Les Chemises d’Argent, organisation fasciste US

mercredi 28 décembre 2016.
 

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler accède au pouvoir politique en Allemagne en s’appuyant sur la majorité de droite du Reichstag. Aussitôt, un activiste américain nommé William Dudley Pelley estime l’heure venue de lancer le fascisme aux Etats Unis. Le lendemain 31 janvier, il fonde la Silver Legion of America (Légion d’Argent d’Amérique).

A) William Dudley Pelley, original à l’origine de la Légion d’argent

Né en 1890, il devient un écrivain et journaliste marqué par un fond mystique ésotérique. En 1918, les USA investissent des sommes et des moyens considérables pour aider les armées blanches russes contre l’armée rouge. Dans cet affrontement sans pitié, Pelley se dépense sans compter :

- comme courrier consulaire du gouvernement US en Russie

- comme dirigeant en second de la Young Men’s Christian Association ( association caritative chrétienne) qui apporte une aide aux populations civiles des Etats formés par les Blancs

Parcourant la Sibérie en tous sens (13000 kilomètres en deux ans), la violence des combats le transforme « d’un écrivain inclassable en un croisé brutal », écrit-il. Ce terme de croisé est bien choisi pour quiconque connaît le fond idéologique antisémite développé par les Alliés ( USA, Grande Bretagne, France, Allemagne, Japon...) pour monter les paysans contre les communistes russes qui comptent un nombre important de juifs parmi leurs responsables locaux et nationaux.

De retour aux USA, il publie des écrits et donne des conférences violemment anticommunistes et antisémites s’attirant la sympathie et même l’amitié de plusieurs responsables des services secrets du Département d’Etat US qui constituent alors « une documentation sur l’implication juive dans le communisme ».

Sa popularité, ses qualités et ses protections lui ouvrent les portes du monde du cinéma. De 1921 à 1928, il écrit ou supervise 21 scénarios de films.

Dans le même temps, il poursuit son délire ésotérique, aussi naturel pour un "chrétien américain" de son type que pour un nazi. Ainsi, il prétend avoir rencontré en 1927 des êtres astraux qui lui ont transmis des vérités sur le corps, "vêtement" très conjoncturel de l’esprit humain. Il publie cette expérience sous le titre « My Seven Minutes in Eternity » qui se vend à 90000 exemplaires.

En 1930, il lance la revue Libération dans laquelle il transmet les articles reçus d’un « Maître » astral. En 1932, il ouvre le « Galahad College », sorte de locaux pour secte ésotérique, en Caroline du Nord : étude des cultures de la Lémurie et de l’Atlantide, enseignement du Troisième oeil, « mathématiques cosmiques » enseignant les lois de la vibration individuelle et collective, inégalité des races (les Aryens ayant « cosmiquement atteint quelque chose que les Asiatiques sémitiques n’ont pas atteint »)...

B) 31 janvier 1933 : Fondation de la Légion d’argent américaine

Lancer la Silver Legion of America (Légion d’Argent d’Amérique) en vingt quatre heures ne fut possible qu’en intégrant dans le profil fasciste tous les mystiques des réseaux préalables de Pelley. Pour commencer à donner à ses Chemises d’Argent une conscience collective, ils portent tous l’uniforme des légionnaires : une chemise grisée avec un grand « L » rouge sur le cœur, représentant l’amour (Love) de la race aryenne, la loyauté (Loyalty) envers la République américaine, et la libération (Liberation) vis-à-vis de la finance juive. Le drapeau de la Légion est blanc avec un grand « L » rouge en son centre.

Malgré ces aspects surprenants, les Chemises d’Argent deviennent rapidement le plus fort mouvement fasciste US, recevant le soutien de personnalités aussi prestigieuses que Charles Lindbergh et Walt Disney.

