1er mars 1919, Jeanne Labourbe, institutrice communiste, est fusillée à Odessa

mercredi 4 mars 2015.
 

Jeanne Labourbe naît à Lapalisse (Sud de l’Allier) en 1877 dans une famille républicaine d’ouvriers agricoles, journaliers. Elle travaille rapidement comme repasseuse. En 1896, elle répond positivement à une annonce pour entrer au service d’une riche famille polonaise comme gouvernante et préceptrice devant enseigner le Français aux enfants. Elle rejoint la ville de Tomachev dans la partie russe de l’ancienne Pologne. De retour en France en 1903, elle essaie de passer sans succès le Brevet élémentaire à Moulins, espérant de la sorte devenir institutrice.

En 1905, la voilà de retour en Pologne où elle adhére au Parti Ouvrier social-démocrate de Russie et fait la connaissance du couple Lénine. Expulsée suite à ses activités militantes, elle vit pendant près de dix ans entre la Russie et la France. Durant la Première Guerre mondiale, elle épouse le militant serbe socialiste Voukhachine Marcovitch. Le couple s’installe à Moscou dans le courant de l’année 1917... Le 31 août 1918, elle fonde le « groupe communiste français de Moscou » aidée par Mme Barberet puis intègre un groupe d’interprètes.

Lors d’une mission à Odessa, elle est faite prisonnière avec dix camarades ; tous sont immédiatement fusillés par les Blancs comme c’est systématiquement le cas pour tout suspect de sympathie "rouge" dans les zones sous autorité de l’armée française (Mer Noire).

A lire : Jeanne Labourbe Première communiste française, héroïne de la révolution d’octobre (par Franz VAN DER MOTTE, Edition Les points sur les i).

Pour accéder aux deux articles ci-dessous : cliquer sur le titre (en bleu)

17 décembre 1918 : L’armée française débarque en URSS pour combattre la Révolution et accaparer les richesses

6 février 1919 A Tiraspol éclate la première mutinerie française de la Mer Noire

A) Récit de la vie de Jeanne Labourbe par André Marty

« A 19 ans, elle était en service comme repasseuse. Une annonce demandant une jeune fille pour enseigner le français à des jeunes filles polonaises lui tomba sous les yeux ; elle partit. C’était en 1896.

Installée dans une famille polonaise, près de la frontière allemande, elle y joua le rôle douloureux de gouvernante et de demi-servante. Mais en même temps qu’elle apprenait le français aux enfants, elle complétait et étendait sa petite instruction primaire. [...] Elle fut reprise comme institutrice en Pologne, alors territoire russe. C’est alors qu’elle se lia avec la famille d’un déporté politique et, peu à peu, s’initia aux questions sociales, étudiant, apprenant toujours. Elle commença à passer le courrier révolutionnaire à la frontière [...]

Lorsqu’éclata la révolution de 1905, son grand cœur, son courage viril, son dévouement absolu à la cause prolétarienne la lancèrent dans le mouvement libérateur [...] à partir de ce moment, elle se consacra au travail du POSDR (b) [...]

Militante de toutes les minutes de la grande Révolution socialiste d’Octobre 1917, [...] Le 31 août 1918, elle fonda le « Groupe communiste français de Moscou » [1].

Jeanne Labourbe, aidée par Mme Barberet, commença dès 1917 à gagner à la fraternisation avec la Révolution les membres des missions militaires françaises et autres français envoyés en Russie. [...] Elle était pour tous ses camarades le modèle du dévouement, de l’abnégation et de la vaillance. [...]

Elle était frémissante quand elle apprit que les soldats français avaient débarqué à Odessa. Elle ne pouvait supporter l’idée, disait-elle, que « les fils des communards de 71, les descendants des révolutionnaires de 93, viennent étouffer la grande révolution russe. » [...] Elle obtint du Comité central du Parti d’être envoyée à Odessa. Elle y arriva en traversant le front.

Elle se jeta dans l’action avec sa foi, son enthousiasme. Elle remaniait la rédaction des tracts, des journaux, trouvant toujours qu’ils n’étaient pas assez vivants, qu’ils n’accrochaient pas assez le cœur des soldats ... »

Source : André MARTY, La révolte de la mer Noire, Éditions sociales, 1949, pp. 190-200 ;


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message