Le socialisme reste d’actualité ! Plus que jamais !

jeudi 16 juin 2016.
 

La poussée électorale de la gauche radicale en Europe, les luttes des salariés dont l’usine ferme alors que l’entreprise fait des profits, les aspirations des peuples latino-américains, les révolutions du monde arabe contre les tyrannies locales relais du capitalisme mondial, les grèves des ouvriers en Chine, Corée ou Inde... représentent des formes différentes d’une même réalité : les peuples entrent à nouveau en lutte contre le système capitaliste mondial. A nous, vrais socialistes, de les aider à gagner et de leur donner une perspective politique alternative.

1) Les peuples en lutte

Le capitalisme n’est pas l’horizon enchanteur de l’humanité

2011, année révolutionnaire

13 et 14 janvier 2011 Révolution démocratique tunisienne et chute de Ben Ali (article et 50 documents)

Mai Juin 2011 au Chili : un mouvement étudiant d’ampleur historique, révolutionnaire antilibéral (11 articles)

Grèce : grève générale forte et affrontements devant le Parlement à Athènes 3 articles

15 mai 2011 : Les Indignés en masse sur les grandes places d’Europe

2) Oui, le socialisme

Je suis persuadé que le socialisme :

* doit rester la boussole théorique de ceux qui luttent contre le capitalisme

* doit rester la perspective historique au delà du capitalisme

Pour être écoutés, compris et soutenus, nous devons évidemment expliquer pourquoi la jeune l’URSS accablée sous les assauts des armées blanches fascistes a dégénéré, expliquer en quoi le stalinisme n’était pas un socialisme, prouver par notre pratique et nos propositions que le socialisme reste intrinsèquement lié à la démocratie, ce qui n’est pas le cas du capitalisme.

Quelques pièces trafiquées de la boussole socialiste sont périmées et doivent être changées. Je n’en doute pas. Cependant, nous ne pouvons pas jeter la boussole elle-même. En effet, il n’en existe pas d’autre sur le marché.

Quel est le premier mouvement politique à avoir posé précisément la question d’une société de justice et de bonheur à construire ? le socialisme

Quel courant d’idées a compris très tôt la nature du système capitaliste ? le socialisme.

Quel courant d’idées a su mobiliser des dizaines de millions de militants pour avancer dans cette voie et ainsi nous apporter une expérience extraordinaire ? le socialisme

Le républicanisme, l’écologie radicale comme l’altermondialisme n’apportent pas aujourd’hui les repères politiques (pensées théoriques construites, partenaires, expériences internationales, objectifs d’émancipation...) qui permettraient de construire un mouvement utile face au capitalisme.

Socialisme ! histoire, anticapitalisme, idéal, camp social, théorie, parti

3) Depuis bientôt deux siècles, le socialisme a généré d’immenses espoirs, des dizaines de millions de militants dévoués, des épopées humaines exceptionnelles :

• pour un salaire et un travail décent, du pain, des chaussures, un logement, une école, la protection sociale…

* pour le respect des droits de l’homme, syndicaux, politiques, sociaux et culturels ; pour l’éducation, la culture, la laïcité et la connaissance.

• pour une république sociale, pour sortir du capitalisme et construire une société plus juste, plus heureuse, plus démocratique, plus respectueuse de la nature, plus apte à maîtriser son histoire collective.

Face au capitalisme (exploitation des travailleurs et des peuples du Sud , fascisme, guerres mondiales effroyables, pollutions considérables…), le combat syndical et socialiste a obtenu des acquis sociaux et démocratiques, a montré la voie de la solidarité, a essayé de poursuivre l’effort de connaissance hérité des siècles précédents.

4) Le mouvement socialiste connaît aujourd’hui une crise dans ses pratiques politiques, ses idées, ses organisations. Heureusement, nous construisons le Front de Gauche

* Comme outil de libération humaine, le mouvement communiste international sort exsangue, divisé, discrédité, de ses échecs, de ses erreurs, de ses goulags.

* La social-démocratie a perdu sa crédibilité par sa docilité et son inutilité face au capitalisme financier transnational ; alignée sur l’atlantisme, elle est noyée dans les scènes politiciennes (communale, départementale, régionale, nationale, européenne…) qui servent de prétextes démocratiques au système capitaliste.

