14 avril 1865 Abraham Lincoln, président des USA proche du socialisme, est assassiné

mardi 16 octobre 2018.
 

A) Abraham Lincoln, un président des USA, hors norme

En ce début du 21ème siècle, quiconque entend "président des Etats-Unis", comprend rejeton de milliardaires vendu aux milliardaires, généralement réactionnaire de la tête aux pieds.

Tel n’est pas le cas d’Abraham Lincoln dont la vie a été longtemps fort pauvre et fort difficile.

Il naît dans le Kentucky, en plein hiver rigoureux, le 12 février 1809, dans une cabane en bois de cinq mètres sur six sans vitre aux fenêtres, très isolée. Son père, sans instruction, ouvrier à la tâche puis menuisier ébéniste, enfin agriculteur, avait la bougeotte et faisait souvent changer de lieu d’habitation et d’exploitation à sa famille qui restait dans le dénuement. Sa mère, fille naturelle, savait lire mais ni écrire ni signer.

En 1816, la famille part vers l’Est (Indiana) et s’installe pour plusieurs mois dans un petit hangar de cinq mètres sur cinq fermé seulement de trois côtés. Plus tard, Abraham Lincoln raconta cet hiver campestre :

Des cris de panthère emplissaient la nuit de frayeurs

Et les ours faisaient leur proie des cochons.

Dans l’année suivante, il perd sa mère "à qui il considérait devoir tout" lors d’une épidémie. Durant toutes ces années d’enfance, d’adolescence et de jeunesse, Abraham exerce de nombreuses activités pénibles rapportant un tiers de dollar par jour pour le compte de son père puis pour subvenir lui-même à ses besoins "bûcheron, laboureur, manoeuvre, tueur de cochons, débiteur de troncs d’arbre, constructeur de bacs ou de palissades...".

Il ne fut scolarisé que quelques mois, par courtes apparitions, dans de "soi-disant écoles" (pour reprendre la caractérisation donnée par Lincoln lui-même).

De 21 ans à 31 ans, il vit seul dans l’Ohio gagnant de quoi manger en acceptant de petits travaux : forgeron, charpentier, marin, employé de commerce, soldat, négociant, receveur des postes, arpenteur topographe, avocat, homme politique..." Il vit dans le bourg de New Salem où il gagne la sympathie de nombreux habitants. Dans sa biographie "Lincoln, l’homme qui sauva les Etats-Unis", Bernard Vincent affirme « Malgré son jeune âge, Lincoln ne tarda pas à devenir une figure populaire de New Salem. Les habitants... appréciaient sa force physique, son courage et son intelligence naturelle en imposait à tous. Ils aimaient chez lui cette aptitude à accomplir sans rechigner toutes sortes de besogne pour gagner sa vie... »

Devenu un employé de commerce modèle, il prend le temps de lire les journaux régionaux, des recueils de grands poètes (Byron...) et même des ouvrages de réflexion comme Le siècle de la raison de Thomas Paine. Il participe à un club de lecture et d’échanges intellectuels dont il devient l’élément moteur.

4 mars 1861 Lincoln, président de la république

Lincoln et l’abolition de l’esclavage aux États-Unis

La Guerre de Sécession, ou comment les esclaves mirent fin à l’esclavage

C) L’assassinat de Lincoln

Cinq jours après la fin de la guerre de Sécession, Abraham Lincoln est assassiné par John Wilkes Booth, un partisan de l’esclavage.

Cet assassinat s’inscrit dans un plan visant à créer une situation de chaos pour renverser le gouvernement. Pourquoi ? parce que quelques jours plus tôt, Lincoln a exprimé son désir de ne pas s’en tenir à l’abolition de l’esclavage, mais d’accorder le droit de vote aux Noirs. Pour de nombreux Sudistes, la réalisation de cette proposition est inacceptable car elle achèverait de saper les fondements de leur puissance économique.

L’assassinat de Lincoln réussit politiquement puisque ses projets les plus radicaux sont immédiatement étouffés dans l’oeuf.

La conspiration pour déstabiliser les institutions, est, elle, un échec. Le vice-président Johnson et le secrétaire d’Etat Seward, également visés, survivent ; le gouvernement reste en place.

La traque des conspirateurs commence immédiatement. Booth, qui résiste à son arrestation, est abattu le 26 avril. Huit de ses complices sont arrêtés et reconnus coupables le 30 juin. Quatre d’entre eux sont condamnés à mort et pendus le 7 juillet.

L’oeuvre de Lincoln est alors intégrée dans l’histoire officielle des USA tout en étant vidée de sa dimension la plus révolutionnaire.

Extrêmement proche des idées socialistes, Lincoln ne dissociait pas la question de l’abolition de l’esclavage de celle de l’émancipation des travailleurs.

L’Association Internationale des Travailleurs (Première Internationale) ne s’y est pas trompée. Dans une lettre qu’elle lui envoie le 30 décembre 1864 on peut notamment lire les lignes suivantes « Les ouvriers d’Europe sont persuadés que si la guerre d’indépendance américaine a inauguré l’époque nouvelle de l’essor des classes bourgeoises, la guerre anti-esclavagiste américaine a inauguré l’époque nouvelle des classes ouvrières. Elles considèrent comme l’annonce de l’ère nouvelle que le sort ait désigné Abraham Lincoln, l’énergique et courageux fils de la classe travailleuse, pour conduire son pays dans la lutte sans égale pour l’affranchissement d’une race enchaînée et pour la reconstruction d’un monde social. »

C’est pourquoi le mouvement socialiste doit se réapproprier la mémoire de Lincoln.

Alexis Piat


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message