Dans le contexte de crise économique et sociale vécue par les USA en 1933, la Légion d’Argent reçoit rapidement l’adhésion :

- de milliers de chômeurs et ouvriers pauvres attirés par la partie "anticapitaliste" du programme qu’elle développe.

- de milliers de vétérans anciens combattants attirés par le discours nationaliste sécuritaire

Sur le fond, la Silver Legion of America peut être analysée comme fasciste par son caractère

Pelley multiplie les meetings faisant preuve de talents d’orateurs multipliés par le bon retour d’une partie importante de la presse. La Légion se donne publiquement une image de type militaire, chevalerie moderne comme les SS, avec par exemple des défilés de tambours et clairons annonçant les réunions.

En 1934, la Légion compte déjà 15000 à 25000 membres et 50000 sympathisants organisés. Des groupes locaux se créent dans toutes les grandes ville du pays.

Le financement apporté par le parti nazi allemand permet aux Chemises d’Argent de construire l’immense Ranch Murphy, fortifié, sur un site intéressant (55 acres) dans les monts proches de Los Angeles dans le but d’en faire le siège social mondial du fascisme après la victoire attendue.

Des Représentants républicains au Congrès apportent une crédibilité supplémentaire en s’affichant à la tribune lors des grandes réunions publiques :

- Jacob Thorkelson (officier de réserve, élu violemment antisémite et pro-fasciste du parti républicain qui ne l’exclut pas)

- Louis Thomas McFadden, banquier, président de la Pennsylvania Bankers’ Association (1914-15), président de la First National Bank of Canton (1916-25) et président du United States House Committee on Banking and Currency (1920-1931).

« Liberation » se vend de plus en plus, en particulier de façon militante dans les rues entraînant des bagarres fréquentes contre des groupes juifs et communistes.

William Dudley Pelley incarne le type même du Chef fasciste par lequel passe toute la vie et toutes les décisions de l’organisation. On a pu dire par exemple que sa voiture était le vrai quartier général de la Légion et non le local central en Caroline du Nord.

En 1936, Pelley participe à l’élection présidentielle sans succès (victoire de Roosevelt).

En 1940, le cap des 100.000 membres est atteint malgré l’hostilité du président, de son gouvernement et du Procureur général Murphy : local perquisitionné, propriété confisquée, accusations diverses, procédures judiciaires coûteuses. Pelley lui-même doit affronter une accusation de fraude fiscale. Ces manoeuvres coupent la dynamique de la campagne menée par la Légion d’argent pour les présidentielles de 1940.

C) Le mouvement America First

La Silver Legion of America connaissant un moment difficile, Pelley s’associe à d’autres groupes et personnalités pour dénoncer le bellicisme de Roosevelt contre l’Allemagne et le Japon.

Le mouvement « America First » bénéficie rapidement d’une écoute considérable, en particulier grâce à l’audience du colonel Lindbergh et du général Van Horn Moseley. Quelques jours avant l’attaque japonaise de Pearl Harbour des sondages d’opinion font apparaître que les trois quarts des gens s’opposent à la participation des USA à des guerres à l’étranger.

Malgré l’entrée en guerre suite à l’attaque du Japon (7 décembre 1941), Pelley lance une nouvelle revue intitulée « Roll Call » qui défend des positions ouvertement favorables à l’Axe Berlin Tokyo. Il se voit bientôt inculpé pour pour « dissémination de fausses informations » en temps de guerre au nom de l’Espionnage Act de 1917.

Après la déclaration de guerre allemande aux USA, le fameux "siège social mondial" du fascisme est occupé par la police.

Malgré le soutien actif de célébrités comme Thorkelson et Lindbergh, le contexte politique de la guerre permet au tribunal de condamner Pelley à 15 ans de prison.

Comment conclure ?

Si le gouvernement avait été républicain dans ces années 1933 à 1940 ou même si le président n’avait pas été aussi fermement antifasciste que Roosevelt, la roue de l’histoire aurait pu tourner autrement.

Jacques Serieys


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message