a déclaré le ministère de l’Intérieur. « Les manifestants sont dispersés sur un périmètre beaucoup plus large que les trajets initialement prévus », a affirmé la place Beauvau. Un peu plus tôt, le socialiste François Lamy, un organisateur du défilé, a évoqué le chiffre de 1,3 à 1,5 million de manifestants dans la capitale. Depuis la Libération, le plus gros rassemblement à Paris avait rassemblé 1,5 million de personnes après la victoire de la France au Mondial de football.

A) 11 janvier 2015 Des milliers de défilés

Le samedi 10 janvier 2015, le lendemain du terme des évènements, plus de 700 000 manifestants défilent à travers la France3. On note environ 150 000 manifestants à Toulouse, 300 000 à Lyon, environ 75 000 à Nantes, plus de 45 000 à Marseille, 40 000 à Perpignan, environ 40 000 à Lille, 30 000 à Nice, Limoges5 et Pau, plus de 22 000 à Orléans, 13 000 à Agen et 10 000 au Havre.

Dimanche 11 janvier

• 10 000 personnes ont défilé à Ajaccio.

• 16 000 personnes se sont rassemblées à Albi.

• 8 000 manifestants étaient à Alès.

• 45 000 personnes ont défilé à Angers.

• A Angoulême, 18 000 personnes ont défilé.

• 23 000 personnes ont défilé à Annecy.

• A Avignon, il y avait 19 000 manifestants.

• A Ajaccio, environ 8 000 personnes ont manifesté.

• 140 000 personnes étaient à la manifestation républicaine à Bordeaux.

• Plus de 15 000 personnes ont défilé à Blois.

• Quelque 65 000 personnes ont participé à la marche organisée à Brest.

• Caen a connu un rassemblement de 33 000 personnes.

• Entre 17 et 20 000 personnes ont manifesté à Carcassonne.

• 5 000 manifestants ont défilé à Chambéry.

• 11 000 personnes ont défilé à Châteauroux.

• 25 000 manifestants se sont rassemblés à Cherbourg.

• A Clermont-Ferrand, 50 000 personnes ont défilé, selon la police.

• 10 000 personnes se sont rassemblées à Colmar.

• Près de 10 000 personnes se sont réunies à Dammartin-en-Goële (où les frères Kouachi ont été tués).

• A Dijon, ils étaient 35 000.

• A Dinan, 12 000 manifestants ont participé à la marche.

• Environ 70 000 personnes ont manifesté à Grenoble.

• A Laval, la marche a rassemblé 12 000 personnes.

• 30 000 personnes ont défilé à Lorient.

• A Lyon, 300 000 manifestants ont participé au rassemblement.

• A Marseille, 60 000 personnes ont défilé au lendemain d’une manifestation qui avait déjà réuni environ 45 000 Marseillais.

• A Metz ils étaient 45 000.

• Morlaix a vu défiler 10 500 manifestants dans ses rues.

• A Mulhouse, 15 000 personnes ont défilé.

• Ils étaient 50 000 à Nancy.

• 2 000 à 3 000 personnes se sont réunies à Nice, après le défilé de 23 000 personnes samedi.

• A Nîmes, ils étaient 30 000.

• Quelque 4 000 personnes ont marché à Nouméa.

• 15 000 personnes se sont rassemblées à Périgueux.

• 40 000 manifestants se sont réunis à Perpignan.

• A Quimper, 16 500 personnes se sont réunies.

• A Reims, quelque 25 000 personnes ont défilé.

• 115 000 personnes se sont rassemblées à Rennes.

• Entre 18 000 et 25 000 personnes ont participé à la marche organisée à La Roche-sur-Yon.

• Entre 20 000 et 30 000 manifestants se sont rassemblés à La Rochelle. • Ils étaient 17 000 à Rodez.

• 30 000 manifestants se sont réunis à Saint-Brieuc.

• Quelque 60 000 personnes ont marché à Saint-Etienne.

• A Strasbourg, quelque 45 000 personnes se sont rassemblées.

• Quelque 14 000 personnes ont pris part à la marche à Tarbes.

• A Toulon, quelque 45 000 ont défilé.

• A Tours, 35 000 personnes ont manifesté.

• 25 000 manifestants se sont rassemblés à Vannes.

• A Vienne, 8 000 manifestants ont défilé. Et dans le monde

La Marseillaise chantée à Madrid, drapeau français à Londres, "ensemble contre la haine" à Bruxelles, des milliers de personnes dans les rues de Montréal et des pancartes "Nous sommes Charlie" partout : des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées en Europe et dans le monde.

• A Montréal (Canada), 25 000 personnes ont marché derrière le maire de la ville.

• A Bruxelles (Belgique), quelque 20 000 personnes ont défilé.

• A Vienne (Autriche), 12 000 personnes ont participé à la marche.

• A Berlin (Allemagne), 18 000 personnes ont fait le déplacement dans l’après-midi devant l’ambassade de France.

• A Stockholm (Suède), 3 000 personnes ont bravé la neige et des températures en-dessous de zéro.

• A Londres (Royaume-Uni), environ 2 000 personnes se sont réunies sur Trafalgar Square.

• A Dublin (Irlande), 2 000 personnes ont participé à la manifestation.

• A Athènes (Grèce), 500 personnes ont marché.

• A Genève (Suisse) 500 personnes se sont rassemblées, 2 000 à Lausanne.

• A Rome (Italie), un millier de personnes étaient réunies devant l’ambassade de France.

• A Luxembourg (Luxembourg), ils étaient environ 2 000 devant l’ambassade de France

• A Lisbonne (Portugal), quelque 200 personnes manifesté.

Hors Europe, 500 personnes ont participé à une cérémonie d’hommage organisée par la mairie de Jérusalem. A Beyrouth (Liban), des centaines de personnes se sont aussi retrouvées pour exprimer leur solidarité avec les marcheurs parisiens, certaines tenant un crayon symbolisant la liberté d’expression. En Afrique, 200 à 300 personnes ont manifesté à Bujumbura, la capitale burundaise. En Argentine, des centaines de personnes se sont aussi rassemblées. Enfin, 15 rassemblements sont prévus aux Etats-Unis.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message