* En Amérique latine, plusieurs gouvernements traduisent aujourd’hui l’aspiration de leurs peuples à l’indépendance vis à vis des USA, à plus de justice sociale, à plus de démocratie réelle. Cependant, la gauche de ces pays est sortie laminée des dictatures militaires fascistes ; elle manque de cadres pour répondre à long terme à de telles aspirations dans un rapport de force mondial restant favorable au grand capital ; dans l’immédiat, nous sommes solidaires de toutes ses décisions correspondant à l’intérêt populaire et national contre le capitalisme financier transnational.

* Plusieurs forces unitaires montrent depuis une dizaine d’années une piste permettant à la gauche anticapitaliste de sortir des ornières minorisantes : Syrisa en Grèce, Die Linke en Allemagne, le Front de Gauche en France, plusieurs groupements du même type en Amérique latine.

* Notre prochaine étape doit être de donner à ses forces une visibilité continentale et mondiale en passant une vitesse supérieure dans la qualité et la représentativité par rapport aux forums mondiaux altermondialistes.

5) En ce début de 21ème siècle, le socialisme reste plus que jamais d’actualité :

• Dans les années 1980, l’affaiblissement du mouvement communiste, de la social-démocratie et des courants révolutionnaires a laissé libre cours à la tendance naturelle du capitalisme : se goinfrer de profits aux dépens des conditions de travail, des salaires et retraites, des logements au moindre coût, aux dépens aussi de la nature, de la sous-alimentation dans le Tiers monde... Jamais notre planète n’a connu une injustice sociale aussi criante, aussi déchirante qu’en ce début de 21ème siècle avec d’un côté la richesse insolente de quelques milliardaires, de l’autre des milliards d’humains aux fins de mois difficiles et un environnement de plus en plus pollué.

• Heureusement, le besoin de vivre dignement, de vivre libre en fait comme en droit, de vivre dans la justice est tellement fort au cœur de ces milliards d’humains qu’une nouvelle période d’aspiration au changement émerge lentement sur les 5 continents depuis 1994 1995, portée par de nouvelles générations.

• Le vent du mouvement social commence à se lever aux quatre coins de la planète comme dans les années précédant 1968, aujourd’hui en Europe et en Amérique latine, demain sans aucun doute dans le monde arabe, l’Asie et l’Afrique... ; pour beaucoup d’entre nous, il s’agit sans doute de la dernière aurore sociale universelle. Nous avons de la chance, elle se lève effectivement lentement, comme si elle voulait nous laisser le temps d’être prêts. RIEN N’EST PERDU mais il n’y a pas de temps à perdre.

6) Quel programme socialiste ?

Pour cette sixième partie, je supprime la partie rédigée en 2005 et la remplace par un lien vers le programme "L’Humain d’abord" du Front de Gauche rédigé à l’occasion des élections présidentielles 2012.

« L’humain d’abord » Programme du FG avec Jean-Luc Mélenchon

7) Conclusion

Oui, le socialisme doit rester notre cadre global de référence par delà les mouvements ayant jalonné l’histoire politique de notre pays ces 50 dernières années (tiers-mondisme, maoïsme, écologie, républicanisme, altermondialisme...).

Oui, le socialisme n’est pas seulement un mouvement réel du passé ; il est aussi le chemin pour l’avenir. Quitte à le débroussailler, quitte à le paver pierre à pierre, nous avancerons.

C’est ce que nous demandent les milliers de personnes que nous croisons, chacun d’entre nous, de la campagne contre le TCE en 2005 aux présidentielles de 2012, dans le soutien aux luttes ouvrières comme sur nos lieux de vie et de travail. Nous avons le devoir de répondre à leur espérance et à leur confiance.

Nous ne cherchons pas à construire notre boutique contre celle des autres :

- mais à porter l’intérêt général des travailleurs et de la gauche contre celui du grand capital lié à la droite

- mais à faire mûrir l’alliance des forces anticapitalistes, seul moyen aujourd’hui pour bénéficier d’une crédibilité suffisante à un niveau de masse.

Ces objectifs répondent à un besoin. Ces objectifs correspondent à l’existence de forces organisées qui chercheront comme nous à être à la hauteur de ces défis concrets posés par l’histoire.

Jacques Serieys le 19 mai 2005

Complété en 2012


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message