27, 28 août 1789 Naissance du clivage droite gauche

mercredi 8 mars 2017.
 

Cet article explique sur quelles bases se sont créées d’une part la droite ( défense de la Tradition et de l’ordre établi, exécutif fort, catholicisme d’Etat, racisme, préjugés contre la culture, refus des droits de l’Homme et du suffrage universel...), d’autre part la gauche ( démocratie, souveraineté populaire, droits de l’homme et du citoyen, égalité, fraternité, liberté, raison, citoyenneté, bien public, suffrage universel, droits sociaux)

Les 27, 28 août 1789 les députés à l’Assemblée constituante se répartissent pour la 1ère fois géographiquement dans leur salle de Versailles. Pour faciliter le décompte des voix :

- les disciples d’un droit de veto absolu du Roi sur toute loi votée par les députés se rangent à droite.

- les élus favorables à un système politique constitutionnel, donc sans droit de veto absolu du roi, se rangent à gauche de la salle

En fait, trois sujets sont à l’ordre du jour en cette fin août et expliquent l’apparition de ce clivage droite gauche :

- droit de veto royal absolu,

- maintien du catholicisme comme religion d’Etat du royaume.

- droits de l’homme et du citoyen (votée le 26 août). Selon plusieurs historiens, la première séparation géographique entre Droite et Gauche dans l’Assemblée serait née le 26 août 1789 lors du débat sur la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen lorsque la place du culte avait été évoquée : les défenseurs du Roi et de la Religion se seraient positionnés d’emblée à Droite, les démocrates à Gauche.

A partir du 11 septembre, l’assemblée reprend le débat sur le droit de veto absolu du roi dont les partisans se rangent encore à droite.

L’évolution des privilégiés et de leurs laquais d’avant 1789 se fait naturellement vers cette droite de 1789 :

- même volonté de maintenir le roi comme autorité supérieure d’un chef non soumis aux aléas de la démocratie

- même refus de considérer un individu du peuple comme un humain ayant des droits d’où refus des droits de l’homme. La déclaration des droits est votée par la Constituante le 26 août 1789 mais les cliques réactionnaires interviennent sans cesse auprès du roi pour qu’il ne la ratifie pas, d’où leur combat en cette fin août et septembre 1789 pour le droit de veto absolu du souverain. Louis XVI ne promulguera cette déclaration que le 3 novembre 1789 après l’émeute populaire des 5 et 6 octobre.

- même refus de considérer un individu du peuple comme un humain ayant des droits d’où refus du suffrage universel (décembre 1789)

- même refus de la liberté d’opinion d’où la volonté de maintenir le catholicisme comme religion d’Etat

- même volonté d’user de boucs émissaires mis hors de la communauté pour détourner contre eux et au profit du pouvoir en place les rancoeurs du peuple. L’utilisation de l’antisémitisme par un orateur influent de la droite de 1789 comme l’abbé Maury est flagrante en ce sens.

L’évolution des progressistes d’avant 1789 se fait naturellement vers la gauche de 1789

Beaucoup de députés de cette gauche ont déjà lutté avant 1789 contre les injustices féodales. Département par département, tous les historiens ont noté ce passage progressif de témoin.

Parmi les députés de gauche, prenons le cas de Robespierre sur la question du veto royal : " Celui qui dit qu’un homme a le droit de s’opposer à la Loi, dit que la volonté d’un seul est au-dessus de la volonté de tous... il a créé un monstre inconcevable en morale et en politique, et ce monstre c’est le veto royal...qui substitue aux Lois éternelles de la justice et de la raison l’incertitude des conjonctures frivoles... Dés qu’une fois, on croira à l’égalité des hommes, au lien sacré de la fraternité, à la dignité de la nature humaine, alors on cessera de calomnier le Peuple dans l’Assemblée du Peuple... On n’appellera plus la liberté une licence dangereuse, le généreux dévouement des bons citoyens une folie... Aucune puissance ne peut s’élever au dessus de celle de la Nation".

Une autre division droite gauche apparaît durant ces derniers mois de 1789, division qui se maintiendra :

- la droite appelle "défense de l’ordre" la défense des intérêts des privilégiés

- la gauche privilégie la recherche de solutions politiques pour donner un débouché institutionnel aux aspirations justes du mouvement social et ainsi permettre un progrès sociétal

En octobre 1789, le peuple meurt de faim et réclame du pain ; les proches du roi veulent faire voter une loi martiale et engager la troupe. Robespierre s’y oppose le 21 octobre : "Les ennemis du bien public réclament une loi martiale. C’est comme si l’on vous disait le peuple s’attroupe parce que le peuple meurt de faim, il faut l’égorger. Il y a d’autres mesures à prendre. Il est question de découvrir pourquoi le peuple meurt de faim, (qui participe) à cette conjuration formidable contre le salut de l’Etat ? Là, ce sont des évêques... ailleurs ce sont des accapareurs de grains.. ceux qui ont juré d’étouffer dans son berceau la liberté française".

Le lendemain 22 octobre, Robespierre lutte pour le suffrage universel mais est battu par une majorité préférant le suffrage censitaire. Par contre, en décembre, il est majoritaire pour le droit des comédiens, non catholiques et juifs à devenir citoyens, droit qui fait hurler la droite groupée autour de l’abbé Maury.

Ce rappel un peu long permet de comprendre les bases sur lesquelles se fonde d’une part la droite ( défense de la Tradition et de l’ordre établi, exécutif fort, catholicisme d’Etat, racisme, préjugés contre la culture, refus du suffrage universel...), d’autre part la gauche ( démocratie, souveraineté populaire, droits de l’homme et du citoyen, égalité, fraternité, liberté, raison, citoyenneté, bien public, suffrage universel, droits sociaux)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message